actualité écologie

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Ne laissez pas vos appareils en veille

Les 10 jours verts Transacteurs

Journal des Bonnes Nouvelles

OPÉRATION

victoire pour Gabriel Dufils

AG Cyberacteurs

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

La Terre vue depuis l’espace

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Premier vendredi du mois : 18 h 30 rassemblement des Coquelicots

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : Ecover doit renoncer à toute utilisation de produits obtenus par biologie de synthèse

Mise en ligne du 10/07/2014 au 26/03/2015

Ecover est une entreprise belge qui fabrique des produits d’entretien domestiques « verts ». Un de ses liquides lessive pourrait bientôt contenir une huile produite par une algue dont le code génétique a été modifié par biologie de synthèse. (Method, la ligne de produits d’entretien domestiques bien connue qu’Ecover racheta en 2012, réfléchit aussi à l’utilisation d’ingrédients produits par biologie de synthèse)

Bilan de la cyberaction :

3664 participants

Malheureusement aucun media n'a compris ce qui était en jeu et n'a repris l'info. Alors sans une bonne pub, c'est un peu difficile de bien faire décoller une pétition.

Mais on remettra cela.

Présentation de la cyberaction :

L’ingrédient qu’Ecover et sa filiale Method auraient l’intention d’utiliser est une huile tirée d’algues synthétiquement modifiées et ensuite nourries avec du sucre de canne. Cette huile est fournie par Solazyme une entreprise de biologie de synthèse.

La biologie de synthèse est le domaine de convergence de la biologie moléculaire, de la génomique, de l’ingénierie génétique, des nanotechnologies et des technologies de l’informatisation.

Ce nouveau domaine technico-scientifique est extrêmement puissant et peut intervenir au plus profond de la matière vivante et n’a rien à voir avec les manipulations génétiques archaïques de Grand-papa, ce que l’on appelle communément les « OGM ». Les risques liés à cette technologie sont imprévisibles par nature, et peuvent avoir des impacts considérables voire irréversibles.

D’après le New York Times, Ecover prétend que cette huile produite à partir d’une algue modifiée par biologie de synthèse est « naturelle » et représente une alternative durable sur le plan écologique pour remplacer l’huile de palme.

Pour Florent Compain, président des Amis de la Terre : « Comment peut-on affirmer que modifier des organismes par biologie de synthèse est « naturel » ? Un ingrédient fabriqué par des micro-organismes synthétiquement modifiés ne peut en aucun cas, être qualifié de « naturel ou durable ». »

L’industrie des détergents et savons a besoin d’huile. Mais comme le fait remarquer Christian Berdot, référent OGM des Amis de la Terre France : « En recourant au sucre – pour nourrir les algues synthétiquement modifiées – Ecover qui prétend éviter la déforestation de l’Indonésie due aux plantations de palmiers à huile, ne fait que déplacer le problème vers le Brésil. Le recours accru au sucre qui résultera de cette nouvelle technologie, provoquera l’expansion des plantations de canne à sucre au Brésil et la destruction des savanes et des forêts brésiliennes. »

Il faut pourtant rappeler qu’il existe pour Ecover, des alternatives vraiment naturelles et durables, comme l’huile de coco, pour remplacer l’huile de palme.

Les Amis de la Terre France, reprennent les termes de la lettre envoyée aux directeurs d’Ecover et de Method[i] par un groupe d’organisations écologistes.

Nous demandons à Ecover de lever toute ambigüité sur ses intentions et donc :
· de s‘engager à ne pas utiliser dans ses produits, des ingrédients obtenus par biologie de synthèse ou génie génétique ;
· de reconnaître que les adjectifs « naturel », « vert », écologique » et « durable » ne peuvent s’appliquer ni aux produits de la biologie de synthèse, ni à aucun OGM ;
· et de se joindre à nous pour demander à la Convention sur la Biodiversité et aux gouvernements nationaux de mettre en place un moratoire sur l’utilisation commerciale et la dissémination dans l’environnement d’organismes synthétiquement modifiés, jusqu’à ce que les « principes à appliquer pour la surveillance de la biologie de synthèse »[ii] aient été pleinement intégrés tant dans les réglementations internationales, fédérales, nationales et locales que dans les pratiques de la recherche et de l’industrie.

Pour plus d’info, voir le dossier complet des Amis de la Terre-France sur ce sujet :
http://www.amisdelaterre.org/ecover-biologie-synthetique.html  

[i] http://www.etcgroup.org/content/open-letter-ecover-method  

[ii] « Les Principes à Appliquer pour la Surveillance de la Biologie de Synthèse » : demandes complètes réalisées par un processus collaboratif de groupes de la société civile dont des membres des Amis de la Terre Etats-Unis, de l’ International Center for Technology Assessment et de l’ETC Group : http://libcloud.s3.amazonaws.com/93/57/d/2288/1/Les_Principes_a_Appliquer_pour_la_Surveillance_de_la_Biologie_de_Synthese.pdf  

Philip Malmberg - PDG et Tom Domen - Responsable de l'innovation à long terme ont mis un filtre pour ne pas recevoir les messages adressés par notre site.
Nous invitons donc ceux qui le peuvent à écrire directement à
malmberg.philip@ecover.com.   domen.tom@ecover.com.  
Si vous utilisez des produits écover, n'hésitez pas à joindre une photo de ces produits pour qu'ils voient bien que vous êtes utilisateurs.

La lettre qui a été envoyée :


Monsieur Le PDG,

Il est pour moi totalement inacceptable qu’une entreprise qui mise sur des produits « naturels et durables », puisse utiliser des ingrédients obtenus par manipulation génétique et biologie de synthèse. Comment la firme Ecover peut-elle affirmer que ces ingrédients sont naturels ?

Je demande donc à Ecover,
de s‘engager à ne pas utiliser dans ses produits, d’ingrédients obtenus par biologie de synthèse
de reconnaître que les adjectifs « naturel », « vert », écologique » et « durable » ne peuvent s’appliquer aux produits de la biologie de synthèse
et de se joindre aux citoyens qui demandent à la Convention sur la Biodiversité et aux gouvernements nationaux de mettre en place un moratoire sur l’utilisation commerciale et la dissémination dans l’environnement d’organismes synthétiquement modifiés, jusqu’à ce que les « principes à appliquer pour la surveillance de la biologie de synthèse »i aient été pleinement intégrés tant dans les réglementations internationales, fédérales, nationales et locales que dans les pratiques de la recherche et de l’industrie.
Dans cette attente, veuillez croire, Monsieur, en ma vigilance de consom' @cteur.

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

16 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

prête à ne plus acheter cette marque si la suite mes laisse des doutes. à suivre...

s.bordenave
Le 16/02/2015 à 19:28:14

Pas très malin de votre part, à ECOVER, de poster deux fois votre message : votre démarche ressemble ainsi plus à une stratégie de communication qu'à une volonté d'étude de qualité et de sécurité.
Si c'est le cas, vous ne tromperez pas la vigilance des réseaux sociaux et des blogs qui se sont focalisés sur vous.

Autrement, on verra bien.

Concernant l'entreprise suisse AQUAMA, je ne serai pas aussi euphorique que Pascal. Ils associent une électrolyse d'eau salée avec des détergents.
L'hydrolyse d'eau salée est double : elle agit sur la molécule d'eau en produisant de l'oxygène et de l'hydrogène.
Mais elle agit également sur celle du sel (chlorure de sodium) pour produire du chlore (qui va former de l'acide hypochloreux avec l'eau) et de l'hydroxyde de sodium (soude caustique), puisque que l'ion Na+ va réagir immédiatement avec l'eau ; ces composés bases acides vont inter-réagir par des réactions chimiques réversibles qui vont maintenir un taux de chlore dans l'eau.

C'est le principe le plus utilisé pour désinfecter les piscines :
http://www.piscine-clic.com/news/2011/07/la-desinfection-par-electrolyse-cap-sur-la-piscine-au-sel/  

Bref, si on récapitule, Aquama ce sont des détergents (de quelles natures ?) qui fragilisent la barrière lipidique de la peau et des agressions chimiques qui ont un pouvoir anti bactérien et antifongique, certes, mais qui vont à l'encontre du principe des produits qui respectent le vivant.

En l’état actuel des faits, cette pétition me semble plus que jamais importante.

Lionel OUTRIGGER
Le 31/07/2014 à 20:29:19

Réponse reçue :

"En votre qualité de signataire de la pétition initiée par Friends of the Earth France sur ‘Cyberacteurs’ le 10 juillet 2014, je vous écris afin de vous présenter le point de vue d’Ecover sur la situation. Ecover respecte bien entendu la liberté d’opinion, cependant, en signant cette pétition vous adressez à notre entreprise des questions auxquelles nous avons le droit et le devoir de répondre.

En signant la pétition, vous avez demandé qu’Ecover « s’engage à ne pas utiliser dans ses produits, des ingrédients obtenus par le biais de la biologie synthétique ». Nous avons écouté les arguments de Friends of the Earth ainsi que d’autres parties et nous avons décidé de mener une phase de consultation avec les principales ONG et parties prenantes, afin d’avoir un débat scientifique et documenté concernant l’utilisation responsable de la biotechnologie.

Nous aimerions que Friends of the Earth France soit disposée à se joindre à ce débat.

Nous avons dit, à plusieurs reprises, que nous déciderions et seulement après que ce débat ait eu lieu, quels seraient nos futurs projets concernant la possible utilisation de types spécifiques de biotechnologie.

Nous considérons cette pétition comme un défi a relever pour un débat ouvert et constructif que nous souhaitons avoir avec Friends of the Earth France et autres parties prenantes.
Nous avons l’intention de partager les résultats du débat et nous espérons qu’ils faciliteront une meilleure compréhension des sujets contre lesquels et pour lesquels vous menez campagne.

Ecover continuera son engagement pionnier, comme nous l’avons toujours fait, pour un avenir durable. C’est un débat important et nous sommes heureux de pouvoir le mener en restant neutre.

Cordialement,
ECOVER

sylvie C
Le 30/07/2014 à 23:25:01

Pour le problème Ecover, voici un lien sur une entreprise qui fait des détergents par hydrolyse : http://aquama.ch/  

Menez votre enquête. Si vous avez des résultats y compris déplaisants, je suis intéressé à les connaitre

Bon je retourne au turbin...

Salutations ensoleillées

Pascal C
Sebasol VD

 www.sebasol.ch.  

Pascal C
Le 30/07/2014 à 15:29:59

Bonjour,

En votre qualité de signataire de la pétition initiée par Friends of the Earth France sur "Cyberacteurs", je vous écris afin de vous présenter le point de vue d'Ecover sur la situation.
Ecover respecte bien entendu la liberté d'opinion, cependant, en signant cette pétition vous adressez à notre entreprise des questions auxquelles nous avons le droit et le devoir de répondre.

En signant la pétition, vous avez demandé qu'Ecover « s'engage à ne pas utiliser dans ses produits, des ingrédients obtenus par le biais de la biologie synthétique ». Nous avons écouté les arguments de Friends of the Earth ainsi que d'autres parties et nous avons décidé
de mener une phase de consultation avec les principales ONG et parties prenantes, afin d'avoir un débat scientifique et documenté concernant l'utilisation responsable de la biotechnologie.

Nous aimerions que Friends of the Earth France soit disposée à se joindre à ce débat.

Nous avons dit, à plusieurs reprises, que nous déciderions et seulement après que ce débat ait eu lieu, quels seraient nos futurs projets concernant la possible utilisation de types spécifiques de biotechnologie.

Nous considérons cette pétition comme un défi à relever pour un débat ouvert et constructif que nous souhaitons avoir avec Friends of the Earth France et autres parties prenantes.
Nous avons l'intention de partager les résultats du débat et nous espérons qu'ils faciliteront une meilleure compréhension des sujets contre lesquels et pour lesquels vous menez campagne.

Ecover continuera son engagement pionnier, comme nous l'avons toujours fait, pour un avenir durable. C'est un débat important et nous sommes heureux de pouvoir le mener en restant neutre.

Cordialement,
ECOVER

ECOVER
Le 28/07/2014 à 14:18:21

À tous ceux qui ont décidé de ne pas signer, je recommande la lecture intégrale des "principes" dont l'application est demandée par les Amis de la Terre, ainsi que l'auto-documentation sur l'épigénétique, science en plein développement qui permet de comprendre qu'il n'est pas besoin de lancer du matériel biologique génétique dans un milieu pour le modifier génétiquement...

PhL38F
Le 28/07/2014 à 13:28:45

j'utilise pour l'instant ecover pour des raisons ecologiques, ce qui sous entend pour moi des raisons de conscience sociale et écologique au niveau de la planète. si ça va dans une autre direction alors je n'achèterai plus cette gamme de produit.

elena
Le 19/07/2014 à 16:00:58

Et bien voilà : on a un "Monsieur Locck" sur cette pétition ! Encore un visiteur qui n’est pas contre, mais qui signe pas parce que là, ce n’est pas pareil, qui affirme que les initiateurs de cette pétition sont des ignares, et qui va s’efforcer de placer un post négatif sur la pile pour dissuader les nouveaux signataires de signer.
Amis cyberacteurs, ne vous laissez pas berner : depuis que le lobby du tabac avait brillamment démontré que la cigarette était bénéfique aux fumeurs, les enfumeurs de tous poils utilisent toujours les mêmes méthodes.

La biologie synthétique serait une invention de non-biologistes !

Je vous propose un programme de formation et de recherche à l'ESBS (Ecole Supérieure de Biotechnologie de Strasbourg) sur un master en Biologie synthétique :

http://www-esbs.u-strasbg.fr/esbs/?page_id=2838  

Je salue les non-étudiants qui y travaillent en ce moment même.

Egalement un article publié sur le magazine La Recherche en 2010, où Craig Venter, un non-biologiste donc, annonçait se lancer dans un projet de fabrication de la première bactérie synthétique (personnage un peu prétentieux, qui n’a pas bien évidemment créé une bactérie, certes, mais son non-travail n’a pas été décrié par les scientifiques) :

http://www.larecherche.fr/actualite/aussi/premieres-bacteries-synthetiques-21-05-2010-67808  

Un autre article publié cette année où l’on montre bien qu’un grand pas a été franchi par rapport aux OGM. Il n’est plus question de fixer un peu n’importe où sur l’ADN récepteur une séquence de base d’un autre être vivant par bombardement d’atomes d’or, mais d’implémenter des bases bien précises sur la portion d’ADN adéquate, ce qui permet de créer artificiellement un être différent de celui que l’on avait au départ mais ayant un séquençage naturel qui sera transmis naturellement à sa descendance. Encore un travail de non-biologiste donc :

http://www.journaldelascience.fr/genetique/articles/premier-etre-vivant-dote-adn-artificiel-voit-jour-3581  

Et puis si Mr Saroder ne bois pas la lessive, le biotope lui, l’absorbe. Ce qui fait que les poissons et tous les animaux qui se désaltèrent, et nous donc, par la même occasion, trinquons avec ce breuvage dont on ne connaît pas les effets à long terme.

Tiens, je vais rendre une petite visite à Mr Locck, qui n’a pas du manquer de se manifester une énième fois sur la pétition contre le projet de mine creusois.

Lionel OUTRIGGER
Le 18/07/2014 à 23:23:44

Les "micro-organismes synthétiquement modifiés" ça ne veut rien dire, pour un biologiste c'est une dénomination fumeuse inventée par un non biologiste qui aura compris de travers (ou n'aura même rien compris ?).

Au pire c'est effectivement discutable car il feront appel à une bactérie OGM qui fabriquera une substance qu'elle n'aurait pas fabriqué sans être OGM...
Je ne suis méfiant vis-à-vis des OGM et heureusement que la plupart des gens le sont car même si tous ne sont pas à mettre dans le même sac, il y a potentiellement là de grands dangers.

Par contre, de là à nous raconter que c'est un truc révolutionnaire bien pire que les OGM... Il faut arrêter de croire qu'on maîtrise des sujets auxquels on ne comprend visiblement rien M le rédacteur de la pétition !

Et vu d'ici j'ajouterai qu'en plus ce n'est sans doute pas la situation la plus préoccupante parmi les utilisations d'OGM car pour faire un peu raccourci (limite caricatural j'avoue), je dirai qu'on ne bois pas la lessive ! :D

Saroder
Le 15/07/2014 à 20:24:57

Philip Malmberg - PDG et Tom Domen - Responsable de l'innovation à long terme ont mis un filtre pour ne pas recevoir les messages adressés par notre site.
Nous invitons donc ceux qui le peuvent à écrire directement à malmberg.philip@ecover.com.   | domen.tom@ecover.com.  
Si vous utilisez des produits écoper, n'hésitez pas à joindre une photo de ces produits pour qu'ils voient bien que vous êtes utilisateurs.

Alain Uguen
Le 15/07/2014 à 11:02:17

Ecover, on vous à l'oeil !

Martine
Le 13/07/2014 à 23:03:19

Cette cyberaction me semble sans conteste justifiée dans la mesure où elle dénonce une production de masse de substances biochimiques produites par des entreprises lambda qui sont loin d'avoir l'expérience en termes de sécurité, qu’ont les laboratoires ou industries spécialisées en biotechnologie.

Je tiens à préciser que la fabrication de l’insuline ou de la somatostatine en réacteur par injection d’un codon humain dans l’ADN d’une bactérie n’a plus grand-chose à voir avec la biologie synthétique qui a pour but la conception et la construction de systèmes biologiques aux fonctions prévisibles et qui est capable, actuellement, de construire des gènes et même des chromosomes.

Cette technologie n’est pas sans risques : la chimie protéique issue de l’ARN messager envoyé par un ADN artificiel peut très facilement différer de nos 25000 protéines et peut avoir une action feedback sur le fonctionnement de nos propres cellules.
En 2011, une équipe chinoise a montré que chez des souris nourries avec un riz OGM, on observait une baisse notable de la production d’insuline liée à l’absorption de microARN (brins d’ARN ne servant pas à fabriquer une protéïne, mais à en contrebalancer la production) issus du gène modifié dans la plante présent dans le riz OGM.
http://blogs.mediapart.fr/blog/bahram-houchmandzadeh/261011/les-micro-arn-un-pave-dans-la-marre-des-ogm  
http://www.nature.com/cr/journal/v22/n1/full/cr2011158a.html  

On ne connaît pas encore les interactions que peuvent avoir une molécule fabriquée par un codon synthétique sur notre peau quand on lave la vaisselle, sur nos poumons quand on respire un parfum ainsi synthétisé, sur tous nos organes quand on mange un aliment ainsi fabriqué.

Oui à la recherche dans ce domaine, oui à la petite production par des entités spécialisées de molécules médicamenteuses, mais NON à la production de masse de produits issus de ces biotechnologies, en l’état actuel de nos connaissances, pour des produits d’usage courant et notre alimentation.

Et pour ce qui est de la nourriture, protégeons la nature au lieu de vouloir en créer un ersatz qui risque fort de tous nous empoisonner.

Tiens, je vais rendre une petite visite à Mr Locck, grand défenseur des mines. ^^

Lionel OUTRIGGER
Le 11/07/2014 à 23:28:35

Bonjour,

Pour moi, cette cyber-action se trompe de cible. La biologie moléculaire est une science d'avenir, et les "usines biologiques" une voie qu'il serait criminel de négliger, car porteuse de progrès pour l'humanité entière.

Je vois plusieurs véritables problématiques dans l'activité dénoncée:

1) Le sucre, qui, comme il a été souligné, n'est pas produit localement, et *pourrait* conduire à faire des dégâts ailleurs

2) Le fait qu'on dise que c'est "naturel", alors qu'il s'agit de biologie de synthèse.

3) Les éventuels risques de dissémination.


Si ces algues sont élevées en milieu clos (un bassin couvert, par exemple), et que les précautions élémentaires sont prises pour ne pas contaminer le milieu naturel, alors le point 3) est réglé.

Si Ecover annonce clairement le mode de production, et indique ses avantages par rapport à la chimie traditionnelle (moins polluant, moins gourmand en énergie, etc), alors je ne vois aucune contradiction avec le terme "Ecologique". C'est le terme "Naturel" qui pose problème (point 2).

Enfin, l'apport d'énergie pourrait se faire à partir d'autres matières premières (voire à partir de biomasse recyclée - plusieurs entreprises font ça très bien), ce qui rendrait caduque l'inquiétude 1).


Bref, à mon sens, les exigences de cette cyber-action sont contre-productives, et mal ciblées. L'ennemi n'est pas le progrès, c'est le progrès tourné dans la mauvaise direction. Nuance !

Sylvain FRANDAZ
Le 11/07/2014 à 13:37:59

Le dossier complet des Amis de la Terre en lien avec la pétition apporte clairement réponse aux interrogations précédentes, il faut simplement prendre le temps de le lire ...

gE
Le 11/07/2014 à 11:14:34

.... Ne pas oublier que l'insuline humaine,, qui permet de vivre à des millions d'humains est produite par des bactérie OGM ! La production biologique par bactérie OGM est une voie de synthèse qui demande assez peu d'énergie... Et utilise de l'énergie renouvelable puisque les bactéries sont le plus souvent végétariennes, voire se nourrissent de déchets.Bien.. Ces bactérie doivent reste dans le digesteur. En général, elle sont "explosées" à la récolte, et peuvent nourrir la génération suivante. Dans ce cadre là, les bactéries OGM, pourquoi pas ? Bien sûr il faut rester vigilant pour qu'un bien fait d'un côté" ne devienne pas une catastrophe d'un autre côté. Si les bactéries d'Ecovert mangent les déchets de canne (et pas le sucre pour humain) , peut être que cette production est avantageuse ? Il faut vraiment voir tout le panorama.
Le vrai problème est que nous, humain sommes si nombreux ! Ce qui est totalement écologique et consommation durable pour une population d'un milliard d'humains (ce qui est déjà beaucoup) est pillage et catastrophe si ce sont 7 ou 8 milliards d'humains qui consomment...

Monsanto et co font tellement de torts en voulant obliger la population à manger des OGM toxiques, font tellement de torts en créant des OGM qui se répandent par leur nature même et polluent, que anti OGM devient un reflex préventif, sans aucune distinction... Donc je ne signe pas, n'ayant pas tous les éléments. Et conduite de façon éthique cette technique , comme l'envisage Ecover peut être durable... Et je suis complètement indépendante, 100% contre les OGM selon Monsanto. Cordialement...

SylvieHR
Le 10/07/2014 à 19:41:09

Ce qui pose problème dans cette affaire n'est pas la biologie de synthèse mais le fait que le sucre utilisé ne sera pas produit localement. Il y a un amalgame dans la pétition entre nanotechnologie et transgénèse très problématique car ces deux technologies n'ont pas grand chose à voir. Du coup la pétition donne l'impression d'émaner d'un groupe qui s'opposerait à toute forme de technologie, si cela était le cas autant le signifier explicitement.

antoine barrière
Le 10/07/2014 à 19:16:35

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !