actualité écologie

Premier vendredi du mois : 18 h 30 rassemblement des Coquelicots

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

La Terre vue depuis l’espace

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

Journal des Bonnes Nouvelles

victoire pour Gabriel Dufils

AG Cyberacteurs

OPÉRATION

Les 10 jours verts Transacteurs

Ne laissez pas vos appareils en veille

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : NON a l'effarouchement de Goiat !

Mise en ligne du 28/05/2019 au 31/05/2019

Ensemble, disons NON à l'effarouchement de l'ours Goiat !
La Préfecture des Hautes-Pyrénées consulte le public sur son projet d'effaroucher l'ours Goiat.

Bilan de la cyberaction :

1701 participants

31/05 Consultation close

Présentation de la cyberaction :

Les associations Ferus & Pays de l'Ours-Adet appellent toutes les personnes favorables à la protection de l'ours dans les Pyrénées à s'exprimer contre, en commençant leur texte par :
« Non, l'expertise de l'ONCFS ne démontre pas que l'ours Goiat est un ours à problème. Je suis contre son effarouchement et pour la mise en place de moyens de protection efficaces. »
et à personnaliser leur message avec les arguments qui leur tiennent à coeur.

Lien vers la consultation (projet d'arrêté, documents ...) :
http://www.hautes-pyrenees.gouv.fr/consultation-relative-a-une-autorisation-de-a4966.html  

Lien pour s'exprimer :
http://enqueteur.dreal-occitanie.developpement-durable.gouv.fr/index.php/555796?lang=fr  

Attention : la consultation n'est ouverte que jusqu'au 30 Mai 2019.

Voici quelques éléments et arguments utilisables :
OUI, les associations ont validé le protocole ours à problème. Mais NON, Goiat n'est pas un ours à problème.

Les prédations qui lui sont reprochées se sont toutes déroulées de nuit, alors que le troupeau était mal protégé (clôtures non-électrifiées, chiens de protection trop jeunes pour être efficaces ...)

OUI, Goiat commet des prédations, mais NON, contrairement à ce que prétend l'arrêté, Goiat ne présente pas, à ce jour, un comportement familier. Les prédations se sont déroulées à quelques centaines de mètres de bâtiments, mais de nuit et en l'absence de présence humaine. Les termes employés dans l'arrêté sont donc tout à fait abusifs et inexacts.

OUI, la seule solution est la mise en place de moyens de protection efficaces. Donc NON, nous n'acceptons pas l'effarouchement de cet ours. Ce serait un effarouchement inutile, inefficace, contre-productif et probablement illégal.

Le sous-équipement en moyens de protection du secteur Barousse-Louron-Saint Lary a pu entraîner une accentuation du comportement naturellement opportuniste de cet ours. Il devient urgent de généraliser des moyens de protection correctement dimensionnés. Ce point devient obligatoire de toutes façons pour déclencher des indemnisations, suivant l'UE. D'autant que d'autres ours ont commis des prédations dans cette zone avec la même facilité : le déficit persistant en moyens de protection pourrait entraîner un renforcement du comportement prédateur de certains ours par opportunisme, et la solution n'est pas de les effaroucher.

Or, les moyens de protection correctement dimensionnés sont efficaces vis-à-vis de Goiat :
La mise en place de clôtures électriques a suffi pour faire cesser toute prédation de Goiat sur ruchers, comme en témoigne cette vidéo :
https://www.youtube.com/watch?v=jJDZwCSmQ6E&list=PL5Slqy_R4G9W-hJV0orXAVtt5Kxczj8yr&index=5  

C'est également souligné par l'ONCFS dans son rapport 2017. Voir http://www.oncfs.gouv.fr/IMG/pdf/Rapport-ROB-2017.pdf   (pages 15 & 36)

L'éleveur de Ris n'avait pas eu de prédation jusqu'à la regrettable euthanasie de son chien de protection : ce qui montre qu'un chien expérimenté peut être efficace contre Goiat.

On remarquera que les protections en place justifiant pour le préfet le conditionnement aversif de l'ours Goiat sont loin d'être à niveau : clôtures ou parcs non électrifiés, et chiens de protection en cours d'éducation.
Il est encore une fois regrettable qu'il n'y ait aucune anticipation vis-à-vis de l'équipement en moyens de protection, tout va se réaliser dans l'urgence, ce qui est la pire des méthodes.

Enfin, il ne faudrait pas que cet épisode soit les prémices d'une quasi-généralisation de ce type de mesures dans un cadre assoupli, comme le laisse penser la feuille de route ours et pastoralisme proposée par le Préfet d'Occitanie en mars 2019. En l'absence de protections réellement opérationnelles, comme c'est le cas présentement, ces mesures seraient illégales et pourraient faire l'objet de recours juridiques.
https://www.paysdelours.com/fr/adet/soutenir-pays-de-l-ours-adet/non-a-leffarouchement-de-goiat-.html  

La lettre qui a été envoyée :


Non, l'expertise de l'ONCFS ne démontre pas que l'ours Goiat est un ours à problème. Je suis contre son effarouchement et pour la mise en place de moyens de protection efficaces.

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

29 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

Laissons la nature reprendre ses droits !

Evelyne Sennelier
Le 14/06/2019 à 10:36:20

Dans la droite lignée des anti ours, loups, etc ...
Pourquoi notre pays devient le dernier protecteur de la biodiversité, de la protection des animaux ..
Sincèrement, je suis catastrophée et j'ai honte pour nous tous .....
Les temps changent, mais il y a toujours l'arrière garde qui s'accroche ...

Christiane
Le 03/06/2019 à 21:49:29

les patous sont les défenseurs des troupeaux il suffit d'en posséder

pierrot
Le 03/06/2019 à 11:17:44

Si les troupeaux étaient mieux gardés (emplois!) il n'y aurait guère de problèmes. Laissez les animaux sauvages vivre leur vie!

Marie Cingal
Le 02/06/2019 à 06:42:00

Ce n'est pas l'ours le problème. Il faut trouver des solutions pour que les troupeaux sont mieux gardés.

Eva
Le 31/05/2019 à 15:06:51



un ours n'est ni un cheval ni un chien!

cultivons la connaissance environnementale qu'elle soit zoologique botanique et autre; l'environnement ne concerne pas que le tri des déchets et la fermeture des chasses d'eau......la preuve!
également un peu de littérature chez le passionnant médiéviste Michel Pastoureau qui établit un magnifique bestiaire, tiré des livres et des légendes, de l'histoire et de ses déformations, des rêves et des peurs de l'homme.

mondo
Le 31/05/2019 à 14:57:55

Il faut mettre en place le moyen de protection adapté à la situation (et peut être à l'ours) mais en aucun cas l'effaroucher pour le conditionner.
Certes cela a un coup mais est-ce à l'animal de le payer ? parfois de sa vie.
La planète n'appartient pas qu'à l'homme et nous devons trouvé le moyen de vivre avec des animaux sauvages.
Travaillons ensemble avec les éleveurs des Pyrenées.

Jean-Claude Prat
Le 31/05/2019 à 12:59:04

Je continue le message. Effarouchons les empêcheurs de manger du miel, et quelques montons qui finiraient sous le couteau des bouchers d'abattoirs. Effaroucher, pour les longs fusils, c'est cribler de plomb Goiat. Zone franche sans humains et pas besoin de construire un mur d'enceinte.
Aïchat Nussy

c nusbaum
Le 31/05/2019 à 11:19:42


Effaroucher un ours c'est le mettre en danger : stress, changement d'habitat, voir même chute et blessures.

La vie sauvage est belle mais fragile, la vie des humains en dépend.

Danièle Hennebert
Le 30/05/2019 à 19:35:57


Effaroucher un ours c'est le mettre en danger :

stress, changement d'habitat, la vie sauvage est belle mais fragile.
Si on vous le faisait à vous, vous comprendriez.

Quand les animaux sauvages auront disparu, l'homme disparaitra aussi.

Danièle Hennebert
Le 30/05/2019 à 19:33:35

Quel problème y a-t-il à effaroucher l'ours ??? Je ne comprends pas l'intérêt de cette pétition.

Valdusier
Le 29/05/2019 à 22:44:02

C est quand-même moins pire que de les tuer comme arrivé à Cannelle et d autres..et aux loups..

Annie MILLOT
Le 29/05/2019 à 22:33:27

"Il faudrait juste que le berger garde son troupeau" dit le premiers commentaire. Je suis berger, pas dans les Pyrénées mais dans les Alpes avec des loups qui nous harcèlent en permanence jours et nuits. Je ne suis pas pro Loup ni anti loup, chaque cas est unique. Les chiens, les hommes, le troupeau sont sur le qui-vivent en permanence, nuit et jours. Alors oui des fois on est pas en mesure de prévenir une attaque. Vivre sous une menace 24h/24h c'est très dure à vivre tant pour les hommes que les animaux.

Parfois l’effarouchement peut être nécessaire. Cette pétition ne permet pas de se prononcer car elle ne donne pas assez d'information.

Cela sert à rien de se monter les uns contre les autres, travaillons ensemble pour trouver le meilleurs équilibre, comme le font depuis toujours les paysans.

Sylvain
Le 29/05/2019 à 22:18:56

quand prendra -t-on conseil auprès de pays comme la Yougoslavie, Tchéquie, et autres pays de l'est qui parviennent à vivre tranquillement avec des ours à proximité; cela devrait être cela l'Europe : une entraide, un partage des connaissances .........

maripachats
Le 29/05/2019 à 16:13:43

L'ours n'est pas familier, il a agi de nuit, loin de toute présence humaine donc il n'est pas dangereux. Il faut renforcer les moyens de protection (chiens efficaces, clôtures, bergers) et laisser l'ours vivre sa vie. La protection de la biodiversité comprend aussi la protection de l'ours...

Rainette
Le 29/05/2019 à 16:04:19

Il est temps d'apprendre à vivre avec las autres nous sommes la cause des disparitions des animaux et la on continu
c'est quand que l'on grandi

Cathy Nesmes
Le 29/05/2019 à 15:52:26

Il fallait laisser ces ours dans leur pays d'origine où ils avaient leur "famille", leur territoire.
Maintenant on veut les "effaroucher" !!!! Voire plus.
Ces pauvres bêtes sont tout simplement désorientées.
Les bergers n'ont qu'à faire leur travail de berger.

Zébulon
Le 29/05/2019 à 13:14:16

sommes-nous supérieur à l'ours ou à un quelconque animal pour décider de l'effaroucher?
je ne crois pas
quand nous déciderons de respecter les autres êtres vivants sur cette planète il sera trop tard pour nous et nous regretterons sans doute nos actes passés
les ours, les loups, les renards ou les blaireaux ont droits de vivre tranquillement
qui envahit leurs territoires ? l'homme
et eux n'ont pas de moyen pour nous effaroucher
ils nous supportent ou nous ignorent
ils seraient plus facile de laisser tranquille l'ours que le poursuivre sans cesse

Bruno
Le 29/05/2019 à 11:54:15

Qu'attendent les spécialistes animaliers associatifs scientifiques humanistes pour prendre la parole?
Pourquoi l'homme s'arroge t-il le pouvoir systématique de vie de mort sur son environnement en souhaitant soumettre et contrôler?
Un animal adopte un mode de vie et le garde, cela s'appelle l'instinct animal....
Qu'est cette affirmation irrecevable qui consiste à exclure les "hors sol" les "citadins"et les autres, TOUS les autres? assez de cette exclusion générale!!quiconque a le droit de penser et exprimer son opinion!!
En outre, relire La Fontaine ne fait pas de mal:
"qui veut tuer son chien l'accuse de la rage" qu'il s'agisse de l'homme ou de l'ours.

mondo
Le 29/05/2019 à 11:24:46

Effaroucher cet ours est pourtant dans son propre intérêt. Traditionnellement, les bergers des Pyrénées — qui n'étaient jamais armés, et étaient très proches de la nature, réservaient un « charivari » à l'ours à sa première visite en début d'estive, en tapant sur des casseroles et en le poursuivant jusqu'à la forêt. L'ours prenait une bonne frousse et on ne le revoyait plus de l'été. Les brebis paissaient paisiblement, et chacun campait sur son territoire. Aujourd'hui, nous avons d'un côté des ours venus de Slovénie, peu habitués à la haute montagne, et qui de plus ont été capturés, ont côtoyé l'homme et n'en ont plus une sage crainte, et de l'autre des montagnards chasseurs armés et à la gâchette facile, comme on le sait. Inculquer la crainte de l'homme à l'ours est sans doute la meilleure chose à faire pour lui, et il n'y a pas 36 façons de s'y pendre, mais c'est toujours mieux que de le retrouver plus tard dans la saison avec une balle dans la peau comme ses prédécesseurs. Par pitié, cessez ces pétitions infantiles et laissez les spécialistes gérer la situation au mieux. Sans quoi on n'arrivera pas à ménager les intérêts de chacun, et la réintroduction se soldera par un échec. La place de l'ours est au c½ur de la nature sauvage, pas sur les pâturages ou aux abords des villages.

Cagnard
Le 29/05/2019 à 11:22:20

Ce serait intéressant que nous soyons informés de quoi exactement il s'agit lorsqu'on parle d'effaroucher un ours ...

Ours des montagnes
Le 29/05/2019 à 11:12:22

Oui l'ours mange, oui l'ours est omnivore, oui l'ours dort en hiver. Tout comme les bipèdes. On veut l'eff

nusbaum
Le 29/05/2019 à 07:58:46

c'est n'importe quoi. ça fait déjà au moins deux fois que quelqu'un manque se faire croquer par un ours dans les Pyrénées. je demande aux citadins qui ne sont pas concernés par le problème d’arrêter de se masturber la cervelle et de laisser les gens qui le sont,qui ont encore les pieds sur terre gérer (autant qu'ils le peuvent) ce problème.
c'est comme pour le loup, des gens "hors sol" se permettent de juger et de donner leur avis sur un sujet qui ne les concerne pas:"je pense que...il faut qu'on...ils ont le droit...ces histoires sont d'un autre age...c'est pas vrai,ce sont de gentilles bêtes qui ont leur place..."
vous n'avez jamais tué une mouche ou une guêpe? si vous l'avez fait,c'est parce qu'elle vous dérangeait,elles vous "nuisait". et vous n'avez jamais brûlé du bois,mangé une salade,une carotte ou un poulet rôti ou un bon gigot d'agneau? pourtant ce sont tout des êtres vivant...alors arrêtez ce sentimentalisme a la con qui nous coûte des centaines de millions et même des milliards alors qu'on est en période de récession

dudu
Le 28/05/2019 à 20:27:31

L'homme est le pire imbécile qui existe sur terre,va-t-il un jour arrêter de s'en prendre aux animaux!

Christiane Huard
Le 28/05/2019 à 20:14:06

Je signe des deux mains.

Liliane PHILIPPE
Le 28/05/2019 à 18:05:15

Parfaitement d'accord avec le commentaire d'Andrée Battaglieri, la bien nommée.
Rien à ajouter!

Chanteux
Le 28/05/2019 à 17:44:31

En son temps, je me suis opposée aux travaux du tunnel du Somport pour défendre les derniers ours pyrénéens. Actions, manifestations, courriers, sit-in -ce n'était pas encore l'époque des pétitions à tout-va- n'y ont rien fait. Les décideurs ne considèrent que le profit personnel immédiat et tant pis pour l'intérêt général et l'extinction des espèces jusqu'à ce que la nôtre, enfin, disparaisse. Car l'ours "effarouché" ira ailleurs ou mourra dans un coin faute d'avoir un territoire accessible où il puisse mener sa vie d'ours presque normale.

Mireille
Le 28/05/2019 à 15:34:47

JE PENSE A "CANELLE" LA DERNIERE JEUNE OURS FEMELLE DES PYRENNEES TUEE PAR UN CHASSEUR ET TRANSPORTEE DANS UN FILET SUSPENDUE A UN HELICOPTERE.

GILBERT VERRECHIA
Le 28/05/2019 à 15:28:20

Voici le commentaire que j'ai laissé sur la consultation publique :
Il y avait des ours naturellement dans les Pyrénées. Suite à la manifestation contre le tunnel du Somport il y a plus de 20 ans, le gouvernement de coalition d'alors (droite + soi disant gauche) a décidé d'éradiquer l'ours en maintenant ce projet. Puis des intérêts économiques liés au tourisme se sont révélés attractifs et des ours ont été importés de l'Est, par avion et lâchés comme si toutes les forêts et tous les écosystèmes se valaient, sans la moindre considération pour l'animal. Aujourd'hui on lui met un collier ! Bravo ! Une puce, qui ne sert pas à grand chose. Et maintenant on veut l'effaroucher.. Il faudrait savoir si ces messieurs (et certaines dames) qui s'octroient le pouvoir de partout veulent ou ne veulent pas d'ours, à moins qu'ils ne veuillent juste que les retombées lucratives du tourisme que l'ours pyrénéen leur apporte.
La seule position honnête et digne aujourd'hui est de laisser l'ours tranquille, il se reproduit avec tant de difficultés qu'il n'est pas menaçant. Lui enlever ces colliers et ces puces parce que c'est un animal sauvage et garder troupeaux et ruchers comme cela se faisait avant qu'une perspective touristique ne vous allèche tant. Il faudrait juste que les bergers gardent les troupeaux et que les apiculteurs protègent leurs ruches de manière efficace. Ou qu'ils fassent autre chose. Car ces ours importés ne nous ont rien demandé. On leur doit un minimum de respect, sans compter que les touristes deviendront peut-être plus exigeants et moins friands de 'nature sauvage' quand ils apprendront ce que l'on fait subir aux ours pour la prospérité des aubergistes et autres commerces, organismes touristiques et financements de tous poils !

Le 28/05/19 en réponse à une consultation publique qui se termine le 30/05/19.
http://enqueteur.dreal-occitanie.developpement-durable.gouv.fr/index.php/555796?lang=fr  

Andrée Battaglieri
Le 28/05/2019 à 12:57:37

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !