actualité écologie

Premier vendredi du mois : 18 h 30 rassemblement des Coquelicots

Ne laissez pas vos appareils en veille

OPÉRATION

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

victoire pour Gabriel Dufils

Journal des Bonnes Nouvelles

Jour du dépassement : ça y est, l'humanité a épuisé toutes ses ressources renouvelables pour l'année 2019

La Terre vue depuis l’espace

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Les 10 jours verts Transacteurs

AG Cyberacteurs

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : NITRATES NIDS D'ALGUES VERTES

Dans le plus grand secret des bureaux parisiens, les ministères de l'agriculture et de l'écologie viennent de concocter un double recul règlementaire concernant la prévention des pollutions de l'eau par les nitrates d'origine agricole.

Bilan de la cyberaction :

5238 participants

Présentation de la cyberaction :

Des projets de décrets et d'arrêté, actuellement soumis à une consultation quasi confidentielle, prévoient :
 
- de relever le plafond d'épandage d'azote, fixé depuis 2001 à 170 kg  par ha de surface épandable, à 170 kg  d'azote par ha de surface agricole utile,
soit une augmentation de 20 à 40 % des quantités jusqu'ici autorisées !
 
- de modifier les normes d'excrétion d'azote pour les vaches laitières,
selon un système qui va favoriser les élevages intensifs nourris au maïs, et pénaliser les exploitations herbagères !
 
Au moment même où les algues vertes envahissent à nouveau nos plages et où la culture de maïs est mise en cause avec la sécheresse qui frappe de nombreux départements, il nous faut agir de toute urgence pour faire reculer ces projets effarants !
 
Vous trouverez copie de la lettre adressée au ministère de l'écologie et de la note d'analyse du projet sur le site inernet d'ERB.

 
Nous vous proposons de participer à la consultation 
http://www.developpement-durable.gouv.fr/spip.php?page=article&id_article=23008  

N'hésitez pas à informer la presse de vos réactions, à saisir vos élus (député, conseil général et régional ...),
 
seule notre mobilisation permettra d'éviter ce tsunami règlementaire !
 
Faites circuler ce message dans tous vos réseaux !

La lettre qui a été envoyée :


Madame, Monsieur

les projets que vous proposez conduisent à un recul de la politique de préservation de la ressource en eau :

Le passage de la limitation actuelle de 170 kg d’azote organique par ha de surface épandable, à 170 kg d’azote organique par ha de surface agricole utile, va permettre une nouvelle concentration des cheptels dans les zones vulnérables et aggraver les risques de fuites de nitrates vers les eaux. Elle va indirectement renforcer les excédents de phosphore à l’origine de l’eutrophisation des eaux douces,alors même que le SDAGE Loire Bretagne fixe comme objectif de « réduire les apports de phosphore diffus ».

Le relèvement des normes de production d’azote pour les bovins, dès lors qu’il n’est pas accompagné d’un relèvement de la limite des quantités d’azote épandues pour les exploitations herbagères, va gravement pénaliser ces systèmes. Cette mesure ne pourrait que contrarier la mise en oeuvre du plan de lutte contre les algues vertes qui retient parmi ses priorités, le développement des systèmes herbagers. Elle remettrait en cause la réussite de la mesure agri-environnementale « surfaces
fourragères économes en intrants » .

Nous vous demandons donc de modifier ces projets pour ne pas affaiblir la protection indispensable de la ressource en eau et garantir l’efficacité des programmes engagés par l’Etat et les collectivités locales pour lutter contre les algues vertes.

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

3 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

a force de se refaire de bonnes entorses a tous les règlements qui sont bénéfiques à la protection de l'environnement, on va finir avec des jambes en bois!
d'après vous , a qui va bénéficier ce type d mesure: aux céréaliers qui ne produisent pas de fumier et qui ont vu leurs revenus exploser en même temps que la demande mondiale en céréales et a plus de 240 € la tonne de céréale c'est très rentable, demandez donc des comptes a notre nouveau responsable de la FNSEA
les dernières mesures de limiter les quantités d'azote à 170 unités par Hectare de terre cultivé ont permis une grosse prise de conscience chez tous les éleveurs, qui dans l'intervalle ont appris à mieux gérer leurs effluents d'élevage ( fumiers lisier..), les seuls agriculteurs qui ont soufferts de cette mesure sont les céréaliers travaillant en chimie lourde et le secteur de la vente de ces matière c'est à dire les coopératives agricoles!!
on à l'impression que si on veut leur ôter un peu de pesticide à vendre( ils en vendrons moins avec les nouvelles directives environnementales) , ils essayent de négocier plus d'engrais azotés à revendre pour assurer leur survie, ils reculent au lieu de progresser en recherche et innovations environnementale.
pas facile à faire bouger ceux là!!!

dompicker
Le 22/06/2011 à 18:26:22

Décidément, il est à noter que toutes les actions de ce gouvernement, la plupart calamiteuses du point de vue social et environnemental, visent à trouver des voix pour 2012. C'est déplorable et démontre tout le mépris manifesté pour les Français qui ne sont plus (pas) du tout en phase avec ces "dirigeants" pris de panique à l'idée d'être éjectés aux prochaines élections !

Alauda
Le 22/06/2011 à 18:00:03

je trouve aberrant ce projet qui permet indirectement une augmentation des quantités d'azote épandue e, en utilisant le critère de la surface agricole utile en remplacement de la surface épandable.
Une telle mesure ne peut que renforcer l'eutrophisation des cours d'eau, déjà en très mauvais état et ne répondant pas aux normes européennes, sachant que l'ONEMA ne prévoit pas la possibilité de remplir ces obligations dans les délais requis, ce qui amène la France à devoir bientôt payer des amendes colossales à l'Europe.
Michel RICODEAU

Michel RICODEAU, Docteur-Vétérinaire
Expert près la Cour d'appel de Nîmes

Michel Ricodeau
Le 21/06/2011 à 21:18:50

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !