actualité écologie

Jour du dépassement : Pourquoi le recul cette année du 'jour du dépassement' est un trompe-l'œil

AG Cyberacteurs

Ne laissez pas vos appareils en veille

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Journal des Bonnes Nouvelles

APPEL : Les petits pas ne suffisent pas

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

météo

Les amis des 150

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : Refusons la fermeture de 54 lits au CHIVA !

Mise en ligne du 18/03/2019 au 03/02/2021

Le direction du Centre Hospitalier Intercommunal des Vallées de L'Ariège et l'Agence Régional de Santé Occitanie ont pour projet la fermeture de 54 lits dans notre établissement.
Refusons la diminution de l'offre de soins sur notre territoire Ariégeois.

Bilan de la cyberaction :

3239 participants

Présentation de la cyberaction :

Jusqu'à quand le CHIVA va-t-il perdre des lits d’hospitalisation, supprimer des spécialités médicales, des services, pour répondre à des contraintes budgétaires en réduisant l’'offre et l’'accès aux soins pour notre population Ariégeoise ?
L'Hôpital Public et la Sécurité Sociale ont permis à notre pays, depuis la Libération, d'’avoir le meilleur système de santé au monde au service de tous.
Aujourd'hui, il est malade des choix politiques et des restrictions budgétaires comme le prouvent les annonces faites au personnel dans le cadre du projet de relocalisation du Soin de suite et de réadaptation de Pamiers.

La relocalisation du Soin de Suite et de Réadaptation (SSR) de PAMIERS est un impératif compte-tenu de la vétusté des locaux. L'’Agence Régionale de Santé a demandé une réflexion quant à sa relocalisation.

Problématique
La relocalisation du SSR Pamiers (30 lits autorisés) ne peut pas se faire comme initialement prévu en lieu et place du self car, compte-tenu du déficit affiché par le CHIVA, la demande d’'emprunt est refusée par les banques. La direction a donc réfléchi à une relocalisation sur le site de Saint Jean de Verges en s'’appuyant sur des données d'’activités présentes sur ce site (taux d’occupation, durée moyenne de séjour) afin d’'adapter le capacitaire (réduction du nombre de lits) aux besoins des patients du territoire. Selon la direction, le travail sur le "capacitaire" a permis de regrouper certaines activités afin de libérer des lits pour permettre l’'implantation du SSR Pamiers à St Jean de Verges.
La diminution du nombre de lits occasionne la suppression de 24 lits de MCO (Médecine, Chirurgie, Obstétrique) avec des réorganisations de travail dans certains services ainsi qu’un projet de mobilité interne qu'a fait échouer la CGT au décours d’'une réunion d'’une négociation dans le cadre du conflit social en cours avec le directeur de l'’offre de soin de l'’ARS Occitanie lors de sa venue le 7 février 2019.

Impact : des lits supprimés :
- SSR : moins 6 lits sur 30
- Hôpital de semaine pneumologie : moins 5 lits sur 10
- Lits tampons (activé en période endémique) moins 6 lits sur 12
- Neurologie : moins 6 lits sur 6 : du fait de la pénurie médicale : une convention est en cours de signature afin d'’adresser les patients ayant subi un AVC des urgences sur Carcassonne pour traitement de la phase aigüe. Ces patients seront rapatriés après la phase aigüe sur le CHIVA (médecine St Jean ou Lavelanet).
- Cardiologie : moins 1 lit sur 14
Par ailleurs, malgré l'’opposition de la CGT, le transfert des 30 lits d’Unité de Soins de Longue Durée (USLD) du CH Tarascon vers L’EHPAD de Bellissen a été réalisé sur 30 lits d’EHPAD. A ce jour, L'’ARS n’a pas transmis l’'autorisation de ce transfert d’'activité sur le site de Bellissens.
Compte tenu du vieillissement de la population et des pathologies associées au grand âge, la CGT demande l’'implantation d'’Unités de Soins de Longue Durée sur tout le territoire (CHAC ; CHIVA ; CHPO ; CH Tarascon)
Au total on constate la suppression de 54 lits.
Les rencontres avec le Directeur du CHIVA se soldant par un échec, la CGT demande à rencontrer le directeur de l'’ARS Occitanie. Les personnels se mobilisent contre la mise en oeœuvre du projet de relocalisation du SSR Pamiers dans les conditions voulues par la direction et contre le projet de mobilité imposés aux soignants.
Le 7 Février 2019 : Rencontre de la délégation CGT avec le directeur de l'’offre de soin de l'’ARS Occitanie en présence du directeur du CHIVA.
celui ci annonce en début de réunion qu'’il n’est pas de sa compétence de prendre des décisions au cours de la réunion mais qu'’il est à l'’écoute des revendications de la CGT.
La délégation CGT exprime le rejet total du projet de relocalisation du SSR Pamiers impactant le capacitaire avec une diminution de 24 lits de spécialités médicales diverses ainsi que le projet de mobilité des agents. Elle demande le financement par l'ARS d’'un bâtiment permettant d'’accueillir le SSR, le retour la diabétologie, la neurologie (et pourquoi pas l’'implantation d'’autres activités) indispensables au sein d’'un hôpital support tel que le CHIVA pour répondre aux besoins de santé des Ariégeois.
A ce jour, en l'’absence de réunions d’'informations constructives avec la direction qui ne respectent pas les règles du dialogue social, les représentants du personnel n'’ont d'’autres choix que d’'appeler l’'ensemble des personnels, élus, usagers à se mobiliser pour obliger la direction à s'’exprimer sur l’ensemble des projets qu’elle entend mener afin de satisfaire le plan de retour à l’équilibre imposé par l’ARS.
En conclusion selon la CGT, la seule ambition de la direction est de réduire la masse salariale en réduisant aveuglément les spécialités, le nombre de lits d’hospitalisation, en privatisant tout ce qui peut l’être.( service du bionettoyage...)
Pour la CGT, c'est un projet d'’établissement ambitieux qui est défendu avec effacement de la dette et construction d’'un autre galet financé par l'’ARS pouvant accueillir le SSR, une USLD supplémentaire (sans perte des 30 lits d’'EHPAD) , d'’autres spécialités médicales et pourquoi pas relancer le projet d’'implantation de l'’unité de soins intensifs en cardiologie et de SSR cardiologique.
La santé n'est pas une marchandise !

exigeons une offre en réponse aux besoins de la population.


Nous, usagers et agents signataires de cette pétition, refusons le projet de fermeture de 54 lits dans notre établissement !

Nous, usagers et agents signataires de la pétition, avons décidé de nous mobiliser pour défendre le Centre Hospitalier Intercommunal des Vallées de l’'Ariège (CHIVA) notre outil de travail et notre outil de santé !

Nous, usagers et agents signataires de la pétition, exigeons que la population ariégeoise puisse se soigner dignement et avons décidé de nous mobiliser pour nous opposer à ce projet visant avant tout à soigner le Déficit.

Nous, usagers et agents signataires de la pétition, avons décidé de nous mobiliser pour refuser l'’affaiblissement de la réponse aux besoins de soins et demandons l’'égalité d'’accès pour notre territoire déjà fragile sur le plan social avec les plus forts taux de pauvreté, de précarité, l'’une des moyennes d'’âge les plus élevées et de plus en zone de montagne !

Nous, usagers et agents signataires de la pétition, avons décidé de prendre nos responsabilités pour que nos enfants, nos parents et nous ne subissions pas les conséquences dramatiques de décisions de gestion de technocrates et de directeurs de passage !

Nous, usagers et agents signataires de la pétition, avons décidé de prendre toute notre place pour alerter avec la CGT CHIVA par tous les moyens possibles l'’ensemble de la population, des élus, sur cette situation INTOLERABLE !

La lettre qui a été envoyée :


Monsieur le Directeur du Chiva

Aux côtés des usagers et agents mobilisés pour défendre le Centre Hospitalier Intercommunal des Vallées de l’'Ariège (CHIVA) je refuse la fermeture des 54 lits, l'’affaiblissement de la réponse aux besoins de soins et demande l'’égalité d’'accès pour un territoire déjà fragile sur le plan social avec les plus forts taux de pauvreté, de précarité, l’'une des moyennes d’âge les plus élevées et de plus en zone de montagne !

Pour que nos enfants, nos parents et nous ne subissions pas les conséquences dramatiques de décisions de gestion de technocrates et de directeurs de passage, je vous demande de refuser ces décisions.

Dans cette attente, veuillez agréer, mes salutations citoyennes.

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

67 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e


Halte à la diminution du nombre de lits d’hôpitaux alors que la population de l'Ariège ne cesse d'augmenter.

sylvie blanchard
Le 11/11/2020 à 22:00:31

maintenir des emplois, des lits, et des services de soins de qualité dans les campagnes, permettre à la vie d'être respectée et soignée aussi bien qu'en ville !

Dominique Morin
Le 11/11/2020 à 21:41:05

Cet hôpital est nécessaire en Ariège. Arrêtez de voir les hôpitaux comme des entreprises ! La santé va finir par se dégrader parmi les populations : augmentation des risques de contaminations, recrudescence de maladies presque oubliées, stress supplémentaires... Qu'y a-t-il à gagner ? Même les nantis ne pourront pas toujours être épargnés, bien qu'ils bénéficient des meilleurs soins. Pensez à certains rois, qui est mort de la peste, qui de la syphilis, qui de la tuberculose... il existerait un programme d'élimination d'une partie de la population que nous ne nous y prendrions pas autrement !

Sylviane CONGNARD
Le 10/11/2020 à 21:55:34

Pour la Liberté qui comprend la Liberté de Parole !
Vos façons de faire sont celles d'un régime totalitaire !
Même la Justice n'est plus respectée si on ne laisse pas la parole aux accusés !
Je vous soutiens, Aline Pailler et Manuel Tellez, et merci à vous de défendre Notre Santé !

Agnès Falgoux
Le 10/11/2020 à 20:24:26

Non à la fermeture de lits ,nous en manquons cruellement,surtout en cette période cruciale de covid et même pour la suite.

Danielle Floquet 09 11 20

danielle floquet
Le 09/11/2020 à 19:55:17

comment cautionner cela en pleine pandemie de covid et meme sans?
cette politique voulu par l'etat pour raison purement economique c'est afflgeant.
et aprés les medecins se retrouvent en difficultés pour trouver un lit d'hospitalisation a proximité.

patrick PERGET
Le 09/11/2020 à 17:28:24

Curieux programme en période d'urgence sanitaire.....

Marie-Laure PROVOST
Le 09/11/2020 à 15:39:09

Dans une discrétion totale, au cœur de l’été, le gouvernement a modifié l’organisation des services déconcentrés de l’État dans les départements. Par un décret du 14 août 2020, les Directions départementales interministérielles (DDI), sous la responsabilité du Premier ministre depuis leur création, en décembre 2009, deviennent « des services déconcentrés de l’État relevant du ministre de l’Intérieur. Elles sont placées sous l’autorité du préfet de département ».
exemple de la conséquence de ce texte :
la mise en œuvre de l’état d’urgence sanitaire est réalisée par l’Intérieur et les préfets, le ministère de la Santé restant au second plan. Ce qui explique que la gestion de la crise passe d’abord par des mesures répressives.
source : reporterre
Ceci explique peut-être qu'un directeur d'hôpital s'adresse directement à la police en cas de conflit avec son personnel !
Nous ne sommes pas au bout de nos mauvaises surprises .
en attendant tout mon soutien à Aline Pailler et Manuel Tellez

Michele Tarit
Le 09/11/2020 à 11:53:30

SOUTIEN à Aline Pailler, et Manuel Tellez

L’hôpital de Foix est tellement saturé qu'il délègue... au tribunal !?? On le sait en Ariège les services hospitaliers sont durement touchés par ?les restrictions budgétaires, les fermetures de lits et même de services.??On ne savait pas en revanche, que lorsque des personnels et des usagers ?se mobilisent pour l’hôpital, son directeur peut faire appel non à des? soignants supplémentaires mais à la gendarmerie et au procureur.?? Ce lundi 9 novembre 2020 à 15 h sont convoqués à la gendarmerie de Pamiers? un agent hospitalier délégué CGT à l’hôpital de Foix, Jean-Manuel Tellez? ainsi qu'Aline Pailler, journaliste ayant participé en qualité d'usagère au mouvement pour soutenir le service public hospitalier à Foix.?? Tempête dans un verre d'eau :
Lors d'une réunion publique le 5 décembre 2019 le directeur de l’hôpital a? manifestement craqué :? Contre toute attente, il a insulté et menacé physiquement Aline Pailler,?qui témoignait des soins des hospitaliers (qu'elle venait de recevoir lors d’une opération récente), alors même qu'elle en soulignait la qualité et la nécessité dans cette ?région déjà sinistrée en matière de santé publique.?Insultée, traitée à voix haute de « Pauvre femme » à plusieurs reprises? par le responsable, la journaliste a en réponse jeté un fond de verre ?d'eau, éclaboussant le costume de Jean-Marc Viguier.? Celui-ci a ajouté la violence à l'insulte et a dû être retenu puis écarté ?par des usagers et un pompier tant il menaçait physiquement celle qui? quelques minutes plus tôt témoignait son soutien... à l’hôpital dont il? est pourtant le directeur !?? Plus étonnant encore, alors qu'Aline Pailler dépose plainte pour « Injure? publique, violence et menace", le directeur lui aussi porte plainte pour Diffamation contre le responsable syndical Manuel Tellez et pour « Violence sur personne chargée de mission publique sans incapcité » contre A.Pailler. Et ce sera uniquement cette seconde plainte qui sera instruite. ?Ce sera uniquement le témoin du directeur (le DRH de l'hopital) qui sera? entendu par les gendarmes à la demande du procureur. ?Des dizaines de témoins présents ce soir là, prêts à corroborer les propos? d'Aline Pailler et Jean-Manuel Tellez, aucun n'a été entendu par les? gendarmes.? Les voilà convoqués ce lundi 9 novembre à la gendarmerie pour une« confrontation ». ?Face à ces injustices, face au comportement aberrant, de la direction de l’hôpital puis du Procureur, un comité de soutien s'est monté regroupant défenseurs de ?services publics, défenseurs des droits syndicaux mais aussi des?personnalités de la culture et de la politique qui témoignent leur soutien aux deux « accusés ».?? Oui aux services publics de santé !? Non aux manipulations, aux mensonges d'une direction qui préfère l'insulte ?au dialogue.? Pour une instruction loyale qui respecte les droits de tous.
??Premiers soutiens :?Compagnie Jolie Môme, troupe de théâtre? Loïc Canitrot, intermittent du spectacle
Jacky Hortaut, militant associatif pour la défense des droits humains
Fabrice Chambon Dr Médiathèque Montreuil
Gerard Mordillat Réalisateur, écrivain
Stéphane Levacher auteur, realisateur
Charles Hoareau syndicaliste CGT Marseille
Serge Pey poète
Denis Gravouil Secretaire général de la CGT spectacle (FNSAC)
André Minvielle Auteur, compositeur, interprète
Marina Jolivet Plasticienne
Michel Ducrot journaliste
Laura Cazes-Pailler externe en médecine
Philippe PASCAL Lanceur d'alerte.
Lucie Jousse Comedienne, directrice de théâtre
Samuel Churin Comedien
Jean-Paul Le Marec Ingénieur agronome
Claudine Baschet Comedienne
Celia Straehli personnel de santé
Francis Fourcou Réalisateur Farida Taher, productrice Radio France
Olivier Azam, réalisateur et producteur
Les mutins de Pangée
Pélagie, comédienne et gilet jaune Alès
Catherine Bot Monteuse
Yann Fiévet Socio-économiste
Mireille Fanon Mendes France Ex Experte ONU
Bénédicte Ferte Pédiatre de PMI Conseil Départemental d’Ariège
Nicole Choukroun Comédienne
Olivier Besancenot, Postier NPA
Marc Perrone, Auteur compositeur Musicien Chevalier de la Légion d'Honneur...
Marie-Odile Chantran Musicienne, danseuse.
Manuel Meïer Professeur Foix.
Stéphane Catelain Technicien militant CGT énergie Paris
Jennifer Catelain Comédienne Militante SFA CGT
Francis Arzalier Historien
Jean Pénichon journaliste militant CGT
Frédéric Lordon, économiste.

Alain UGUEN
Le 09/11/2020 à 08:42:30

Foix. Réunis devant le Chiva, ils construisent le jour d’après
https://www.ladepeche.fr/2020/06/17/reunis-devant-le-chiva-ils-construisent-le-jour-dapres,8936102.php  

Alain UGUEN
Le 09/08/2020 à 11:45:57

Refusons la fermeture de 54 lits au CHIVA !

MM
Le 25/04/2020 à 14:47:48

il faut filtrer en amont toutes les entrées et renvoyer chez eux les gens qui abusent "pour un bleu"

sylvie B
Le 17/08/2019 à 12:27:52

il faut de toute urgence faire payer les consultations aux urgences 50% que chez le généraliste, ainsi tous les pingres libèreront ce service et il pourra ainsi mieux fonctionner.
ceci devrait être également appliqué à tous ceux qui prennent bêtement des risques en ne respectant pas les consignes de sécurité et mettent de ce fait la vie des secouristes en danger.
dès que l'on touche au porte-monnaie, on devient plus respectueux des règles.

Jean-Pierre Reillon
Le 15/08/2019 à 17:21:12

la santé n'a pas de prix!!! continuons à construire des EPR qui ne fonctionneront jamais et fermons les hôpitaux spécialement dans les déserts médicaux

michel armagnat
Le 13/08/2019 à 16:14:39

Il faut pri-va-ti-ser, il n'y a pas d'argent miracle! dixit Jup1.On voit le résultat...

Schaffner Georges
Le 13/08/2019 à 14:38:34

C'est une honte !!

NONDEDEU
Le 12/08/2019 à 12:28:50

ce gouvernement lamine la santé ! (entre autres mochetés)
les hopitaux doivent rester ouverts partout,et indispensable que beaucoup d'employés etc

deanna martin
Le 12/08/2019 à 11:12:28

arrêtons de bazarder la santé des FRANCAIS !!!

THIERY
Le 12/08/2019 à 10:57:59

Les derniers chiffres de fréquentation des urgences ont de quoi donner des arguments aux soignants grévistes au Chiva.
https://www.ladepeche.fr/2019/08/01/urgences-le-temps-dattente-augmente-en-ariege,8341584.php  

Alain Uguen
Le 07/08/2019 à 09:25:21

Conflit social et manifestation au Chiva : François Ruffin s'invite dans le débat
https://www.ladepeche.fr/2019/05/15/conflit-social-et-manifestation-au-chiva-francois-ruffin-sinvite-dans-le-debat,8200423.php  

Alain Uguen
Le 15/05/2019 à 16:41:03

et la promesse de ne plus fermer d'établissement!

logé
Le 12/05/2019 à 10:18:17

Des économies au détriment de la santé des habitants d'un territoire. jolie morale...

La Fontaine
Le 11/05/2019 à 00:06:34

La fermeture de lits hospitaliers pour le seul motif économique et la destruction du service public est irrecevable

Non à la fermeture des lits au CHIVA

Marie-Christine Callet
Le 10/05/2019 à 15:39:08

Manuel Tellez a passé plus de deux heures à la gendarmerie de Pamiers, hier après-midi. Le secrétaire de la CGT-Chiva a été entendu suite à une plainte déposée par Jean-Marc Viguier, le directeur de l'hôpital, contre l’animateur du réseau cyberacteurs.org qui a diffusé la pétition en ligne qui a abouti à l'envoi de plusieurs milliers de mails à M. Viguier. Le procureur de Foix dira bientôt s'il poursuit, ou pas.
https://www.ladepeche.fr/2019/05/04/cgt-chiva-plainte-apres-la-petition,8180092.php  

Alain Uguen
Le 09/05/2019 à 11:01:39

je pense que ce projet de fermeture de lits n'est pas une bonne chose pour ce centre hospitalier et en particulier pour les habitant de ce territoire ! jean Vérité

Jean
Le 04/05/2019 à 17:40:29

Pour l'égalité des citoyens vis à vis des services publics de santé et en général

Auclair
Le 04/05/2019 à 14:05:48

encore une fois remise en cause et dégradation de l'offre du service public de santé pour les zones rurales
celui-ci ne doit pas être disponible que pour les citadins ....principe d'égalité
merci de votre attention au respect des fondements de la démocratie

rob
Le 04/05/2019 à 11:19:05

Scandaleux, les riches en veulent toujours plus et font pâtir les services publics en supprimant ce qui est essentiel, le service public !!!!

Kalic
Le 04/05/2019 à 11:00:36

Nos impôts ne doivent pas servir à la démolition de l'Hôpital Public ni à la répression anti-sociale !
(ni à engraisser des cadres inutiles et budgetivores)

FELDER
Le 04/05/2019 à 10:08:30

C'EDT UNE HONTE. MARCEL VAUCHER

VAUCHER
Le 04/05/2019 à 09:38:26

Pour un service public de santé de qualité.
Arrêt des poursuites des lanceurs d'alerte et de tous ceux qui dénoncent les décisions politiques néfastes pour les citoyens

Lasmolles Jean-Jacques
Le 03/05/2019 à 21:07:40

comme d'autres departements ,le retait du

service public c'est un scandale.

THOMAS
Le 03/05/2019 à 19:20:30

ça suffit!!!

isa
Le 03/05/2019 à 18:29:23

oui, il faut garder les hôpitaux et leurs lits pour ce qui est nécessaire à la santé publique !

Pierre ALLEMAND
Le 03/05/2019 à 16:03:42

Le délégué CGT-Chiva convoqué chez les gendarmes
https://www.ladepeche.fr/2019/05/02/le-delegue-cgt-chiva-convoque-chez-les-gendarmes,8176202.php  

Afin de soutenir Manuel Tellez, la CGT-Ariège appelle à un rassemblement, ce vendredi, à 14 heures, devant les locaux de la gendarmerie de Pamiers. «À travers lui, c'est le droit de contester, de peser sur les choix de société, de défendre les missions du service public qui sont remis en question. C'est un pas supplémentaire franchi vers la répression», analyse Didier Mézin, secrétaire général du mouvement, dans un trac remis à notre rédaction. Il voit «un lien de cause à effet» entre la mobilisation syndicale et la convocation du militant syndical. Une pétition est actuellement en ligne sur le site Cyberacteurs. Les signataires envoient directement un courriel… au directeur du centre hospitalier.

Alain Uguen
Le 03/05/2019 à 14:26:27

Sauvons les services publics, car lorsque tout sera privatisé, nous serons privés de tout!!

Emma
Le 02/05/2019 à 12:33:56

pas de fermeture de lits et plus d'embauche de personnel et gardez vous bien de tomber malade au mois d'août c'est la débandade
Ne donnons plus nos voix à ceux qui nous détruisent...
Christine J.

jakobs
Le 15/04/2019 à 16:41:59

on lamine affreusement les soins et les accueils,le personnel diminue aussi,c'est une HONTE colossale
le système français pour les malades était positif,maintenant il régresse...

deanna martin
Le 15/04/2019 à 09:05:58

raison de plus pour signer : j'habite à Foix

sylvie B
Le 14/04/2019 à 19:21:42

Voilà, j'ai signé parce qu'il est, de mon point de vue, temps que s'arrêtent les coupes sombres dans le domaine de la santé. Surtout dans des départements déjà assez désertés par les moyens médicaux...
Et je voulais aussi pousser un coup de gueule concernant la rédaction du texte ! Je n'ai rien compris en première lecture ! Ensuite, ne même pas prendre la peine de cliquer sur les apostrophes ! Quand même ! Le français est déjà assez mis à mal et le nombre de personnes sachant l'écrire en constante diminution, alors un p'tit effort pour respecter un peu notre langue ne serait pas superflu ! A moins que la touche " ' " ne fonctionne pas sur l'ordi de cette personne ? C'st une éventualité...
Bon, ça m'énerve tout ça, et tout le monde s'en fout je suppose, mais ça me fait du bien de l'écrire ! Belle journée à vous !

Chantal Gauthier
Le 13/04/2019 à 11:15:49

Contre les fermetures de lits, ils inondent de mails le directeur du Chiva
https://www.ladepeche.fr/2019/03/22/contre-les-fermetures-de-lits-ils-inondent-de-mails-le-directeur-du-chiva,8083520.php  

Alain UGUEN
Le 10/04/2019 à 14:07:38

La santé n'est pas une marchandise.
Cotiser selon ses moyens sur la totalité de ses revenus et recevoir selon ses besoins.
Ce principe base de la sécurité sociale doit être respecté de la naissance à la mort.
Fiscalité (sur toute l'assiette des revenus, aussi bien ceux du travail, du capital que de l'entreprise) et justice sociale vont de pair.

JMV
Le 28/03/2019 à 10:05:45

En matière de santé comme en tout,l'argent est roi...Même pour financer la modernisation de la "Bombe"...Ainsi,la modernisation de l'arsenal nucl
éaire nécessite un "investissement" de 77 Milliards
d'€uros sur 7 ans...Et cela ne donne pas-non plus- "matière à débat..."

stoppeur
Le 27/03/2019 à 18:46:17

Toutes ces fermetures...ça m'inspire une réflexion:une telle gestion comptable vise à conduire les Français à échafauder une politique urbaine comme celle qui prévaut au Japon ou aux USA...
Nos "responsables" politiques ont-ils suffisamment d'analyse et d'acuité dans leur "matière grise" pour pouvoir imaginer une société moins axée sur le pouvoir de l'argent et des profits...?On peut très sérieusement en douter...tout particulièrement de la part du vainqueur-opportuniste-de l'élection présidentielle de 2016...Il est de ceux qui ne doutent jamais...Comme dit une devise:"Le chef a toujours raison."

Michel RANDOLET
Le 27/03/2019 à 18:39:48

Non à la fermeture de lits. Le personnel doit pouvoir soigner dans de bonnes conditions, il faut donc qu'il doit en nombre suffisant.
Une hospitalière à la retraite

Gisèle Lapeyre
Le 25/03/2019 à 14:39:44

Si nous laissons passer cela, ou s’arrêteront t'ils, les tenant du Capital?
Comment vivrons nous dans nos vallées....
Faisons déjà le calcul en temps, sans parler des conditions météo, pour accéder au CHIVA par rapport a certaines commune de notre si beaux département....
qu'en sera t'il après toutes ces fermetures...

Pitarresi Aldo
Le 25/03/2019 à 11:41:59

On peut avoir les moyens de moderniser l'offre de soins, les maisons de retraite, les Hôpitaux,de leur donner les moyens humains nécessaires, augmenter les médecins de campagne. Marre de la gestion sous les ordres de bruxelles et de la concurrence libre et non faussée vive le programme du CNR et Ambroise Croizat qui ont inventé la sécurité sociale sans moyens avec une France dévastée et aujourd'hui on ne pourrait pas dans la 5eme puissance mondiale. Allons chercher les richesses que l'on nous vole et qui rendent les riches plus riches par milliards qu'ils vont cacher dans les paradis fiscaux. Sortons du capitalisme en avant une société communiste.
Navarro José

Navarro José
Le 21/03/2019 à 17:31:06

On voudrait reproduire le drame de Die dans un autre domaine de la santé , on ne ferait pas mieux

alannie
Le 20/03/2019 à 18:59:53

Pensez printemps les enfants , pensez printemps ; il reste encore quelques petits morceaux de France à vendre . Tout doit disparaitre !

padupe
Le 20/03/2019 à 13:55:26

La santé semble reléguée au rang de variable d'ajustement. je suis scandalisé : la santé avant tout !

Georges Cingal
Le 20/03/2019 à 11:15:36




Aucun lit fermé dans un hôpital public ni en Ariège ni dans aucun lieu de soin autre sur le territoire.
Surtout dans un endroit rural aux services publics humains indispensables alors que les habitants le souhaitent.
Pas plus en Ariège qu'en Aquitaine, avec la déstructuration de l'hôpital Robert Picqué au profit de celui du Val de Grâce.....

un anonyme
Le 20/03/2019 à 09:03:26


il fallait choisir de naître riche... jeune... beau et ... habiter la ville.

Françoise CANTE
Le 19/03/2019 à 22:06:08

CHiva ou Shiva, c'est aussi le nom d'un des Dieux de la trinité Hindou.
Shiva est le Dieux de la Continuité, du fait de la conservation et du prendre soin de la vie. . C'est un nom plutôt très approprié et donc très bien choisi pour la continuité et donc le maintien des 54 lits.
Bon courage à tous. Cette lutte est celle des gilets jaunes aussi.
Gawe

Gawe
Le 19/03/2019 à 21:42:08

PRIVATISATION et chômage se donnent la main et les services publics se font de plus en plus rares. Non à cette dégradation du service hospitalier de proximité

gisele MARTINE
Le 19/03/2019 à 21:38:02

La défense du service public de santé doit être une priorité, mais qui ça intéresse à Paris
Ne lachons rien

Georges Perron
Le 19/03/2019 à 18:43:57

Continuons la lutte,nous bandeauxblancs sommes en stand by puisque apparemment notre suppression interviendra en 2020 voir 2021,mais nous restons vigilants. Comme je l'ai dit en janvier l'année dernière il faut un signe distinctif c'est ce qu'on fait les gilets jaunes,nous voisxavions demandé de porter un bandeau blanc ,vous avez refusé domlage car cela auraitceu plus de poids. Restons en contact. Cordialement François

POMMELET
Le 19/03/2019 à 15:39:06

Les gilets jaunes n'ont pas fini de revendiquer!!!! La machine à casser du service pour le bien de tous: ce qu'on désigne sous la dénomination "d'intérêt général" est toujours en marche (si je puis dire?...), la machine à Macron!!!!

cactus
Le 19/03/2019 à 14:29:39

Très Drole!
CHIVA, c'est le nom d'un dentiste de Fleury les Aubrais...qui heureusement à pris sa retraite...
quelle idée de s’approprier un nom propre pour sigle sans vérification...

DENIS PUGNERE
Le 19/03/2019 à 12:54:59

quand il y a des termites,il faut agir URGEMMENT. Nous sommes dans le même cas de figure.. avant de se prendre les ruines de la solidarité sur la tête. Au passage, il est plus qu'urgent d'exiger de différencier "la providence" de la solidarité, l'une issue d'un pouvoir divin l'autre de la volonté humaine de soutient mutuel (Cf état providence).
Abel

ABEL MONIN
Le 19/03/2019 à 12:51:39

En cas de besoin, j'ai pas envie de trépasser parce qu'une bande de crétins irresponsables auront décidés qu'une vie coûte trop cher !

JSiorat
Le 19/03/2019 à 12:50:50

Bonjour,
Ma maman a été soignée dans cet HÔPITAL? ELLE DEVAIT FAIRE 40km en ambulance plusieurs fois dans l'année ( 7 ans de trajets), pas de service plus proche,si l'on supprime des lit combien de kilomètres devront faire les malades.
Le service public que nous payons très cher disparait, seuls les personnes aisées vont pouvoir se faire soigner !!!!!

Georges Doussiet
Le 19/03/2019 à 12:19:13

il y en a marre la santé n'est pas un secteur ou il faut faire du bénéfice ? C'est le droit le plus élémentaire !

claude cercley
Le 19/03/2019 à 11:54:36

ça suffit pas les fermetures de services publics en zone rurale ? faut suivre l'actualité !

Catherine
Le 19/03/2019 à 10:10:05

Ancienne habitante ariégeoise, je soutiens les combats des personnels du CHIVA du Val d'Ariège qui souffraient déjà en 2014. Mon époux a été pris en charge un dimanche aux urgences par des personnels avec un brassard indiquant qu'ils étaient en grève à cette époque-là.
la santé a un coût mais n'a pas de prix !

isatis
Le 19/03/2019 à 09:56:45

Non au délabrement de l hôpital public et à la fermeture des lits

Louisette Navarro
Le 19/03/2019 à 08:22:12

Le droit a la santé est fondamental et doit être déconnecté de toute approche comptable. Ce qui doit guider c'est la réponse aux bedoins humains et non la baisse des impôts des plus riches!

Dousseau François
Le 19/03/2019 à 07:13:52

La santé, ça nous concerne tous et toutes. Seuls des financiers bornés peuvent ne pas comprendre les effets négatifs de la suppression de 54 lits du CHIVA sur l'offre de soins en Ariège. Solidarité totale avec les soignants qui luttent aussi pour nous!

Dominique LIOT
Le 19/03/2019 à 05:04:04

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !