actualité écologie

Ne laissez pas vos appareils en veille

PROJECTION DU FILM UNE FOIS QUE TU SAIS

22 V'là les acteurs des transitions

SPAM etc...

Journal des Bonnes Nouvelles

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

APPEL : Les petits pas ne suffisent pas

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Les amis des 150

AG Cyberacteurs

Jour du dépassement : Pourquoi le recul cette année du 'jour du dépassement' est un trompe-l'œil

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

météo

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : La place du solaire est sur les toits ou les friches industrielles et non dans les champs

Mise en ligne du 20/09/2022 au 21/10/2022

L’enquête publique sur la centrale solaire de Germenay/Dirol (Nièvre) s'est ouverte du 19 septembre au 20 octobre. Ce projet prévoit d’installer 73 000 panneaux photovoltaïques, 15 transformateurs électriques, 15 onduleurs sur 75 hectares de terres agricoles…

Bilan de la cyberaction :

1888 participants

Consultation terminée

Présentation de la cyberaction :

À la place de notre belle campagne de bocages, imaginons un site industriel grand comme 75 stades de football avec grillages et caméras de surveillance… Et ceci pour une durée minimale de 30 ans !

C’est l’introduction à la pétition du collectif Énergie58 (dont Adret Morvan est membre). Nous vous invitons à la signer. Elle explique l’impact concret du projet.

Au-delà des arguments développés dans cette pétition, nous souhaitons élargir aussi le propos. En effet, même si nous sommes pour les énergies renouvelables, nous sommes aussi pour la préservation des sols agricoles et des forêts qui nous seront très utiles dans ce contexte de changement climatique.

La direction prise actuellement sur les questions énergétiques n’a aucune cohérence. Laisser le marché gérer le déploiement des ENR sans contraintes n’aboutira à rien d’efficace si ce n’est à augmenter la consommation comme le montre les études. Décarboner la société d’ici 2050 (zéro émission en 2050) est impossible sans repenser notre façon de consommer et d’organiser de la société. On appellera ça de la décroissance, de la sobriété, de la récession, de l’adaptation, de la transition, de la bifurcation mais c’est physique et démontré, la substitution des combustibles fossiles ne peut se faire sans une réduction massive des consommations.

Les politiques qui expliquent que la technologie nous permettra , à elle seule, de trouver des solutions adaptées dans les délais impartis sont des menteurs, des incompétents ou des irresponsables.

Cette réduction nécessite une organisation nationale mais aussi locale pour planifier la transition. Il est probable en effet que les terres agricoles seront de plus en plus nécessaire pour pallier la baisse des rendements agricoles dûs au changement climatique, l’impact de l’abandon des engrais chimiques, l’épuisement des sols dû à l’industrialisation… Par ailleurs, les objectifs de stockage du carbone sur les sols agricoles (en retard selon le haut conseil pour le climat) ne peuvent être obtenus en continuant d’artificialiser les sols. De plus ces terres seront probablement nécessaire pour produire un peu de carburant végétal pour palier, in fine, en fin de transition, certains usages très difficiles à substituer. Préserver les terres est donc une priorité pour l’avenir et le solaire doit être déployé en priorité sur les terrains déjà artificialisés, même si la rentabilité économique est moindre.

Cette bifurcation ne peut se faire sans organiser la société pour réduire les inégalités sociales qui sont aussi des inégalités d’émission de carbone. La redistribution de la richesse avec des dispositifs permettant de compenser les contraintes de la transition (tout le contraire de la prime à la pompe actuelle) est indispensable pour permettre aux plus pauvres de s’adapter et contraindre les plus riches à diminuer leurs émissions. En France, les 1% les plus riches ont une empreinte carbone 66 fois plus élevée que les 10% les plus pauvres (Étude Greenpace/Carbone 4).

Malgré les efforts du département pour tenter de planifier la transition, les effets ne se font guère sentir sur ce type de projet…
https://adretmorvan.org/index.php/2022/08/21/panneaux-solaires-de-germenay-dirol-un-projet-a-combattre-on-vous-dit-pourquoi/  

En savoir plus
La confédération paysanne de la Nièvre analyse la dérive qui risque de modifier profondément la structure du monde agricole et aggraver la dépendance de paysans aux structures financières.
https://adretmorvan.org/wp-content/uploads/2022/08/ConfederationPaysanne58_Positionnement_Centrales_photovoltaïques_062021.pdf  

FNE Midi-Pyrénées développe une analyse complète et cite de nombreuses études et sources alors que les projets se multiplient sur les terres agricoles et dans les forêts en Midi-Pyrénées.
https://www.fne-midipyrenees.fr/2022/05/20/note-de-positionnement-quant-aux-projets-photovoltaiques-sur-des-terres-naturelles-agricoles-et-forestieres/  

Le collectif du Causse Comtal démontre avec des sources chiffrées pourquoi le panneau solaire descend des toits vers les prés pour des raisons purement financières alors que les grandes toitures industrielles sont suffisantes pour accueillir le photovoltaïque.
https://ccaves.org/blog/wp-content/uploads/choix-politique-de-ne-pas-financer-le-pv-sur-toiture-1.pdf  


Centrales solaires dans les champs, ne tombons pas dans le panneau ! Débat le 24/09 -10h30
https://adretmorvan.org/index.php/2022/09/19/centrales-solaires-dans-les-champs-ne-tombons-pas-dans-le-panneau/  

La lettre qui a été envoyée :


Madame, Monsieur
Le développement de l’énergie solaire que je défends doit être pensé de façon cohérente et collective. La place des panneaux photovoltaïques n'est pas dans les champs, mais sur les hectares de friches industrielles, parkings, toitures industrielles ou agricoles disponibles dans la Nièvre
Je vous demande donc d'apposer un refus à ce projet et d'inviter les promoteurs à en revoir l'emplacement.
Veuillez agréer mes salutations citoyennes.

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

42 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e


NOUS NE TOMBERONS PAS DANS LE PANNEAU DE L’AGRIVOLTAÏSME ! Positionnement quant au photovoltaïque sur les terres agricoles naturelles et forestières
https://ccaves.org/blog/wp-content/uploads/Conf_positionnement_agrivoltaisme_VF_BD_280922.pdf  

Alain UGUEN
Le 20/10/2022 à 07:47:07

CONSOMMONS MOINS ET CA IRA TOUT SEUL.
MOINS VITE DEVRAIT FAIRE L'AFFAIRE AUSSI.
louis

Louis
Le 17/10/2022 à 17:28:37

Avec tous les centres commerciaux, les bâtiments industriels qui sont déjà construits, quel besoin de supprimer des dizaines d'hectares de terre nourricière?
Absurdité quand tu nous tiens...

Fabrice Oppenlander
Le 17/10/2022 à 09:41:29

Que du bon sens !

sophie Tiger
Le 13/10/2022 à 14:38:11

Il faut se battre pour intégrer d'abord les panneaux au bâti et en particulier en couverture. Sous prétexte de tradition (très récente d'ailleurs), le lobby de la terre cuite à bien vécu non? d'autant que ce matériaux noble a plus sa place ailleurs que sur les toits qui ne satisfont guère que les touristes venant visiter la vieille Europe en avion. Que dire aussi des couvertures de toutes ces caisses énergivores qui ornent nos entrées de villes comme des bourgs?

philippe vieuxmaire
Le 13/10/2022 à 09:05:34

Les sociétés complexes (les nôtres) ont besoin d'énormément d'énergie pour maintenir leurs structures...
Pour consommer beaucoup moins , il faut simplifier , changer radicalement la société...

Roger LUCE
Le 06/10/2022 à 21:34:37

Je signe car effectivement il faut mettre des panneaux solaires (pas que PV, en zone urbaine ils peuvent être mixtes pour contribuer aux réseaux de chaleur)sur les constructions existantes (pour les "friches industrielles" elles ont souvent d'autres utilités) .
Mais d'un autre côté l'agriculture française a besoin des panneaux solaires pour financer la construction de serres pour mettre à l'abri des événements météorologiques une part croissante de nos productions et notamment permettre d'assurer la grande majorité des productions de fruits et légumes alors que nous sommes tombés à 10%!
les choses ne sont pas simples!

Jean-marc TAGLIAFERRI
Le 05/10/2022 à 23:06:45

Succès pour la réunion « Ne tombons pas dans le panneau ! »
https://adretmorvan.org/index.php/2022/10/04/reunion-publique-ne-tombons-pas-dans-le-panneau/  

La réunion organisée par le collectif de Dirol-Germenay avec l’appui d’ADRET-Morvan et de la Confédération Paysanne de la Nièvre (animation), s’est tenue le 24 septembre à Cropigny. Une grosse centaine de personnes ont participé à cette réunion où le collectif Énergie 58, Adret Morvan et la confédération Paysanne ont pu exposer les problèmes posés par le projet de Dirol-Germenay. Les opposants à d’autres projets similaires en cours (Les prés de la Garde – St Pierre-le-Moutier, le collectif contre le projet d’Anthien ainsi qu’Attac et le Gabni (Collectif Nivernais pour une Agriculture Durable), LFI ont pu élargir le propos. Coté élus, Fabien Bazin, le président du Conseil départemental, Sylvain Mathieu, le président du Parc et conseiller régional, Patrice Joly sénateur de la Nièvre et plusieurs maires étaient dans la salle (enfin la stabulation).

Alain UGUEN
Le 05/10/2022 à 08:44:34

Malheureusement, il n'y a pas que les terres agricoles qui sont visées. Je viens d'entendre aux infos que les charognards du solaire reluquent les parcelles de forêt brûlée de Gironde. Les propriétaires publics ou privés vont céder à la sirènes du fric et le Préfet va certainement faire des dérogations pour autoriser un monstre

Alain Wattrelot
Le 04/10/2022 à 11:15:45

absolument d'accord!

béatrice jung luijken
Le 28/09/2022 à 16:44:05

Tout à fait d'accord

Philippe Gillier
Le 26/09/2022 à 16:49:42

Détruire encore et toujours des terres cultivables au profit de l'énergie soi-disant écologique et qui n'a rien d'écologique à partir du moment où elle entraîne des destructions inutiles. Il y a d'autres endroits pour installer des fermes photovoltaïques. Qu'attendent les décideurs ? Que la France devienne un désert agricole qui dépendra d'autres pays pour se nourrir ? Ce ne sont pas les profits de certains qui sauveront le climat et les citoyens. Revoyez vos projets et pour une fois oeuvrez pour le bien de tous et de la sécurité alimentaire. Dans ces temps troublés cela devrait être une priorité.

Lilith
Le 26/09/2022 à 13:44:59

Ils veulent nous mener à la famine...! Ou presque.
>>Autonomie alimentaire.
Les sociétés industrielles modernes ont été construites grâce aux énergies fossiles , dont le pétrole en premier depuis les années 1950/60 (la Grande Accélération) à fort contenu énergétique. Ce qui n'est pas le cas de l'énergie solaire directe. La transition est une blague dangereuse si nous ne changeons pas radicalement de société...qui devra se simplifier de gré ou de force : le chaos...

Roger LUCE
Le 26/09/2022 à 11:50:19

Alpes du Sud : les défenseurs de la forêt obtiennent un sursis fragile
https://reporterre.net/Alpes-du-Sud-les-defenseurs-de-la-foret-obtiennent-un-sursis-fragile  

Alain UGUEN
Le 26/09/2022 à 08:36:05

On calcule facilement que poser du PV (qui devra être recyclable à moindre effort) au-dessus de tous les autoroutes permettrait d'assurer presque toute la consommation électrique de jour !


En association avec diverses formes de stockage saisonnier,
le pb de l'énergie (intensive .. donc genre actuelle)
est soluble ... même si cette consommation est délirante.

Poser des capteurs dans les prés et les champs : c'est dingue.
On va cultiver en les détrusant dans les forets equatoriales par manque ..
de terre et on mettrait des capteurs ici...
sur les terre cultivables ...
il faut vivre dans un Spectacle pour hypnotisés ...
pour en arriver à ce degré de perte de sens de la réqlité.
Ou bien être en guerre, en guerre pour faire du fric.

Remarquez, l'absurde n'est pas nouveau, il y a des gens pro-nucléaire ou PRO-GUERRE.
AUX FOUS !

jean
Le 23/09/2022 à 15:26:54

Qu’en est-il du « temps de retour énergétique » des panneaux solaires?
https://news.dualsun.com/technologie-solaire/temps-retour-energetique-panneaux-photovoltaiques/  
Réduire l’impact environnemental du cycle de vie des panneaux solaires est une démarche qui mérite d’être soutenue. L’intérêt de ces panneaux est la production d’électricité. Une question simple se pose : l’énergie que produit le panneau durant toute la durée de son fonctionnement, rembourse-t-elle l’énergie grise du produit ?
La réponse est Oui… Et largement ! Selon une étude du département Américain de l’énergie, The National Renewable Energy Laboratory, les panneaux produisent autant d’énergie qu’il n’en a fallu pour les fabriquer en 4 années au maximum, soit un cinquième de la durée de leur vie minimale ! Avec une durée de vie attendue de 30 ans, et un remboursement énergétique de 1 à 4 ans, c’est 87 à 97% de la production photovoltaïque qui sera une production non polluante !
Au final l’énergie produite par un panneau solaire photovoltaïque est largement supérieure à l’énergie nécessaire pour le fabriquer !

Alain UGUEN
Le 23/09/2022 à 09:03:22

La place du solaire est sur les toits, comme la place du petit pois est au jardin, pas dans la tête... mais hélas, ils sont nombreux à ne pas l'avoir compris !
Des centrales solaires qui dévorent les champs, prairies et forêts, c'est non ! Des éoliennes qui moulinent au milieu des couloirs de migration, c'est encore non !
Enfin, quid des fameuses "ombrières" orientables ? Voir à :
https://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne-franche-comte/haute-saone/des-panneaux-solaires-au-dessus-des-cultures-l-agrivoltaisme-se-developpe-une-premiere-ombriere-mise-en-service-en-haute-saone-2610040.html  
Y a-t-il un hic, là aussi ?

Frawald
Le 23/09/2022 à 08:31:42

Il y a des milliers d'ha. de friches industrielles ou de parkings que l'on pourrait parfaitement utiliser pour mettre des panneaux solaires. Il es totalement aberrant de stériliser des terres agricoles pour cela.

Marc Solari
Le 22/09/2022 à 19:28:02

Pour fabriquer des panneaux solaires, il faut du verre chauffé dans des fours à 1000 degrés!
Tout ça s'est bon pour le réchauffement climatiques.
En plus à la moindre grêle elles seront détruites.
Il existent de nombreux autre moyens, notamment, les rivières
sans les abimer et en respectant leurs écosystèmes...

marie-hélène boissin-manson
Le 22/09/2022 à 18:14:00

Marre de voir des installations n'importe où.
Ok pour les toits industriels

Stéphoto
Le 22/09/2022 à 17:41:57

Aidons les renouvelables à se passer des énergies fissiles et fossile tout en laissant la terre nourricière nous nourrir !

Azertie
Le 22/09/2022 à 16:00:03

Les "champs photovoltaïques" doivent être bannis. Leur place est prioritairement sur les toits, les parkings tout ce qui peut en recevoir, les décharges qui ont été fermées...
La Terre agricole doit être absolument conservée pour produire de la nourriture et que les promoteurs ne disent pas que les brebis pâtureront dessous!!!!
Pauvres brebis....

Une autre priorité serait les économies d'énergie, dans toutes ces approches, nos responsables misent sur une continuité du modèle actuel et rein d'autres!
L'aspect social de la réduction drastique des inégalités doit être pensé en même temps que la sobriété pour tous.
Un riche ou très riche qui cumule avion, yacht, résidences somptueuse (ou plusieurs même) doit être sevré d'un luxe démesuré, en comparaison d'une personne ayant le smic ou moins! et qui a de mal à bien se nourrir, mettre du G-Oil dans son vieux diesel est mal logé et chauffé.

Le compte pour le moment n'y est pas!!!!!

Eugène-François Ravenet
Le 22/09/2022 à 15:06:54

Alpes du Sud : les défenseurs de la forêt obtiennent un sursis fragile
https://reporterre.net/Alpes-du-Sud-les-defenseurs-de-la-foret-obtiennent-un-sursis-fragile  

Alain UGUEN
Le 22/09/2022 à 09:49:19

en espérant que l'enquête publique sera défavorable à ce projet destructeur de terres fertiles. Vous pourriez rajouter à votre titre " et dans les forêts". Actuellement un carnage de "défrichage" 16,7 ha se déroule à Cruis 04 dans la montagne de Lure Alpes de Haute Provence malgré une procédure en cours au tribunal administratif émise par une association locale qui se démène et lutte contre un projet d'environ 600 ha. Produire et consommer local.

madrange
Le 22/09/2022 à 08:20:31

Le solaire, comme l'éolien, sont certainement une excellente énergie renouvelable, mais pas au détriment des sols agricoles.

Roland COMTE
Le 21/09/2022 à 16:24:52

Nous mangerons bientôt des dechets c'est ce que veulent nos dirigeants

Christophe Crouzet
Le 21/09/2022 à 15:18:36


Non aux "73000 panneaux voltaïques, 15 transformateurs, 15 onduleurs sur 75 ha de terres agricoles".
Si les agriculteurs ne sont pas alléchés par la tune proposée par le projet, ils peuvent éviter la tuerie de sauterelles et de mantes religieuses.
Dites NON à ce projet. Les miroirs vont éblouir les buses, les milans royaux, les pilotes d'Aitr France et les VIP en jets. Aussi devez vous renoncer à cette initiative.
Oui, couvrez vos toits, chers lotisseurs propriétaires qui mitez les terres autour des villages par l'entremise de maires hyper viabilisateurs.
Installez des panneaux sur les toits des grandes surfaces qui s'envolent par tempêtes, sur les sculptures moches de Koons et autres, sur les pistes de saut à ski laissées à l'abandon. Mais surtout laissez les forêts intactes même si elles sont moins belles dans les Landes, surtout une fois brûlées, elles méritent de vivre en rangs d'ognons, laissez aussi les poissons nager dans les lacs de retenue et ne faites surtout pas brouter les moutons sous les tôles déjà installées (cf. Allier et d'autres.)
A bas les méga centrales solaires.
Aïchat Nussy.

colette Nusbaum Vallet
Le 21/09/2022 à 10:09:47

Non, on peut très bien avoir de l'élevage pâturant tout à fait "normal" sous des panneaux.
Et contrairement à ce que laisse penser les prises de position des syndicats agricoles (solaire = artificialisation), l'élevage à l'herbe est une production agricole à part entière, qui restera indispensable si on veut se passer des pesticides en agriculture.
Il suffit que les projets soient réfléchis avant, et qu'effectivement, l'élevage ne soit pas là uniquement pour servir d'alibi vert aux développeurs.
Ce qui demanderait une attitude constructive pour créer des collectifs citoyens, rassemblant habitants, collectivités autour des éleveurs ou futurs éleveurs, capables d'imposer un certaine nombre de conditions aux financiers.
Même si leur participation est souvent, mais pas toujours nécessaire (capacité financière) on peut leur imposer des conditions qui permettent de monter de bons projets, la marge de rentabilité de la production d'énergie étant importante. Bien supérieure à celle de la production agricole.
Ici, comme ailleurs, Conf et Fne en restent à une attitude de dénonciation, qui n'aboutit à rien, si ce n'est à retarder les dossiers sans les améliorer vraiment et à faire croire que le problème de la décarbonation de l'économie pourrait se régler facilement.
Même avec de la sobriété (ce qui n'est pas gagné), on aura besoin de plus que les toitures. De plus, il y a plein de terrains abandonnés,sur lesquels une biodiversité intéressante a repris ses droits, sur lesquels il serait dommage de mettre des panneaux. Alors que si on les met sur les prairies naturelles de la Nièvre, on est sur que la prairie restera prairie, avec tous ses avantages pour la biodiversité, la qualité et le stockage de l'eau, le stockage du carbone, etc... Et que ça aidera un.e paysan.ne à tenir face à un avenir sombre pour l'élevage allaitant. J'irai même plus loin : si l'installation de panneaux s'accompagne de la mise en herbe de parcelles cultivées, je pense que tout le monde aura à y gagner, la qualité de l'eau aussi, qui ne recueillera plus nitrates et pesticides, et qui produira de la viande faite à l'herbe plutôt qu'avec du maïs irrigué et du soja de déforestation.
Bref, je regrette le faible niveau de la réflexion qui sous-tend cette pétition, car l'avenir de nos enfants est en jeu, mais ça ne rentre pas dans les têtes, même de ceux qui devraient être les plus alertés.
Ils devraient lire plus souvent les rapports du Giec.
Vous avez compris, cette pétition ne va pas dans le bon sens et je ne la signerai pas.
Cordialement

Jean-François VINCENT
Le 21/09/2022 à 09:19:44

On peut aussi couvrir certains parkings pour y mettre des panneaux. Et comme ça il fera moins chaud en dessous - on mettra moins la clim dans la voiture, c'est du C02 en moins !

Jeannick Deltour
Le 21/09/2022 à 00:12:05

Je signe d'autant plus volontiers que pas très loin de chez moi il y a un projet de parc photovoltaïque de 122ha à la place de deux forêts communales et un bois privé appartenant à une scierie. L'argument de ses promoteurs est que ces forêts sont dégradées. En fait, elles sont très belles et riches en biodiversité, mais le bois n'a pas beaucoup de valeur.
Quand on comprendra que la forêt n'est pas un placement financier mais un lieu de vie, on aura fait un grand pas en avant !

Brigitte Vercez
Le 20/09/2022 à 22:33:54

Pas d'accord.

Quel est le problème de mettre du solaire sur des terres agricoles... tant que l'on a encore de l'agriculture avec les panneaux ???

On a pas du tout assez d'infos sur cette cyberactions. Je ne signe pas.

Regardez les statistiques agricoles de la Nièvre dans le dernier Recensement Agricole : on est dans la diagonale du vide ... qui se vide. Alors
1) ce ne sont pas les terres qui manquent dans le département
2) l'élevage extensif pratiqué dans la Nièvre est tout à fait compatible avec de l'agrivoltaïsme
3) vu la rentabilité faible de l'activité d'élevage, ça peut être une bonne idée de diversification des revenus agricoles.

Antoine Couturier
Le 20/09/2022 à 22:33:09

Je suis complètement d'accord avec le propos de cette pétition.
Dans le sud-est des Alpes de Haute Provence, où nous avons la chance d'avoir un soleil très présent, nous avons vu, des pans de montagne du moyen pays déboisés pour installer ces panneaux. En plus de perte d'arbres en général bien adaptés à un climat chaud et sec en été, quel va être le résultat sur l'érosion des sols.
Mais d'un autre côté on comprend les équipes municipales qui soutiennent ces projets : en général ce sont de petites communes, un peu éloignées de tout et donc de source de revenu. Ces implantation leur assure des revenus non négligeables pour faire vivre leur commune. Rien n'est simple.

Anne
Le 20/09/2022 à 18:34:26

Inadmissible !

Hélène Bureau
Le 20/09/2022 à 17:43:39

Et aussi sur les parkings ... de l'ombre en été et
une protection contre les averses (pluie et neige) quand il fait "mauvais temps ...
Et on peut même récupérer l'eau de pluie ...
et l'electricité ...bien sûr ...

François Frattini
(j'avais un toit photovoltaïque sur ma maison en Bretagne
Finistère sud et je produisait la moitié de ma consommation ...)

François FRATTINI
Le 20/09/2022 à 15:24:16

J'ai vu des parcs photovoltaïques surélevés afin de permettre le pâturage et des cultures nécessitant peu de soleil direct : cela peut-il être une piste pour faire cohabiter l'agriculture et le photovoltaïque ?

olivier toulotte
Le 20/09/2022 à 14:07:24

Vous avez écrit "fiches industrielles" au lieu de FRICHES industrielles.
Faites attention, s'il vous plait.
Bien cordialement.

Philippe Gillier
Le 20/09/2022 à 14:05:57

Tout à fait d'accord ! Le solaire thermique et/ou photovoltaïque doit être en priorité au plus près des consommateurs donc sur les toits des immeubles et des maisons.
Il serait intelligent d'inciter les propriétaires avec la réactivation de la vente à un prix plus intéressant sur quelques années, le temps d'amortir l'investissement en solaire puis d'abaisser ce prix fortement dans l'intérêt commun.

Christian Rozé
Le 20/09/2022 à 13:58:37

Une voiture électrique avec un moteur + de 60 cv est déjà une aberration!! Il y même des voitures e.a. Tesla avec une puissance entre 1000 ou 1500 cv. Dans les années '60 un 2CV représentait une puissance entre 12 et 15 CV selon le modèle.
Donc avec la même puissance on faisait rouler entre 83 à 125 resp. 67 à 100 voitures. On était beaucoup plus "écologique" auparavant. En plus il faut tenir compte que pour produire une voiture essence ou diesel ça demande au moins 5000 litres de l'essence équivalent. Pour une voiture électrique/hybride c'est beaucoup plus. Et on ne parle pas encore des batteries actuelles, pour les produire c'est catastrophe écologique.

Antoine van Kipshagen
Le 20/09/2022 à 12:58:04

Par exemple des voitures électriques avec une puissance supérieur à 60 cv c'est aberration. P.e un Tesla puissance entre 1000 ou 1500 cv c'est compara

Antoine van Kipshagen
Le 20/09/2022 à 12:38:44

Salut !
Cela dit, c'est totalement débile ! Il y a moyen de mettre des panneaux dans des champs, à condition que ce soit pensé "orientable", "modulable", et pour l'intérêt de se qui se trouve en-dessous, et non pas bêtement PROFITABLE pour les "actionnaires" !!! Il serait temps que ces messieurs arrêtent d'en vouloir toujours plus à ne plus savoir qu'en faire sans voir l'absurdité de cette posture avide et égoïste qui nous mène dans le mur !

Anne
Le 20/09/2022 à 12:03:35

Le solaire est sur les toits, la production gagne à être au plus proche de la consommation.
Le transport de l'électricité favorise la perte de cette énergie.

Quand le solaire sur les toits sera-t-il permis dans nos quartiers "classés Unesco" ?

Lolo
Le 20/09/2022 à 11:56:40

Les panneaux solaires n'ont rien à faire sur le sol.
Il y a de la place sur les toits, au dessus des vignes et des autres plantes de taille moyenne.
Les friches industrielles, quant à elles, doivent pouvoir être recyclées.

Bruno Cappelle
Le 20/09/2022 à 11:12:32

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !