Le Printemps BIO 2016

TOUS à FLAMANVILLE, LES 1 & 2 octobre 2016 !

OPÉRATION

Arrêt du nucléaire, énergie de destruction massive

Soutien permanent aux paysans de NDDL

AG Cyberacteurs

 Tribunal sur Monsanto La Haye, du 14 au 16 octobre 2016

Le compteur Linky d’ERDF, conférence de Marc CENDRIER (Robin des toits)

Grand rassemblement pour la liberté des cétacés Antibes !

image vide cyberacteurs
image vide 2 cyberacteurs

  #OGM   #environnement


version anglaise

Pétition : Lettre ouverte aux Ministres : OGM - Santé publique

OGM - Santé publique: 130 ONG exigent la transparence et réclament la suspension provisoire des autorisations du Maïs NK603 et du Roundup

Suite à la publication de l’étude toxicologique à long terme par l’équipe du professeur Gilles-Eric Séralini1, 130 organisations de la société civile (dont le WWF, Greenpeace, Générations Futures, le Réseau Environnement Santé, ATTAC, CAP21, le collectif Roosevelt 2012, la Confédération Paysanne,…) signent un appel commun. Cet appel a été remis ce jour aux autorités publiques compétentes (Premier ministre, Ministres de la recherche, de la santé, de l'agriculture et de l'environnement...), afin de prendre les mesures de précaution nécessaires dans l’intérêt général.

[ 11 816 participations ]

Pour aller directement à la signature Cliquez ici

recommander par courriel    partager sur google+  
      partager sur framasphère

 

Pétition mise en ligne le mercredi 3 octobre 2012

Proposée par Cyberacteurs

Elle sera envoyée à Premier ministre, Ministres de la recherche, de la santé, de l'agriculture et de l'environnement.

Plus d'infos

OGM MonsantoOGM - Santé publique : Appel des organisations de la société civile
« La publication de l’étude toxicologique à long terme par l’équipe du professeur Gilles-Eric Séralini1 conclut à la toxicité d’un maïs OGM tolérant au Roundup (NK603) et du Roundup lui-même, l'herbicide le plus utilisé au monde. Face à la gravité des conséquences sanitaires possibles, les organisations signataires s’inquiètent, et ce d’autant plus qu’elles constatent que les principales critiques de cette étude proviennent des membres des comités d’évaluation à l’origine de l’autorisation dudit maïs. Elles demandent donc la suspension provisoire des autorisations du maïs NK603 et du Roundup.

De plus, elles demandent la transparence sur les études d’évaluations des risques sur la santé et l’environnement ayant conduit à l’autorisation (culture ou importation) dans l’Union européenne des OGM et des pesticides. Elles exigent la communication des données brutes de ces études sur un site public en ligne et sous une forme exploitable statistiquement, pour permettre à l’ensemble de la société civile de réaliser ou commanditer toute contre-expertise.
Cette exigence de transparence concerne en priorité les données brutes des études ayant conduit à l’autorisation :


Premiers signataires
Actions pour le Développement Durable - ADeD -ONG Agir Pour l'Environnement Agrobio Gironde Agrobio Périgord Agrobio47 AMAP Bio du Maine Blanc AMAP du Ruisseau bleu de Strasbourg AMAP du Sud Bassin AMAP les pieds sur terre - Lyon 04 Amapillac AMI-BIO Amis de la Terre - Seine et Marne Amis de la Terre Haute Loire Amis de la Terre-Nord Appel de la Jeunesse ASPRO PNPP Association APIFERA Association des médecins indépendants pour l'environnement et la santé publique (AMIES) Association Environnement et Nature Burdignes (42) Association Réflexion Proposition pour l'Environnement Association Régionale pour la culture bio-dynamique en Bretagne Atanka ATTAC 22 ATTAC France ATTAC Pays d'Aubagne Bio Consom'acteurs Bioconvergence Rhône-Alpes Bise du Connest CANVA CAP21 Centre Andin pour la Formations de leaders Sociaux Centre d'Information sur l'Environnement Centro Internazionale Crocevia Collectif Action Citoyenne du 21 Collectif Anti OGM de Picardie Collectif anti OGM31 Collectif citoyen Bretagne sans OGM Collectif des riverains et victimes du CMMP d’Aulnay-Sous-Bois Collectif Niveranis pour une agriculture durable Collectif NON à hinterland Collectif OGM35 Collectif Roosevelt2012 Collectif Vigilance OGM Charente Comité de Défense des Vignerons du Languedoc Confédération Paysanne de l'Aude Confédération paysanne nationale Coop en Liens Coopérative Bio LES ARTISONS Croqueurs et Paysans Gourmands (ACPG) Culturemedia DANAYA DEMETER France Dijon Cantine Bio // Chouette C'est Bio Doman chalosse vivante Drac Nature E3D (Ecologie démocratie développement durable) Écologie et Citoyenneté Europe-Écologie les Verts Toulouse FASE33 Fédération Paysanne Foll'Avoine PACA Fondation Denis Guichard Fondation pour une Terre Humaine Fondation Sciences Citoyennes Frapna Isère GAEC Ferme du Limeur Gauche Anticapitaliste Générations Futures Greenpeace Groupe local carcassonnais EELV Halte OGM 07 IDEES Jonquières JINUKUN - COPAGEN L'herbe Folle La PLANETE Le MONDE et MOI Le cabas Noir Les Amis de la Terre Les Amis de la Terre Landes Les Amis de la Terre-groupe Périgord Les Jardiniers de LA BRESSE Vosges Les jardins de Sillac Les Sorgues Vertes Ligue des Droits de l’Homme (ou LDH) “Loupian et les communes du nord du bassin de Thau” Loiret sans OGM Maison de la semence de la Loire MITCC Yang Sheng Dao MNLE Réseau Homme&Nature Nord Pas-de-Calais Mouvement de l'Agriculture Bio-Dynamique Mouvement des faucheurs volontaires d'ogm Mouvement Interégional des AMAP N'avalez pas nos vallées Nature & Progrès 43 Nature et Progrès Nos Campagnes Sans OGM de l'Anjou OGM Dangers OGM NON MERCI 01 Orliénas Demain Quetigny environnement REFEDD Relocalisons Rencontre des Médecines Rés'OGM Info Réseau Cohérence Réseau Environnement Santé Réseau Semences Paysannes Réseaux citoyens de Saint-Étienne Responsible Fishing Alliance Revue Écologie & Politique Ruralimage Stop OGM Drôme Syndicat des producteurs de Chanvre d’Aquitaine Syndicat SIMPLES Terra Vitae Théâtre de L'Espoir Toulemondilaibio Union Démocratique Bretonne Union Nationale de l’Apiculture Française Veille au Grain Vigilance OGM 18 Vigilance OGM 21 vigilance OGM 69 Vigilance OGM 81 vigilance OGM de Poitou-Charentes WWF Yves MICHEL éditions Zerogm 42 Soil Association et GM Cymru

Texte de la pétition

La publication de l’étude toxicologique à long terme par l’équipe du professeur Gilles-Eric Séralini conclut à la toxicité d’un maïs OGM tolérant au Roundup (NK603) et du Roundup lui-même, l'herbicide le plus utilisé au monde. Face à la gravité des conséquences sanitaires possibles, les sous-signés soutiennent les organisations signataires qui
  • s’inquiètent, et ce d’autant plus qu’elles constatent que les principales critiques de cette étude proviennent des membres des comités d’évaluation à l’origine de l’autorisation dudit maïs.
  • demandent donc la suspension provisoire des autorisations du maïs NK603 et du Roundup.
  • demandent la transparence sur les études d’évaluations des risques sur la santé et l’environnement ayant conduit à l’autorisation (culture ou importation) dans l’Union européenne des OGM et des pesticides.
  • exigent la communication des données brutes de ces études sur un site public en ligne et sous une forme exploitable statistiquement, pour permettre à l’ensemble de la société civile de réaliser ou commanditer toute contre-expertise.

 

Signer !

credible

Les champs marqués d'une * sont obligatoires

J'ai un compte

Adresse électronique *
Mot de passe *
credible

Je signe sans compte

champs obligatoires
Nom *
Prénom *
Courriel *
Code postal *
Commune *
Pays *
champs facultatifs
Profession
Adresse

(Cyberactions et journal des bonnes nouvelles) Si vous les recevez déjà, pas besoin de cocher cette case.

Je souhaite que mes coordonnées (nom | prénom | code postal | commune | profession) ne soient pas visibles sur le site de cyberacteurs. Elles seront juste collectées afin de figurer sur le document au format PDF envoyé au(x) destinataire(s) de la pétition.


 

49 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

 

pour le roud up, j'ai trouvé quelque chose qui peut âraitre dérisoire : je retourne les vaporisateurs pour que les gens ne le rentrouvert pas de suite;
ça peut calmer les réflexes primaires !!!
et puis je vois un responsable de rayon et lui dit mon étonnement que ce produit toxique soit encore en rayons

allez, on y croit !

YAG
22/03/2016 - 16:50:45

Souvenirs et retours du procès GE Séralini vs JCJaillette/Marianne 25 septembre 2015 TGI Paris ...


Ayant une longue route à faire pour rejoindre la Bretagne, mes collegues et moi-même n'avons pas pu attendre la fin de l'audience qui avait lieu le vendredi dernier à la 17e chambre correctionnelle, dite la 'chambre de la Presse'. Ce qui est une chambre spécialisée en matière de contentieux des médias au tribunal de grande instance de Paris. D'ailleurs c'est dans cette même salle d'audience au Palais de justice, 4 Boulevard du Palais, 75001, que sont traitées justement les affaires de Dieudonné M'bala M'bala et Alain Soral …

Le litige oppose Gilles-Eric Séralini, professeur de biologie moléculaire à Jean-Claude Jaillette du journal Marianne. Ce journaliste écrit dans le numéro de Marianne du 29 septembre 2012 que l’étude de toxicité à long terme du Roundup et d’un OGM tolérant à cet herbicide de Monsanto, [1] réalisée par l’équipe du chercheur, était une «fraude scientifique». [2] L'assertion est rapportée à partir des propos tenus par un certain Henry I Miller, lobbyiste pro-OGM dans le magazine américain Forbes [3], et grand défenseur de la DDT, de la nicotine et des insecticides néonicotinoïdes et ennemi déclaré du principe de précaution [4].

Notons que l'accusé, qui est l'auteur d'un livre - 'Sauver les OGM' (Hachette ©2009) - devient en quelque sorte le lampiste. Puisque Maurice Szafran, qui est l'un des principaux actionnaires (31 % du capital en 2013) de Marianne avait annoncé le 6 novembre 2013, qu'il quittait ses fonctions de PDG del;hebdomadaire [5] et que l'autre co-fondateur et l'ancien PDG du magazine, Jean-François Kahn - alias François Darras ou Serge Maury – et frère d'Axel Kahn scientifique pro-ogm - avait déclaré à la rédaction du journal en mai 2011 qu'il mettait fin à ses fonctions de journaliste. Ceci suite à l'affaire DSK (Cf. «troussage-de-domestique»). [6]

Ambiance feutrée, surveillée par un gendarme agité qui guettait le moindre geste d'une assistance pas trop nombreuse. Difficile de capter les paroles de mesdames la juge et la procureure puisque - bizarrement - ces magistrats travaillent sans microphone. Mais à travers d'une intervention alambiquée du représentant du ministère public chargé de la poursuite en justice et qui a requis le relaxe pur et simple, on a pu apprendre que, pour diffamer en tout sécurité en France, il suffit de mettre entre guillemets des propos diffamatoires venant d'une tierce personne. Ça ouvre des possibilités ! Quant à Gilles-Eric Séralini. il a pu rebondir devant FR3 sur le perron du tribunal le soir tombé après le procès. [7] Opération de communication du CRIIGEN bien réussie !

L'impression générale a priori : l'image d'un élève en position d'infériorité devant son proviseur, le spectacle d'un homme plutôt dévoué à l'intérêt public supérieur et obligé de se justifier devant une justice qui n'est pas exactement en odeur de sainteté et volontairement ignorante de la problématique des OGM. Mais madame la juge semble avoir un peu potassé le dossier. Ses questions au moins permettaient au professeur Séralini de bien exposer le fond du problème des conflits d'intérêt et des lacunes réglementaires en matière de santé publique.

L'audience fut retardée. Par conséquent Paul Deheuvels [8] a dû partir en laissant son témoignage sous forme d'une attestation. Il s'agit de professeur de statistique à l'université Pierre-et-Marie-Curie depuis 1978, élu membre de l'Académie des sciences (section des Sciences mécaniques et informatique) en 2000 et qui, en tant qu'académicien et normalien, a soutenu l'équipe de Séralini et al. dans leur démarche en 2012.

Chercheur en évaluation des risques sanitaires à l’Institut national de l'environnement industriel et des risques (INERIS) co-fondateur et président du Réseau Santé Environnement, comme ses collaborateurs le Dr Claude Lesné et le Professeur André Picot, André Cicolella est un lanceur d'alerte. Ce chimiste et toxicologue a fait de la jurisprudence quand, en octobre 2000, après six années de procédure, la Cour de cassation l'a rétabli dans ses droits en reconnaissant le caractère abusif de son licenciement et reconnaît pour la première fois en France dans son arrêt la nécessité de «l’indépendance due aux chercheurs». [9]

On a remarqué aussi l'engagement citoyen de Joël Spiroux de Vendômois, co-auteur et directeur adjoint de l'étude, président du Criigen (Comité de recherche et d'information indépendant sur le génie génétique) et qui. exerçant en médecine générale libérale et avec une formation agricole, [10] pouvait témoigner de sa 'motivation profonde' en tant que practicien impressionné voire écoeuré par l'explosion des 'maladies de civilisation'.

Nous n'avons pas pu rester pour écouter le professeur Charles Sultan, grand specialiste en endocrinologie pédiatrique. [11] J-C Jaillette fut appuyé par, comme témoin, Marc Mennesier, ingénieur agricole, adjoint au responsable du service France, Figaro-Economie, responsable de la rubrique "Jardin" du Figaro.fr et journaliste scientifique qui ne jure que par la science selon Gérard Pascal ! [12] On a constaté la présence dans la salle de Gil Rivière-Wekstein. Le plumitif du blog pro-pesticides 'Agriculture & Environnement' [13] prenait des notes copieuses concernant les prestations de l'accusé mais, s'agissant d'autres dépositons, semble avoir été frappé de la crampe des écrivains ! Suivant le ministère de la culture et de la communication, Marianne a perçu 1 504 222 euros d'aides financières de l'État en 2012 [14]. Deux quotidiens - Le Monde et Le Figaro - sont les mieux lotis, avec respectivement 18,2 et 18,6 millions d'euros versés. [15]

Le jugement sera rendu le 6 novembre prochain.

Notes

[1] Séralini, Gilles-Eric; Clair, Emilie; Mesnage, Robin; Gress, Steeve; Defarge, Nicolas; Malatesta, Manuela; Hennequin, Didier; De Vendômois, Joël Spiroux (2012). "Long term toxicity of a Roundup herbicide and a Roundup-tolerant genetically modified maize". Food and Chemical Toxicology 50 (11): 4221–31. doi:10.1016/j.fct.2012.08.005. PMID 22999595. (Retracted) (Republished in Environmental Sciences Europe, 24 June 2014). Séralini, Gilles-Eric; Clair, Emilie; Mesnage, Robin; Gress, Steeve; Defarge, Nicolas; Malatesta, Manuela; Hennequin, Didier; de Vendômois, Joël. "Republished study : long-term toxicity of a Roundup herbicide and a Roundup-tolerant genetically modified maize". Environmental Sciences Europe 26 (1): 14. doi:10.1186/s12302-014-0014-5.

[2] OGM : Lepage et Séralini veulent faire taire «Marianne» Jean-Claude Jaillette 17 janvier 2013
http://www.marianne.net/OGM-Lepage-et-Seralini-veulent-faire-taire-Marianne_a225814.html.  

[3] «We were mistaken about Séralini. The experiments reported last week show that he has crossed the line from merely performing and reporting flawed experiments to committing gross scientific misconduct and attempting fraud. Séralini claimed that his experiments found harmful effects, including a high incidence of tumors, in laboratory rats fed genetically modified corn and/or water spiked with the commonly used herbicide, glyphosate. The treatments lasted for two years. There is so much wrong with the experimental design that the conclusion is inescapable that the investigators intended to get a spurious, preordained result ...». Scientists Smell A Rat In Fraudulent Genetic Engineering Study by Henry I Miller and Bruce Chassy September 25, 2012
http://www.forbes.com/sites/henrymiller/2012/09/25/scientists-smell-a-rat-in-fraudulent-genetic-engineering-study/'  

[4] Henry I Miller http://www.sourcewatch.org/index.php/Henry_I._Miller.  

[5] Crise à "Marianne", qui perd son PDG 06 11 2013 http://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2013/11/06/maurice-szafran-quitte-ses-fonctions-de-pdg-de-marianne_3509485_3236.html#jLEUrkU38UdBwGTd.99.  

[6] Jean-Francois Kahn n'est plus journaliste 26 mai 2011 http://www.lejdd.fr/Medias/Presse-ecrite/Actualite/Jean-Francois-Kahn-intervient-pour-la-derniere-fois-dans-Marianne-vendredi-320473?sitemapnews.  

[7] Cf. la vidéo du professeur en bas de cet article d'Elise Ferret Plainte en diffamation du professeur Seralini : relaxe requise pour le magazine Marianne et son journaliste Publié le 26/09/2015, mis à jour le 28/09/2015 | http://france3-regions.francetvinfo.fr/basse-normandie/plainte-en-diffamation-du-professeur-seralini-relaxe-requise-pour-le-journaliste-de-marianne-816259.html.  

[8] Paul Deheuvels. Séralini : 140 scientifiques répliquent à l'Académie 14 novembre 2012 http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2012/11/séralini-140-scientifiques-répliquent-à-lacadémie.html.  

Étude de Séralini sur les OGM : pourquoi sa méthodologie est statistiquement bonne Par Paul Deheuvels Membre de l'Académie des Sciences Publié le 09-10-2012 à 11h00 - Modifié le 07-10-2012 à 16h54 http://leplus.nouvelobs.com/contribution/646458-etude-sur-les-ogm-une-methodologie-statistiquement-bonne.html.  

[9] André Cicolella : un lanceur d'alerte en guerre contre les toxiques Nathalie Quéruel Santé & Travail n° 085 janvier 2014 http://www.sante-et-travail.fr/andre-cicolella-un-lanceur-d-alerte-en-guerre-contre-les-toxiques_fr_art_1278_66788.html.  
Cf. aussi : Documentation medicale : http://contrelincinerateurcorse.o-zi.com/spip.php?article46.  
Documents de l'Association Toxicologie CNAM http://atctoxicologie.free.fr/index.php?page=archi2.  

[10] Le Dr Joël Spiroux de Vendômois Président CRIIGEN Médecin généraliste - Evreux
http://www.criigen.org/membre/60/display/Dr-Joel-Spiroux-de-Vendomois-President-du-CRIIGEN.  

[11] Charles Sultan – Professeur en Endocrinologie Pédiatrique Responsable du groupe INSERM CHU de Montpellier 34295 … http://www.criigen.org/membre/26/display/Pr-Charles-Sultan-Endocrinologie-pediatrique.   Voir CV.
Pr Charles Sultan : Perturbateurs endocriniens et puberté précoce chez la fille … Published on 30 Sep 2014 ... Intervention du Pr Charles Sultan, endocrinologue au CHU de Montpellier sur les perturbateurs endocriniens et la puberté précoce, lors de la table-ronde "Perturbateurs endocriniens : effets et mécanismes d’action de la conception à la maturité" organisée par WECF le 10 avril 2012 à l'Assemblée nationale. https://www.youtube.com/watch?v=Z92uCYupP7s.  

[12] Gérard Pascal adepte de l'absurdité scientifique dite «le principe del'équivalence en substance», utilisé par Monsanto et al. pour justifier l'innocuité de leurs bricolages transgéniques. Cf. Beyond Substantial Equivalence Erik Millstone, Eric Brunner & Sue Mayer Nature 401, 525-526 (7 October 1999) | doi:10.1038/44006 http://www.nature.com/nature/journal/v401/n6753/full/401525a0.html.  

[13] Gil Rivière-Wekstein est membre de l’AFJA (Association Française des Journalistes Agricoles) qui compte près de 200 membres
associés dont la moitié est composé de personnes actives dans des organisations professionnelles ou entreprises et dont l’activité est liée au monde agricole ou agro-alimentaire : Ministère de l’agriculture, Coop de France, FNSEA, l’UIPP, (Union des Industries de la Protection des Plantes, avec Bayer, BASF et Monsanto entres autres). En clair, les fabricants de pesticides et d’OGM ....

[14] Subventions : Marianne https://fr.wikipedia.org/wiki/Marianne_(magazine).  

[15] Aides à la presse : «Le Monde» et «Le Figaro» sont les mieux dotés Le Monde/AFP 12.12.2013 http://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2013/12/12/aides-a-la-presse-le-monde-et-le-figaro-sont-les-mieux-dotes_4333547_3236.html.  

Paul M.
29/09/2015 - 08:33:11

Les "études" des fabricants, limitées le plus souvent à deux mois, ne trouvaient rien, par-ce qu'ils ne voulaient surtout rien trouver.
avec ce genre de "recherches" l'amiante, la dioxine, et la syphilis seraient inoffensifs.
G-E.Séralini, quelles que soient les imperfections, s'il y en a, de son étude est beaucoup plus crédible...

S.Arnaud
22/11/2012 - 12:51:24

Tout d'abord oui à l'inerdiction même provisoire.j'ai signé des deux mains......
Un grand merci à G-E SERALINI.
Enfin un scientifique clairvoyant et honnète,comme quoi rien n'est perdu.
Je suis un peu surpris que la traçabilité sur les OGM ne soit pas complètes, il y a encore des produits industrielles non traçés ?
Connaissant la dangerosités des OGM dans notre alimentation, une campagne d'information à grande echelles sur l'opinion publics pour l'incités à ne plus conssomés ne serait-il pas le meilleur moyen de mettre en péril ces multinationales....
Je suis cuisinier de metier et je chasse depuis longtemps tout ces produits dangereux pour l'homme. Enormèment décus que nos états qui ne légifères pas sur les produits résponsables, je ne pense pas qu'aux OGM, mais aussi:
Les huiles hydrogènées.
Les beurres concentrés.
Le glutamate 621.
Et surtout la bète noir de l'obésité mondial LE SIROP DE GLUCOSE-FRUCTOSE (maïs et blé)
Je ne jète pas la pierre sur l'industries agroalimentaire,ils sont capables de répondres à la demande.....
Jambon sans phosphates.
huiles non hydrogénées,sans harachides et sans OGM.... et oui tout est encore possible
le dialogue et surtout l'information.
Merci à toutes l'équipe de CIBER@ction

lecuistodumidi
21/11/2012 - 19:27:37

Merci à M Seralini

J'ai signé la pétition (pour nos enfant),

Pourtant, le développement des cancers fera baisser l'espérance de vie...

N'est-ce pas là la solution au financement des retraites sur le long terme (les OGM, les perturbateurs endocriniens qui semblent légion, les pesticides, les téléphones portables, les relais GSM, ...etc, etc...) ??

Effectivement, comme l'indique M Lacroix,

la solution est là : contraindre les "experts" à assurer leur responsabilité civile professionnelle.

Concernant les OGM, comme d'ailleurs les pesticides (ou même les ondes), tout événenement non aléatoire n'étant pas assurable, aucune compagnie d'assurance ne se hasardera à garantir ce type de risque.

CQFD
Les hommes politiques en auront-ils le courage ?

marc69
25/10/2012 - 20:53:40

Le 24 octobre 2012,

Tout d'abord, merci à M. SÉRALINI pour son excellent travail. Dans notre pays, il faudrait un peu plus de scientifiques de sa trempe, de scientifiques LIBRES ET RESPONSABLES.

La seule vraie question , dans le dossier des OGM, comme pour toutes les problématiques qui mettent en cause en particulier l'environnement et la santé, c'est l'irresponsabilité parfaitement organisée, des "experts" dont les rapports servent de base aux décisions des (i) "responsables" politiciens d'une part, de l'administration d'autre part.

Le "loi 2000-647 , dernière mouture dans ce domaine, les exonère par avance de toute responsabilité les experts désignés par les instances officielles ( sauf, en cas de faute directe et INTENTIONNELLE !!!) .

L'ÉTAT, depuis des lustres, n'a plus les moyens de se payer des experts indépendants des lobbies économiques.
Les conflits d'intérêts sont légion et la démonstration en est faite de puis longtemps.

Actuellement, lorsqu'un problème survient , lorsqu'au terme d'un parcours de combattant épuisant devant les juridictions, si une condamnation survient, l'ÉTAT condamne alors tous les contribuables à payer les dégâts dont ils ne sont pas responsables.

La solution la plus simple, me semble-t-il, la plus efficace, serait de contraindre les "experts" à assurer leur responsabilité professionnelle, comme n'importe quelle entreprise et, comme les citoyens obligés eux, d'assurer leur responsabilité civile .

Une telle obligation les rendrait à coup sûr, plus précautionneux.

Concernant les OGM la chose est simple; il n'y a pas de probabilité d'un risque acceptable pour la santé des espèces vivantes! Le danger est avéré!! . Aucune compagnie d'assurance ne se hasardera à garantir le risque OGM.

La loi 2000-647, adapté par le parlement à l'initiative du gouvernement JOSPIN, doit être abrogée dans les meilleurs délais. Non seulement ce gouvernement là a privatisé plus qu'aucun autre , à continué à endetté le pays, mais il a aussi autorisé l'introduction d'OGM dans notre alimentation, sans que nous en soyons prévenus, dès lors que la concentration est inférieure à 0,9 % .

Les néo-libéraux de droite comme de gauche n'ont que faire de notre santé. Leur mépris du "PEUPLE" , ce qui n'exclut pas quelques exceptions .

Meilleures salutations citoyennes à tous ceux qui prendront le temps de lire ce message.

Gérard LACROIX.




Néo-libéralisme égale irresponsabilité.

Gérard LACROIX

gérard LACROIX
24/10/2012 - 21:00:19

Il faut exiger la démission en bloc de tous ces pseudos organismes chargés de notre sécurité alimentaire et autres(Afssaps, Anse etc) Il sont tous noyautés, vérolés par les représentant des multinationales. Honte à ces hommes et ces femmes qui acceptent de mettre notre santé en danger contre une poignée de pièces d'or...

mathias
24/10/2012 - 10:02:12

Lettre ouverte au Premier Ministre, aux Ministres de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt, de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, des Affaires sociales et de la Santé

Paris le 17 octobre 2012

Monsieur le Premier Ministre, Mesdames les Ministres, Monsieur le Ministre,

Suite à la publication par l'équipe de Gilles-Eric Séralini d'un article dans la revue Food and Chemical Toxicology [1], le gouvernement a demandé à l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l' environnement et du travail (ANSES) et au Haut Conseil des Biotechnologies (HCB) par saisine en date du 24 septembre 2012 [2] de :
1. « déterminer si elle est de nature à remettre en cause ou non les conclusions des évaluations précédentes sur cet OGM et notamment si elle peut être considérée comme conclusive quant au risque sanitaire » ;
2. « déterminer si elle est de nature à remettre en cause ou non les conclusions des évaluations précédentes de l'ANSES sur l'herbicide Roundup » ;
3. « évaluer si le protocole mis en oeuvre et les conclusions de cette étude remettent en cause les lignes directrices actuelles ou à venir en matière d'évaluation des risques sanitaires ».
Les associations soussignées issues de la société civile souhaitent apporter leur contribution à ces questions de société qui ne peuvent être réservées aux seuls experts scientifiques.
Sur la question n°1, il convient tout d'abord de constater qu'aucune étude de toxicologie similaire sur la vie entière de rats n'a été réalisée auparavant. Attendu que l'étude de Gilles-Éric Séralini, dite «in vivo», soulève des questions pertinentes sur la toxicité chronique et non seulement aiguë et sur la toxicité des faibles doses et des mélanges, elle remet en cause les conclusions des évaluations précédentes qui se sont toutes arrêtées avant d'étudier ces questions. Les études à plus de deux ans auxquelles se réfèrent souvent les détracteurs de l’étude «in vivo», portent soit sur des espèces animales ayant des vies plus longues que les deux ans de vie des rats, rendant ces études non représentatives de toxicité chronique sur vie entière, soit sur des études nutritionnelles et non sur des études toxicologiques (avec analyses de sang, analyses d’urine, dosages hormonaux, prélèvement d’organes pour études anatomiques-pathologiques, ...etc).
Sans prétendre intervenir dans les controverses scientifiques soulevées par l'étude « in vivo », force est de constater que les études présentées par les firmes qui ont obtenu des autorisations de commercialisations de plantes transgéniques montrent toutes encore plus de faiblesses que celles qui sont reprochées à l'étude « in vivo ». Ces évaluations sont donc remises en cause non seulement par l'étude «in vivo», mais plus encore par les critiques à son encontre avancées par ses détracteurs.
Sur la question n°2, les résultats de l’étude « in vivo » sur la toxicité de l'herbicide Roundup sous sa formule commerciale sont en totale conformité avec d'autres résultats scientifiques publiés (notamment par l’équipe du Professeur Bellé de Roscoff [3] et tout récemment par Mesnage et al. [4]). Les conclusions des évaluations précédentes par l'ANSES sont donc à reconsidérer. Ce travail doit être confié à des experts indépendants de tous liens directs ou indirects avec ceux qui ont validé l'autorisation de cet herbicide. D’autant plus que leur évaluation a porté sur son seul principe actif (le glyphosate) et non sur les formules commerciales comprenant les adjuvants indispensables à son action effective et qui peuvent jouer un rôle important, y compris synergique.
Sur la question n°3, à l'instar des remarques du comité scientifique du HCB sur les dossiers de demandes d'autorisation, nous constatons que tant les intervenants de l'étude «in vivo» que ses détracteurs dénoncent la trop faible puissance statistique des études faites par les entreprises. Il est également acquis au débat public que les lignes directrices d'évaluation des OGM doivent être revues comme l’a déjà demandé en 2008 à l’unanimité de ses membres le Conseil européen des ministres de l’environnement. La nouvelle proposition de règlement sur ces lignes directrices actuellement discutée comporte un flou quant à l'obligation faite aux entreprises de conduire des analyses autres que celles de comparaison de composition : les analyses de toxicologie ne sont plus exigées dans de nombreux cas. Les autorisations précédemment données sur les OGM et sur le Roundup doivent donc être retirées en l'attente de données conformes aux standards de bonne pratique scientifique et la proposition de règlement sur les lignes directrices d'évaluation sur les OGM doit être clarifiée.
Nos associations vous rappellent que la question des OGM ne se limite pas aux seuls enjeux sanitaires liés intimement aux conditions environnementales, même s'ils sont d'une importance primordiale. Elle comporte aussi des enjeux juridiques (appropriation de la totalité des semences par les brevets), économiques (concentration des entreprises semencières, ...etc), environnementaux (dissémination, perte de biodiversité, ...etc), politiques (perte d'autonomie des agriculteurs et de souveraineté alimentaire des peuples), et éthiques. La révision des procédures d’évaluation doit donc aussi permettre d’y ajouter un volet économique, éthique, écologique et social.
Quels que soient les avis des experts scientifiques, dont certains ont régulièrement noté les insuffisances profondes des dossiers présentés par les entreprises, c'est aux seules instances politiques que revient la charge d'accorder ou non ces autorisations. En vertu de la Constitution qui impose de respecter le principe de précaution [5], elles doivent aujourd'hui les suspendre jusqu'à ce que des études indépendantes des firmes commerciales et des experts qui ont validé les précédents dossiers et disposant des moyens financiers suffisants, permettent de répondre aux questions remises au cœur du débat par les travaux de l'équipe de Gilles-Eric Séralini.
Enfin, nous trouvons inadmissible que les données brutes des études de toxicologie, qui ont permis les autorisations de mise sur le marché des OGM, pesticides et autres xénobiotiques, soient couvertes par le secret industriel, alors que l'impact de ces produits concerne au plus haut point la santé de l'ensemble des populations. Nous vous demandons à nouveau de faire en sorte que ces données soient rendues publiques sous une forme exploitable statistiquement.

Monsieur le Premier Ministre, Mesdames les Ministres, Monsieur le Ministre, nous vous assurons de nos meilleurs sentiments.

Alliance internationale Terre citoyenne, Amis de la Terre, AITEC, ATTAC, Collectif Appel de la Jeunesse, Collectif national des Faucheurs et Faucheuses volontaires, Confédération Paysanne, CNMSE (coordination nationale médicale santé environnement), E3D (écologie developpement durable démocratie), Fédération nationale des CIVAM, FNAB (Fédération Nationale de l'Agriculture Biologique), Fondation Sciences Citoyennes, Génération Futures, Greenpeace, Fédération Nature et Progrès, OGM Danger, Réseau Semences paysannes, Syndicat Simples
ASR (Action Solidarité Rurale), ADENY (Défense de l'environnement et de la nature de l'Yonne), Agrobio Périgord, Amies (association des médecins indépendants pour l’environnement et la santé publique-Montpellier), Autun Morvan Ecologie, ARPE (association réflexion, propositions pour l'environnement 69), Buez an Douar, Collectif Citoyen Bretagne sans OGM, Collectif Béarn pour un moratoire OGM, CLVC UD 75 (consommation, logement et cadre de vie), Collectif anti-OGM 66, Collectif Vigilance OGM 21, Collectif vigilance OGM 69, Follavoine PACA, Loiret sans OGM, Maison de la Semence de la Loire, Réseau Agriculture durable, Rés'OGM info, Réseaux citoyens de St-Etienne, Ruralimages, Station de Recherche Pluridisciplinaire de Metz, Zéro OGM 42.

[1] Long term toxicity of a Roundup herbicide and a Roundup-tolerant genetically modified maize G.-E. Séralini et al. Food and Chemical Toxicology Vol. 50, Issue 11, Novembre 2012, pp. 4221–4231
[2] http://www.hautconseildesbiotechnologies.fr/IMG/pdf/Saisine_2012-09-28-201801.pdf  
[3] R. Bellé et al. Letter to the editor: toxicity of Roundup and glyphosate. J Toxicol Environ Health B Crit Rev. (2012) 15(4):233-5
[4] R. Mesnage et al. Toxicology. Septembre 2012.
[5] En février 2005 le Parlement réuni en Congrès a inscrit dans la Constitution la Charte de l'Environnement, installant par là même le principe de précaution (art. 5) au niveau le plus élevé de la hiérarchie des normes juridiques : « Lorsque la réalisation d'un dommage, bien qu'incertaine en l'état des connaissances scientifiques, pourrait affecter de manière grave et irréversible l'environnement, les autorités publiques veilleront, par application du principe de précaution, et dans leurs domaines d'attribution, à la mise en œuvre de procédures d'évaluation des risques et à l'adoption de mesures provisoires et proportionnées afin de parer à la réalisation du dommage. »

Alain Uguen
23/10/2012 - 15:12:57

Réaction de Générations Futures sur l’avis de l’Anses sur l’étude de Gilles Eric Seralini sur l’OGM NK 603 et sur le RoundUp GT Plus

Générations Futures regrette que l’ANSES réfute les conclusions de l’étude de Gilles Eric Seralini, notamment à cause de la faible taille des groupes de rats testés, sans reconnaître que les études ayant permis l’homologation du NK 603 et du RoundUp GT Plus ont elles aussi été réalisées sur des effectifs de même taille et sont donc aussi faibles statistiquement. De plus GF rappelle que les effets chroniques à long terme de ces deux produits n’ont pas été testés par la firme Monsanto alors que l’étude de G E Séralini a justement , elle, l’avantage d’évaluer ces effets sur le long terme. Considérant ces points, l’Agence sanitaire devrait demander la suspension immédiate de l’homologation de ces deux produits, ce qu’elle n’a pas fait.

Néanmoins, GF note que l’ANSES reconnait «l’originalité» de l'étude du Pr Séralini «qui aborde un sujet jusqu’ici peu étudié : celui des effets à long terme des OGM associés aux préparations phytopharmaceutiques». L’Anses «recommande» donc «d’engager des travaux sur ces questions» et «appelle à la mobilisation de financements publics nationaux ou européens dédiés à la réalisation d'études et de recherches d’envergure visant à consolider les connaissances sur les risques sanitaires insuffisamment documentés». Générations Futures, qui a été auditionné par l’Anses en la personne de François Veillerette , salue néanmoins cette avancée, cependant insuffisante.

En effet, GF a demandé lors de cette audition que des évaluations systématiques des effets chroniques soient réalisés pour tous les OGM et les pesticides commercialisés et ce dans le processus ordinaire d’évaluation de ces produits, et non à titre expérimental pour quelques produits seulement. GF regrette cependant que l’ANSES n’aille pas jusqu’à demander une évaluation systématique de la toxicité chroniques des OGM et des pesticides en formulation.

« Il est scandaleux que des produits aussi préoccupants que des OGM et des pesticides ne fassent pas l’objet d’une évaluation systématique de leurs éventuels effets chroniques. » Déclare Francois Veillerette, porte parole de Générations Futures « C’est le laxisme des évaluateurs qui pendant des années ont toléré de tels manques qu’il faut pointer du doigt aujourd’hui et non le travail de M Séralini qui a eu l’immense mérite de faire prendre conscience de ces manques. Il faut maintenant que l’étude de M Séralini soit dupliquée, que Monsanto communique toutes les données issues de ses propres études et que l’évaluation des effets chroniques des OGM et des pesticides formulés devienne systématique et exigible dans tout dossier d’homologation » Ajoute t’il. Contact : François Veillerette : 06 81 64 65 58 Nadine Lauverjat : 06 87 56 27 54

Alain UGUEN
22/10/2012 - 16:47:36

It is time to call 'Time' on the Monsanto, Bayer, Syngenta et all 'placemen' on the committees, directorates, panels and other food and pesticide decision making agencies and replace them with independent experts in the disciplines relevant to these bodies. The growing number of exposures of criminal 'conflicts of interest' of officials in the above mentioned bodies demonstrates that a clean sweep is required to root out such officials in order to achieve a fair, honest, objective and democratic ruling on the safety and health issues relative to GMOs and agricultural chemicals

Alexander
17/10/2012 - 15:59:56

Quand une analyse est faite par un laboratoire dépendant d'un fabricant, elle ne peut en général être juste. Par contre si elle est faite dans un laboratoire indépendant, il ne peut y avoir aucun problème de représailles si la vérité est proclamée.Des critiques et contradictions de ceux qui désirent la mise sur le marché du produit en question, il y en aura. A nous tous de nous souvenir que dans ce monde actuel l'argent et la corromption dominant, nous ne devrions pas croire tout ce qui nous est dit. Pour moi, les OGM sont dangereux.La nature n'a pas été mal conçue puisqu'elle nous a donné tout ce dont les humains avaient besoin jusqu'à maintenant. A-t-on besoin de la recréer en jouant aux apprentis sorciers?Il n'est pas difficile de voir que plus rien ne fonctionne normalement, quel que soit le domaine. Et c'est notre oeuvre, à nous "humains"

Mimi
15/10/2012 - 23:44:25

j'ajoute science sans clairvoyance ni bonne gouvernance n'est que ruine ....
je ne trouve pas dans les comments une référence à l'OMS - j'ai du parcourir trop vite ou bien OMS pas concerné - isn't ? JVG société savante vogsavarelamer

GABET
13/10/2012 - 08:16:17

" L 'Homme est bon ,mais le veau est meilleur"
B Brecht

Dr Federmann Georges Yoram
11/10/2012 - 08:19:58

Je signe malgré tout, même si le mot "provisoire" ne me plait pas du tout, vu "qu'ils" obtiennent satisfaction dans la majorité des cas, profitant de la stupide confiance que les gens ont encore dans leurs dirigeants.
La vie, la santé, le respect de l'humain et de l'animal... cela ne dérange aucunement ces humains aussi humains que des robots à fric...

Quand à moi, je n'arrive toujours pas à avoir la réponse à ma question : le blé qui a été modifié génétiquement pour être moins haut, pour que les moissonneuses-batteuses puissent couper net la tête de l'épi....
Qui en a parlé dans les années...60 ?*
Quelles études scientifiques et publiques ont été faites pour étudier l'impact de ce blé qui constitue pourtant la base "de notre pain quotidien"...et des autres... ?
Tout ceci allié discrètement et volontairement à tellement d'autres "saloperies" glissées "légalement" dans notre nourriture et nos corps...
Ce n'est pas être conspirationiste que d'affirmer qu'on est vraiment des cobayes, c'est simplement la vérité vraie !
Il serait bien temps qu'on réagisse enfin, et FERMEMENT!

cunegonde
10/10/2012 - 23:26:05

Support to G E Seralini.

I am a retired biologist and strongly concerned by biotechnologies and patents on living organisms.
Results from G E Seralini were needed to understand more deeply what we are doing on mid and longt term when we modify the usual functionality of cell biology with GMO.
My first surprise is that, as Seralini's results are published in the same scientific review than those of Hammond et al (2006) who aimed to demonstrated that GMO corn from Monsanto ( "was "as safe and nutritious as grain from existing commercial corn varieties"), scientific seriousness of the journal is not to be questionned. So, the only reason for such a reaction is that G E seralini has put forward serious reasons to suspect GMO dangers. No scientific arguments, only lobbies to protect incomes even with dangerous products.
My second reason is that, as a biologist, I am aware of the fact that biology is pure interaction. So, put a molecule in a cell, but don't describe the presumed effect without waiting enough is dangerous. So much interactions can occur which are not in the field you can master.
IT is why my concern is to denounce patenting on living beings.
I have written a book to demonstrate that biotechnological lobbies have imposed live patenting to Europe( 2004). It will be published within few days ("Hold-up sur le vivant- Le bal des sémenteurs". Edition "Sang de la Terre".).
Same interest, same struggle,
Come on G E !
Pierre Sartor.

Sartor Pierre
10/10/2012 - 23:02:50

Enfin une étude sur les risques sanitaires des OGM.
Nous sommes tous cobayes, les rats c'est nous. Les risques de cancers multipliés par 2 ou 3.
Mais ne vous inquiétez pas, MONSANTO vous vendra les médicaments nécessaires à votre chimiothérapie, financés par vos cotisations, via la sécu en déficit chronique non maitrisé.
Si après la vache folle nous avons les semences folles, le scandale dépasse de loin ceux du sang contaminé et de la vache folle réunis.
Merci Monsanto qui veut absolument remenbrer le génome des êtres vivant à son avantage, pour imposer ses semences OGM brévétées à la terre entière, et s'assurer ainsi des royalities durables sur l'alimentation et la production agricole . . .  Bâtir ainsi une multinationale aux profits éternellement renouvelables, tant que les hommes auront besoin de manger . . .
Cela avec la complicité stupide, cupide ou lâche des politiques, des responsables agricoles et de quelques scientistes, apprentis sorciers fous. Merci doctor Follamour. "Science sans conscience n'est que ruine de l'âme" nous avait prévenu Montaigne.
A quand un procès pour traduire devant les tribunaux les responsables et complices de ce hold up sur les ressources génétiques de l'humanité, au risque de causer de graves crises sanitaires et alimentaires parmi les populations, et de polluer de manière durable le génome des semences, patiemment amélioré par des générations de paysans, et adapté à la diversité des terroirs.
A quand la légion d'honneur pour réhabiliter ceux qui, avec courage et lucidité, se sont opposé aux OGM, au risque d'être traduits devant les tribunaux et envoyés en prison, pour avoir tenté d'ouvrir les yeux de leurs contemporains sur un grave danger.
Exigeons la légion d'honneur pour honorer les faucheurs volontaires, ces résistants des temps modernes, qui ont été traités comme des tueurs en séries, avec d'humiliants prélèvements et fichages génétiques, pour s'être levés afin de défendre la souveraineté alimentaire des peuples et la qualité sanitaire de notre alimentation. Grâce à eux, la France est jusque là relativement épargnée par la pollution génétique, comparativement à la plupart des autres pays, même si, lorsqu'on achète viande, beure ou lait, l'étiquetage ne permet pas aux consommateurs de savoir si les produits qu'ils achètent sont issus d'alimentation OGM importée ou non.

"Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui regardent sans rien faire"       Albert Einstein

 

MIDEN
10/10/2012 - 21:50:37

Confier la gestion de l'agriculture à des scientifiques, c'est comme confier celle de la faune à des braconniers...

bernard
10/10/2012 - 14:16:56

Salut !
Il serait bon de faire un petit rappel pour que tout le monde comprenne un peu mieux la demande de moratoire...
Les accords de l'OMC signés depuis plus de dix ans contraignent les pays à la commercialisation de tout produit d'un autre pays membre de l'OMC.
Pour l'UE aucun pays ne peut seul ne peut décider l'interdiction d'un ou plusieurs OGM, si l'un des pays de l'UE l'autorise les autres sont contraints à moins de publication officielle de la nocivité du produit reconnue par la Commission européenne.
Tout a été prévu il y a déjà longtemps, les dormeurs...
Faut être un peu plus sur le coup quand il se présente, aujourd'hui nous payons le manque de mobilisation contre les accords de l'OMC, l'AGCS en tête.
C'est pourquoi un type qui ne dort pas, lui, se lance dans une opération courageuse, David contre Goliath et confirme une ancienne demande de moratoire, en attendant une ou des études plus poussées qui donneraient raison à ses résultats.
Alors d'accord il faut finir par interdire les OGM hors laboratoire, mais dans la vraie vie il y a des gens qui anticipent et font un boulot de lobbying en faisant voter des lois qui les protègent.
Réveillez-vous un peu, il est tard mais pas trop tard !!!

Lionel
10/10/2012 - 13:40:55

Vu hier soir (09/10/2012)l'audition à lAssemblée Nationale de G-E Seralini.

Accoyer et un autre U.M.P. ( quelque chose comme Jean-Marie Sermier ?) ont tenus des propos dont il est nécessaire de dire qu'ils pourraient être interprétés sans peine comme un net soutien aux promoteurs sans conditions autre que les leurs des OGM alimentaires. Leurs propos que vous pourrez suivre ici (http://www.assemblee-nationale.tv/chaines.html?media=3452&synchro=1736475&dossier=12)et   là (http://www.assemblee-nationale.tv/chaines.html?media=3452&synchro=1736475&dossier=12)   ressemblent à s'y méprendre dans la forme à ceux tenus lors de la défense intensive du Médiator et des laboratoires Servier, dont on a fini par avoir le fin mot, malgré la féroce bataille actuelle que mène les empoisonneurs pour ne pas indemniser leurs victimes. Catherine Lemorton est d'ailleurs intervenue pour souligner cette parfaite ressemblance. Il faut mettre en garde ces deux élus contre la position qui se dessine par leurs propos qui pourraient ni plus ni moins être assimilée à une défense de cet empoisonnement massif potentiel en cours, et dont ils veillaient à la légalité il y a peu encore. La négation de faits, de mots, de paroles voire d'individus, est un procédé qui résonne dans toutes les mémoires anciennes et actuelles comme le glas pour tous ceux qui en ont été victimes.Il n'est jamais trop tard pour ester en justice et demander des comptes à ceux qui par leurs propos et leurs actes favorisent la mise en oeuvre d'une société à orientation mortifère, au prétexte sans cesse "non dit" qu'il y a trop d'individus sur terre, et qu'elle serait si bien sans tous ces humains: les autres!

François RECIF

François RECIF
10/10/2012 - 12:37:58

Pourquoi ne pas faire cause commune avec Corporate Europe Observatory ?

http://corporateeurope.org/news/study-monsantos-gm-maize-intensifies-concerns-about-efsas-reliability-monsanto-strikes-back-pr  

L'UNION FAIT LA FORCE, NON ???

Isabelle
10/10/2012 - 12:05:14

Je reviens sur le commentaire de Geo : oui les recherches sont complexes et doivent être poursuivies. Je suis aussi scientifique et je sais par expérience combien il est facile de cacher des aspects des résultats quand ils ne sont pas conformes à des attentes, et combien le contrôle des variables dans un protocole expérimental est vital pour toute recherche.
D'où oui, la nécessité de recherches plus poussées par des chercheurs indépendants, dans des labos indépendants. Avec des financements indépendants aussi.
Et la transparence des résultats qui puissent être revus par la communauté scientifique. Les enjeux humains et environnementaux me semblent devoir exiger cela.

Jonquille
10/10/2012 - 10:58:04

Non seulement il faut signer la pétition mais il faut l'internationaliser et l'envoyer à Bruxelles. Plus nous serons à travers toute l'Europe à réclamer l'arret des OGM, à hurler contre Monsanto et à réclamer la TRANSPARENCE des études et des résultats, plus nous aurons une chance de faire bouger quelque chose !!
Je souscris à 120% à ce que dit G-E Seralini sur le trucage monstrueux des résultats des tests, sur la captation totale de ces résultats par les multinationales et les états.
Il y a tant d'argent là-dessous que nous devons être le plus grand nombre possible à nous mobiliser. Alors surtout pas d'objection sur le mot arrêt "provisoire", car ce sera un si grand pas face aux lobbies que nous pourrons le fêter pour aller encore plus loin vers l'arrêt définitif.
Et il y a URGENCE car partout nous mangeons des OGM dans les préparations industrielles sans même le savoir !!!

Jonquille
10/10/2012 - 10:40:53

Puisque l'étude du Pr Séralini est jugée insuffisante pour prétendre en tirer des conclusions de nocivité des OGM, qu'elle soit au moins le point de départ d'études encore plus approfondies menées par des Scientifiques INDEPENDANTS. Et qu'en attendant les résultats de celles-ci, le moratoire soit observé au nom du principe de précaution.

Myriam Ditta
10/10/2012 - 10:27:32

J'ai signé la pétition car je suis :
- pour le moratoire sur la culture des OGM
- pour la transparence totale sur (toutes) les études.

En revanche je n'ai pu donner mon opinion dans le cadre du sondage du jdd auquel Cyberacteurs nous a invités à répondre. De grâce, arrêtons ces questionnements stupides (et quelque part manipulateurs) où l'on vous demande d'exprimer une opinion par oui ou par non à une question sur laquelle ("par définition") nous n'avons pas suffisamment d'éléments objectifs pour pouvoir se faire une opinion. Je n'ai pas, en effet, d'éléments suffisamment objectifs pour avoir la conviction que les OGM sont dangereux pour la santé ou non. Et l'étude de Séralini n'est qu'une information supplémentaire, intéressante, mais dont les conclusions sont effectivement discutables (et ses détracteurs, même si leur neutralité est "suspecte", ont des arguments tout à fait recevables). Les manipulations génétiques, malgré les risques avérés qu'elles représentent, sont aussi un énorme potentiel de progrès en matière de santé ou dans le domaine agro-alimentaire. Des technologies à manier avec une extrême précaution mais que l'on aurait tort de condamner a priori.
De mon point de vue (de scientifique de formation que je suis), c'est un cas typique où le principe de précaution doit s'appliquer, mais où l'on doit continuer les recherches, sous (très) haute surveillance.

Geo
10/10/2012 - 10:12:18

Nous n'avons rien supprimé du tout : nous ne supprimons que les messages non signés, les spams ou les messages dont le contenu est contraire à l'éthique. Tu as sans doute du faire une erreur de captcha et ne pas voir dans la fenêtre suivante que ton postage avait échoué.

Bien à toi

Alain

Alain UGUEN
08/10/2012 - 09:38:45

Je ne comprends vraiment pas pourquoi vous n'avez pas voulu publier le commentaire que j'avais posté la semaine passée. Je vous y faisais part de mon refus de signer cette pétition,parce qu'elle se contentait de
suspendre la culture des ogm plutôt que de les arrêter définitivement.Car,bien trop souvent,ils sont dissimulés dans le lait des fromages industriels,ou dans l'huile, les biscuits aussi,sans que cela ne soit indiqué sur les emballages de ces produits.
Or,ils ne sont absolument pas nécessaires, et peuvent nuire à notre santé,déjà bien menacée par plein de poisons pesticidés, évidemment jamais mentionnés sur les emballages.

caramba
07/10/2012 - 20:43:24

Merci à Gilles-Eric Séralini qu'il faut absolument soutenir contre tous ces puissants lobbies, qui essaient de le discréditer.
Oui nous devons exiger des informations transparentes sur le protocole et les résultats des études menées par les labos.
De manière générale ce sont les fabricants qui ont l'argent pour faire des études. Ils peuvent donc taire tous les problèmes rencontrés, comme pour le médiator.
Exigeons que toutes les études soient réalisées par des labos indépendants.
Exigeons encore et encore l'étiquetage des produits, pour pouvoir choisir, décider en toute conscience de ce que l'on veut manger.
Ne rêvons pas, l'interdiction totale des OGM ce n'est pas pour demain, mais nos choix peuvent être déterminants. Rappelons nous du veau aux hormones boycoté.

joëlle
06/10/2012 - 12:14:41

Here's an English translation of G-E Séralini's explosive testimony recently on Cyber@cteurs !

“GMOs and pesticides, food additives (aspartame …) artificial colours, preservatives, chemicals are not tested on humans in clinical trials. What counts for market approval is mammalian blood analysis during lab tests on animals (rats mostly). These are industrial secrets which become state secrets jealously guarded by the Rapporteur State Member (RMS) alloted the task of evaluation. This means experts like Marc Fellous et Gérard Pascal (Cf. their full credentials in this week's Canard Enchaîné) who are the ones deciding what constitutes proof of safety back in August 2003 for the NK603 corn at the Agriculture Ministry, and giving it the green light by writing to the European Commission. They do this without going through the CGB (Commission du génie biomoléculaire) which they should have done, as explained in my books Ces OGM qui changent le Monde (These GMOs changing the World) and Tous Cobayes ! (We're all guinea pigs !). It's the same story for every product, with different experts, or the same (GP), doubtless the same for the absence of testing for unheated meat and bone meal, when the preparatory method was altered (Cf. role of GP ?).

It's absolutely vital to publish the blood test results of rats exposed to glyphosate or Roundup or pesticides. There are 50 different side effects compared to the control group acknowledged by Monsanto (covering themselves legally) and underestimated by Monsanto, disregarded by GP and MF or others at EFSA for the NK 603. In most other instances worldwide it's not even necessary to complete these tests to get market approval. For 50 years these have been inadmissible and unlawful industrial secrets (Health and environment effects must be made public, the tests on rats are the only ones which count in the two risk assessment studies). We need these tests by tackling the Commissions, but especially the Agriculture Minister and the European Commissioner for Agriculture. If the whole chain is transparent, we change society and in particular we free ourselves progressively from GMOs and pesticides. It's your call”.

Paul and Iris
06/10/2012 - 11:35:53

un commentaire pour tous de GE Séralini !

Les OGM et pesticides, additifs (aspartame...), colorants, conservateurs, produits chimiques, ne sont pas évalués sur l'homme en tests cliniques. Les analyses de sang des mammifères après les tests les plus longs et les plus détaillés de ces produits sur animaux (rats l'essentiel du temps), c'est ce qui compte avant tout pour la mise sur le marché. Ce sont des secrets industriels devenus secrets délibérations du gouvernement après acceptation du dossier par les Etats. Ce sont des experts comme Marc Fellous et Gérard Pascal (Merci pour eux au Canard Enchaîné de cette semaine) qui décident qu'ils constituent une preuve d'innocuité en août 2003 pour le maïs NK603 au Ministère de l'Agriculture, en écrivant tout est OK à la Commission Européenne sans passer par le CGB alors qu'ils auraient dû, comme je l'explique dans mes livres Ces OGM qui changent le Monde et Tous Cobayes !. Mais c'est comparable pour tous ces produits avec d'autres experts ou les mêmes (GP), sans doute même pour l'organisation de l'absence de tests pour les farines animales non chauffées, lorsque la technique de préparation change (voir rôle de GP ?).

Il faut absolument faire sortir ces analyses de sang et ceux sur les rats recevantdu glyphosate ou du Roundup ou des pesticides. Il y a là 50 effets significatifs différents par rapport aux témoins reconnus par Monsanto (ils se protègent) et sous interprétés par Monsanto, négligés de même par GP et MF ou d'autres à l'EFSA sur le NK603. Dans la plupart des autres entités du monde, on n'a même pas besoin de produire ces tests pour obtenir l'autorisation de vente. Ce sont des secrets industriels inadmissibles et illégaux depuis 50 ans (les effets sur la santé et l'environnement doivent être publics, les tests sur rats sont les seuls qui comptent pour les deux études de risques). Il faut commencer à faire sortir ces tests en s'adressant aux Commissions mais surtout au Ministre de l'Agriculture et au Commissaire Européen à l'Agriculture. Si tout en chaîne est transparent, nous changeons de société, nous sortons progressivement en particulier des OGM et pesticides. A vous de jouer.

francois
05/10/2012 - 13:26:59

S'il vous plaît ... au moment propice ... envoyer cette petition aux instances europeennes ... A savoir la Commission, le Conseil des ministres et le Parlement ...
Merci à l'avance et surtout merci à Gilles-Eric Seralini et son equipe ...

Paul et Iris
05/10/2012 - 12:10:55

Je signe pour du provisoire OUI.
Il faut faire changer les choses et c'est lentement que les cultures évoluent et que les consciences se forment.
Tout est question de compromis.
Il n'y a pas que du blanc et du noir mais une palette de couleurs.
Il y a des OGMs de laboratoires très intéressant, je citerais ceux qui produisent l'insuline des diabétiques.
Tout ne peut être jeté.
Soyons prudents et vigilant pour se mobiliser lorsque c'est nécessaire (là oui), ne soyons pas excessifs.
Merci
BOB

BOB
05/10/2012 - 11:14:04

Pour la plainte auprès du Médiateur européen (Ref: 1192/2012/DK - S2012-159186 ), j' ai préparé - pendant 2 années mes arguments - pour être le plus clair et convaincant possible. Alors....

un anonyme
04/10/2012 - 22:40:24

Merci également à Iris et Paul

MERELLE
04/10/2012 - 22:36:50

Merci à Bernard, François et Ecrain, pour leurs bon sens et leurs courages...

MERELLE
04/10/2012 - 22:33:06

J' ai signé cette pétition, car - même provisoire, cette demande reste intéressante; Elle permet aussi, d' engager le débat, et pourquoi pas - que La Société Civile - nous les Citoyens, engagions des recours devant les tribunaux; Afin que - peut-être, cette interdiction -devienne définitive...

Ensuite, je vous précises à tous, ceux, qui ont posté des commentaires ( de refus de signer cette pétition ), je suis le citoyen - qui ai oser mettre en ligne des données qui n' auraient jamais dues être à la vue du public. alors, un peu de courage... sinon, on avancera pas.

Qu' enfin, depuis juillet 2012, j' ai entamé une action ( plainte auprès du ) vers le Médiateur européen - lequel, sur mes arguments a ouvert une enquête. Motifs de ma plainte: Décisions d' AMM sur les OGM - non-conformes aux Obligation du Traité ( UE ), Non mise en oeuvre du Principe de précaution relatif aux OGM, et avis de l' EFSA sont dépourvus de force obligatoire - donc non contraignants;

Tous cela avec du temps - pris sur mes week-end, alors - un peu de respect - et de courage, pour une cause, qui nous concerne tous: Basta les OGM en pleins champs et dans les aliments transformés. Mais - pour cela - il faut beaucoup de grains de sables, comme moi, comme le CRIIGEN... Alors qu' attendez-vous....

MERELLE
04/10/2012 - 22:27:05

Refuser de signer parce-que la pétition ne réclame pas tout, tout de suite, et même peut-être avant... me semble relever plus du caprice que d'une attitude responsable. personne ne vous demandera d'expliciter vos réticences, par contre, vous ne ferez pas masse et c'est le nombre qui a une petite (très petite) chance d'avoir un effet

Sylvain-A
04/10/2012 - 18:06:38

Je rejoins Agreau et Marie-Jeanne : STOP aux OGM, définitivement ! Je ne signe pas la pétition.
Faudra-t-il en arriver à faire des tests sur les humains pour que ces aveugles soient convaincus ?

Evelyne
04/10/2012 - 17:43:17

Bonjour,
Je suis complètement d'accord avec Marie-Jeanne qui est "farouchement opposée aux OGM" et qui ne comprend pas que l'on ne demande qu'une interdiction "provisoire".
Je suis moi aussi pour l'interdiction définitive des OGM et je ne signe donc pas cette pétition.
J'estime qu'il faudra quand même bien comprendre un jour que les industries agro-alimentaires, nationales ou multinationales, ne cherchent pas à préserver notre santé mais à faire du profit à tout prix et à prendre le pouvoir sur notre personne.
Il ne faut pas indéfiniment tergiverser. Il faut dire NON d’une façon ferme et définitive. Il n’est que temps de nous prendre en mains quotidiennement et de ne plus jamais acheter de nourritures produites et transformées industriellement.

agreau
04/10/2012 - 15:54:25

suspension provisoire car il faut justement ne pas se montrer excessif !
1 - on demande les données brutes + application du principe de précaution en attendant,
2 - on les analyse et on fait une contre-expertise
3 - on montre que ces études sont largement insuffisantes, tellement plus que celle de GE Séralini !
4 - suspension définitive après de nouvelles études INDEPENDANTES

francois
04/10/2012 - 15:10:09

même demande que Marc : est-il possible d'envoyer cette pétition aux Ministres fédéraux belges et à la Commission européenne?

Bernard D.
04/10/2012 - 15:00:07

Oui,pourquoi seulement suspension provisoire?
Mais moi,je signe quand même car je préfère un petit pas en avant à l'immobilisme.C'est bien joli de se draper dans de grand principes mais c'est mieux d'agir!
Quand à celui qui ne veut pas agir tant que l'on n'appellera pas à la baisse de la natalité dans le monde il se condamne à rester spectateur de tous les dégâts subis par la planète.Sait-il combien il faut d'Africains pour polluer autant qu'un "occidental"?

Ecrins 05
04/10/2012 - 14:10:44

Messieurs, mesdames les ministres,
Vous avez été élus pour porter un projet citoyen respectueux des citoyens, de leur environnement, de leur santé et non pour faire la volonté des lobbies et des financiers qui sont en train de tuer l'humanité! nous vous demandons de ne pas faire leur jeu, d'écouter les citoyens au nom de la démocratie, et non du libéralisme débridé! et d'interdire ces OGM,et tous ces poisons répandus partout!

MJTH
04/10/2012 - 13:43:56

Pourquoi demander l'interdection PROVISOIRE et pas l'interdiction tout court? Bien qu'étant farouchement opposée aux OGM, et depuis longtemps, désolée je ne signe pas ce type de pétition.

Marie Jeanne
04/10/2012 - 13:07:32

OUI! qu'ils mettent l'argent ailleurs, comme par exemple dans la recherche des maladies orphelines, type SLA, SEP, ALZAIMER et autres!!

herve
04/10/2012 - 12:11:06

Non je ne signerais pas cette pétition tant qu'au niveau mondial on ne fera rien contre la croissance démographique humaine, cette croissance qui pousse l'humanité à consommer toujours plus de besoins que ce soit d'énergie ou de nourriture, etc.....

René 03
04/10/2012 - 12:03:51

Ce n'est pas à des entreprises régies par la recherche du profit, (libre echenge et libre concurrence faisant de la perversité... un "avantage compétitif"!),de décider sans aucun contrôle réel, d'augmenter sans cesse le taux de pesticides, (ou de résidus de pesticides), dans notre environnement, et dans notre alimentation !

Zaharia
04/10/2012 - 11:48:00

c'est drole comme l'état a du poign on pour faire ce qu'on ne veut pas (recherches sur le nucléaire,les farines animales,inra, cnrs...)mais on nous solicite tous les jours pour donner a la recherche contre le sida,le cancer,alzeimer,les aveugles les paralisés,le tier monde,les maladies orphelines,la sclérose en plaque etc. etc.la ou ce serait le devoir de l'état de prendre en charge ces recherches au lieu de se remplir les poches(et celles des copains)

dudu
04/10/2012 - 11:04:37

100% d'accord avec Marc

FABRE
04/10/2012 - 10:57:14

Pouvez-vous envoyer cette pétition aussi aux ministres belges et à la Commission européenne?

Merci

Marc

Marcellin
04/10/2012 - 10:17:04

 

Diffusion de l'info

Vous avez un site internet, un blog ? faites un lien vers cette pétition en insérant ce code sur votre site:

 

Formulaire de collecte d'informations

  • Les informations qui vous concernent sont destinées à Cyberacteurs.
  • Elles serviront uniquement à des opérations dont Cyberacteurs aura la maîtrise, soit seul, soit en partenariat avec d'autres.
  • Les données (nom, prénom, adresse électronique, ville, profession) sont stockées afin d'empêcher de participer deux fois à la même cyberaction .
  • Elles n'aparaissent en aucun cas sur notre site, ni celui de notre partenaire.
  • Les données (nom, prénom, code postal, ville, profession) peuvent éventuellement être publiées sur un fichier pdf et envoyées au(x) destinataires(s) de la cyberaction .
  • Les adresses électroniques ne seront en aucun cas diffusées à quiconque, excepté bien sûr au destinataire de votre courriel.
  • Les adresses postales pourront être éventuellement utilisées dans le cadre d'envois communs à plusieurs partenaires le tiers (imprimeur ou expéditeur) s'engageant expressément à n'utiliser le jeu d'adresses que pour l'envoi concerné.
  • En cliquant sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous acceptez de recevoir les cyber@ctions diffusées par Cyberacteurs au rythme d'une quarantaine par an (inactivité complète en juillet et aout). Vous ne recevrez aucun message d'autres que de cyberacteurs.
  • Chaque message comporte à la fin une formule de désabonnement utilisable à tout moment.
  • En ne cliquant pas sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous ne recevrez de Cyberacteurs aucun autre message que les confirmations de participation à une cyber@ction ou pétition.
  • Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des donnés qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l'exercer, adressez vous à Cyberacteurs
traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère               
traits de séparation
| CYBERACTEURS | 7, rue Aristide Briand 29000 Quimper 02 98 90 05 94 | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |

CSS Valide !