actualité écologie

APPEL : Les petits pas ne suffisent pas

AG Cyberacteurs

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

Les amis des 150

Jour du dépassement : Pourquoi le recul cette année du 'jour du dépassement' est un trompe-l'œil

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

météo

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

Ne laissez pas vos appareils en veille

Journal des Bonnes Nouvelles

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : Pas d'extension de porcherie à Plouasne

Mise en ligne du 14/02/2021 au 27/02/2021

Les associations L214 et Halte aux Marées Vertes s'opposent au projet d’extension d’un élevage intensif de cochons, en préparation à Plouasne, dans les Côtes-d'Armor.

Bilan de la cyberaction :

1817 participants

Consultation terminée

Présentation de la cyberaction :

Si ce projet voit le jour, chaque année, 6 240 porcelets y seront engraissés.
https://www.cotes-darmor.gouv.fr/content/download/47578/333747/file/avis%20d%20enquete.pdf  

Les conséquences de ce projet seraient désastreuses à plusieurs niveaux.

Ce projet soulève des questions quant aux conditions de vie des animaux.

Dans ce type d’élevage, faute de stimulation et de suffisamment d’espace, les cochons développent des troubles du comportement : agressions (combats), caudophagie (morsure des queues des congénères), morsure des oreilles des congénères, ou encore stéréotypies (mouvements répétitifs pathologiques).

Pour limiter les conséquences de ces agressions dues aux conditions d’élevage inadaptées, les porcelets font l’objet de deux types de mutilations dès leur plus jeune âge : meulage des dents et coupe des queues. Ces opérations, réalisées le plus souvent sans anesthésie, causent des douleurs avérées aux cochons.
Par ailleurs, la majorité des porcelets mâles font encore l’objet d’une castration à vif, mutilation qui cause elle aussi de vives douleurs.
Les cochons élevés sur caillebotis, au-dessus de leurs excréments, vivent dans des bâtiments nus et une atmosphère chargée en ammoniac. Les dimensions des enclos les condamnent à l’enfermement dans des espaces extrêmement restreints. Leurs besoins fondamentaux, comme l’exploration, la recherche de nourriture, la pratique d’activités variées, ne sont en aucune façon respectés.

Ces animaux ne sortent que pour partir à l'abattoir.

Cet élevage serait en totale contradiction avec l’article L214-1 du Code rural qui précise que « tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce ».

Ce projet soulève des problèmes sanitaires et environnementaux.

L’élevage est en soi un facteur de risque pour la santé humaine. Le nombre important d’animaux élevés en confinement, dotés d’une variabilité génétique très pauvre, crée les conditions idéales pour l’émergence et la propagation de nouveaux pathogènes.
Comme les élevages intensifs sont propices à l’apparition et au développement de maladies infectieuses, les éleveurs sont contraints de distribuer des quantités importantes d’antibiotiques aux animaux pour prévenir et traiter les maladies. Cet usage massif contribue grandement au développement de souches bactériennes résistantes.

Ces élevages produisent d'énormes quantités de lisiers chargés en azote et phosphore qui, cumulés avec les engrais de synthèse, excèdent les capacités d'absorption des sols. C'est ainsi que les eaux superficielles et souterraines se chargent en nitrates qui aboutissent à l'eutrophisation des eaux marines, favorisant le développement des algues vertes. L'air se charge en ammoniac précurseur de particules fines, valant à la Bretagne des alertes à la pollution, même lorsque le trafic auto a chuté de 80%. Par ailleurs, le phosphore et l'azote entraînent l'eutrophisation des retenues d'eau douce, avec prolifération de redoutables cyanobactéries.

Mais l’impact alarmant des élevages intensifs sur la terre, l'eau, l'air, va bien au-delà, avec son cocktail de pesticides dont les ventes augmentent, les métaux lourds (notamment cuivre des lisiers, cadmium des engrais phosphatés), les antibiotiques etc, contribuant à l'effondrement massif de la biodiversité comme au réchauffement climatique (déforestation causée majoritairement par la culture d’aliments destinés aux animaux d’élevages intensifs).

Ce projet soulève des problèmes économiques et sociaux

Ceux qui travaillent dans ce type d’élevage sont exposés à des conditions de travail souvent difficiles, avec de faibles revenus.
En 2017, en France, où le modèle de l’élevage intensif est majoritaire, 22 % des agriculteurs vivaient sous le seuil de pauvreté et près de 20 % des agriculteurs français n’ont pas pu se verser un revenu. L’endettement moyen est de 431 400 € pour les élevages de cochons. Chez les agriculteurs, le risque de suicide est trois fois plus élevé pour les hommes et deux fois plus élevé pour les femmes que dans les autres professions.

Deux tiers des terres agricoles dans le monde sont consacrées à l’élevage ou à la production d’aliments pour le bétail, alors que près de 800 millions d’humains souffrent de malnutrition. La production de viande contribue à l’insécurité alimentaire des êtres humains les plus pauvres de la planète.
Au niveau local, en plus de la pollution des eaux et des sols, causée par les épandages et le stockage des effluents, les émissions d’odeurs et de poussières ainsi que le bruit (ventilations, camions…) représenteront de véritables nuisances pour les riverains.

Ce projet va à l’encontre de la volonté sociétale puisque 88 % des Français se disent opposés à l’élevage intensif.

Pour toutes ces raisons, je vous demande, monsieur le Préfet, de ne pas donner une réponse favorable à ce projet.

La lettre qui a été envoyée :


Monsieur le Préfet,
Je tiens à vous dire mon opposition au projet d’extension d’un élevage intensif de cochons, en préparation à Plouasne, dans les Côtes-d'Armor.
Ce projet soulève des questions quant aux conditions de vie des animaux, des problèmes sanitaires et environnementaux comme économiques et sociaux.
Pour toutes ces raisons, je vous demande, monsieur le Préfet, de ne pas donner une réponse favorable à ce projet.

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

10 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e


L’État condamné pour son inaction face au réchauffement climatique.
Des mesures concernant l’élevage seront-elles prises en compte ? Pour rappel, l’élevage est responsable d’au moins 14 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

jacqueline jacqueline PELERINS
Le 26/02/2021 à 19:58:51

Monsieur le Préfet, si vous donnez une suite favorable à ce projet d’extension, voici une suggestion d’affichage pour la porte de l’élevage concentrationnaire :
Speck macht frei (Le lard rend libre).
Les cochons, dont le QI moyen est plus élevé que celui de certains adhérents d’un certain syndicat agricole, sauront certainement apprécier l’ironie de la chose.

Frawald
Le 26/02/2021 à 14:17:18

Tous végétariens, ou Musulmans ?

Roland CHARLOU
Le 23/02/2021 à 21:34:39

Plouasne. Tensions autour de la restructuration d'un élevage porcin
https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/cotes-d-armor/plouasne-tensions-autour-de-la-restructuration-d-un-elevage-porcin-1965001.html  

Alain UGUEN
Le 22/02/2021 à 10:58:51

Toujours le double langage des pouvoirs publics : belles déclarations et signatures d'un côté et course partout au gigantisme tous azimuts de l'autre ! Avec tous ces élevages, nos chers virus, quels qu'ils soient, ont de beaux jours devant eux ! Mais peu importe que des populations soient malades et meurent pourvu que les lobbies prospèrent allègrement. Ce ne sont pas les vaccins qui vont tout résoudre comme par magie : qu'y a t-il dedans et sont-ils efficaces, fabriqués à toute vitesse ? En tout cas, là aussi, les laboratoires ont fait des affaires d'or. N'est-ce pas le principal ? Bref, il n'y a plus d'Etat sinon pour favoriser le privé de mille manières et renforcer ... le pouvoir régalien (toutes les polices pour empêcher toute contestation. A votre avis, pourquoi nous fait-on peur, non pas par ces élev ages, mais par notre virus 19, sinon pour nous faire avaler qu'il est de plus en plus dangereux et qu'il faut rester chez nous et ... ne pas manifester d'aucune façon ?
De grâce, ne pensez plus, restez confinés, obéissez, évitez l'infarctus ! Mais comment sortir du macronavirus ?
Voyez ... Nostradamus !

Alain KERJAN
Le 20/02/2021 à 23:08:34

Le groupe Europe écologie les Verts du pays de Dinan (Côtes-d’Armor) appelle à se rassembler à Plouasne, ce samedi 20 février 2021, contre l’extension d’un élevage porcin.
Le rassemblement aura lieu devant la mairie de Plouasne, à 10 h 30, ce samedi 20 février.
https://www.ouest-france.fr/bretagne/dinan-22100/le-groupe-europe-ecologie-appelle-a-manifester-a-plouasne-7159413  

Alain UGUEN
Le 19/02/2021 à 08:57:55

preservons des conditions de vie respectueuses pour ces animaux en meme tempsnous preserverons notre planète

joelle dulong
Le 18/02/2021 à 21:13:06

Monsieur le Préfet des Côtes d’Armor,

Je vous prie de ne pas autoriser l’agrandissement de la porcherie à Plouasne.
Dans ces temps maudits où les animaux d’élevage sont sacrifiés à cause d’oiseaux migrants ou parce qu’ils portent fourrure il serait très judicieux d’arrêter ces pratiques de maltraitance que les lanceurs d’alerte, ces témoins qui nous révèlent de semaine en semaine des ignominies.

Un bel été d’avant, je faisais du vélo en Bretagne, j’ai dû poser le pied car je m’asphyxiais avec les puanteurs qui émanaient des usines porcines. On sait, même si on n’est pas végétarien on s’en préoccupe, qu’à l’intérieur les animaux vivent l’enfer jusqu’au couteau de tueur d’abattoir. Les régions que j’aime sont empestées par les hangars porcins, (Allier, Doubs), qui nous gorgent les poumons de poison. Et vous l’avez sûrement appris, le cochon est vecteur de virus, alibi pour les chasseurs qui justifie l'élimination des sangliers.
Les knacks se collent au palais des enfants et le saucisson est seringué de colorants cancérigènes. STOP, laissez vivre les cochons et truies en petit nombre dans des près où coule un ru tout propre.
Aïchat Nussy

colette Nusbaum Vallet
Le 17/02/2021 à 11:02:35

Faire souffrir ces animaux par lâchetés c'est inadmissible STOP A CES ELEVAGES SANS RESPECT

Christine Leducq
Le 15/02/2021 à 10:28:05

Je serais d'accord pour l'extension si c'est pour y mettre les exploitants eux-mêmes !!!

Bruno Cappelle
Le 15/02/2021 à 10:05:37

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !