actualité écologie

Les 10 jours verts Transacteurs

victoire pour Gabriel Dufils

Ne laissez pas vos appareils en veille

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Journal des Bonnes Nouvelles

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

La Terre vue depuis l’espace

OPÉRATION

Premier vendredi du mois : 18 h 30 rassemblement des Coquelicots

AG Cyberacteurs

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Jour du dépassement : ça y est, l'humanité a épuisé toutes ses ressources renouvelables pour l'année 2019

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : SOUTIEN AUX RÉFUGIÉS DU CAMP DE CHOUCHA

Mise en ligne du 03/05/2013 au 30/09/2013

Fuyant la guerre en Libye, des réfugiés ont été accueillis dans un camp gérés par le HCR (Haut Commissariat aux Réfugiés) à Choucha en Tunisie. La plupart des réfugiés ont été réinstallés dans des pays occidentaux, mais ils sont encore quelques centaines, originaires d'Afrique sub-saharienne, dans ce camp situé en plein désert. Or le HCR veut fermer le camp en juin, sans solution de réinstallation pour celles et ceux qui y sont encore. La Tunisie ne leur offre pas non plus de solution viable. Les réfugiés multiplient les mouvements de protestation, et certains sont actuellement en grève de la faim. Ils demandent simplement une perspective d'avenir.

Bilan de la cyberaction :

3285 participants

Alors que le HCR maintient la date de fermeture du camp de réfugié de Choucha au 30 juin, les réfugiés continuent leurs actions pour être entendus des autorités et obtenir leur réinstallation dans un pays où ils pourront reconstruire leur vie de manière durable.

Le HCR a fait quelques concessions, tout en continuant à traiter les personnes de manière différencies. Ainsi, 403 personnes a qui le HCR a reconnu le statut de réfugié et qu'il a accepté dans le programme de réinstallation dans un autre pays, vont être logées dans un foyer en attendant leur départ pour leur pays de destination. À environ 400 autres personnes que le HCR a reconnues comme réfugiés, mais qu'il n'a pas accepté pour le programme de réinstallation, il est proposé un programme d'intégration en Tunisie, avec une soutien financier de 5000 dinars (environ 2300 €) pour monter un projet d'activité. Quand à ceux qui n'ont pas été reconnus par le HCR, ils auront simplement droit à un titre de séjour leur permettant de rester en Tunisie.

Rappelons que si la Tunisie a accueilli plus de 500 000 réfugiés pendant la guerre en Libye, lesquels sont pour la plupart rentrés dans leur pays, les pays occidentaux, eux n'ont accepté que le quelques milliers de réfugiés, et ont traité en « clandestins » ceux qui essayaient de rejoindre ses côtes.

Le HCR n'est pas une organisation non-gouvernementale, mais une agence intergouvernementale, ce qui explique les modalités de son action en Tunisie, et les difficultés qui sont survenues avec les réfugiés de Choucha, dont la lutte continue.

Trois mois plus tard, une partie des réfugiés, environ 400 personnes, sont restées sur le site du camp, sans eau et sans nourritures, dans des conditions extrêmement difficiles. Ils survivent en allant faire des petits boulots à la ville la plus proche et en mendiant sur la route. D'autres ont accepté le programme d'intégration en Tunisie, mais celui-ci prévoit un soutien financier dégressif, et il est difficile pour de trouver du travail dans un pays en crise. D'autres ont entrepris la dangereuse traversée vers l'Europe.

Présentation de la cyberaction :

Lorsque débute le soulèvement qui allait renverser le régime de Kadhafi, environ un million cinq cent mille travailleurs immigrés vivaient en Libye. Pays producteur de pétrole, elle a en effet d'importants besoins de main-d'oeuvre.

La guerre a provoqué le départ de la plupart de ces immigrés vers les pays voisins, d'où la plupart d'entre eux ont été rapatriés dans leur pays d'origine. Ceux qui avaient fuit leur pays à cause de la guerre ou de la dictature, et qui ne pouvaient pas y rentrer, ont été accueillis dans un camp de tentes en plein désert, en Tunisie, près de la frontière libyenne, à Choucha.

Les demandes d'asile de ces personnes ont examinées par le HCR (Haut Commissariat aux Réfugiés des Nations unies), qui gère aussi le camp, et une partie des celles qui ont obtenu le statut de réfugié ont été réinstallées dans d'autres pays (Europe, Nouvelle-Zélande, Canada...) Mais en décembre 2011, le HCR a interrompu le programme de réinstallation, et 228 réfugiés sont restés dans le camp de Choucha, avec les personnes à qui le HCR a refusé le statut de réfugié.

Aujourd'hui, les réfugiés de Choucha en appellent à la solidarité internationale. Le HCR a décidé de fermer le camp en juin prochain. La demande des réfugiés d'être réinstallés dans un autre pays et des personnes dont la demande a été rejetée de voir leur situation à nouveau examinée se heurte au refus de dialogue du HCR et à la répression de la police tunisienne.

La seule proposition du HCR est de faciliter l'installation en Tunisie de ceux qu'il a reconnu comme réfugiés. Quand aux autres ils doivent disparaître, l'eau et l'électricité leur a plusieurs fois été coupés dans le camp. La Tunisie n'a pas de loi sur l'accueil des réfugiés, et les personnes qui y resteraient seraient simplement tolérées par les autorités, dans un contexte de crise économique et de fort racisme à l'entre des personnes originaires d'Afrique noire.

Une quarantaine de réfugiés sont actuellement en grève de la faim.

Voici le texte de la pétition « Pour la réinstallation des victimes de la guerre en Libye dans des pays sûrs » que nous vous invitons également à signer sur http://www.change.org/en-GB/petitions/unhcr-governments-of-australia-canada-eu-newzealand-norway-swiss-usa-resettlement-for-the-victims-of-the-libyan-crisis?utm_source=guides&utm_medium=email&utm_campaign=petition_created  

« Nous sommes un groupe ayant obtenu le statut de réfugié par le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).
Nous sommes 228 réfugiés vivant dans le camp de Choucha en Tunisie. Nous venons de différents pays - le Soudan, la Somalie, l'Érythrée, l'Éthiopie et le Tchad. Il y a également 34 Érythréens vivant à Médenine.
Nous avons fui la Libye vers le camp de Choucha en Tunisie où nous avons trouvé refuge après la guerre et les frappes aériennes de l'OTAN. Nous craignions pour nos vies.
Le HCR, qui gère le camp de Choucha, a mis fin au programme de réinstallation le 1 décembre 2011. Mais certains d'entre nous ont atteint le camp avant septembre 2011, d'autres fin novembre mais n’ont été enregistrés au camp de Choucha qu’en décembre. Quelques-uns sont arrivés après Décembre et ont été contraints de vivre à Médenine.
Nous avons été choqués par la décision du HCR de séparer nos cas de celui des autres réfugiés du camp de Choucha et de de ne pas envoyer nos dossiers de réinstallation dans un pays tiers.
Le HCR a décidé de fermer le camp en Juin 2013 et d'imposer un programme d’«intégration locale» en Tunisie.
Nous ne voyons pas cela comme une solution viable pour les raisons suivantes:

1. La discrimination raciale que nous avons connu - et dont nous faisons encore l'expérience - en Tunisie dans de nombreux domaines de la vie, même dans l'endroit le plus humanitaire dans le pays, les hôpitaux. En outre, les Erythréens vivant à Médenine, qui sont pour la plupart chrétiens, sont confrontés à la discrimination religieuse.

2. L'absence de la sécurité et de sureté dans le pays en raison de sa situation instable. Par exemple, une ville tunisienne nommée Ben Garadane est restée sans aucun policier pendant trois semaines en raison de manifestations des citoyens locaux.

3. Il n'existe aucune loi protégeant et garantissant les droits des réfugiés en Tunisie.
La preuve vivante de l'échec de cette expérience de «l'intégration locale» est ce qui est arrivé aux réfugiés à Médenine, comment ils ont été traités par les citoyens locaux et le nombre de fois où ils se sont plaints auprès du HCR à ce sujet.

Ce sont donc les principales raisons qui font que nous rejetons l’«intégration locale» en Tunisie.
Parce que nous sommes à la recherche d’une vie dans la dignité et le respect, nous avons commencé un sit-in devant le bureau du HCR à Tunis qui se poursuit depuis le 26 Mars. Nous nous sommes également engagés dans une grève de la faim illimitée depuis le 29 Mars.

Notre seule exigence est d’avoir une chance égale à celles des autres réfugiés, nos dossiers doivent être envoyés aux pays de réinstallation qui ont un système efficace de protection. Pays où, comme d'autres réfugiés vivant dans le camp de Choucha, nous serons respectés et traités comme des êtres humains.
Nous avons juste besoin de vivre une vie normale comme tout autre être humain. C'est notre seule demande. »


Plus d'information :

http://voiceofchoucha.wordpress.com/  

http://chouchaprotest.noblogs.org/  

https://www.facebook.com/refugees.shousha  

https://www.facebook.com/voice.choucha  

https://www.facebook.com/chouchaprotest.solidarity  

https://www.facebook.com/choucha.camp  

La lettre qui a été envoyée :


À l'attention de Ursula Schulze Aboubacar

Représentante de l’UNHCR en Tunisie

Madame,

Je soutiens la demande des réfugiés du camp de Choucha d'être réinstallés dans un pays en situation de les accueillir, ce que la Tunisie ne peut pas faire actuellement. Je soutiens donc la pétition « Pour la réinstallation des victimes de la guerre en Libye dans des pays sûrs » qu'ils vous ont adressée. La situation des personnes dont la demande d'asile a été rejetée doit être réexaminée. Je vous demande d'ouvrir sans tarder le dialogue avec les réfugiés.

Veuillez agréer, madame, l'expression de mes salutations citoyennes.

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

6 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

Alors que le HCR maintient la date de fermeture du camp de réfugié de Choucha au 30 juin, les réfugiés continuent leurs actions pour être entendus des autorités et obtenir leur réinstallation dans un pays où ils pourront reconstruire leur vie de manière durable.
Le HCR a fait quelques concessions, tout en continuant à traiter les personnes de manière différencies. Ainsi, 403 personnes a qui le HCR a reconnu le statut de réfugié et qu'il a accepté dans le programme de réinstallation dans un autre pays, vont être logées dans un foyer en attendant leur départ pour leur pays de destination. À environ 400 autres personnes que le HCR a reconnues comme réfugiés, mais qu'il n'a pas accepté pour le programme de réinstallation, il est proposé un programme d'intégration en Tunisie, avec une soutien financier de 5000 dinars (environ 2300 €) pour monter un projet d'activité. Quand à ceux qui n'ont pas été reconnus par le HCR, ils auront simplement droit à un titre de séjour leur permettant de rester en Tunisie.
Rappelons que si la Tunisie a accueilli plus de 500 000 réfugiés pendant la guerre en Libye, lesquels sont pour la plupart rentrés dans leur pays, les pays occidentaux, eux n'ont accepté que quelques milliers de réfugiés, et ont traité en « clandestins » ceux qui essayaient de rejoindre ses côtes.
Le HCR n'est pas une organisation non-gouvernementale, mais une agence intergouvernementale, ce qui explique les modalités de son action en Tunisie, et les difficultés qui sont survenues avec les réfugiés de Choucha, dont la lutte continue.

Philippe Wannesson
Le 17/07/2013 à 10:43:09

Quelle est la réponse du HCR à cette demande?

poumtatalia
Le 13/06/2013 à 13:21:41

La pétition était également destinée aux gouvernements et HCR des différents pays, y compris la france. La france n'a accueilli qu'un seul réfugié suite à la guerre en libye.

Biloue
Le 02/06/2013 à 17:42:09

@Ginette
En quoi ce commentaire fait-il progresser la compréhension des lecteurs de cette cyberaction relativement à l'action attendue du HCR et de la France? S'agit-il de pointer davantage la responsabilité de la France dans le drame lybien? S'agit-il de glorifier le régime khadafiste? Ou de pointer du doigt les "méchants"? Merci d'être plus explicite.

PhL38F
Le 14/05/2013 à 10:26:40

Je suis d'accord pour soutenir l'action de ces travailleurs en direction du HCR. Mais, la France ayant une responsabilité importante dans cette situation, pourquoi ne pas faire également une action en direction du gouvernement français pour que la France en accueille un certain nombre ?

Jacques Leyrat
Le 07/05/2013 à 09:58:07

Sous la Jamarihiya, le gouvernement de Kadhafi, les travailleurs africains vivaient bien. En allant en Libye pendant la guerre menée par l'OTAN contre le peuple libyens, j'ai passé par ce camp de Choucha et j'ai discuté avec les réfugiés, tous regrettaient de devoir quitter la Libye. Avec l'arrivée des salafistes payés par le Qatar et soutenus par l'occident, ils ont tout perdu

Ginette Hess Skandrani
Le 06/05/2013 à 13:04:28

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !