actualité écologie

Les 10 jours verts Transacteurs

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

Ne laissez pas vos appareils en veille

AG Cyberacteurs

Journal des Bonnes Nouvelles

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Annoncez la couleur !

Premier vendredi du mois : 18 h 30 rassemblement des Coquelicots

Samedi 3 octobre: marchons sur les aéroports!

Jour du dépassement : Pourquoi le recul cette année du 'jour du dépassement' est un trompe-l'œil

météo

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : 249 : PHILIPPINES - LES GRANDES MANOEUVRES DE TOYOTA

Devenu premier constructeur automobile mondial depuis 2007, Toyota, se prévaut d’être "le plus admiré", une distinction que la multinationale attribue à son souci constant de la satisfaction du client et à sa sensibilité écologique, marquée notamment par le lancement de la première voiture hybride. Le slogan de la marque affirme sans complexe : "Aujourd'hui, demain, Toyota". Pourtant, "aujourd'hui", et depuis sept ans déjà, dans l'une de ses unités de production aux Philippines, Toyota refuse obstinément de reconnaître la liberté d'association et de négociation collective au syndicat indépendant, pourtant reconnu par la justice Philippine.

Bilan de la cyberaction :

3083 participants ont écrit à
michel.gardel@toyota-europe.com.  

Présentation de la cyberaction :

Devenu premier constructeur automobile mondial depuis 2007, Toyota, se prévaut d’être "le plus admiré", une distinction que la multinationale attribue à son souci constant de la satisfaction du client et à sa sensibilité écologique, marquée notamment par le lancement de la première voiture hybride. Le slogan de la marque affirme sans complexe : "Aujourd'hui, demain, Toyota". Pourtant, "aujourd'hui", et depuis sept ans déjà, dans l'une de ses unités de production aux Philippines, Toyota refuse obstinément de reconnaître la liberté d'association et de négociation collective au syndicat indépendant, pourtant reconnu par la justice Philippine.


“Aujourd’hui” l'armée philippine intervient directement dans le conflit social. Et pour "demain", que peut-on espérer ? La multinationale a récemment annoncé qu'elle visait une augmentation substantielle de son activité d'ici à 2012, en s'appuyant sur une expansion de sa production en Chine, en Inde et en Russie notamment. Si elle reproduit dans ces pays le comportement que nous dénonçons depuis de nombreuses années aux Philippines, la multinationale a de quoi craindre de ne plus être autant admirée qu'aujourd'hui…

C'est en 1988 que Toyota installe sa première unité de production aux Philippines. Dès le départ, l'entreprise bafoue les droits de ses salariés et notamment leur liberté d'association et de négociation collective, des droits fondamentaux indispensables à l'amélioration des conditions de travail et au respect du droit social. Lorsque, 10 ans plus tard, ses ouvriers décident de former un syndicat indépendant, le Toyota Motors Philippines Corporation Workers Association (TMPCWA), l'entreprise refuse catégoriquement de le reconnaître.
Sept années de lutte pour les travailleurs abusivement licenciés
En 1999, des élections donnent au TMPCWA la majorité des voix. Refusant de reconnaître ce résultat, la direction de Toyota tente par tous les moyens de remettre en cause sa validité. Le médiateur du Bureau des relations de travail philippin et le ministère du Travail lui-même auront beau intervenir, rien n'y fait : Toyota rejette toute discussion avec le syndicat légalement élu. En février 2001, pour protester contre l'attitude clairement anti-syndicale de l'entreprise, le TMPCWA organise une série de rassemblements pacifiques devant le ministère. Toyota décide alors de les licencier : en tout, ce sont 233 ouvriers qui se retrouvent à la porte pour avoir voulu faire respecter leurs droits.Afin de soutenir leurs collègues, les ouvriers de l'usine organisent quelques jours plus tard un piquet de grève devant les deux sites de production de Toyota aux Philippines, et réclament leur réintégration immédiate. Mais forte du soutien de sa maison mère au Japon, et de celui des autres multinationales japonaises implantées aux Philippines qui menacent de quitter le pays si leurs intérêts continuent d'être ainsi menacés, Toyota obtient l'intervention de la police qui, agissant de concert avec des vigiles privés, disperse violemment les manifestants. A deux reprises, en 2003 et en 2004, la Cour suprême déclare pourtant la grève légale et enjoint à Toyota d'entamer des négociations collectives. Entre 2001 et 2006, le Comité de la liberté syndicale de l'OIT émet pas moins de quatre recommandations invitant l'Etat philippin à faire respecter les droits du TMPCWA. Mais Toyota, visiblement soutenue par le ministère du Travail, semble demeurer sourde aux demandes des travailleurs.
Connivences avec l'Armée philippine
Peuples Solidaires soutient le TMPCWA dans sa lutte depuis plusieurs années, et a déjà lancé trois Appels en direction de Toyota, en 2004, 2006 et 2007.C'est donc avec une une vive inquiétude que nous apprenons que, le 10 janvier 2008, un détachement militaire de la 202ème brigade d'infanterie de l'Armée philippine s'est installé à proximité des bureaux du TMPCWA, dans l'arrondissement de Pulong Santa Cruz, avec pour mission officielle, une opération d’appui au développement pour la population locale… La visite intempestive de trois des membres de cette unité dans les locaux du TMPCWA les 24 janvier et 4 février 2008, et les interrogatoires auxquels ils se sont livrés, portent toutefois à croire qu'il s'agit là de nouvelles manœuvres d'intimidation à l'encontre du syndicat. En outre, au même moment, un poste de police spécial, destiné à assurer la sécurité du parc industriel Toyota de Laguna s'installait sur la propriété de l'entreprise, et le TMPCWA apprenait que des membres de la brigade d'infanterie installée à proximité de leurs locaux se voyaient autoriser librement l'accès aux usines Toyota. Le TMPCWA craint que la présence de cette force militaire ne conduise à des violences, des kidnappings ou même des assassinats. Les Philippines sont en effet l'un des pays les plus dangereux au monde pour les syndicalistes, et la présence de militaires à proximité d'un syndicat en conflit ne présage rien de bon. "Rien ne justifie la présence militaire dans cette partie de la ville", explique Ed Cubelo, le président du TMPCWA. "La communauté de Pulong Santa Cruz n'est pas réputée pour être un vivier de criminels ou une menace à la sécurité, qui pourraient justifier l'instauration d'une loi de type martial…", continue-t-il.Le fait que la 202ème brigade d'infanterie tente de faire croire à la population locale que les syndicalistes du TMPCWA sont en réalité des membres de la Nouvelle armée du peuple (New Peoples Army - NPA), un groupe paramilitaire dépendant du parti communiste des Philippines (Communist party of the Philippines - CPP), considéré comme une organisation terroriste, ne fait qu'amplifier nos craintes en ce qui concerne la sécurité des syndicalistes…

Interpellez le concessionnaire Toyota de votre ville ou de votre région et informez-le de ce qui se passe chez Toyota aux Philippines. demandez-lui d'enparler à la direction de Toyota France. Liste des concessionaires de Toyota en cliquant sur ce lien :
http://www.toyota.fr/dealerfinder/  

POUR EN SAVOIR PLUS
La marche des "trois Grands" :
Du 3 au 7 mars 2008, les trois grands syndicats philippins que sont le TMPCWA (Toyota), le syndicat de Nissan et celui de Nestlé, ont participé à une marche de cinq jours allant du Sud de Luzon (baptisée la "capitale de l'investissement") jusqu'au Palais présidentiel au centre de Manille, où ils ont interpellé la Présidente Philippine Gloria Macapagal Arroyo pour l’informer des activités anti syndicales des multinationales Toyota, Nissan et Nestlé à l'encontre de leurs travailleurs.
Campagne internationale de solidarité
La lutte des ouvriers philippins de Toyota et du syndicat indépendant TMPCWA est soutenue depuis plusieurs années par de nombreuses organisations à travers le monde, notamment la Fédération Internationale des organisations de travailleurs de la métallurgie (FIOM) et des syndicats japonais qui aident le TMPCWA à faire connaître sa lutte au niveau international. En janvier 2006 a même été créé le "ZEN-TO-UNION", un nouveau syndicat appelant au rassemblement de tous les ouvriers de Toyota à travers le monde.
Les précédents Appels de Peuples Solidaires
- mars 2004, "Philippines, Dialogue en panne chez Toyota" (Appel n° 269)
- mars 2006, "Philippines, Toyota fait fausse route" (Appel n°292)
- septembre 2007, "Philippines, Toyota : un sacre à deux vitesses" (Appel n°309)

Texte de la pétition :


Monsieur le Président,

J’ai été informé(e) par Peuples Solidaires des atteintes répétées aux droits des travailleurs dans les usines Toyota aux Philippines. Depuis sept ans, Toyota refuse de négocier collectivement avec le syndicat indépendant Toyota Motor Philippines Corporation Workers Association (TMPCWA). Je suis particulièrement inquièt(e) d’apprendre que, depuis janvier 2008, des membres de l’Armée philippine se sont installés à proximité des bureaux du TMPCWA et dans le parc industriel de Toyota à Laguna, et qu’ils se livrent à des actes d’intimidation envers les syndicalistes du TMPCWA.

Je souhaite que vous transmettiez mes inquiétudes auprès des dirigeants de la Toyota Motor Corporation International, et que vous leur demandiez d’exiger du gouvernement Arroyo :
qu’il retire le détachement de la 202ème brigade d’infanterie qui a été installé à proximité des bureaux du TMPCWA.
qu’il interdise aux membres de cette brigade de pénétrer dans les unités de production de Toyota aux Philippines.
qu’il retire le poste de police spécial qui a été installé dans le parc industriel de Toyota à Laguna.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de mes salutations distinguées.

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

Aucun commentaire

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e


traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !