actualité écologie

OPÉRATION

Journal des Bonnes Nouvelles

Premier vendredi du mois : 18 h 30 rassemblement des Coquelicots

Jour du dépassement : ça y est, l'humanité a épuisé toutes ses ressources renouvelables pour l'année 2019

Les 10 jours verts Transacteurs

victoire pour Gabriel Dufils

La Terre vue depuis l’espace

Ne laissez pas vos appareils en veille

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

AG Cyberacteurs

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : Plouzélambre pas Poules-Zélambre

Mise en ligne du 04/08/2018 au 12/11/2018

Malgré l'opposition de la municipalité de Plouzélambre et de défenseurs de l'environnement, les travaux démarrent pour la réalisation d’un poulailler plein air de 6 000 poules.

Bilan de la cyberaction :

2638 participants

09-11-18 Plouzélambre. La voie est libre pour le projet de poulailler

Les associations environnementales, qui s’opposaient à l’installation de 6 000 poules pondeuses dans une zone sensible en matière de lutte contre les algues vertes, ont décidé de renoncer à l’attaquer au tribunal administratif. Il y a quelques mois, après avoir tenté de trouver un compromis, elles avaient, pourtant, adressé un recours gracieux à la préfecture des Côtes-d’Armor.
« Nous avons préféré nous arrêter là »
« Compte tenu des réponses formulées par le préfet, nous avons préféré nous arrêter là. Nous n’avons pas trouvé d’angle juridique nous permettant de contester ce projet », explique Claude Fustier, l’un des représentants de ces associations. Ces dernières maintiennent, en revanche, leurs critiques à l’égard de l’autorisation délivrée par le préfet. « Permettre ce genre de projet à cet endroit pendant qu’on dépense des millions pour lutter contre les algues vertes, ça n’a pas de sens ». De son côté, le couple d’agriculteurs a relancé le chantier qui avait été interrompu pendant l’examen du recours gracieux. Il indique ne pas savoir précisément quand le poulailler entrera en fonction. Désormais, ce ne sera pas avant 2019.

https://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/plouzelambre/plouzelambre-la-voie-est-libre-pour-le-projet-de-poulailler-09-11-2018-12129115.php  

Présentation de la cyberaction :

Plouzélambre. Poulailler : les travaux ont débuté
https://actu.fr/bretagne/plouzelambre_22235/plouzelambre-poulailler-travaux-ont-debute_18017750.html  

A Plouzélambre, les travaux pour la réalisation d’un poulailler plein air de 6 000 poules pondeuses estampillé label rouge ont débuté. Pour mémoire, ce projet a été déposé en mairie le 4 janvier et le permis a été accordé le 24 avril par le préfet, malgré l’opposition du conseil municipal (Le Trégor du 17 mai).
Vent debout contre cette construction au nom de la lutte contre les algues vertes, les associations Tréduder nature patrimoine, Sauvegarde du Trégor et Plestin Environnement ont déposé un recours gracieux auprès du préfet. « Notre demande n’a à ce jour aucune réponse, alors qu’on a autorisé le début de la construction », s’indignent Yves-Marie Le Lay de Sauvegarde du Trégor, Etienne de Saint-Laurent de Plestin Environnement et Claude Fustier pour TNP.
Et Yves-Marie Le Lay d’évoquer un inévitable recours auprès des tribunaux, en cas de réponse non-satisfaisante ou de non-réponse du préfet des Côtes-d’Armor : « C’est le seul recours qui fasse levier auprès des autorités » dit-il, craignant que la construction du poulailler industriel n’appelle rapidement à son extension, et soit un précédent à d’autres demandes d’autres exploitants.


voir aussi
Plouzélambre. Les travaux commencent sans la réponse du préfet
https://www.ouest-france.fr/bretagne/plouzelambre-22420/plouzelambre-les-travaux-commencent-sans-la-reponse-du-prefet-5903587  

La lettre qui a été envoyée :


Monsieur le Préfet

Je soutiens Les associations qui dénoncent la construction d’un poulailler au Gaec de Kerawel, à Plouzélambre (22) projet incompatible avec les combats menés par le Sage en matière de qualité de l’eau. A défaut d'annulation du permis je réclame le changement de site avec une parcelle plate proche, à 300 m, qui serait un bon début pour « trouver une porte de sortie ».
Dans cette attente, veuillez croire en ma vigilance sur vos décisions.

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

25 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

Je pensais que la lutte contre les algues vertes suffisait et qu'il ne fallait pas rajouter de nuisances qui vont encore en générer d'autres !!!

Guérémy
Le 14/11/2018 à 23:34:26

Vous êtes des RIGOLOS, vous ne savez même pas ce qu'est un élevage industriel.........DES IGNORANTS ou des FACHISTES VERTS ou des sous-informés, mais le temps que vous passez a attaquer ce pauvre plouc vous pourriez être utile et attaquer Total,Lafarge qui sont surement plus pollueur que tout les élevages d'Europe réunis ou a vous révolter contre la malbouffe!!!!!

Désolé mais fallait que je le dise. Mandrin31

Mandrin31
Le 01/10/2018 à 18:33:32

J'ai signé cette cyberaction car je suis méfiante de toute concentration industrielle d'élevage fermier. Je suis toute fois sensible aux argument de Mimile posté le 6 août dernier. Si en effet 6000 poules ne sont pas un élevage industriel, à combien de poules peut-on en constituer un ? 10 000 ? 15 000 ? Si en plus on peut affirmer que ces 6000 poules vont être nourries au grain avec des produits non OGM, en plein air toute la journée et pas seulement 1h par jour,et non traitées aux hormones pour que le poulet soit vendu au bout de quelques semaines, alors je veux bien croire que le dit "label rouge' soit une garantie d'un élevage sain pour ces poules.
Mais tout ce que j'ai appris sur ces élevages intensifs ne m'en ont guère donné l'assurance !
Voilà pourquoi j'ai signé cette cyberaction.

Jonquille
Le 22/08/2018 à 14:41:14

Ou la folie des grandeurs!!!!

Cricri
Le 21/08/2018 à 19:06:12

Revoir le documentaire "Notre pain quotidien" L'humanité se tue elle-même lorsqu'elle montre un tel irrespect de la vie. La séquence sur les poussins est particulièrement ignoble.

Hélène Lacheret
Le 07/08/2018 à 19:30:27

Le problème avec tous ces élevages industriels implantés de force, c'est qu'on retrouve toujours les mêmes petits arrangements, méthodes et magouilles avec des préfets véreux; A se demander quelle peut-être l'utilité de ces gens grassement payés par nos impôts.

marc70
Le 07/08/2018 à 18:57:06

Si crise dans l'emploi, solution : partager les moyens de gagner sa vie

anne-marie carafray
Le 07/08/2018 à 15:47:47

pas plus à Plouzélambre, qu'à 300m ou ailleurs, pas d'élevage industriel. ça suffit !!!

CHERVAL
Le 07/08/2018 à 14:29:22

Dans mon village de la Nièvre: un élevage fermé de plus de 20 000 poulets! Les poussins arrivent le soir en catimini dans des caisses transportées par d'énormes camions et déchargées par des engins dignes de chantiers de construction... Pendant la canicule de 2003, je crois me souvenir que 7OOO poulets sont morts! Cela se passe de commentaires...Sinon pour dire que DUC s'en met plein les poches.Certes, cela permet à certains de manger du poulet, mais quel poulet???

un anonyme
Le 07/08/2018 à 08:11:14

Ces hyper-poulaillers comme hyper-élevages en général, ne seraient-ce pas gagner de l'argent sans passer par les cases conditionnement, distributeurs, consommateurs?
Un jour, une épidémie se déclare, et pour éviter la dissémination, le préfet déclare l'exploitation insalubre. Les services de sécurité interviennent par euthanasie de la totalité de l'hyper-élevage,et l'histoire peut recommencer...
Quand dans l'Aisne un projet est demandé pour plusieurs dizaines de millier de poules, avec création de 2 emplois, et que les fientes seront stockées dans un bâtiment inodore pour le voisinage... On croit réver de lire cela.

un témoin
Le 06/08/2018 à 18:35:22

Je n'habite pas à plouzélambre mais je suis solidaire avec vous

Dominique RANNOU
Le 06/08/2018 à 18:33:55

bio ou pas , plein air ou pas, merde à tout ces élevages industriels qui nous polluent l'environnement, uniquement pour un profit de fric et en plus pour de l'exportation , nourrir soit disant l'humanité

jean
Le 06/08/2018 à 17:47:54

ALors qu'aux USA, ils ont laissés tomber les grandes fermes, nous, on continue, sans que leur avis ne soit pris en compte ! quels sont les crétins qui nous gouvernent? des inaptes qui nous conduisent au chaos ! ils s'en foutent, ils s'en mettent plein les poches, et ne sont pas poursuivis ! mieux, ils sont glorifié d'avoir été en prison, et d'en être sorti, afin de pouvoir recommencer !

un anonyme
Le 06/08/2018 à 17:15:05

Je ne signerai pas : on peut comprendre que certains n'aient jamais vu un élevage de poules, mais qu'ils arrêtent de tout mélanger : 6000 poules en label rouge, c'est 6000 poules qui vont vraiment dehors, parce que ce n'est pas un élevage gigantesque, au contraire.
Si vous voulez savoir ce que c'est que l’élevage industriel, vous pouvez aller sur le site de L214: 200 000 poules en cage.
Faire l'amalgame entre les deux ne fait que retarder l'évolution vers des élevages à taille plus humaine
La seule raison valable de discuter ce projet serait une concentration d'élevages sur le même territoire déjà trop forte, mais si il n'y avait que des gros élevages de ce type en France, il y aurait 10 fois plus d'éleveurs, 10 fois moins de pollution et il n'y aurait plus qu'à passer leur alimentation en bio pour gagner la partie..

Mimile
Le 06/08/2018 à 12:57:01



que dire de plus sur les maltraitances du vivant, animales et humaines?
que rajouter à la responsabilité des acteurs de la crise alimentaire, de la crise de la viande?
notre société , son économie , sa politique et ses actionnaires adorent le veau d'or: chacun sa religion
pour d'autres dont nous sommes, elle est de l'ordre du respect

mondo
Le 06/08/2018 à 12:18:27

On ne comprend pas. Au moment ou de plus en plus de consommacteurs se tournent vers le BIO...

Roland COMTE
Le 06/08/2018 à 12:00:08

Les promoteurs de ce type d'exploitation sont -ils aveugles et sourds au point de ne pas comprendre qu'ils pérennisent un modèle agricole nocif pour la planète...pour les humains...et pour eux aussi !Quant à la puissance publique qui laisse faire, qui n'arrive à poser des limites aux dérives monstrueuses de l'exploitation animale, quelle incurie !

Monique et Maurice cornet
Le 06/08/2018 à 11:54:54

Pourquoi pas 10000 ou même plus!!!! Le gigantisme n'effraie pas certains!!! Mais les déjections qu'en fera-t'on, les nitrates, c'est parfait pour les eaux souterraines....

cactus
Le 06/08/2018 à 11:52:13

arretez deproduire de la MERDE

Michel LEGROS
Le 06/08/2018 à 11:26:36

marre de ces elevage intensif, il faut de l'extensif qui lui est caractérisée par une faible densité de chargement d'effectifs animaux dans les pâturages à l'hectare.

un anonyme
Le 06/08/2018 à 11:15:46

L'élevage intensif de volailles qui favorise les épidémies de grippe aviaire, tout va bien!

JEF
Le 06/08/2018 à 10:18:11

D'accord avec Mireille ! Le gigantisme nocif...

Bernadette MORA
Le 06/08/2018 à 09:59:41

Une fois de plus c'est le fric, l'appât du gain, les protections de personnes bien placées qui tendent à l'emporter sur le bon sens, le respect des animaux et des consommateurs également qui ne veulent pas acheter des volailles issues d'élevages concentrationnaires !

Bernadette MORA
Le 06/08/2018 à 09:58:23

HONTE à ces usines qui traitent des êtres vivants et sensibles comme de la bidoche sur pattes.
Laissez les vrais paysans élever dignement de la volaille, et le monde sera déjà un peu moins pire!

sdn
Le 06/08/2018 à 09:40:49

Des décideurs sourds, muets et aveugles, tels sont ceux de la France depuis plusieurs années. Sauf sur un seul point: l'appât du gain facilement acquis. Les protestations pleuvent contre les élevages extensifs, les exploitations agricoles aussi "géantes" que le permet le territoire français, la bétonisation de tous les espaces naturels, la disparition des petits commerces de proximité et lien qu'ils créaient et entretenaient. Ce poulailler géant face à un préfet -un fonctionnaire- muet entre dans cette catégorie. "Le soleil vert" est un film culte que l'on a vu et revoit en l'appréciant. Le vivre c'est tout différent et nous sommes sur la voie, climat caniculaire inclus.

Mireille
Le 06/08/2018 à 08:59:39

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !