actualité écologie

La Terre vue depuis l’espace

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Premier vendredi du mois : 18 h 30 rassemblement des Coquelicots

Ne laissez pas vos appareils en veille

Jour du dépassement : ça y est, l'humanité a épuisé toutes ses ressources renouvelables pour l'année 2019

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

victoire pour Gabriel Dufils

Les 10 jours verts Transacteurs

Rando Plogoff dimanche 25 aout

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

OPÉRATION

Journal des Bonnes Nouvelles

AG Cyberacteurs

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : Stop à l'abattage massif du blaireau dans la Somme

Mise en ligne du 15/06/2016 au 12/10/2016

La contestation ne cesse de prendre de l'ampleur sur le prétendu bien fondé de la chasse du blaireau, que ce soit par la communauté scientifique, les associations, ou de simples citoyens. Sa chasse en général, la période complémentaire de chasse, son mode de chasse cruel ou encore les arrêtés préfectoraux autorisant des abattages massifs et arbitraires sans justification scientifique sont très décriés et dénoncés.

Bilan de la cyberaction :

4939 participants

Présentation de la cyberaction :

Le 13 juin 2016, le Ministère de l'Environnement, de l'Énergie et de la Mer a publié l'avis du Conseil Scientifique du Patrimoine Naturel et de la Biodiversité (CSPNB) intitulé "La cohabitation entre les blaireaux, l’agriculture et l’élevage".

http://www.lafranceagricole.fr/actualites/conseil-scientifique-pas-de-prelevement-massif-de-blaireaux-1,0,1627736143.html  

L’abattage massif des blaireaux, parfois invoqués après d’importants dégâts, ne se justifie pas, selon le conseil scientifique du patrimoine naturel et de la biodiversité. Dans un avis rendu le 13 juin, il indique que « ni le risque d’infection tuberculeuse en France, ni les dégâts qui seraient causés aux cultures » ne peuvent motiver les prélèvements massifs.

Le conseil recommande, en revanche, le soutien des recherches en cours sur l’épidémiologie de la tuberculose, même si la maladie est actuellement sous contrôle en France.

« Les recherches sur le triptyque mycobactérie/bovin/blaireau ont besoin d’être renforcées », souligne le conseil. Le but étant de mieux comprendre la situation épidémiologique complexe et de guider le choix du législateur vers des décisions mesurées, sans oublier d’intégrer l’option prometteuse de la vaccination. « Il est important d’entreprendre une approche-système, intégrant les données épidémiologiques, écologiques, environnementales et sociales », signale-t-il.

Au sujet des dégâts sur les cultures, le conseil recommande de mieux identifier la responsabilité réelle du blaireau et de développer des « recherches permettant de mieux connaître la relation entre la structure du paysage agricole et l’écologie du blaireau ». Il estime aussi que la protection des champs par des clôtures ou la constitution de terriers artificiels ou encore l’indemnisation des dégâts pourraient atténuer l’impact sur les agriculteurs.
http://www.developpement-durable.gouv.fr/La-cohabitation-entre-les.html  


La préfecture de la Somme a entre temps publié le communiqué suivant :
http://www.somme.gouv.fr/content/download/18920/131363/file/communique.pdf  

"Ce projet de renouvellement de régulation des blaireaux a été évoqué en commission départementale de la chasse et de la faune sauvage le 12 mai 2016 et aucun avis défavorable n’a été émis par les membres de cette commission."

Malgré les 158 avis défavorables émis par les citoyens, le préfet a malgré tout publié l'arrêté préfectoral AUTORISANT CETTE OPERATION MASSIVE DE DESTRUCTION. Les abattages ont donc repris depuis le 1er juin 2016.

Voici l'arrêté préfectoral :
http://www.somme.gouv.fr/content/download/18975/131734/file/AP-regulation-blaireaux_MAI-2016.pdf  

Ecrivons au Préfet de la Somme pour lui demander de stopper cet abattage.

L'exemple belge

Concernant les dommages causés par le blaireau, Michel nous a envoyé par courriel l'article de la revue l'Homme et l'Oiseau de la L.R.B.P.O. (Ligue Royale Belge pour la Protection des Oiseaux) . L'article sur les dommages causés par le blaireau a été adressé à un maximum de personnes en leur demandant d'intervenir auprès du monde politique. Suite à cette intervention, les dommages dans les cultures, attribués au blaireau, se sont étonnamment réduit à peu de chose.
Depuis, il n'est plus question de permettre la destruction de cette espèce en Belgique.
le PDF est visible à l'adresse : http://www.cyberacteurs.org/pdf/heto4-okok_1.pdf    
L'article commence page 12.

La lettre qui a été envoyée :


Monsieur le Préfet

L’abattage massif des blaireaux, parfois invoqués après d’importants dégâts, ne se justifie pas, selon le Conseil Scientifique du Patrimoine Naturel et de la Biodiversité. Dans un avis rendu le 13 juin, il indique que « ni le risque d’infection tuberculeuse en France, ni les dégâts qui seraient causés aux cultures » ne peuvent motiver les prélèvements massifs.

Je vous demande donc de révoquer l'arrêté préfectoral autorisant cette opération massive de destruction.

Dans cette attente, je vous prie de croire en ma détermination à défendre la biodiversité.

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

74 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

Les mêmes osent écrire cela :
https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/biodiversite-presentation-et-enjeux#e1  

Alain Bouton
Le 23/05/2019 à 18:35:53

blaireaux protégés ailleurs, tués en France ! scandale dans la Somme et autres départements !!!

bernard CARRION
Le 22/05/2019 à 12:53:08

Aucun respect de la vie , vous détruisez la faune sans discernement !les animaux font partie de la bio- diversité , c'est une " hérésie " de tuer ceux que vous appelez " nuisibles ! Qui sont les nuisibles sur cette planète ? sûrement pas les animaux !alors ?

amidesblaireaux
Le 26/04/2019 à 20:56:55

Ce n'est pas la raison à retenir pour le protéger... mais LE BLAIREAU EST TRÈS JOLI !
Je renvoie de nouveau vers les sites illustrés comme Wikipédia etc.
Et j'insiste : le blaireau n'est pas seulement utile, le blaireau partage la beauté bicolore du panda, le blaireau est photogénique et cinégénique comme peu d'animaux.
Tout le monde le saura, peut-être trop tard, lorsque les médias de masse auront découvert et divulgué qu'il est beau et pas con à la fois.
Je crois vraiment tout d'abord que c'est le regard des tueurs qui n'est pas joli.
Ainsi, notamment en écho au commentaire de l'ami de bonne foi fx berthelot du 14/07/2016... : Le tord du blaireau n'est pas de ne pas être joli ! Son tord, à lui aussi... est de ne pas être regardé.
À A lui aussi son tord est le regard majoritaire de notre société humaine - sur la nature mais pas que - reçu comme les idées reçues..

Rodolphe ANDRÉ
Le 15/07/2016 à 14:08:50

le blaireau est un animal utile, son tord est de ne pas etre joli.

fx berthelot
Le 14/07/2016 à 22:34:37

pour moi ceux qui tuent ne sont pas des être humains, ils n'ont aucun respect pour la vie,pourquoi cette ignoble souffrance, ça les fait jubiler ces barbares, je haie toute forme de chasse, ce serai bien de les mettre à la place de l'animal que l'on traque des heures por finir par le tuer!!!

Maité
Le 11/07/2016 à 21:50:41

il est vrai qu'il y a un grand nombre de blaireaux qui auraient intérêt à signer cette pétition, il en va de leur survie .....

Claude Masson
Le 10/07/2016 à 14:37:51

il est vrai qu'il y a un sacré nombre de blaireaux, et s'il doit y avoir un abatage massif de cette espèce, certains on intérêt à signer cette pétition, il en va de leur survie .......

Claude Masson
Le 10/07/2016 à 14:35:59

le pire ennemi de l'homme, c'est l'homme, au nom de quoi
se permettons nous de détruire la faune et la flore ?????

un anonyme
Le 07/07/2016 à 09:30:13

Chaque matin je me pose la même question : quel animal va être menacé d'abattage massif aujourd'hui ? Quelle espèce va-t-on choisir d'éliminer sans discernement et sans concertation ? Quels arrêtés imbéciles seront signés par des incompétents mal réveillés ?

Anne-Marie LOUIS
Le 26/06/2016 à 12:37:02

Encore un mal-aimé ...

isabelle obscur
Le 25/06/2016 à 12:56:18

Il faut de tout pour faire le monde. Le blaireau en fat entièrement partie!

Ute ROECK
Le 24/06/2016 à 23:27:10

Lamentable !

cecile belin
Le 23/06/2016 à 22:00:52

Que ceux qui pronnent cette destruction nous apportent les preuves de notre intérêt pour agir ainsi!
S'ils en sont incapables ce ne sont que des sadiques.

jean-louis BANNERY
Le 22/06/2016 à 18:37:19

La Vie avant tout. Tuer, c'est aussi faire du mal à soi.

Arnaud
Le 21/06/2016 à 20:10:48

phil bee - 17/06/2016 - 15:05:20 dit des choses très fines. Merci.
Suite à sa remarque :
" pas très beau peut-être (encore que: qui en a vu vivant ? - ils ne sont même pas éligibles aux zoos !)"
Je voudrais redire que les doutes sur la beauté du blaireau, symptomatiques, relèvent du mythe. Il y a là un bel exemple de comment on peut aliéner et inhiber notre regard, notre jugement esthétique, Tout changera lorsqu'un documentaire télé, ou autre impact de masse, révélera ce bel animal comme il le mérite . Soyons précurseurs. Même mort, malheureusement, au bord de la route, on peut admirer sa beauté tristement détruite.
Parce qu'avec ses bandes noires et blanches sur la tête, il a la superbe harmonie bicolore, le super look du panda, du raton laveur ou de certains chiens. Ou, roulé en boule dans son terrier, "amoureusement" enlacé avec un congénère, il est carrément chou.
En plus c'est un admirable "architecte et urbaniste" dans ses immenses terriers hyper organisés, communautaires, entretenus et étonnamment propres.
Des zoos spécialisés dans la faune indigène britannique, qui disent œuvrer au service de la nature, le présente en situation nocturne simulée. Dans la catégorie "zoos" c'est plutôt... alternatif, anar ou gauchiste, si je puis dire. Je ne sais pas si ça existe en France.
Mais il y a les photos et internet ! Au hasard : https://fr.wikipedia.org/wiki/Blaireau   (une courte page illustrée)
Bien sûr, je me répète, ni sa beauté ni son intelligence ne sont des raisons de le laisser vivre. Ni qu'il puisse être la réincarnation d'un humain ou d'origine divine d'ailleurs. Cherchons ailleurs...

Rodolphe ANDRÉ
Le 20/06/2016 à 14:08:33

Les blaireaux ne sont pas ceux que l'on croit; ils ne font hélas pas tous l'objet d'abattage....

un anonyme
Le 20/06/2016 à 11:00:02

et l'abattage des nuisibles qui nous gouverne ? c'est pour quand ?

stef17
Le 20/06/2016 à 09:33:44

j'habite un chemin dont le nom en dialecte de la province signifie "blaireau" et j'en suis bien heureuse, puisque mon terrain sert de passage à un ou plusieurs de ces animaux ...!

janine
Le 19/06/2016 à 20:06:09

je suis contre la chasse, toute forme de chasse, c'est cruel et barbare, l'homme n'a plus besoin de chasser! pour eux traquer, faire souffrir et tuer les animaux est un plaisir! Y penser me fait carrément malade!

un anonyme
Le 19/06/2016 à 17:53:35

Au XXIe siècle, l'homme n'a toujours pas atteint un degré de civilisation minimum. L'instinct bestial fait toujours partie du comportement de certains ( tant vis à vis des animaux : chasse-s aux " nuisibles", corridas, chasse à courre, abattoirs...; que vis à vis des hommes eux-mêmes : supporters enragés, casseurs, pollueurs...)

Tiluc
Le 19/06/2016 à 11:34:53

Que voulez vous... ces abrutis réjouis d'eux mêmes, de tuer ou de caresser un fusil cela leur fait frissonner les choses!

Nain rouge
Le 18/06/2016 à 20:06:07

Les mauvais blaireaux portent des col blancs et sont dans les ministères mais les bons doivent vivre libres à l'abri de cette fièvre destructrice

pivoine
Le 18/06/2016 à 10:47:03

Il est plus facile d'éliminer radicalement que de mettre en place une protection de l'espèce avec une limite de l'abattage, si nécessité. Chaque espèce est désormais menacée de mort et sans nuance. Son plus grand prédateur: l'homme.

Marie Laurence SCHULER
Le 18/06/2016 à 10:09:04

Il a bon dos,le blaireau...comme-en d'autres temps
-le renard propageait la rage ou la buse,le milan
s'attaquaient aux poulaillers...

stoppeur
Le 17/06/2016 à 19:03:24

je pense que les "vrais blaireaux" sont les politiques qui autorisent tous ces massacres d'animaux sur tout le territoire, loups, corridas, abattoirs, fourrières avec millions de chats et chiens euthanasiés etc....ce sont eux les vrais blaireaux.

dido
Le 17/06/2016 à 16:52:00

Les blaireaux nocifs ne sont pas ceux qu'on dit !

MA Soudan
Le 17/06/2016 à 15:57:26

Une impression : les préfets n'aiment pas le "hors-cadre" pour les autres - même si ce statut leur permet personnellement de bénéficier de tous les avantages et rémunérations dues aux membres de la fonction, sans les contraintes d'une charge territoriale.
L'administration, idem : comment maîtriser un individu hors cadre, fût-elle une bestiole avec des griffes somptueuses (mais le panda est trop cher et trop cossard pour nos régions) et une discrétion exemplaire. Les chasseurs non plus n'aiment pas trop que la maîtrise de la vie et de la mort sauvage leur échappe.
Hors ce blaireau n'a pas grand chose à se reprocher : il ne transmet pas de maladie contagieuse, il ne tue pas les poules et chaparde peu, il (se) manifeste peu en public, même dans les reportages animaliers, sa viande n'est pas convoitée (même si son poil l'était bien à l'époque de sa haute cote), il n'est pas cabot, pas très beau peut-être (encore que: qui en a vu vivant ? - ils ne sont même pas éligibles aux zoos !).
Donc l'exterminer c'est peut être réaffirmer la suprématie de "l'humain" (enfin une forme d'humain). Et la stratégie est simple et éprouvée : le classer dans les "nuisib'" (sic), ce qui semble pour lui une démarche assez récente. Mais dans nos campagnes, le feu domestique lui-même est en voie avancée de classement, donc pourquoi s'étonner ...

phil bee
Le 17/06/2016 à 15:05:20

Quel droit de décider d'assassiner des animaux sans défense ?
Quelle honte, conclusion, l'humain est inhumain, aucun respect, pas d'Amour... dépourvus d'intelligence...
Il y a tant d'êtres humains, ( erreurs de la nature ), qui mériteraient cet abattage...
Laissez, ces, les animaux tranquilles....

Edouard
Le 17/06/2016 à 15:00:55

La vacuité cérébrale des négationnistes de la bio-diversité laisse pantois.

sbirros
Le 17/06/2016 à 14:21:24

Stop à ce retour au plus sombre du Moyen-Age!

calypso
Le 17/06/2016 à 11:24:15

Quel que soit l'animal visé, qu'il soit blaireau ou taureau, l'abattage aussi cruel et barbare des uns comme des autres n'est qu'un sale prétexte pour assouvir l'instinct de tueur tapi dans les individus qui prennent plaisir à la souffrance qu'ils infligent. C'est ainsi que les hommes vivent, Monsieur le Préfet, en invoquant les prétextes et les "justificatifs" les plus fallacieux. Ne cherchons pas midi à 14 heures, ils aiment tuer, mieux encore : collectivement, ça aide, juste pour le plaisir. Voilà tout, pourquoi le nier ?
Il me semble indigne de cautionner cette sanglante dérive.

Zimmermann Eliane
Le 17/06/2016 à 09:33:37

Ils feraient mieux de chasser les blaireaux à l'Elysée et à Matignon !!!

david barrillon
Le 17/06/2016 à 09:19:05

Dans la Somme et ailleurs !!!
Quel acharnement contre cet animal pacifique et sans défense ! Cela permet à quelques enragés d'assouvir leur besoin de traquer et de tuer en dehors des périodes de chasse. Et quelle chance a l'animal de s'en tirer devant cette armée de chasseurs et de chiens ? C'est navrant !

Antoine ROYET
Le 17/06/2016 à 09:04:13

Je n'arrive toujours pas à comprendre comment cette minorité d'individus nocifs et stupides (les chasseurs) arrive à influencer de façon aussi malsaine de "dignes representants"de notre société

agathe
Le 17/06/2016 à 08:50:32

La chasse est déjà moralement contestable, celle du blaireau n'a même pas l'excuse de servir à manger, quant à la vénerie sous terre, elle a tout du lynchage. Elle est cruelle pour l'animal mais surtout elle révèle la nature profonde de ceux qui s'y livrent.

Minois
Le 17/06/2016 à 08:45:53

Morts pour rien

un anonyme
Le 17/06/2016 à 08:00:14

les blaireaux ne sont pas forcement ceux qu'on croit

toma
Le 17/06/2016 à 07:22:43

Suite à l'appel ci-dessous de mandelkorn du 16/06/2016, voici ce que je me suis bien amusé à transmettre au préfet de la Somme sur http://www.somme.gouv.fr/Contactez-nous   (en réitérant le code de sécurité au moins 5 fois suite au dysfonctionnement de leur système !) :

Monsieur le Préfet,
Je souhaite exprimer mon opposition à votre décision d'abattage de masse des blaireaux, digne d'un âge révolu, indigne de la mission, de la légitimité indiscutable et de la rigueur attendues d'une préfecture, représentante de l'État.

Vous indiquez que cette opération est menée "à titre exceptionnel", mais vous vous exposez ainsi, au-delà du ridicule, à une accusation de mensonge puisque cette opération est reconduite chaque année depuis 2004.
Les arguments avancés pour justifier cette chasse sont eux aussi contestables :
"Espèce en expansion dans certains cantons du département de la Somme". Les incertitudes sont nombreuses quant aux effectifs de blaireaux dans la Somme et le nombre de 1.500 blaireaux pouvant être détruits ne repose sur aucun élément scientifique. Que cette espèce utile puisse être en expansion serait une heureuse nouvelle pour votre département, à l'heure où la biodiversité nécessite tous nos soins - jusqu'aux échelons supérieurs des services de l'Etat - et à l'approche du jour où le blaireau sera une espèce strictement protégée, notamment pour sa beauté comparable à des animaux aussi prestigieux que le panda chinois. Même s'il fait encore actuellement partie d'une mythologie d'animaux méprisés.
L’animal "provoque des dégâts importants aux cultures". Il faut savoir que les dégâts causés aux cultures par les sangliers sont indemnisés par les fédérations de chasse, pas ceux causés par les blaireaux. Il se comprend donc facilement que les dégâts constatés par les chasseurs sont souvent imputés aux blaireaux alors qu'ils ont été faits par des sangliers ! Ainsi les chasseurs font d'une pierre deux coups et vous dupent : ils n'ont pas à indemniser les producteurs de maïs et ils apportent le prétexte de dégâts aux cultures pour justifier la chasse du blaireau...
Les animaux "posent un problème de sécurité publique (collisions)".
On peut douter de l’importance du blaireau dans les accidents de la route, ils sont plus souvent causés par des sangliers, des cerfs et des chevreuils, et par nos semblables eux-mêmes, avec des dégâts sur les véhicules beaucoup plus importants. N'oublions pas que ce sont les automobilistes - dont je fais partie notamment sur vos routes - qui pénètrent dans le domaine de cet animal, et non l'inverse. Il existe des panneaux qui appellent à une vigilance des conducteurs, vertueuse par ailleurs, quant aux grands gibiers. Pourquoi pas alors pour les blaireaux ?
La période annoncée (1er juin au 15 septembre) est elle aussi contestable. Aux termes de l’article L. 424-10 du Code de l’environnement, « il est interdit de détruire […] les portées ou petits de tous mammifères dont la chasse est autorisée ». Ce texte n’est pas respecté puisque les jeunes blaireaux ne sont pas encore sevrés et ne sont pas émancipés au mois de juin.
La préfecture avance également l'argument des des dégâts au machinisme agricole". Là aussi, il serait honnête, et de bonne "redevabilité", d'indiquer des sources chiffrées sérieuses.
Quant au problème de la tuberculose bovine, lorsqu'elle est présente, il est très largement préférable de confier cette mission aux services vétérinaires en lien avec les scientifiques et les associations de protection de la nature dans le but de lutter pacifiquement et efficacement contre cette maladie, au lieu de confier cette mission aux chasseurs (dont les motivations sont principalement toutes autres...) qui peuvent alors tuer les blaireaux à loisir et quasi sans limite. Sinon, comment se défaire de la pensée de cet adage de la sagesse populaire : "Chien qu'on veut abattre, on l'accuse de rage". Je n'ai rien contre la chasse, fait de culture immémorial, mais en termes de santé publique, l'inquiétude doit se tourner - et pour leur bien - vers nos contemporains qui prennent plaisir à tuer.

Cruelle et inutile, voire contre-productive par la dissémination en cas réel de maladie, cette persécution récurrente du blaireau, dans la Somme comme dans quelques autres départements, est une totale aberration.
Veuillez penser que vous devrez peut-être un jour rendre compte de ces ordres de tueries, lorsque seront obtenus le strict respect et la stricte protection de cet animal.

Croyez bien que dans cette attente je reste vigilent et serai parmi les citoyens près à s'interposer pour toute battue, fût-ce à mes risques propres, face à l'injustice (je ne suis maintenant qu'un retraité peu utile, après avoir rempli mon rôle de toute une carrière en établissement public).

Rodolphe ANDRÉ
Le 17/06/2016 à 03:21:50

Inutile de faire des opérations de communication
(même auprès des jeunes écoliers !!!....) pour se faire passer pour ce qu'ils ne sont pas. Depuis toujours je les ai ressentis dénués de compassion, et mêmes CRUELS à l'occasion, à la fois envers les innocentes bêtes qui leur servent de défouloir, mais également envers leurs chiens, qu'ils prétendent être des compagnons !!! A bas les chasseurs et longue vie à nos amis les blaireaux .... les VRAIS. Il faut absolument réussir à les faire renoncer à leurs nouvelles lubies : blaireaux etcc.

Huguette
Le 17/06/2016 à 00:08:19

le préfet mérite tout notre mépris pour cautionner cet acte barbare. Il s'en fout plus que certainement et ira prendre un verre avec ces individus violents. Et s'étonnera après que la violence gagne la société. A ne pas être exemplaires, classe politique et hauts fonctionnaires activent la crispation de notre société. Ignoble!!!

eric mouette
Le 16/06/2016 à 23:55:00

des procedes moyenageux contre un animal utile et tellement sympa; ces methodes cruelles doivent etre combattues

un anonyme
Le 16/06/2016 à 23:31:03

Monsieur le Préfet, vous avez sans doute des choses plus importantes et utiles à faire que de tuer, ou faire tuer, des blaireaux... Il existe tant de sortes de blaireaux qu'il vaudrait peut-être mieux commencer par ceux_là ! Vous savez, ceux qui ont des terriers coquets et confortables et qui vivent aux frais des contribuables....

gedeon 80
Le 16/06/2016 à 23:00:33

Arretons de décimer la nature dont l'homme a tant besoin. La nature peut se passer de l'etre humain mais l'homme ne peut pas vivre sans nature !

Brigitte LAURENT
Le 16/06/2016 à 22:20:03

pour que le blaireau à poil ne soit pas exterminé par les gros cons de blaireaux à fusil.

un anonyme
Le 16/06/2016 à 22:18:45

Que ferons nous quand il n'y en aura plus ?
On sera obligé de payer pour en réintroduire comme nous faisons pour l' ours des Pyrénées.
Cet exemple ne nous suffit pas ?

Nicolas
Le 16/06/2016 à 21:38:08

Hardi les coeurs ! Le blaireau n'est pas toujours celui qu'on pense !!!
Et la chasse aux c... ?
Gégé78

Gégé78
Le 16/06/2016 à 20:13:30

c'est pas ceux la de blaireaux qu'il faut exterminer

totolitoto59
Le 16/06/2016 à 19:18:14

Bonjour tout le monde,
Ok pour inciter les imbéciles a ne massacrer aucun animal quel qu'il soit, continuez le combat tout les garçons et les filles de môn âge!!!
Serge

Sergionounou
Le 16/06/2016 à 18:35:03

Depuis Dominique Voynet, nous n'avons plus eu de ministre de l'écologie en France.
En revanche nous avons eu des "Ministres de la Chasse" ; Madame Royal en est d'ailleurs un parfait (et triste) exemple.
Je signe et je fais passer à mes copains de la LPO/FC.

frawald
Le 16/06/2016 à 18:05:44

Quand les préfets cesseront-ils de se plier aux demandes des chasseurs et de leur lécher les bottes en ordonnant toujours plus de destructions d'animaux pour satisfaire leurs plaisirs morbides?

Noëlle
Le 16/06/2016 à 17:44:35

J'ai vu la photo du préfet et des deux tristes sires avinés qui lui parlent...
"LES BLAIREAUX NUISIBLES NE SONT PAS CEUX QU'ILS PENSENT!"

Abalacalotte
Le 16/06/2016 à 17:27:32

Où l'être humain trouve-t-il cette capacité à être d'une cruauté sans nom à notre époque dite de "civilisation" ??...Ces mêmes chasseurs prennent leurs enfants sur les genoux, adorent leur chienne de chasse... le soir, du repos du juste, s'endorment aux côtés de leurs femmes....la journée, en période de chasse, ils massacrent , habillés en kaki, tout ce qui bouge...tous ces animaux qui n'ont rien fait de mal, qui ne peuvent se défendre...blaireaux, renards, sangliers, lapins....dans l'indifférence presque générale...

florette
Le 16/06/2016 à 16:43:08

Ce genre d'extermination déshonore le Préfet qui en a donné l'ordre et tous ceux qui participent à cette curée.

MICHARD Pierre
Le 16/06/2016 à 16:24:49

on leur prend tout l'espace et comme ce n'est pas suffisant on les extermine, vraiment on se demande qui sont les blaireaux !

un anonyme
Le 16/06/2016 à 16:15:22

Le ministère de l'écologie avec une ministre à sa tête, logiquement chargée de défendre l'écologie, n'existe plus et pire, cautionne les massacres tels que les blaireaux, les loups, refuse de renforcer la population d'ours, etc.... c'est lamentable, la France vaut zéro dans la sauvegarde de la biodiversité.

Leblond Jean-Michel
Le 16/06/2016 à 16:07:39

Les renards comme les blaireaux sont encore considérés comme animaux nuisibles alors qu'ils ne représentent plus aucun danger de transmettre la rage, en tout cas infiniment moins que les chiens. La politique depuis 20-30 ans concernant la faune est consternante. les loups, les lynx, les ours, espèces protégées sont abattus ou par ordre préfectoral (?!!!) ou par des braconniers qui ne sont presque jamais inquiétés. Le droit de tuer tout ce qui bouge est la règle. Désespérant, cruel et inconséquent. A se demander pourquoi nous avons un ministère de l'écologie...

Dominique BAUDRAN
Le 16/06/2016 à 14:50:30

Encore une fois, l'homme montre qu'il est de très loin le pire des prédateurs!

un anonyme
Le 16/06/2016 à 14:33:39

Blaireau = animal utile et devrait être classé comme tout mustélidés dans les espèces protégées.
La connerie de certains est au delà de tout : le plaisir de flinguer est le nerf de cette chasse digne d'un autre âge.
Qu'on les pendent haut et court tous ces tortionnaires avinés violents et débiles, ça débarrassera...

marie
Le 16/06/2016 à 14:30:29

Allons chasser le chasseur et faisons lui la même chose !!!!!

elisa
Le 16/06/2016 à 14:23:49

Cette année le préfet de la Somme, Philippe DE MESTER, souhaite l’abattage et le piégeage de 1.500 individus sur 45 cantons.
Pour effectuer ce massacre, tous les moyens possibles seront utilisés: les lieutenants de louveterie utilisent des lampes pour le tir de nuit, au fusil ou à la carabine, et tirent sur les blaireaux à la sortie de leurs terriers. Les captures se font aussi par déterrage et avec collets munis d'un arrêtoir, ce qui cause la mort de l'animal dans une longue agonie.

Lors de cette consultation publique, un très grand nombre de commentaires défavorables ont été émis, il y a eu 158 participants:
http://www.somme.gouv.fr/content/download/18778/130536/file/note-synthese_avis.pdf  

Merci à celles et ceux qui ont participé à cette consultation publique. Il est important de le faire chaque année pour montrer votre opposition. Petit rappel de la procédure: https://lc.cx/42ky  
Suite à cette consultation, la préfecture a émis le communiqué suivant:
http://www.somme.gouv.fr/content/download/18777/130532/file/communique-piegeage-blaireau.pdf  

Cette opération est menée "à titre exceptionnel", indique la préfecture. Une conception très personnelle du mot "exceptionnel" puisque cette opération est reconduite chaque année depuis 2004.
Les arguments avancés pour justifier cette chasse sont contestables. Voilà ce que dit le texte: "Espèce en expansion dans certains cantons du département de la Somme", l’animal "provoque des dégâts importants aux cultures, qui posent un problème de sécurité publique (collisions) ainsi que des dégâts au machinisme agricole".
On peut douter de l’importance du blaireau dans les accidents de la route, ils sont bien plus souvent causés par des sangliers, des cerfs et des chevreuils, avec des dégâts sur les véhicules beaucoup plus importants.
La date prévue (1er juin au 15 septembre) est elle aussi contestable. Aux termes de l’article L. 424-10 du Code de l’environnement, « il est interdit de détruire (…) les portées ou petits de tous mammifères dont la chasse est autorisée » ; pour autant, ce texte n’est pas respecté puisque les jeunes blaireaux ne sont pas encore sevrés et forcément ne sont pas émancipés au mois de juin.
La préfecture avance également l'argument des nuisances agricoles. Il faut savoir que les dégâts causés aux cultures par les sangliers sont indemnisés par les fédérations de chasse, pas ceux causés par les blaireaux. On comprend donc facilement que les dégâts constatés par les chasseurs sont souvent imputés aux blaireaux alors qu'ils ont été faits par des sangliers! Ainsi les chasseurs font d'une pierre deux coups: ils n'ont pas à indemniser les producteurs de maïs et ils apportent le prétexte de dégâts aux cultures pour justifier la chasse du blaireau...

Quant au problème de la tuberculose bovine, lorsqu'elle est présente dans un département, il serait très largement préférable de confier cette mission aux services vétérinaires en lien avec les scientifiques et les associations de protection de la nature dans le but de lutter pacifiquement et efficacement contre cette maladie, au lieu de confier cette mission aux chasseurs (dont les motivations sont certainement tout autres...) qui peuvent alors tuer les blaireaux à loisir et quasi sans limite.
Les incertitudes sont nombreuses quant aux effectifs de blaireaux dans la Somme et le nombre de 1.500 blaireaux pouvant être détruits par le projet d’arrêté ne repose sur aucun élément scientifique.

Cruelle et inutile, cette persécution récurrente du blaireau, dans la Somme comme dans d'autres départements, est une totale aberration.

Dites votre opposition à cette décision en écrivant à la préfecture de la Somme:
http://www.somme.gouv.fr/Contactez-nous   Thème environnement

Obtenons la stricte protection du blaireau

mandelkorn
Le 16/06/2016 à 14:07:56

Ce n'est pas ma raison pour vouloir les sauver, mais, en plus, les blaireaux sont beau COMME UN PANDA... "Nul n'est prophète en son pays" dit-on ; c'est bien tout notre regard et notre la bienveillance envers la nature, à commencer par le 1er talus, qu'il faut reconstruire.

RODOLPHE ANDRE
Le 16/06/2016 à 13:47:07

Toujours très marrant si je puis dire d'entendre que l'on détruit les blaireaux à cause des dégâts causés à l'agriculture. Par contre on trouve normal que l'agriculture est la principale cause de pollution des terres et eaux par l'utilisation intensive de produits chimiques.
De même pour les élevage monstrueux de porcs, volaille etc. qui relève de la maltraitance animal, sans qu'aucun responsable des pouvoirs plublics ne bouge le petit doigt.
On se fout complétement du monde.

BERJOT
Le 16/06/2016 à 13:43:28

Mort aux cons, pas aux blaireaux !

Demeter
Le 16/06/2016 à 13:27:09

Les seuls Blaireaux nuisibles que je connais : ils font de la politique.
Ca suffit de transformer notre planète en enfer pour la faune.

Raphaele
Le 16/06/2016 à 13:25:24

J'ai déjà envoyé un commentaire sur le site de consultation publique de la préfecture de la Somme. Ils n'ont eu aucun avis défavorable car les membre de la commission en question ne sont que des chasseurs!!!

Méyane
Le 16/06/2016 à 13:19:52

VIVRE ENSEMBLE ;;.

un anonyme
Le 16/06/2016 à 13:07:54

Pauvre blaireaux, ils sont si mignon, sympa, ils contribuent à l'équilibre de l'écosystème et sont bien moins nocifs que tous les pesticides à tout va ... concernant les animaux des champs et des bois, de nos campagnes, toute chasse d'ailleurs devrait être interdite.
Lucile, qui cultive, poules et canards, poissons et tourterelles, mésanges et cailles et araignées pour leur plaisir et leur paix.

Lucile
Le 16/06/2016 à 12:45:31

Suite à l'affaire de Cluny il y a quelques années, je pensais qu'il avait été décidé que l'organisation de concours de déterrage était illégal.
Bah, il suffit de requalifier ces "concours" en "rencontres" et l'affaire est jouée...
http://www.lejsl.com/actualite/2016/06/05/cent-chasseurs-sous-terre-dans-le-morvan  

Dans un sursaut de bravoure, Barbara Pompili devrait avoir le pouvoir d'interdire au moins cette satanée période complémentaire. Elle n'a rien à perdre, elle ne sera sans doute plus à son poste l'année prochaine et aura au moins regagné notre estime..

Bon courage.

Jean hp
Le 16/06/2016 à 12:37:33

Quand on voit le nombre de blaireaux tués sur le bord des routes, on peut se demander si ces massacres sont nécessaires.
L'être humain (je ne cite personne...) fait plus de dégâts que le blaireau !

Jacqueline BONNEFOY-CLAUDET
Le 16/06/2016 à 12:20:00

Dans la Somme, certes, mais dans les autres terrains de chasse aussi.

René Soulé-Péré
Le 16/06/2016 à 12:08:48

Il y a également une pétition lancée à l'instigation de Frédéric DANIEL sur CHANGE.ORG pour demander le classement du blaireau en espèce protégée. Ce qui ne la rendrait plus chassable. Le 04 juin dernier, en Saône et Loire, un quotidien vante la vénerie sous terre suite à une journée festive de déterrage. Les déterreurs ont mangé et bu à la gloire des 20 blaireaux massacrés... A quelle époque sommes-nous ? Les Ardennes, les Yvelines, l'Essonne, le Loiret, l'Aisne, l'Oise, la Somme bien sûr et encore plein d'autres départements autorisent la chasse du blaireau et en plus une période complémentaire.

Sylvie BRANDT
Le 16/06/2016 à 11:07:39

Mais qu'est ce qu'ils ont tous à vouloir tuer tout ce qui bouge?
On commence par les blaireaux, puis les bouquetins, puis les canards grippés. Les cégétistes doivent se faire du souci.
Défendons la cause animale même si elle coûte plus cher qu'un costume de présidentiable.

un anonyme
Le 16/06/2016 à 11:00:32

Quand je regarde les résultats aux élections, je me dit que parmi les Français, les blaireaux ne sont pas une espèce menacée mais une espèce menaçante. Parmi les étrangers résidant en France, aussi sans doute, mais depuis 1789 ils n'ont pas souvent eu le droit de vote.
Oui c'était une digression quelque peu iconoclaste.

Bibi
Le 16/06/2016 à 10:45:33

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !