actualité écologie

AG Cyberacteurs

Les amis des 150

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Ne laissez pas vos appareils en veille

APPEL : Les petits pas ne suffisent pas

Journal des Bonnes Nouvelles

PROJECTION DU FILM UNE FOIS QUE TU SAIS

Jour du dépassement : Pourquoi le recul cette année du 'jour du dépassement' est un trompe-l'œil

22 V'là les acteurs des transitions

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

météo

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : Abattage nocturne de blaireaux dans l'Ain

Mise en ligne du 23/02/2022 au 24/03/2022

Le projet d’arrêté soumis à consultation du public concerne la régulation du blaireau par tir de nuit de chaque lieutenant de louveterie sur l’ensemble des communes du département de l’Ain à partir du 1er avril jusqu’au 10 septembre 2022.

Bilan de la cyberaction :

2829 participants

Présentation de la cyberaction :

La préfecture n’a pas publié de note de présentation qui aurait pu permettre au public de donner un avis éclairé.

AVES France vous invite à vous opposer massivement à ce projet d’arrêté que nous estimons illégal en regard de la contradiction avec l’article L424.10 du Code de l’environnement.

Madame Cécile Bigot-Dekeyser, Préfète de l’Ain,
Je tiens à m’opposer fermement à votre projet d’arrêté dont le but est d’organiser la destruction de spécimens de l’espèce blaireau d’ici le 10 septembre 2022, pour les raisons suivantes :

Votre projet d’arrêté prévoit l’abattage d’un nombre indéterminé de blaireaux à partir du 1er avril 2022 sur l’ensemble du département. Aucun plafond de prélèvements n’est précisé. De plus, à cette date les blaireautins sont au stade juvénile de leur croissance.
L’article L424.10 du Code de l’environnement précise: « Il est interdit de détruire, d’enlever, de vendre, d’acheter et de transporter les portées ou petits de tous mammifères dont la chasse est autorisée,(…). » Par conséquent l‘infraction à l’article L424.10 du Code de l’environnement est notoire.
On peut lire dans votre projet d’arrêté que « Les lieutenants de louveterie, sont autorisés à détruire à tir les blaireaux de jour et de nuit.
Dans le cadre d’une intervention administrative nocturne, les lieutenants de louveterie sont autorisés :
• à utiliser un fusil à la carabine munie de silencieux,
• à utiliser des sources lumineuses pour les interventions de nuit,
• à utiliser une lunette de tir à visée thermique. «

Or, aucune note de présentation n’est publiée alors qu’elle aurait pu permettre au public de formuler un avis éclairé sur les dispositions proposées.
Ce défaut d’information du public est en contradiction avec l’article L123.19.1 du Code de l’environnement.

Ce projet d’arrêté est justifié dans la page de présentation générale de la consultation par l’affirmation laconique suivante:
Pour prévenir les dégâts et préserver les semis et récoltes durant la période de printemps particulièrement sensible à l’action du sanglier et du blaireau.
Cette affirmation à elle seule ne saurait justifier ces tirs dans l’intérêt de la prévention des dégâts agricoles sans apporter aucun chiffre venant étayer ces éléments.

Les tirs de nuit sont susceptibles de générer des erreurs et de la confusion entre espèces, sans compter le dérangement de la faune non visée.

Des tribunaux administratifs ont à plusieurs reprises déclaré illégaux des tirs de régulation qui avaient été autorisés par les préfets.

Les tirs de nuit sont également une source importante de stress pour les riverains.
L’utilisation d’un silencieux rend ces opérations encore plus dangereuses et les risques pour la population non négligeables.

Inscrit à l’annexe III de la Convention de Berne, le Blaireau d’Europe, Meles meles, est une espèce protégée (cf. art. 7). A titre dérogatoire, la Convention de Berne encadre strictement la pratique de la chasse et la destruction administrative de cette espèce (cf. art. 8 et 9). Le ministère de l’écologie doit soumettre « au Comité permanent un rapport biennal sur les dérogations faites ».

L’article 9 de la Convention de Berne n’autorise les dérogations à l’interdiction de porter atteinte aux espèces protégées qu’« à condition qu’il n’existe pas une autre solution satisfaisante et que la dérogation ne nuise pas à la survie de la population concernée pour prévenir des dommages importants aux cultures, au bétail, aux forêts, aux pêcheries, aux eaux et aux autres formes de propriété ». Pour être légales, les dérogations à l’interdiction de porter atteinte aux blaireaux doivent être justifiées par trois conditions, devant être cumulativement vérifiées : la démonstration de dommages importants aux cultures notamment ; l’absence de solution alternative ; l’absence d’impact d’une telle mesure sur la survie de la population concernée. Or, ce projet d’arrêté ne répond pas à ces trois conditions, notamment puisqu’aucune solution alternative n’a été recherchée.

La dynamique des populations de blaireaux est extrêmement faible (moyenne de 2,3 jeunes par femelle par an). Cette espèce n’est jamais abondante (mortalité juvénile très importante (de l’ordre de 50% la 1ère année).

En ce qui concerne les éventuels dégâts causés sur les digues, routes ou ouvrages hydrauliques par le creusement des terriers, la régulation du blaireau a montré son inefficacité, voire même un effet contre-productif du fait de la place libérée par l’animal éliminé qui est très vite occupée par un autre individu.

Une méthode simple et pérenne consiste à utiliser des produits répulsifs olfactifs sur les terriers posant problème, ceci accompagné de la mise à disposition à proximité de terriers artificiels. Les avantages de cette solution sont que les animaux continueront d’occuper un territoire sur le même secteur et ne permettront pas l’intrusion d’un nouveau clan. (source : LPO Alsace)

Attention, les messages que vous adressez à la préfecture doivent être personnalisés et argumentés. Ils doivent être envoyés par mail jusqu’au 9 mars 2022, avec comme objet :
« Consultation du public saison de chasse».





La lettre qui a été envoyée :


Madame
Je tiens à m’opposer fermement à votre projet d’arrêté dont le but est d’organiser la destruction de spécimens de l’espèce blaireau sans nombre indiqué, sans justificatif des dégâts supposés, sans proposition alternative et sans note de présentation qui permette de formuler un avis éclairé sur les dispositions proposées.

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

28 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e


Arrêtez de faire la guerre aux animaux .

Caroline TRZYNA
Le 14/03/2022 à 15:11:54

c'est quoi encore cette destruction du vivant ? parce que ca dérange qui ? et comment pourrait-on faire autrement ? pour faire simple on tue ? et ton voisin aussi tu le tue s'il te gêne ? alors on cherche d'autres solutions - merci !

kathrine Fogarty
Le 07/03/2022 à 21:52:15

Les préfets ne sont là que pour faire des arrêtés pour assassiner les animaux,ils sont à éjecter!

Christiane Huard
Le 24/02/2022 à 18:50:26

En ces temps très graves , il serait aussi très important de poser le problème des exploitations minières qui ne respectent jamais correctement ni l'environnement ni les populations.

bilou
Le 24/02/2022 à 14:17:33

Mme la préfète du département de l’AIN,

Je vous prie de renoncer à ordonner le massacre des blaireaux mâles, femelles et nouveaux nés du 1er avril jusqu’au 22 septembre 2022.

Ne lâchez pas les lieutenants de louveterie dans les sentiers de forêt la nuit, ils pourraient leur arriver des malheurs, un coup d’aile de grand duc, une noisette lancée par un écureuil... Ils pourraient être éblouis par les lumières provenant de leur engin thermique. Ils pourraient s’acharner sur une bête déjà tuée par des collègues qui auraient déjà utilisé leur silencieux.
Bref, à ces raisons convaincantes, il faut ajouter que les blaireautins ne trouent pas les sols au point de faire effondrer des rails ou des piles de pont. N’oublions pas que les terriers de blaireaux, une fois aspergés de répulsif: Chanel n°5 ou suint de sanglier éviscéré par un tireur de battue, quittent le lieu pour ne jamais y revenir. On accuse les blaireaux de causer des dommages aux cultures, mais qui filme les pilleurs de graines, a-t-on fait le calcul des atteintes et la somme que cela coûterait, qui oserait colporter la fake news suivante: Blaireau est porteur d’un virus?
Conclusion: pour la tranquillité des riverains proches des bois, ne pas tuer nuitamment ni de jour.
Pour se réjouir de rencontrer les blaireaux, laisser les pérégriner partout sauf sous les pneus de voiture et dans la mire d’un fusil.
Respectez ces créatures aussi craquantes que les koalas australiens.
Oubliez-les, Mme la Préfète, car cet acharnement continuel s’apparente à un détestable blaireau bashing.
Aïchat Nussy

colette Nusbaum Vallet
Le 24/02/2022 à 12:20:48

Et re..

Les préfets encore garde à vous devant les chasseurs exterminateurs de la Macronie....
Quelle tristesse !















jms
Le 24/02/2022 à 11:55:03

Proposition : Virons tous les préfet(e)s incompétents , sans éthique et sous influence qui ne respectent pas la loi et le code de l'environnement.

Jacques Pivard
Le 24/02/2022 à 11:42:20

Le Blaireau nouveau est arrivé ! Tous les préfets de Groland-du-bas vont tenter de repasser leur projet d'arrêté et de mettre en place ces chasses préventives. "Préventif", cela signifie qu'on tue pour tuer, point barre : une démarche hautement rationnelle et scientifique. Sans parler de l'aspect humain...
Madame la Préfète de l'Ain devrait faire appel aux braconniers, ce sont des spécialistes du tir nocturne avec silencieux. Sinon, il y a le groupe Wagner, mais pour cela, il lui faudra téléphoner à Poutine et il paraît qu'il est difficilement joignable en ce moment.

Frawald
Le 24/02/2022 à 06:11:15

N'hésitez pas à :
- mettre un circonflexe sur dégats : dégâts
- préciser à madame la préfète que ce projet vous semble illégal et que si elle persiste elle ne pourra prétexter ne pas avoir été alertée sur le caractère probablement illégal de son décret.

@sylvie : merci de ne pas mettre de pisteurs dans vos liens.

Bibi
Le 23/02/2022 à 23:52:43

Quelle honte ce projet d'extermination, on va finir par s'opposer physiquement à ceux qui tenteront de mettre à exécution ces décisions absurdes et cruelles, on en a marre de cette violence commise envers la nature et les espèces sauvages, violents on va le devenir à notre tour à force de ces provocations !

Nicolas DUPIEUX
Le 23/02/2022 à 22:37:34

protégeons et respectons tous les vivants

stievenard
Le 23/02/2022 à 21:23:32


Proposition: mettons en cage les blaireaux à deux pattes qui veulent détruire les charmants blaireaux.

emmas
Le 23/02/2022 à 18:05:06

une honte, le blaireau est un animal qui a un rôle à jouer dans la nature. Il fait parti de l'écosystème, il n'y a aucune raison de s'acharner sur cet animal. la chasse doit être effectué par des professionnels uniquement assermentés.

Stéphoto
Le 23/02/2022 à 16:57:37

Pourquoi s'en prendre aux blaireaux ? c'est incompréhensible et ridicule comme beaucoup de destruction animal non justifié
le blaireau est un animal pacifique qui mange 71 % de ver de terre, il vit en grande partie la nuit et à part les trous qu'il fait pour ses terriers qu'est-ce que nous pouvons lui reprocher pas grandes choses, quant aux terriers, les solutions simples et efficaces existent alors laissons tranquille le blaireau
les soi-disant chasseurs devraient mieux s'occuper de la sécurité quand ils chassent pour éviter les accidents meurtriers du week-end

Brunoaydat
Le 23/02/2022 à 15:19:46

Quels sont les motifs réels de ces actes barbares ?

Hervé Texier
Le 23/02/2022 à 14:47:24

Dire que les blaireaux ont une chambre d’ami et des toilettes à part de leur habitat, et nous les qualifions de nuisibles parce que soit disant ils gênent quelques barbares humains …;

Veronique Goglin
Le 23/02/2022 à 14:24:51

rebellez-vous !

Lionel Bécus
Le 23/02/2022 à 13:24:34

Les Préfets qui signent et se soumettent à ces meurtriers sont indignes de leur fonction !

Lionel Bécus
Le 23/02/2022 à 13:24:16

Il y en a mare de ces massacres d'animaux pour rien, juste satisfaire les instincts meurtriers de certains !
Ce sont ces gens qu'il faudrait neutraliser !

Lionel Bécus
Le 23/02/2022 à 13:23:04

Mais fichez donc la paix aux blaireaux !!!

Lukas
Le 23/02/2022 à 12:13:40

https://wiki.politique-animaux.fr/presidentielle-2022?utm_medium=email&utm_source=newsletter&utm_campaign=2022%2F02-poulets-presidentielle  

ps : sur le site de L214, vous trouverez des infos (1/jour pendant le salon de l'agriculture)

et aujourd'hui = journée de l'Ours

LE SEUL NUISIBLE C 'EST L HUMAIN

sylvie
Le 23/02/2022 à 11:48:15

qui peut encore se préoccuper de mettre au point de telles pratiques barbares ??? qui peut conseiller ces gens ? quels sont leurs soucis ?

dominique joudrier
Le 23/02/2022 à 11:19:19

ces combats ressemblent au tonneau des Danaïdes : sans fin... c'est désespérant !

Hélène Grunert
Le 23/02/2022 à 11:14:26

Quand allons nous stopper ces agressions sur animaux sauvages ??? Nous avons besoin de la biodiversité, ce n'est PAS UNE OPTION !

Bernard Pothier
Le 23/02/2022 à 11:10:15

Honte à ce projet d' abattage des blaireaux la nuit, mais bon
dieu laissez ces pauvres animaux si bons et innocents en paix !!!!

brandeau
Le 23/02/2022 à 10:00:23

Honte à ce projet d' abattage des blaireaux la nuit, mais bon
dieu laissez ces pauvres animaux si bons et innocents en paix !!!!

brandeau
Le 23/02/2022 à 10:00:05

la bêtise et la cruauté ont encore de beaux jours !

sbirros
Le 23/02/2022 à 09:45:01

Mais quand cette barbarie s’arretera-t-elle ? Et toutes les autres ? Vraiment la chasse en France, sous toutes ses formes, est une horreur d’un autre temps !

Nino-Anne DUPIEUX
Le 23/02/2022 à 09:25:09

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !