actualité écologie

OPÉRATION

Rando Plogoff dimanche 25 aout

Les 10 jours verts Transacteurs

Premier vendredi du mois : 18 h 30 rassemblement des Coquelicots

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

AG Cyberacteurs

victoire pour Gabriel Dufils

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Jour du dépassement : ça y est, l'humanité a épuisé toutes ses ressources renouvelables pour l'année 2019

La Terre vue depuis l’espace

Journal des Bonnes Nouvelles

Ne laissez pas vos appareils en veille

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : 216 COSTA RICA - CHIQUITA : BANANES INDIGESTES

Avec 115 exploitations bananières et une présence dans les magasins de plus de 60 pays, Chiquita se place en tête du marché mondial de la banane, ex-aequo avec son principal concurrent, Dole. Sous la pression grandissante des consommateurs, Chiquita se vante désormais de promouvoir des produits qui répondent à des critères sociaux et environnementaux.

Bilan de la cyberaction :

(2 862 participations ont écrit à mlatouche@chiquita.com.  
Après plusieurs de mois de pression et une campagne importante de dénonciation des pratiques anti-syndicales de DOLE, l’une des revendications des syndicalistes du réseau COLSIBA a finalement été entendue.
Le 27 mars dernier, après de longues négociations entamées en décembre 2006, un accord a enfin été signé entre la compagnie fuitière Standard Fruit Company, détenue par Dole et COSIBA, le réseau costa-ricain de syndicats de travailleurs des bananeraies, membre de COLSIBA.

L’accord porte essentiellement sur les droits syndicaux et l’environnement, que la compagnie fruitière s’engage à respecter au Costa Rica. Nous pouvons nous réjouir de ce résultat, qui répond à l’une des revendications que nous avions mises en avant lors de la campagne que nous avons menée en France entre novembre et février derniers.

Cependant, il convient de rester vigilant et de veiller à ce que cet accord engendre un changement visible et durable sur le terrain afin que les conditions de travail s’améliorent et que la liberté syndicale soit véritablement respectée dans les plantations détenues ou sous-traitées par Dole, non seulement au Costa Rica mais aussi en Equateur, au Pérou, au Guatemala...

Présentation de la cyberaction :

Une banane propre, “cultivée sans pesticides, [...] soignée et cueillie par des travailleurs dont les droits auraient été pleinement respectés”(1), voilà ce que Chiquita nous promet. Sur son site internet, la multinationale déclare : " nos bananes sont […] cultivées dans le respect de l'environnement et de nos travailleurs sur les lieux de production"(2). Depuis 2005, les bananes Chiquita sont certifiées par l'organisation de protection de l'environnement Rainforest Alliance. Les plantations de la multinationale se prévalent en outre du standard social SA8000 qui requiert notamment le respect des normes fondamentales de travail de l'OIT(3). Pourtant, dans la plantation de Coyol(4), au Costa Rica, la Compañia Bananera Atlántica Limitada (COBAL), succursale de Chiquita, met la santé de ses travailleurs en péril et viole leurs droits fondamentaux en toute impunité.

Le 16 mars 2007, à 5 heures du matin, Alexander Reyes Zúñiga, Marco Gonzáles Borges et Jaime Blanco Juárez entament leur journée de travail dans la plantation de bananes de Coyol de la société COBAL de Chiquita. Cela fait près d'une heure qu'ils procèdent à la coupe et au ramassage des fruits dans la zone de la plantation à laquelle ils ont été affectés par leur supérieur, lorsqu'ils s'aperçoivent qu'une autre équipe est en train de procéder à une fumigation manuelle avec un nématocide, dans la même zone. Ce pesticide utilisé contre certains vers parasites qui constituent l'un des plus gros problèmes dans les plantations de bananes, est l’un des plus toxiques qui soient pour l’homme.

Ayant reçu des consignes strictes quant au nombre de régimes de bananes qui doivent être récoltés, les trois hommes décident de poursuivre la récolte. Quelques minutes plus tard, Alexander Zúñiga et Jaime Juárez sont soudain pris de nausées et d'étourdissements. Ce dernier est alors conduit à une clinique dans laquelle il restera sous observation pendant quelques heures, sous perfusion. Alexander Zúñiga quant à lui s'adresse à l'un de ses supérieurs qui lui prescrit du lait et de l'eau sucrée et le renvoie chez lui sans autre soin. Le lendemain, Alexander Zúñiga signifie à son superviseur qu'il souffre toujours des mêmes symptômes d'empoisonnement, mais celui-ci n'ayant " pas assez de travailleurs " disponibles le somme de se rendre à son travail malgré tout.

Indignés de n'avoir pas été informés de la fumigation qui devait avoir lieu sur leur aire de travail, et d'avoir été ainsi exposés à un empoisonnement au nématocide, deux des travailleurs concernés dénoncent l'incident et mettent en cause leurs responsables. Or, non seulement leur plainte ne sera pas entendue, mais les deux hommes seront en outre convoqués par la direction pour une procédure disciplinaire qui aboutira à leur licenciement pour faute ! Ils sont accusés d'être entrés dans la zone qui devait être traitée, malgré une interdiction expresse qui leur aurait été préalablement signifiée…

Graves irrégularités dans la procédure

En dépit de preuves accablantes, et sans même prendre la peine de réaliser un examen médical sur les travailleurs affectés, Chiquita nie tout en bloc : l'empoisonnement des travailleurs de COBAL, ainsi que l’irrégularité de la procédure de licenciement. Les deux travailleurs à qui la faute est imputée n'ont pourtant eu aucune occasion de se défendre, et n'ont pas même été informés du contenu des témoignages qui auraient justifié leur licenciement.

Qui plus est, alors que la procédure établie par le droit du travail costa ricain prévoit trois avertissements avant tout renvoi pour raison disciplinaire, Alexander Zúñiga et Marco Borges sont licenciés au terme de cette seule procédure.

Intimidations envers les travailleurs

L'attitude de l'entreprise est condamnée par le syndicat industriel des travailleurs agricoles et de l'élevage d'Heredia (SITAGAH(5)) et par la coordination des syndicats bananiers du Costa Rica (COSIBA-CR(6)) Ces deux organisations syndicales accusent l’entreprise de tenter de dissuader les travailleurs de dénoncer les atteintes dont ils sont victimes par des manoeuvres d’intimidation. Les syndicats dénoncent plus généralement le comportement abusif de COBAL qui recourt à ses services de sécurité privés pour intimider les travailleurs: leurs logements sont ainsi réquisitionnés sans autorisation officielle et les travailleurs migrants nicaraguayens sont menacés de dénonciation aux services de l'immigration. La sécurité de l’entreprise s'arroge même le droit de leur confisquer leurs papiers.

Les travailleurs et les syndicats mettent également en cause l'utilisation imprudente des pesticides par la société bananière. Les atteintes à la santé des travailleurs sont en effet monnaie courante dans ces plantations : outre la fumigation dangereuse des sols avec des pesticides, la pratique d'épandage aérien de substances toxiques sur les lieux de travail est également dénoncée depuis des années par les syndicats. De nombreuses plaintes ont déjà été formulées à cet égard, mais l'entreprise continue de les ignorer. Bien qu'il existe un accord régional entre les syndicats et Chiquita(7) qui établit l'obligation à la charge de l’entreprise de répondre sous trois jours aux dénonciations qui lui sont communiquées, certaines de ces plaintes ont été déposées il y a déjà plus d'un an, et sont restées sans réponse…


Par lettre: Copiez le modèle de lettre ci-dessous ou le télécharger sur le site de Peuples Solidaires, ou recopiez-le en l’adaptant à votre style. N’oubliez pas de mettre vos coordonnées et de signer! Timbre: 0,85 €.
Coupon partenaire: pour que COSIBA-CR et SITAGAH aient un aperçu concret des soutiens sur lesquels ils peuvent s’appuyer, envoyez-leur le message de soutien. Timbre: 0,85€.
Délai de réaction: dès réception, et jusqu’au 30 juin 2007.


MESSAGE DE SOUTIEN

COSIBA-CR y SITAGAH
Edificio Ana Clara
III Piso
Avenida 5, calle central y 2.
San José
COSTA RICA

Estimados compañeros de COSIBA CR y de SITAGAH,

Me he enterado por Pueblos Solidarios del conflicto social entre Chiquita, los sindicatos COSIBA-CR y SITAGAH, y trabajadores de la finca Coyol, relacionado con la intoxicación con nematicida y el despido de los trabajadores Alexander Zúñiga et Marco Borges.
Apoyo vuestra acción y he enviado una carta al Director de relaciones laborales de Chiquita instándolo a responder a sus demandas.

Muy atentamente,


Traductions

Lettre de protestation:

Cher Monsieur La Touche,

J'ai été informé-e par Peuples Solidaires, de l'empoisonnement et du licenciement de travailleurs dans la plantation de Coyol, propriété de l'entreprise COBAL au Costa Rica.
Je vous demande d'intervenir pour que :
- les travailleurs Alexander Zúñiga et Marco Borges soient réintégrés à leurs postes avec les mêmes droits
- soient sanctionnés les véritables responsables pour avoir exposé la santé des travailleurs à de graves dangers- soit mis un terme aux intimidations envers les travailleurs, en particulier les violations commises par les services de sécurité privés de l’entreprise à l’encontre des travailleurs, dont les logements sont réquisitionnées sans autorisation ni du travailleur, ni de l’autorité compétente.

Je resterai attentif-ve aux suites que vous donnerez à ma lettre.
(Salutations)

Lettre de soutien:

COSIBA-CR
Edificio Ana Clara
III Piso
Avenida 5, calle central y 2.
San José
COSTA RICA


Chers amis de COSIBA-CR,

J’ai été informé(e) par Peuples Solidaires du conflit social qui oppose Chiquita, les syndicats COSIBA-CR et SITAGAH, et des travailleurs de la plantation de Coyol, relatif à l’empoisonnement au nématocide et au licenciement des travailleurs Alexander Zúñiga et Marco Borges.
Je soutiens votre action et j’ai envoyé une lettre au directeur des relations de travail de Chiquita le pressant de répondre à vos demandes.
(Salutations)
(1) François Meienberg, déclaration de Berne, Vers un Développement solidaire, n°191, avril 2007, p.2.
(2) Voir site internet de Chiquita en français sur: http://www.chiquitabananen.nl/befr/index.htm
  />
(3) Organisation internationale du travail
(4) La plantation de bananes de Coyol est située dans la région de Sarapiqui, qui se trouve dans la province de Heredia, au Nord du pays et à la frontière avec le Nicaragua..
(5) Sindicato Industrial de Trabajadores Agrícolas, Ganaderos y Anexos de Heredia
(6) Coordinadora de Sindicatos Bananeros de Costa Rica
(7) L'union internationale des travailleurs de l'alimentation, de l'agriculture, de l'hôtellerie-restauration, du tabac et des branches connexes (UITA), Chiquita et COLSIBA (Coordinadora Latinoamericana de Sindicatos Bananeros)

############

POUR EN SAVOIR PLUS

Peuples Solidaires en mission dans les plantations en 2005
Une délégation de Peuples Solidaires s’est rendue au Costa Rica en décembre 2005, et a eu l’occasion de rencontrer les représentants du syndicat bananier Sitagah. Les élus qui ont participé à la délégation se sont rendus sur les sites de production, dans les plantations et ont pu constater les difficultés auxquelles sont confrontés les syndicats sur place et nouer des partenariats durables.

Euroban (European Banana Action Network)
Peuples Solidaires participe à ce collectif d’associations et de syndicats des pays européens qui oeuvre en faveur d’une économie durable de la banane et de l’amélioration des conditions de vie des petits producteurs et des travailleurs des plantations. Au sein d’Euroban, Peuples Solidaires soutient les organisations de travailleurs et sensibilise les consommateurs français.

La Déclaration de Berne
Cette organisation suisse vient de publier un dossier intitulé “La banane et ses labels” qui retrace l’histoire de Chiquita et pose les différents éléments de débat autour du commerce de la banane et du respect des droits des travailleurs et de l’environnement. (Publication mensuelle: Vers un développement solidaire, n°191, avril 2007)

Texte de la pétition :


Marco La Touche
Director de las relaciones laborales
CHIQUITA Brands Internacional
250, East Fifth street
Cincinnati, Ohio 45202
USA


Estimado Señor La Touche,

Me informó la asociación Pueblos Solidarios de la intoxicación y del despido de trabajadores en la finca Coyol, propiedad de la empresa COBAL en Costa Rica.
Le ruego a usted que intervenga para que:
- a los trabajadores Alexander Zúñiga et Marco Borges se les devuelva a sus puestos originales con todos sus derechos
- se sancione a los verdaderos responsables por exponer la salud de los trabajadores a grandes riesgos,
- se ponga un término a las intimidaciones hacia los trabajadores, en particular, las violaciones que están llevando a cabo los miembros de la seguridad de la empresa en contra de la vivienda de los trabajadores, que de una manera prepotente y agresiva están requisando las viviendas de los trabajadores sin ninguna autorización del trabajador ni de un juez competente.

Seguimos en la espera de los trámites que le rogamos emprender mediante esta carta.

Atentos saludos,

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

28 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

Je viens d'apprendre à la radio qu'un jugement en Allemegne avait condamner une personne ayant fait circoncir so enfant mineur. Certes la circoncision n'est pas l'excision. La premère a été pratiquée au départ pour des raisons sanitaires puis s'est ritualisée. L'excision est pratiquée pour qu'une femme n'éprouve plus de plaisir sexuel pour diverses raisons. Il n'en demeure pas moins que ces deux pratiques ne sont rien d'autre que des mutilations. Le jugement rendu précise que seule une personne majeure peut "s'il en fait le choix" pour des raisons confessionnelles subir une mutiltation. Les groupes de pression religieux sont montés au créneau. Le sujet est très sensible. Alors bien sûr sans vouloir tout mélanger. Arrêt immédiat de l'excision et également de la circonsision

Goinchet
Le 28/06/2012 à 14:30:59

Une fois de plus l'industrie privilégie le profit financier en se servant de nos sols comme de papier-toilette , une fois de plus ces gens soutenus par un gouvernement ignare et mené par un homme inculte et méprisant veut souiller définitivement ce qui appartient à tous . Une fois de plus tous ceux qui veulent empêcher ces vils procédés mercantiles sont qualifiés ouvertement d'intégristes .
NKM nous fait une démonstration éblouissante de son ralliement au clan des voleurs de vie , démission !

René Tomolillo
Le 19/10/2011 à 15:40:17

La question ne se pose même pas. Et il n'y a pas de mot assez fort pour qualifier de tels actes. Horreur ? Barbarie ? Inhumain ? Tous ces mots sont tellement "petits" à côté !

joel70
Le 23/02/2011 à 10:29:48

Il ne faut pas oublier que ces mutilations sont faites par des femmes. Par des femmes consentantes de mutiler d'autres femmes. C'est inadmisible que de nos jours, des femmmes acceptent de poser un geste aussi cruel. C'est a se demander!!! (Cette pratique est-elle uniquement une obligation de faire plaisirs aux hommes ou une vengeance personnelle d'avoir elle même été mutilée dans le passé?). Ce qui me choque au plus haut point dans cette affaire, c'est la complicité de ces femmes qui mutilent d'autres femmes sans réagir et sans aucun étât d'âme. Au nom de la sacro sainte pratique ancestrale la barbarie continue. Ces pratiques barbares sont d'un autre siècle. Alors que l'on ne me parle pas de l'émancipation de la femme, elles devraient être comdamnées à la prison pour crime contre l'humanité. De cette manière, les femmes y réfléchiraient à deux fois avant de mutiler au risque d'être incarcérées.

Maryvonne
Le 15/02/2011 à 15:27:49

Il s'agit de mutilations sexuelles plutôt que génitales car il est question d'empêcher définitivement à la victime tout plaisir sexuel.

phronie
Le 08/02/2011 à 10:52:42

Je voudrai raconter cette histoire qui s'est passée en 1983, j'étais dans la famille de mon ex mari au Sénégal quand celui ci m'annonce que le lendemain la fille de la deuxième femme de son oncle allait être excisée. Impossible de se battre, un sentiment d'impuissance m'envahit, toute la famille vient me voir pour essayer de minimiser ce qui va se passer, un des frères de mon ex vient avec un sourire bien africain me dire que ce n'est pas grave, la colère, l'impuissance, je me suis levée et tout en pleurant et en criant je lui ai dit que je regrettais beaucoup que le jour de sa circoncision au lieu de lui couper la peau on aurait du lui couper tout le bout!!!!!
Le lendemain tous les hommes de la famille sont venus m'expliquer que ce n'était pas de leur fait, que c'était une décision qui revenait aux femmes, qu'ils n'y pouvaient rien. Voilà, aujourd'hui encore je pense à cette journée ou j'étais impuissante. Luttons toujours et encore.

Nicolele
Le 31/01/2011 à 21:29:55

Pour ceux qui ne serait pas encore convaincu... allez voir le clip de Tiken Jah Fakoly - Non A L'Excision sur You tube.
http://www.youtube.com/watch?v=95rXGts_VeM  
David

david
Le 24/01/2011 à 20:30:58

Je me décide enfin à rejoindre tous ceux et celles qui se battent contre cette triste réalité qui est l'excision.
En tant que homme de foie, je veux avant tout dénoncer toutes les religions créés par des hommes pour diviser tou'en supprimant la spiritualité.
L'esprit ne peut accèder à des plans supérieure à partir du moment ou le choix nous est retiré.
La jouissance féminine comme la jouissance masculine n'est pas à remettre en cause elle est indispensable à la procréation et intrinsèque à chaque être vivant.
Le discernement entre le plaisir et l'amour met chacun de nous face à des choix qui déterminent l'évolution spirituelle de chacun .
Je me réjoui de constater que en occident nombreux sont les individus qui ont compris
cela en se libérant du joue des religions.
J.M

jacou74
Le 20/01/2011 à 14:10:00

Pour l'excision voir aussi les pages :
Le 06 février, c'est la journée internationale contre l'excision
http://www.lepost.fr/article/2010/02/06/1926885_aujourd-hui-le-06-fevrier-c-est-la-journee-internationale-contre-l-excision_1_0_1.html  

et
La barbarie des pratiques rituelles : L'excision (pour les nuls)
http://www.lepost.fr/article/2009/11/24/1807205_la-barbarie-des-pratiques-rituelles-l-excision-pour-les-nuls.html  

Avec ma solidarité.

Pierre
Le 20/01/2011 à 11:42:07

Sur ce sujet, la loi doit être très précise. Sont punissables les adultes, parents ou exciseurs exciseuses, qui font ou font faire cet acte. Sont punissables les parents qui font venir de l'étranger un exciseur /une exciseuse vers un pays de l'UE en vue de pratiquer l'acte dans l'UE. Sont punissables les parents qui organisent le voyage de leur/s fille/s à l'étranger dans le but de la faire mutiler.
Mireille Grosjean, Les Brenets, Suisse

Mirejo
Le 19/01/2011 à 11:22:05

Certains d'entre vous font allusion à
"CLITORAID".
ATTENTION ! Cette organisation est UNE SECTE, dirigée par son "prophète" RAËL.
Vos dons sont perçus à LAS VEGAS...
Ce monsieur a déjà fait la une des journaux lorsqu'il prétendait fabriquer les clones...
Contrairement à ce qu'il affirme, il n'a rien à voir avec le Professeur Foldès, chirurgien du clitoris.
Allez sur Internet, tapez "Raël" ou "Clitoraid", vous saurez tout.
Vous pourrez aussi trouver des détails sur ma page Facebook:
Ensemble contre l'excision: maintenant!
http://www.facebook.com/pages/Ensemble-contre-lexcision-maintenant/145234605522845?v=wall  
Bien à vous,
Chantal

Chantal Puig
Le 15/01/2011 à 18:17:07

L'exision ne s'apparente pas a de la torture, c'est un acte de torture parmis les plus abominable qui puisse exister! Votre présentation est a mon avis un peu trop édulcorée, a ce niveau là. Il existe une organisation qui s'apelle Clitoraid, dont on ne parle pas assez, car elle veut lutter conte tous les bourreaux qui la pratiquent sous prétexte de tradition, en proposant de recréér un organe par voie chirugicale.C'est une façon d'envoyer un signal fort aux bourreaux, en leur montrant que d'autres personnes font tout ce qu'il peuvent pour contrebalancer cet acte ignoble qu'est l'exision!

Elo
Le 13/01/2011 à 09:51:17

Je suis consterné de voir autant de sexisme entre excision et circoncision, aillant pour seul but ultime de faire d'un organe offert par les dieux pour le plaisir un organe de souffrance...
Je déplore la peur des hommes devant les femmes, cette peur qui les entraine à des actes qu'on ne trouve nul part dans le règne animal.
Le mâle humain qui est doté d'un cerveau et d'un coeur n'a même pas les moyens d'accèpter la jouissance féminine.(J'AI HONTE D'ETRE UN HOMME)
Parcontre je jubile à l'idée de savoir que médicalement on aurais les moyens aujourd'hui de réparer en parti les mutilations causés par des individus aveuglé par leurs peurs et leurs soifs de pouvoir...
Aussi, je n'ai pas confiance aux nations unis qui ne respecte pas leur charte et je refuse de signer cette pétition car ce combat est le combat des femmes.
Elles donnent la vie et elles sont me semble t'il mieux placé que quiconque pour la défendre.
La femme doit maintenant reprendre sa place
et se faire repecter.
Je suis tous coeur à vos cotés: Jacques MOSSU

jacou74
Le 13/01/2011 à 00:48:18

Je soutiens également la construction de "l'hopital du plaisir" entrepris au Burkina Fasso, par l'association Clitoraid pour la réparation du clitoris des excisées.

Jean Pierre 35
Le 12/01/2011 à 20:00:29

l'excision des filles et la circoncision des garçons ont des sens très différents. En résumé l'excision aurait pour but de limiter le dévergondage sexuel des filles, supposé inévitable autrement.
La circoncision - qui n'altère pas la jouissance sexuelle du garçon - a un sens symbolique, celui d'humaniser la pulsion animale du désir masculin, d'inscrire un manque dans le lieu de sa (toute) puissance.
Dans le cas de l'excision on a affaire à une superstition (puisqu'on veut enlever à la fille ce qu'elle n'a pas),dans le cas du garçon le sens symbolique de la circoncision lui est rarement expliqué, car le drame des rites c'est qu'on les pratiquent encore quand tout le monde en a oublié le sens...

sankara
Le 12/01/2011 à 17:50:35

Pour répondre à Bernadette,je trouve qu'il est mal à propos de traiter ces femmes de bourriques;je crois qu'il faut replacer les choses dans leur contexte;dans les pays et les familles ou se produisent ces pratiques,les femmes sont reléguées à l'état d'etres inférieurs,soumises,et n'ont pas acces à l'éducation,elles ne peuvent donc pas raisonner comme nous;c'est plutot quand ces populations,hommes et femmes auront la possibilité de s'ouvrir au monde,de penser par eux-meme,que ces pratiques disparaitront;pour l'instant l'interdiction par la loi est indispensable pour faire reculer ces pratiques,mais seule l'éducation pourra les eradiquer;ces femmes bourreaux et ces parents qui livrent leurs fillettes sont mués par la peur,ils croient faire ça pour leur bien!!

ccile
Le 12/01/2011 à 16:32:08

Que ces pratiques ancestrales cessent ! La souffrance au nom des "traditions" sont inacceptables !

r-T
Le 12/01/2011 à 09:25:12

depuis que j'ai découvert la gravité et l'ampleur de cette barbarie, (il y a 2 mois) je consacre presque tout mon temps à m'informer. J'ai téléphoné à une soixantaine d'ami(e)s pour leur en parler . Preque la moitié a décidé d'acheter:
- "Fleur du désert" (8 euros chez "j'ai lu") qui est une autobiographie de Waris Dirie, ex mannequin qui depuis 8ans agit avec efficacité
Douze ami(e)s ont décidé d'acheter le DVD du film "fleur du désert" (16 euros FNAC) pour s'informer et informer autour d'eux . Si vos jugez utile d'AMPLIFIER la mobilisation pour faire cesser cette barbarie, prenez contact avec nous <espergala@wanadoo.fr.   > , association "ESPOIRS POUR LES JEUNES" 2 rue de l'espéranto 47190 Galapian
600 fillettes meurent tous les jours (sur les 6000 mutilées ) !!
Notre association contribue à développer des alliances entre assoc de différents pays qui agissent contre ces mutilations . Nous recherchons des traducteurs-trices, des personnes disposant de temps pour nous aider à informer (par exemple les bibliothèqes, les associations humanitaires, etc..
Merci pour ces enfants
Amike
Emile Mas

Emile Mas
Le 12/01/2011 à 08:00:30

Respect de l'intégrité de tous les enfants, filles ou garçons!
Abandonner les uns ne sert pas la cause des autres, mais la sabote, au fond.
Rétablir la médecine scolaire, pour commencer.
Assez de complaisance envers les "baptêmes" des petits garçons, y compris par certains médecins de PMI...Les enfants ont droits à la même protection de la loi, quelque soit leur sexe et- leurs origines;
Rétablir et renforcer la Défenseure des enfants

Ni filles ni garçons
Le 12/01/2011 à 03:05:47

Bonjour Émile Mas, ça fait plaisir d'avoir des nouvelles de toi à travers cette initiative de pétition.
Je suis (au cas où tu aurais oublié) une de tes élèves espérantistes du premier rendez vous des Amis de Silence.. au Larzac. (07/08/2000)
Bises à +

Andrée d'Ariège
Le 12/01/2011 à 01:31:17

Je suis horrifie par cette pratique. Rien que d'y penser c'est comme si on faisait crisser une craie sur le tableau de mon coeur. La souffrance qu'y s'y ecrit quand j'imagine le scalpel qui mutile jusqu'a l'os la chair de la petite fille maintenue a terre par des sadiques coupe mon soufle.
Si la malediction de l'ame existe, alors qu'elle s'abatte pour l'eternite sur ces demons qui transportent avec eux les affres de l'enfer.

chof
Le 11/01/2011 à 22:55:34

Allez voir le film fleur du désert et surtout choisissez-le avec débat à la fin du film, vous serez surpris par le nombre de^pays qui pratiquent ces mutilations sexuelles féminines, il y a 3 millions de nouveaux cas par an. Beaucoup de femmes en meurent. En France on estime que 65 000 femmes sont menacées ou mutilées....

NELLY
Le 11/01/2011 à 20:28:45

Que ce soit en France où c'est inadmissible et dans les pays concernés où il faut un long travail de pédagogie pour montrer que ces traditions sont néfastes et surtout ne font pas partie de l'islam mais de pratiques traditionnelles souvent animiste; c'est le devoir des pouvoirs publics de ces pays, non pas brutalement mais peu à peu par des petits films éducatifs comme il se fait en Côte d'Ivoire pour d'autre problèmes médicaux comme le VIH, les grossesses après les viols ou non désirée ainsi que ces problèmes d'excision qui est complètement illégal et le devient de plus en plus au Mali et des progrès se font petit à petit dans les pays de cette sous-région mais il reste d'énormes campagne de sensibilisation en Égypte, au Soudan, en Afrique de l'Est...Il y a beaucoup à faire que ce soit en Afrique de l'Est comme en Afrique de l'Ouest où des pays comme la Guinée Conakry, le Niger et trop de pays où ce fléau sévit mais ce ne sera pas nous Européens qui devons nous mêler au premier degré mais les habitants qui sont concernés par ces cultures barbares, ce qui a eu et aura beaucoup plus d'efficacité.

Ludovic Duchesne
Le 11/01/2011 à 19:35:31

Lutte contre les mutilations génitales, ce qu'il faut savoir : Une association "Clitoraid" construit actuellement un hôpital au Burkina Faso pour venir en aide à ces personnes qui souhaitent restaurer leur clitoris grâce à une méthode utilisé en France. Ces opérations seront réalisées par des chirurgiens bénévoles et les patients seront pris en charge à 100 % de leur frais opératoires et hospitaliers. Ceci dans le but de faire renoncer les exciseuses à jamais. Pour plus d'informations : http://fr.clitoraid.org  


sandrine
Le 11/01/2011 à 18:12:23

Tant qu'il y aura des bourriques de femmes qui feront ce sale boulot et seront assez crétines pour ça, j'ai bien peur que ça continue dans les pays comme le Mali.
J'attends toujours une pétition contre l'abattage hallal.

Bernadette
Le 11/01/2011 à 17:47:38

Formulation étonnante pour cette cyberaction ! Est-ce à dire que vous encourageriez les mutilations génitales masculines ? Peut-être par une sorte de nostalgie du belcanto du 18ème siècle...
Votre cyberaction aurait dû s'intituler : "Contre toutes les mutilations génitales"

alphonse
Le 11/01/2011 à 16:36:15

Si "l'apanage" de la nature humaine est de faire preuve d'égoïsme sous sa forme exacerbée, le machisme lui, démontre un hyper-égocentrisme inadmissible, et l'on devrait faire passer à ces instigateurs au champ de conscience très fermé, une rééducation mentale complète.
Comment pourrait-il en être autrement pour que ces barbaries soient enfin abolies, afin que tous les êtres de ce monde soient égalitaires en droit, ainsi qu'en satisfactions vitales ?

Yoron
Le 10/01/2011 à 18:53:00

Une telle tradition encore de no jours alors que celle-ci fait partie du temps au tout barbarie était normale chez les humains, les régions du monde au de telle pratique sont encore actuelle leurs maintien fait partie du mieux savoir exploiter ces peuples en esclavage, et la nous devon reconnaitre que les religions n'ont jamais directement participer sauf par les représentant de certains religions.

vwadh emar
Le 10/01/2011 à 13:21:57

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !