actualité écologie

La Terre vue depuis l’espace

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

Ne laissez pas vos appareils en veille

Premier vendredi du mois : 18 h 30 rassemblement des Coquelicots

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Journal des Bonnes Nouvelles

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

OPÉRATION

Les 10 jours verts Transacteurs

AG Cyberacteurs

victoire pour Gabriel Dufils

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : Nouvelle Route Littorale de la Réunion

Mise en ligne du 31/10/2013 au 08/12/2013

ATTENTION, CONSULTATION PUBLIQUE EN LIGNE !
La Préfecture met en ligne la consultation publique portant sur les dérogations aux espèces protégées

Bilan de la cyberaction :

2100 participants

Notre mobilisation n'aura pas servi à grand chose car, je pense, que les décisions étaient déjà prises. Dérogation accordée par des Ministres socialistes pour venir en aide à un Président de région UMP... va comprendre!
http://www.reunion.pref.gouv.fr/IMG/pdf/arrete_ministeriel_du_19_dec13_NRL_cle83681d-1.pdf
 


La préfecture n'a pas publié les résultats de la consultation ce qui est une obligation
http://www.nord.gouv.fr/Actualites/Information-et-participation-du-public/Consultations-publiques/Procedure-de-derogation-sur-les-especes-protegees
 

Le combat continue...

Bises

Marie-Cécile

Présentation de la cyberaction :

C'est ici :
http://www.reunion.gouv.fr/spip.php?article2405  
Pour un argumentaire vous trouverez ici, l'avis défavorable du CNPN (Ministère de l'Ecologie) :
http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/Avis_CNPN_du_24_06_projet_Rte_du_Littoral_REUNION.pdf  
Il faut participer massivement et dénoncer ce projet monstrueux qui va avoir des impacts destructeurs sur la biodiversité locale, menaçant un certain nombre d'espèces endémiques rarissimes.
Je mets ci-dessous (entre guillemets) un extrait de l'avis de la SREPEN (association réunionnaise de protection de l'environnement) datant du 25 octobre 2013.
"Lorsqu’une dérogation espèces protégées est prise dans le cadre de l’article L. 411-2 du code de l’environnement, celle-ci ne doit pas nuire à la survie de l’espèce.

• La faune
Plusieurs espèces protégées seront impactées par le projet :
- Le Grand dauphin de l’indo-pacifique (Tursiops aduncus), espèce protégée par l’article L. 411-1 du code de l’environnement, considérée comme en danger d’extinction par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN - liste rouge 2010).
« Cette espèce constitue une petite population (moins de 200 individus), isolée des autres populations de l’Océan Indien et confinée à la Réunion sur un linéaire côtier très restreint (moins de 60 mètres de fond) » (CSRPN, avis du 23 mai 2013). L’état des connaissances concernant cette espèce laisse à penser que les impacts de travaux de la nouvelle route du littoral seront très forts et ne permet pas de conclure au maintien de cette espèce dans un bon état de conservation.

- La baleine à bosse (Megaptera novaeangliae), espèce protégée par l'article L.411-1 du code de l'environnement, considérée comme vulnérable selon l'UICN et figurant à l'annexe 1 (liste des espèces menacées d'extinction) de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvage menacées d'extinction (CITES).
Les perturbations notamment dues au bruit et les destructions d’habitats auront un impact fort sur cette espèce qui met bas dans nos eaux côtières. On ne peut donc conclure au maintien de cette espèce dans un bon état de conservation.

- La tortue verte (Chelonia mydas) protégée par l'article L.411-1 du code de l'environnement, considérée comme espèce en danger par l'UICN et figurant à l'annexe 1 (liste des espèces menacées d'extinction) de la Convention CITES

- La tortue imbriquée ou Carette (Eretmochelys imbricata) protégée par l'article L.411-1 du code de l'environnement, considérée comme en danger critique d’extinction par l’UICN et figurant à l'annexe 1 (liste des espèces menacées d'extinction) de la Convention CITES
Les deux espèces de tortue marine sont actuellement dans un état de conservation défavorable. « Un impact même modéré ou faible […] ne peut avoir que des conséquences graves sur l’évolution de leurs populations » (CNPN, Avis du 24 juin 2013).
Les mesures d'évitement, de réduction et de compensation ne sont pas suffisantes pour maintenir ces espèces dans un bon état de conservation.
Nous soutenons donc que la condition du maintien des espèces dans un état de conservation favorable n’est pas remplie.

• La flore
Il n’a pas été demandé de dérogation pour la flore de la falaise puisque le maître d’ouvrage a considéré « qu’il n’était pas justifié de demander de dérogation […] puisque les impacts directs sont nuls et les impacts indirects ont été estimés comme négligeables » (page 8 du mémoire en réponse de la Région Réunion à l’avis du CNPN du 24 juin 2013).
Or « la valeur écologique terrestre de la falaise [est] liée à la présence de la plus importante population mondiale connue de Bois de paille-en-queue (Monarrhenus salicifolius) ». Cette espèce, considérée comme en danger critique d’extinction par l’UICN, figure sur la future liste des espèces végétales protégées de La Réunion. Cette espèce et son habitat sont directement conditionnés par l’influence des embruns marins. D’autres espèces protégées conditionnées par l’influence des embruns marins seront également fortement impactées.
La partie digue de la nouvelle route du littoral qui aura pour effet d’éloigner la mer de la falaise et donc de diminuer l’influence des embruns marins aura donc un impact indirect fort sur la flore de la falaise. Une demande de dérogation aurait dû être faite pour ces espèces.
On ne peut donc conclure au maintien de la flore de la falaise dans un état de conservation favorable.
Les dérogations demandées ne concernent que les espèces protégées dont l’introduction est prévue dans la palette végétale proposée pour la végétalisation des « pièges à cailloux ». Pour le CNPN, « la plupart de ces espèces sont inadaptées à cette opération du fait de leur absence dans cette partie du territoire réunionnais », leur introduction dans ces milieux est donc à proscrire (CNPN, Avis du 24 juin 2013).
Enfin l’impact des carrières sur les espèces protégées animales et végétales n’a à aucun moment été pris en compte dans le dossier de demande de dérogation. Un projet d’une telle ampleur doit être considéré et étudié dans sa globalité. L’extraction des matériaux aurait donc dû être intégrée à l’étude d’impact initial (ce qui n’a pas été le cas) et être intégrée à la présente demande de dérogation au titre des espèces protégées. Or il apparaît clairement que la variante retenue « viaduc + digue », qui nécessite bien davantage de matériaux, aura, du fait de l’ouverture des carrières, un impact sur les espèces protégées sensiblement plus élevé que ne l’aurait une variante tout viaduc.
La deuxième condition liée à l’obligation de maintenir les espèces protégées concernées dans un état de conservation favorable n’est donc pas remplie.

Conclusion
Les conditions posées par l’article L. 411-2 du code de l’environnement afin de pouvoir déroger à la protection stricte des espèces protégées ne sont donc pas remplies en l’espèce.
Nous émettons donc un AVIS DEFAVORABLE à la demande de dérogation au titre des espèces protégées."
Merci d'avoir lu jusqu'au bout, participez à cette consultation et surtout partagez au maximum cette page, s'il y a une chance d'arrêter ce projet monstrueux, c'est maintenant !

quelques liens portant sur la critique plus générale de la NRL :
http://www.7lameslamer.net/Les-7-mensonges-de-la-nouvelle.html  
http://carfree.free.fr/index.php/2012/12/04/notre-dame-du-littoral/  
http://fabrice-nicolino.com/index.php/?p=1444  
http://journaldunecologiste.blogspot.com/2011/12/nouvelle-route-du-littoral-lenquete.html  

La lettre qui a été envoyée :


Monsieur le Préfet
Les conditions posées par l’article L. 411-2 du code de l’environnement afin de pouvoir déroger à la protection stricte des espèces protégées ne sont pas remplies en l’espèce.
J'emets donc un AVIS DEFAVORABLE à la demande de dérogation au titre des espèces protégées.
Recevez mes sincères salutations.

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

23 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

L'économie n'est pas une fin en soit, surtout face à l'environnement (au sens large) et la dimension sociale, de solidarité.

Van Wassenhoven Robert
Le 30/06/2014 à 17:30:18

Nous ne voulons plus de décisions sans consultation des peuples. Non à ces diktats de la haute finance.

Claude CARRON
Le 05/06/2014 à 11:28:08

Je suis d'accord

Solange
Le 09/05/2014 à 10:22:34

Je pense comme Larmet Jean Dominique:Non à l'ensemble de ce traité pour lequel les peuples ne sont pas consultés,qui est contraire à l'écologie et au bien vivre ensemble.Développons les circuits courts et de réelles relations humaines de qualité et de respect!
Gabrielle Dumas

un anonyme
Le 02/05/2014 à 00:04:53

Il faut arrêter le massacre organisé par les dirigeants des multinationales qui veulent tuer le vivant et s'accaparer de toutes les richesses
Stop, ça suffit!

Moretto Christian
Le 13/04/2014 à 22:24:02

Non à un accord non sécurisé, liberticide et néfaste à la planète et à ses habitants

jd21
Le 24/03/2014 à 16:45:38

Stop à l'esclavagisme des multinationales

Sonia
Le 18/03/2014 à 13:27:57

gardons la liberté pour les agriculteurs français et en même temps l'obligation d'un affichage de la qualité sur les emballage.

patrice denis
Le 18/03/2014 à 12:01:56

Assez de mauvaise nourriture chez nous !!
surtout venant de l'étranger !!!

samson
Le 18/03/2014 à 09:22:36

Non à cet accord sans débats démocratique large avec les citoyens européens

leprieur
Le 17/03/2014 à 22:15:39

Les peuples confrontés à des difficultés imposées par la dictatures des marchés doivent ensemble refuser ce traité.

ana
Le 17/03/2014 à 19:18:22

Non à l'emprise sans cesse croissante des USA sur notre mode de vie.
STOP!

hadjadj
Le 17/03/2014 à 18:13:16

Oui à la protection des droits fondamentaux Non à l'espionnage et au TAFTA !

fred427
Le 17/03/2014 à 17:00:52

on attend beaucup de vous pour défendre les interets du pays et non celui des multinationales

nonaugazdeschiste.roynac26
Le 17/03/2014 à 13:31:04

sauvez nos dernières libertés !!!

sylvie lemmet
Le 17/03/2014 à 13:16:11

Non pour cet accord USA/eu

nicole noyel
Le 17/03/2014 à 11:50:01

Non aux profits sans limite, non aux traités transatlantique.

vermot simone
Le 17/03/2014 à 11:07:47

vive la decroissance stop a limperialisme

bouche
Le 17/03/2014 à 10:24:58

non a des accords d'esclavagisme dont la violence s'exprimera rapidement dans la rue

rossi
Le 17/03/2014 à 08:48:08

La mobilisation du peuple vaincra.

Fidel Dorado
Le 16/03/2014 à 11:15:28

Ca sera, une fois de plus, un (ruineux pour l'Etat, donc nous) partenariat public-privé. Le privé sera représenté par les groupes Bouygues, Vinci et GTOI (Grands Travaux Océan Indien).
Comme d'hab, une étude va prétendre que le trafic de cette route va être très important, que les bénéfices seront conséquents (puisque péage il y aura).
Ces partenariats public privé nous sont toujours présentés par les députés désintéressés (hum ...) des régions concernées comme étant incontournables dans la mesure où l'état ne verse rien, ou verse une partie du montant des travaux. Ils oublient cependant de préciser qu'en cas de rentabilité non atteinte (trafic insuffisant dans notre cas), ce qui arrive quasiment tout le temps, il est prévu que l'état paie une indemnité à ces sociétés (dédommagement plus rente annuelle).
Quelques exemples (sans oublier Ecomouv en cours et l'aéroport NDL à venir)de ces partenariats juteux pour le privé :
http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/10/07/l-echec-du-partenariat-public-prive-au-centre-hospitalier-sud-francilien_1583220_3232.html  
http://www.mediapart.fr/journal/france/190712/nouvelle-plainte-contre-le-grand-stade-de-lille  
http://www.mediapart.fr/journal/economie/070113/comment-vinci-et-eiffage-ont-parie-sur-le-retard-du-contournement-de-marseil  
http://www.mediapart.fr/journal/fil-dactualites/071211/ppp-bouygues-et-paris-7-ont-le-meme-avocat  
On pourrait faire un jeu à celui qui en trouve un nouveau, on pourrait remplir 20 pages de ce topic en les listant.

Lionel OUTRIGGER
Le 09/11/2013 à 18:25:00

Je suis du même avis pour mettre d'entrée dans le titre un "non à la dérogation" ou équivalent.
C'est ce que je ferai.
j'en ai marre de ces gouvernants et administrants qui se mettent au-dessus des lois : pour l'ayraultport, il y a déjà une demande de dérogation pour espèces protégées !
Les citoyens, nous devons respecter la LOI et eux, ils trafiquent...Il faudra demander une loi pour impossibilité de dérogation !!!! Non mais.
D'autre part, pour cette route ( je n'ai pas tout lu ), elle doit côuter, (minimum ) 1,6 milliard d'€ . Sommes-nous si riches pour se permettre çà encore ?

MELBA74
Le 08/11/2013 à 19:49:44

Encore une fois, le contenu du courrier proposé est indigent, et incompréhensible.

N'ayant pas le temps de recopier de façon complexe des arguments, je me suis contenté de :

- Préciser "NRL" dans le titre (car si l'on ne précise pas, cela n'a AUCUN SENS)

- Préciser "Non à la dérogation" dans le titre, car il est très léger et pas efficace de ne pas indiquer la position dans le titre !

- Supprimer "donc" dans le texte proposé.
Ce "donc" n'a strictement aucun sens dans une phrase qui débute un courrier ! Il aurait un sens si le courrier débutait par un argumentaire (argumentaire auquel ce "donc" ferait alors référence), ce qui n'est pas le cas.

Je l'ai envoyé avec ces trois petites modifications, mais cela reste le "minimum syndical". Sans ces modifications, c'est carrément inutile voire contre-productif. Très désinvolte, très léger.

Jacques C
Le 03/11/2013 à 22:40:33

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !