image vide cyberacteurs
image vide

Cette pétition est maintenant terminée

Bilan de la pétition : Pour le renouveau de Bel-Air-La Grand-Font, Angoulème (16)

Mise en ligne du 14/06/2018 au 23/11/2018

Le Conseil Citoyen, collectif indépendant, fédérant habitants, acteurs associatifs et économiques du quartier, ne peut accepter que la rénovation du quartier soit simplement déterminée par des démolitions de logements censées disperser la pauvreté et créer de la mixité sociale.
Représentant une population qui aime son quartier, tout populaire qu'il est, il fait, par cette pétition, des propositions appuyées sur une enquête en porte à porte auprès de 200 familles.

Bilan de la pétition :

1709 participants

Bilan de l'action "Pour le renouveau de Bel-Air-La Grand-Font, Angoulème (16)" :

Nous avons eu plus de signatures nationales que de signatures locales pour des questions de mobilisation. Dans ces conditions nous n'avons pas vraiment exploité la cyber-action.

Aujourd'hui le projet de rénovation est validé par l'ANRU, avec une enveloppe conséquente (25 M€ de l'ANRU sur un projet de l'ordre de 55M€). Mais le Conseil Citoyen reste en désaccord sur des points essentiels, dont l'école. Nous revenons vers les habitants le 5 décembre afin de nous situer par rapport au projet officiel mais également pour nous préparer à une nouvelle phase de concertation que nous a promis la Préfète.

Bien cordialement,

Jean Claude Caraire

Présentation de la pétition :

Le Quartier Bel-Air-La Grand-Font, quartier populaire de 3000 hab,a été retenu pour une opération de renouvellement urbain d'intérêt régional.Les choix proposés par les élus sont déterminés par les financements liés à la quantité de démolitions imposée plus qu'aux besoins réels du quartier.
Or, la problématique essentielle de ce quartier est la dégradation ou l'absence de services publics (pas de médecin, pas d'équipement sportif, bâti d'écoles dégradé, manque de lieux de rencontre et d'animation...)plus que la mauvaise qualité des logements.
Face à ces contraintes et à des choix peu ou pas concertés, le Conseil Citoyen fait des propositions concrètes, validées par 40 habitants lors d'une réunion publique . Le rôle de la pétition est de les faire valider par le plus grand nombre, dans et autour du quartier, pour infléchir les choix des élus.
A noter que les directions des 4 écoles du quartier ont marqué publiquement leur désaccord avec le projet de fusion aboutissant à une grande école de 500 élèves .

Texte de la pétition :


(Proposition de pétition des habitants de Bel Air la Grand Font au Maire d'Angoulême)
J'APPROUVE LE POINT DE VUE DU CONSEIL CITOYEN ET SES PROPOSITIONS POUR LE RENOUVEAU DE NOTRE QUARTIER DE BEL AIR LA GRAND FONT

OUI à la voie verte et à la nouvelle voie bus.
OUI à la démolition de Raoul Boucheron et aux démolitions de bâtiments à conditions qu'elles soient accompagnées d'une véritable politique de peuplement permettant d'assurer une mixité sociale réelle.
OUI à un Centre de services dont la Maison de Santé, n'excluant pas des commerces de proximité, sur le Centre commercial actuel.

NON au vide prévu sur Raoul Boucheron, en contradiction avec la voie verte qui va le desservir et la volonté de faire revivre cet espace.

Nos propositions: réutiliser cet espace pour une antenne du Centre social CAJ et une maison conviviale , un espace ludique et sportif de grande qualité pour tout le quartier. Faire une étude précise sur les besoins en stationnement pour définir au plus juste l'espace qui lui sera consacré.


NON, surtout pas ! à une grande école de 500 élèves en contradiction avec l'ambition affichée de créer une école à la pédagogie moderne :
- Elle est en marge du quartier et ne tient aucun compte de son histoire scolaire, alors qu'elle devrait être un équipement structurant au bénéfice du renouveau et de la vie de quartier.
- Elle ne résoudra pas à elle seule la ségrégation sociale vécue aujourd'hui dans nos écoles. La diversité sociale du quartier ne sera bien vécue que par une juste répartition du peuplement mélangeant couches sociales et générations.
- Son implantation et son insertion sur le square Daras est une aberration environnementale : suppression d'un espace vert, danger et pollution dus à la circulation, bâtiment hors de proportion et pas à taille humaine.
Enfin c'est une aberration pédagogique car les enfants ont besoin de la proximité et de l'attention des adultes propres aux petites structures.

Notre proposition : une seule école primaire regroupant les deux écoles actuelles sur le site actuel englobant les écoles Georges Sand/Prévert et l'école maternelle Jean-Macé. Une école maternelle autre part dans un pôle enfance regroupant la Maison de l'enfant, la halte garderie, sur l'espace de l'Ecole Emile Roux.

 

6 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

Ayant habité dans cet ensemble il y a plus de 55 ans, je ne peux que signer cette pétition, de tout coeur avec vous !

DANIEL GAILLARD
Le 20/08/2018 à 12:05:04

Les habitants de ce quartiers sont les premiers concernés ils ont donc droit à la parole et devraient avoir le pouvoir des choix qui correspondents le mieux à leur vie et à celle de leur quartiers.Pour un projet viable le mieux est toujours de travailler sur le projets avec les personnes concernées.B

un anonyme
Le 19/06/2018 à 14:31:55

Daniel LAMBEAUX reprend les termes de la mixité sociale et donne son point de vue. J’avoue que, moi, j’ai un gros point d’interrogation par rapport à cette mixité sociale. Je ne sais pas si c’est vraiment bien. Aurait-on des retours en positif ou négatif de réalisations de mixité sociale précédentes ?

Par contre, une étude avait été faite aux Pays-Bas, sur « baisse de la délinquance et espaces verts ». Le faite de développer les espaces verts, faisait diminuer le taux de délinquance. C’est une étude qui avait été commandée par le ministère de l’environnement. C’est une étude très ancienne. Elle a plus de 30 ans, voir 40 ans (autour de 1980). Et à l époque, je ne sais pas si il avait un système d’archivage pour les études et recherches, comme c’est le cas maintenant.
Après une recherche sur Internet, j’ai trouvé un article. J’ai posé la question suivante : « Espaces verts et délinquance ».
Notamment : https://www.consoglobe.com/plantations-en-ville-contre-delinquance-cg   : Les plantations en ville contre la délinquance.
Peut-être existe-t-il plus de recherches. Dans l’article ci-dessus, il est fait mention d’une étude aux USA.

Nouvelleau
Le 18/06/2018 à 23:35:14

Même les mauvaises idées se retrouvent ailleurs puisqu'à Villeneuve-les Salines quartier de La Rochelle, la municipalité veut détruire 5 immeubles soit 180 logements et déséquilibrer la source de logements sociaux alors que les moyens des offices ont diminué. Le déséquilibre social est un prétexte puisque l'entretien des immeubles est insuffisant et la démarche d'attribution mal maîtrisée.
La co-construction mise en avant par les responsables municipaux est un vain mot et laisse les Conseils Citoyens et autres Comités de Quartier dans un rôle de bureau d'enrégistrement.

Le Vérinois
Le 18/06/2018 à 23:28:47

Comme on choisit son époux, ses amis, ses activités, sa carrière, son rythme et style de vie, je revendique que l'on puisse choisir son cadre de vie.
La mixité sociale est une soupe qui sous couvert d'égalité, met en place un magma uniforme, où la spécificité des individus et les libertés sont niées, qui cache l'inaptitude de nos représentants à accepter la diversité, la reportant de manière trompeuse sur les citoyens. Cette stratégie profite à l'immobilier, entretenant à prix fort le rêve de la propriété, ces gens ayant le profil patrimonial du respect et du long terme, l'esprit de sacrifice pour un avenir meilleur, mis à mal par des gens consummères hédonistes et grégaires.
Ajoutant que les bâtisseurs de logements sociaux sont plus préoccupés de faire du rendement immobilier que du social, provoquant la chute des cours de l'immobilier et l'exode des quartiers résidentiels. Les maires qui espèrent se glorifier d'un accroissement de leur population, se retrouvent face à des villes désertes, où le pourcentage des gens qui paient leurs impôts se réduit, alors que la délinquance augmente...
Par contre, que les communes incitent et aident aux économies d'énergie, se dotent de moyens de production alimentaire et en énergie, serait visionnaire.

Daniel LAMBEAUX
Le 18/06/2018 à 12:13:29

Je suis toulousaine et je ne sais si je peux signer cette pétition, mais je suis en parfait accord avec ses termes.

Nicole CREMEL
Le 18/06/2018 à 10:55:15

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !