actualité écologie

AG Cyberacteurs

OPÉRATION

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Premier vendredi du mois : 18 h 30 rassemblement des Coquelicots

Journal des Bonnes Nouvelles

victoire pour Gabriel Dufils

La Terre vue depuis l’espace

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Les 10 jours verts Transacteurs

Ne laissez pas vos appareils en veille

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : Protection des parcs des Virunga et de la Salonga

Mise en ligne du 04/07/2018 au 21/12/2018

La République démocratique du Congo a officialisé son projet d'exploiter du pétrole dans les parcs naturels des Virunga, le plus ancien d'Afrique, et de la Salonga. Il suscite l'inquiétude des défenseurs de l'environnement.

Bilan de la cyberaction :

3351 participants

RDCongo: Kabila ouvre la plus grande partie du parc des bonobos aux pétroliers
https://afrique.lalibre.be/29422/rdcongo-kabila-ouvre-la-plus-grande-partie-du-parc-des-bonobos-aux-petroliers/  

Présentation de la cyberaction :

C’est officiel. La République démocratique du Congo va lancer son projet d’exploitation pétrolière dans deux parcs naturels du pays, celui des Virunga dans le nord-est et celui de la Salonga, dans le centre.
Le gouvernement projette le "déclassement par décret d'une zone à intérêt pétrolier", selon un compte-rendu d'un conseil des ministres en date du 8 juin, diffusé seulement vendredi 29 juin. La "zone d'intérêt pétrolier" concerne 172 075 hectares des Virunga soit 21,5% de la surface totale du parc classé au patrimoine mondial par l'Unesco, d'après le compte-rendu qui ne donne aucun chiffre pour la Salonga.
Le ministre des Hydrocarbures a demandé "l'autorisation de constituer, avec son collègue de l'Environnement et du Développement durable, une commission interministérielle" pour préparer les deux décrets. "Après examen, le Conseil des ministres a accordé les deux autorisations", précise le compte-rendu.
Des inquiétudes pour l’environnement

Ce projet de "commission" pour étudier le "déclassement" partiel de deux des joyaux naturels et touristiques de la RDC avait été révélé par l'ONG Global Witness le 3 mai.
L'ONG avait demandé l'arrêt de ce projet en dénonçant "des conséquences catastrophiques" pour l'environnement : "Le parc de la Salonga abrite près de 40 % de la population mondiale de bonobos, tandis que celui des Virunga constitue un habitat vital pour de nombreuses espèces protégées, les hippopotames, les éléphants et certains des derniers gorilles des montagnes au monde".
Dans les Virunga, le plus ancien parc naturel d'Afrique, les réserves pétrolières sont estimées à "6 758 milliards de barils avec les recettes budgétaires additionnelles de sept milliards de dollars", d'après une note du ministre.
Le parc des Virunga a suspendu ses activités touristiques jusqu'à la fin de l'année après la mort d'une ranger et l'enlèvement de trois personnes dont deux touristes britanniques le 11 mai. A la frontière avec le Rwanda et l'Ouganda, les Virunga s'étendent sur 7.800 km2 dans la province du Nord-Kivu, fief de plusieurs milices et groupes armés.

Déclaration des ONG membres de la Société Civile/Forces vives du Nord-Kivu: Non à la désaffectation des Blocs pétroliers 4 et 5 du Parc National des Virunga

les organisations de la Thématique Environnement de la Société Civile du Nord-Kivu desapprouvent  la démarche amorcée par le  Gouvernement de la RDC pour la désaffectation des blocs pétroliers 4 et 5 du Parc National des Virunga. C’est à travers une déclaration de leur desacccord qu’ils ont donné leur position.
http://v2.reseaucref.org/declaration-ong-membres-de-societe-civile-forces-vives-nord-kivu-non-a-desaffectation-blocs-petroliers-4-5-parc-national-virunga/  

604. C'est le nombre de gorilles recensés, en 2018, au sein du parc du Virunga. La population de mammifères est donc en augmentation par rapport aux années précédentes. Ainsi, à eux seuls, ils représentent 60 % des individus présents sur le sol africain. 
https://www.rtbf.be/tendance/voyage/detail_en-rdc-la-population-des-gorilles-du-parc-virunga-en-augmentation?id=9945455  

Lancement de la campagne de financement participatif pour #AidezVirunga
Un concert caritatif et une collecte de fonds ont eu lieu le 27 juin 2018 pendant la 42e session du Comité du patrimoine mondial pour soutenir les veuves et les familles des gardes qui ont perdu la vie en protégeant le Parc national des Virunga.
http://whc.unesco.org/fr/actualites/1840  

La lettre qui a été envoyée :


Monsieur le Président
Aux bons soins de son ambassadeur
Je me joins à la centaine d’ONG qui à Kinshasa ont signé une déclaration commune pour dénoncer le caractère illégal et dangereux de ce projet.
Les conséquences environnementales seraient catastrophiques pour les bonobos ou les derniers gorilles des montagnes au monde.
Conséquences sociales, aussi. Les populations qui vivent des ressources naturelles seraient déplacées et de nombreuses milices en profiteraient pour occuper l’espace dans la violence.
Dans l'attente de l'abandon de ce projet, je vous prie de croire en ma vigilance sur vos décisions.

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

8 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

Naissance exceptionnelle de bébés gorilles dans les Virunga


Mercredi 25 Juillet dernier, le Parc des Virunga en République Démocratique du Congo a annoncé la naissance exceptionnelle de deux adorables bébés gorilles de montagne. Ce sont donc neuf petits qui sont nés depuis le début de l’année 2018 dans ce Parc Naturel de l’est du pays, mais hélas grandement menacé par l’Humain.

Au coeur des Virunga, on prend soin des gorilles de montagne depuis des années et on veille à leur bonne santé. L’idée ? Aider à la préservation de cette espèce animale en danger critique d’extinction du fait de la déforestation, du trafic d’animaux sauvages et du commerce de viande de brousse.

Bonne nouvelle

Aussi les naissances de ces petits mammifères sont-elles toujours considérées comme de grandes victoires. Dans un communiqué de presse publié le 25 Juillet dernier, le Parc des Virunga salue cette bonne nouvelle :

« Les gorilles de montagne ont été une source exceptionnelle de bonnes nouvelles en 2018 et celle-ci ne cesse de s'améliorer ! Nous sommes ravis d'annoncer l'arrivée de deux nouveaux bébés, ce qui donne au total neuf nouvelles naissances de gorilles de montagne cette année. »

Un parc en sursis

Le Parc des Virunga est le plus ancien parc naturel d’Afrique, mais celui-ci a pris la décision de suspendre ses activités touristiques pour le reste de l’année 2018, suite au décès d’une ranger et l’enlèvement de trois personnes (dont deux touristes) britanniques le 11 mai.

Situé à la frontière entre l’Ouganda et le Rwanda, ce parc de République Démocratique du Congo s’étire sur pas moins de 7800 kilomètres carrés dans la province du Nord-Kivu, qui est malheureusement aux mains de milices armées et autres groupes militaires.

Au mois de Juin 2018, la capitale de la République Démocratique du Congo Kinshasa avait rendu officiel son projet d’exploiter les ressources en pétrole de ce joyau de biodiversité, pourtant classé au Patrimoine Mondial de l’Unesco. Il va sans dire que l’exploitation pétrolière de cette zone du pays représenterait un véritable désastre écologique…

https://www.ohmymag.com/best-friends/naissance-exceptionnelle-de-bebes-gorilles-dans-les-virunga_art119673.html  

Alain UGUEN
Le 31/07/2018 à 15:15:32

L'exploitation pétrolière a entrainé corruption, banditisme et malheurs presque partout où elle existe. Alors, le Parc des Virunga est encore plus exposé. Il vaut mieux donner à la République démocratique du Congo les moyens d'un développement durable, qui profite à tout le monde.

un anonyme
Le 11/07/2018 à 10:05:36

quel dommage de détruire des parcs naturels, d'autant que rien n'indique que ce soit une solution profitable à tout un peuple mais plutôt à quelques uns qui vont s'enrichir et les parcs seront détruits à jamais !
Ainsi voilà un peuple déjà exploité, dans le temps, parles colonisateurs , de nouveau sera persécuté, sans parler des animaux qui y vivent, et la flore !
quelle tristesse !

Rosée
Le 10/07/2018 à 16:33:23

FOLIE HUMAINE AU PLUS HAUT DEGRE !!!

Irow
Le 10/07/2018 à 08:09:50

Je signe parce que trop d'extraction d'hydrocarbures en vue de les bruler c'est trop ! Mais difficile de faire la leçon à des africains, nous européens qui avons beaucoup pillé la planète et continuons !

Christian Rozé
Le 09/07/2018 à 15:54:25

Difficile de commenter l'imbécillité en action. D'autant plus qu'en ce qui concerne l'environnement et son saccage, les dirigeants de nombreux pays font preuve de la même sottise égocentrique. Détruire l'équilibre déjà précaire de ces deux parcs naturels serait un désastre volontaire. Que ceux qui agissent ainsi s'en moquent pour favoriser leurs profits immédiats n'est pas nouveau. Que l'Europe réclame toujours plus de pétrole mais refoule les migrants de l'Afrique sub-saharienne qui fuient les conditions de non-vie qui sont les leurs après ces saccages est inqualifiable. La responsabilité de tous les acteurs est engagée.

Mireille
Le 09/07/2018 à 14:55:18

Basta! La protection des parcs nationaux doit être définitive et non temporaire! Les régions protégées ne sont pas des garde-manger mis de coté pour l'industrie minière, forestière, et l'agro business! Ces projets ne bénéficieront pas aux populations locales car ça ne profite jamais aux locaux. Une fois les ressources pillées les compagnies s'en vont ailleurs et les gens se retrouvent au milieu de la dévastation. Basta!

Assez!
Le 09/07/2018 à 14:54:51

Que ce soit le pétrole des Virunga au Congo ou l'or de la Guyane ou encore la déforestation qui galope à Bornéo pour planter de palmiers à huile, tous ces "chantiers" dévastateurssont le fait de notre économie (si l'on peut appeler ça économie!!!) gloutonne de ressources qui doit générer "du retour d'investissement, c'est l'économie prédatrice qui devrait et doit cesser.

Foutons la paix aux Gorilles des Virunga, aux orang-outan de Bornéo ou au jaguar de Guyane, à terme nous nous porterons mieux.... Ce ne sont pas les pékins lambda qui initient cette demande, ils seraient de plus en plus pour qu'on ralentisse, mais il faut faire tourner la machine financière qui broie tout, qui finira par se broyer elle même......

Cactus
Le 09/07/2018 à 12:52:33

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !