image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : Samsung, des mobiles pas très smart

Mise en ligne du 11/03/2013 au 11/04/2016

Des enquêtes dans les usines fabriquant des produits Samsung en Chine révèlent les conditions indignes dans lesquelles travaillent les ouvrières et ouvriers.

Bilan de la cyberaction :

6292 participants

Présentation de la cyberaction :

Outre les salaires de misère, les heures de travail excessives et les risques pour la santé et la sécurité des personnels, les enquêteurs témoignent de la présence d’enfants sur les lignes de production.

Avec un bénéfice opérationnel de 16,6 milliards d'euros en 2012, le leader mondial de la téléphonie mobile a pourtant les moyens d'améliorer la condition ce celles et ceux qui produisent ses "smartphones" et autres produits.

Avec Sherpa et Indecosa CGT, Peuples Solidaires a porté plainte contre Samsung pour "pratiques commerciales trompeuses" puisque la marque bafoue les engagements éthiques qu'elle communique au public. Cette démarche juridique doit être absolument soutenue par une mobilisation massive des citoyen-ne-s et consommateurs-trices  afin que la multinationale mette fin à ces violations.

Nous vous proposons de vous joindre à cette mobilisation.
Alain Uguen Association Cyber@cteurs


Les faits
« Nous avons été abasourdis par les résultats de nos enquêtes » explique Li Qiang, fondateur du China Labor Watch (CLW), l’ONG qui a enquêté dans une dizaine d'usines fabriquant des produits Samsung. « Nous soupçonnions que ces usines employaient des mineurs, mais nous ne pensions pas en trouver autant, ni que les conditions de travail seraient si mauvaises » poursuit-il.
 
Des enfants sur les chaînes de production
 
Lors d’une enquête menée en juillet 2012 à HEG Electronics, sept travailleurs de moins de 16 ans ont été identifiés. En août, de nouveaux cas de travail de mineurs ont été observés dans trois autres usines : Tianjin Samsung Mobile Display, Huizhou Samsung Electronics et Shenzhen Kejian Samsung Mobile Telecomunication Technology. En décembre, c’est dans l’usine HTNS que les enquêteurs ont trouvé des jeunes filles de moins de 16 ans.
L’embauche de ces enfants est possible parce que les usines ne contrôlent pas convenablement l’identité de leurs salarié-e-s. À HEG Electronics, le CLW a ainsi constaté que la direction ne demandait jamais leurs papiers d’identité.


Conditions de travail et de vie indignes
 
Qu’ils soient mineurs ou pas, les personnels des usines sont soumis aux mêmes conditions de travail et de vie, qualifiées d’« inhumaines » par les enquêteurs du CLW.
Forcé-e-s de travailler jusqu’à 16 heures par jour, 28 jours par mois, pour des salaires tout juste suffisants pour vivre, ces employé-e-s de l’ombre sont parfois contraint-e-s de travailler debout pendant de longues heures, maltraité-e-s par les contremaîtres et menacé-e-s de punitions ou d’amendes en cas de défaillance. Ils-elles ne sont pas convenablement formé-e-s aux problèmes de santé et de sécurité et ne disposent pas du matériel de protection adapté.
Samsung nie les faits au lieu d'agir
 
Face à ces accusations, Samsung se réfugie derrière les audits qu'elle effectue dans les usines et a annoncé des contre-enquêtes chez les fournisseurs mis en cause. Mais Peuples Solidaires dénonce depuis longtemps l'inefficacité de cette approche. « Ces audits ne servent pas à protéger les droits des travailleurs, ils sont des outils de communication utilisés par les entreprises pour faire de la publicité trompeuse » commente Li Qiang, du CLW.
 
Leader mondial sur le marché des « smartphones », Samsung a engrangé un bénéfice opérationnel de 16,6 milliards d’euros en 2012 (1) et a les moyens de faire respecter les droits humains dans les usines qui fabriquent ses produits. La multinationale se dit "socialement responsable"(2) et appliquerait une politique de "tolérance zéro" à l’égard du travail d’enfants. Cependant ces déclarations resteront lettre morte tant qu’elle n’adoptera pas des vraies mesures.
Peuples Solidaires lui demande donc d'adopter des solutions qui ont fait leur preuve comme l'organisation d’élections syndicales indépendantes dans les usines et la mise en place de numéros d’appels directs (« hotline ») permettant aux ouvriers de signaler les abus de façon directe, fiable et sécurisée.
 
Aidez-nous à faire bouger Samsung !

Notes :
(1) La Tribune, "Les bénéfices de Samsung s’envolent grâce aux Galaxy", 25/01/2013
(2) Cf. http://www.samsung.com/fr/aboutsamsung/corporateprofile/valuesphilosophy.html  

La lettre qui a été envoyée :


Monsieur,

J’ai été informé-e des résultats des enquêtes menées par l’ONG China Labor Watch dans plusieurs usines qui fabriquent vos produits en Chine.

Je suis extrêmement préoccupé-e par les graves violations des droits des travailleurs-ses et par les cas de travail d’enfants constatés.

Je vous exhorte à répondre aux demandes du China Labor Watch et à veiller à ce que :
- un terme soit mis aux violations des droits dans les usines fournissant Samsung; 
- des élections syndicales indépendantes soient organisées dans chaque usine;
- un numéro d’appel direct (une "hotline"), géré par une ONG locale, soit mis à disposition des employé-e-s de tous les fournisseurs.

 

Aucun commentaire

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !