actualité écologie

Ne laissez pas vos appareils en veille

Premier vendredi du mois : 18 h 30 rassemblement des Coquelicots

Jour du dépassement : Pourquoi le recul cette année du 'jour du dépassement' est un trompe-l'œil

Journal des Bonnes Nouvelles

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

météo

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Samedi 3 octobre: marchons sur les aéroports!

Les 10 jours verts Transacteurs

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

Annoncez la couleur !

AG Cyberacteurs

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : 230 : GUATEMALA: RETOUR DES ESCADRONS DE LA MORT

Près de onze ans après la signature des accords de paix entre le gouvernement et la guérilla, le Guatemala continue de connaître une violence propre à un pays en guerre.

Bilan de la cyberaction :

2453 participants ont écrit à mgarcia@presidencia.gob.gt.  

Présentation de la cyberaction :

Une réalité où les droits humains, économiques, sociaux et culturels sont constamment violés, où le niveau de pauvreté croît de manière inquiétante, résultat du Traité de libre commerce et de la concentration extrême du pouvoir économique. Durant les trois dernières années du mandat présidentiel d’Oscar Berger, on a dénombré 629 agressions contre des défenseurs des droits humains. Un chiffre qui place le pays en seconde position, juste après la Colombie, dans le triste palmarès des attaques contre les militants des droits de l’Homme et les syndicalistes (1). Au cours de la récente campagne électorale, on a dénombré pas moins de 21 homicides. Et voici que maintenant le spectre des escadrons de la mort réapparaît avec l’assassinat d’un syndicaliste.

Le 23 septembre 2007, à 5 h 45, Marco Tulio Ramirez Portela quitte son domicile pour se rendre à son travail. Sa petite maison est située à l’intérieur même de la plantation Yuma, appartenant à Bandegua, fournisseur de la multinationale Del Monte. Sous les yeux de sa femme, Marco Tulio est froidement abattu par plusieurs hommes masqués et lourdement armés. L’ouvrier de la banane était aussi secrétaire des sports et de la culture du Syndicat des travailleurs de la banane d’Izabal, au Guatemala (SITRABI(2)), qui défend les travailleurs des plantations travaillant pour Del Monte. Son frère, Noé Antonio Ramirez Portela est l’actuel secrétaire général du syndicat. Il ne fait aucun doute que ce sont là les raisons de cet assassinat.

A plusieurs reprises, Marco Tulio avait été menacé de perdre son emploi, accusé de saboter la production et d’inciter les autres ouvriers à cesser illégalement le travail ou se mettre en grève.
Le meurtre du syndicaliste s’inscrit dans la droite ligne d’une escalade des violences et d’une impunité institutionnelle au Guatemala.

De plus en plus de menaces

Le 20 juillet 2007, déjà, entre 20 h et 23 h, cinq soldats en uniforme avaient effectué une descente au siège du SITRABI et avaient interrogé les deux militants présents pour recueillir les noms des dirigeants, le nombre des adhérents, les heures de réunions et toute une série d’informations de caractère privé. Le numéro d’immatriculation de la camionnette qui avait servi à leur transport avait pu être noté et un des protagonistes de cette affaire était reconnaissable par la casquette qu’il arborait. Les militaires, se réfugiant derrière leur statut particulier, avaient refusé de décliner leur identité. Le syndicat avait vivement réagi et, au cours d’un rendez-vous, enfin obtenu au mois de septembre, le ministre de la Défense s’était engagé à mener une enquête interne.

Ces intimidations ne sont pas nouvelles. Le 13 octobre 1999(3), un groupe d’hommes armés avait contraint les dirigeants du syndicat à renoncer à leur mandat et à leur travail. Poursuivis en justice, les hommes de main avaient été condamnés à trois ans et demi de prison, mais les dirigeants syndicaux avaient été contraints à l’exil.

Au cours de l’année 2000, les membres du comité exécutif du SITRABI reçurent régulièrement des menaces de mort par téléphone. Malgré les plaintes déposées auprès du ministère public et de la section spéciale chargée des crimes contre les journalistes et syndicalistes, aucune suite ne fut donnée, faute de preuves.

Le 26 novembre 2006, vers 20 h 30, Cesar Humberto López, membre du comité exécutif, au volant d’un véhicule du syndicat, fut intercepté par des hommes armés qui le menacèrent et firent éclater le pare-brise à coups de pierres. Aucune suite juridique ne fut donnée à cette affaire.

Retrouver les assassins, et les commanditaires

L’assassinat de Marco Tulio rappelle le style des tristement célèbres “escadrons de la mort” qui ont marqué l’histoire du Guatemala dans un passé récent (cf. En savoir plus). Pourtant, il n’est pas possible que les assassins n’aient pas été repérés, d’une manière ou d’une autre.

Les faits se sont déroulés au sein d’une propriété surveillée dont les entrées et les sorties sont strictement contrôlées par une police privée (4). Un laissez-passer est exigé pour toute entrée de véhicule dans l’enceinte de l’exploitation. Et les agents de sécurité renouvellent un contrôle à la sortie. En outre des rondes régulières sont effectuées autour des bâtiments.

Aujourd’hui, les provocations continuent. Le 28 septembre 2007, entre 20 h et 23 h des motocyclistes masqués et armés de fusils AK47 ont circulé entre les habitations de la plantation de Bandegua et menacé les responsables syndicaux et leurs familles. Régulièrement, la nuit, des véhicules pénètrent dans la propriété et font ainsi régner l’insécurité.

Face à cette situation, qui rappelle à tous les heures les plus sombres qu’ait connu le Guatemala, le mouvement syndical international, et particulièrement les syndicats latino-américains, se mobilisent pour protéger les militants du SITRABI et inciter les autorités à intervenir pour que justice soit faite.

Les syndicats de l’industrie bananière, regroupés au sein de COLSIBA (5), ont alerté leurs homologues et la coordination Euroban pour qu’il relaient cette mobilisation.

(1) Selon le rapport annuel commun de l’OMCT et de la FIDH
(2) Sindicato de Trabajadores Bananeros de Izabal
(3) Appel n°213 du 4 novembre 1999 Guatemala : retour de la terreur
(4) C’est la société SERPROP, une société privée qui fournit les vigiles pour la plantation de Bandegua.
(5) COLSIBA est la coordination latino-américaine des syndicats de la banane

POUR EN SAVOIR PLUS

Le triste souvenir des escadrons de la mort

De nombreux gouvernements latino-américains se sont livrés aux sombres pratiques des "disparitions" et des "escadrons de la mort", le Guatemala n’échappe pas à cette réalité. Les escadrons de la mort guatémaltèques sont nés au milieu des années 60. Dans les années 80, l’armée guatémaltèque accentua le massacre des dissidents politiques et leurs supposés sympathisants à un niveau sans précédent. La Commission interaméricaine pour les droits de l’Homme publia un rapport le 15 octobre 1981, accusant le gouvernement guatémaltèque de "milliers d’exécutions sommaires."

Appel en lien avec:

- Euroban (European Banana Action Network): Peuples Solidaires participe à ce collectif d’associations et de syndicats des pays européens qui oeuvre en faveur d’une économie durable de la banane et de l’amélioration des conditions de vie des petits producteurs et des travailleurs des plantations. Au sein d’Euroban, Peuples Solidaires soutient les organisations de travailleurs et sensibilise les consommateurs français.

- L’Union des travailleurs de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de l’hotellerie du monde entier (UITA) :  www.iuf.org.  


TRADUCTIONS

Traduction de la lettre de protestation:

J'ai été informé(e) par l'association Peuples Solidaires (France) de l'assassinat du syndicaliste Marco Tulio Ramírez Portela, secrétaire de la culture et des sports du Syndicat des travailleurs de la banane d'Izabal, au Guatemala (SITRABI), le 23 septembre 2007, par plusieurs hommes masqués et armés, sur la propriété de la Société de développement de la banane du Guatemala (BANDEGUA).

Je suis extrêmement indigné(e) par cette intolérable atteinte à la vie d'un militant syndical pacifique, et j'exhorte les autorités de votre pays à :
- mener immédiatement une enquête impartiale et indépendante sur l'assassinat de Marco Tulio Ramirez Portela;
- garantir que les responsables de ce crime, ainsi que leurs commanditaires, soient rapidement identifiés, arrêtés et adéquatement jugés;
- prendre les mesures nécessaires pour mettre fin à l'impunité qui protège les escadrons de la mort dans leurs pratiques de terreur envers des syndicalistes ou des défenseurs des droits de l'Homme.

(Salutations)

Texte de la pétition :


Presidente de la Republica de Guatemala
Licenciado Oscar Berger Perdomo
Casa Presidential
6a. Avenida, 4-18 zona 1
Ciudad de Guatemala
Guatemala

Señor Presidente,

Me he enterado por la asociación Pueblos Solidarios (Francia) del
asesinato del sindicalista Marco Tulio Ramírez Portela, secretario
de Cultura y Deportes del Sindicato de Trabajadores Bananeros
de Izabal (SITRABI), el 23 de septiembre del 2007, por varios
hombres enmascarados y armados, sobre la propriedad de la
Compañía de Desarrollo Bananero de Guatemala (BANDEGUA),
subsidiaria de la multinacional Del Monte Fresh, una de las más
grandes productoras y distribuidoras de frutas.

Estoy sumamente indignado(a) por este intolerable atentado a la
vida de un militante sindical pacífico, y exhorto a las autoridades
de su país a:
- organizar inmediatamente una investigación imparcial e
independiente sobre el asesinato de Marco Tulio Ramirez Portela
;
- garantizar que los responsables de este crimen, asi como las
personas que lo ordenaron, sean rapidamente identificados,
arrestados y debidamente juzgados ;
- tomar las medidas necesarias para poner fin a la impunidad
que ampara las prácticas de terror de escuadrones de la muerte
contra sindicalistas o defensores de los derechos humanos.

Atentamente,

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

Aucun commentaire

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e


traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !