Un pas vers un moratoire sur le forçage génétique, CBD COP 13

Nous vous remercions sincèrement d’avoir signé l’Appel en faveur d’un moratoire mondial sur le forçage génétique obtenu par génie génétique.

Vous savez peut-être que la treizième Conférence des Parties (COP) à la Convention des Nations Unies pour la Biodiversité (CBD) s’est conclue la semaine dernière à Cancun, au Mexique. Bien que nous n’ayons pas réussi à obtenir un moratoire sur le forçage génétique, nous avons tout de même atteint une partie de l’objectif : les pays ont convenu d’aborder les systèmes d’entraînement de gènes avec précaution, de procéder à l’évaluation des risques et d’instaurer des réglementations en la matière. Vous trouverez le texte de la décision et plus de détails dans ce communiqué de presse de la semaine dernière.

Nous pouvons être fiers des progrès remarquables ayant été réalisés, compte tenu du défi qui s’offrait devant nous. Plusieurs gouvernements étaient arrivés à Cancun refusant a priori et catégoriquement d’examiner le moindre nouveau texte ou enjeu. Le forçage génétique s’est avéré un enjeu émergeant depuis seulement 18 mois et c’était la première fois qu’il était mentionné devant la CBD ou tout organe de l’ONU. Nous avons pu constater une forte résistance de la part des gouvernements canadien, australien, brésilien et nouveau-zélandais, très enclins vers la biotechnologie, ne voulant tout simplement pas que l’enjeu soit adressé formellement par la COP. Parallèlement, les promoteurs du forçage génétique tels que “Target Malaria” (qui ont reçu 70 millions $ de la Fondation Gates) et “Island Conservation” avaient déployé leurs armées de lobbyistes sur le terrain. L’industrie du biotech avait aussi délivré une lettre signée par des scientifiques de la biotechnologie demandant à la CDB de ne pas accepter le moratoire (http://targetmalaria.org/open-letter/)

Malgré tout, certains courageux gouvernements – en particulier les gouvernements africains et d’Amérique latine ont défendu la nécessité d’adresser le forçage génétique et ses risques. Le groupe des pays africains, menés par la Mauritanie, ont exercé des pressions pour qu’un langage soit adopté qui insiste sur les“ torts irréversibles que pourraient subir les populations, les espèces et les écosystèmes à cause du forçage génétique ” et qui exhorte instamment les “Parties et les autres gouvernements à adopter une approche de précaution lors de la possibilité d’autoriser un forçage génétique, jusqu’à ce que des évaluations des risques exhaustives aient été menées, notamment des écosystèmes et des risques socioéconomiques, et de la création de forçage génétique dans les laboratoires, jusqu’à ce que des règles précises sur le forçage génétique dans un contexte de bioconfinement soient élaborées et mises en place, et à informer et obtenir le consentement d’autres gouvernements dont la diversité biologique pourrait être touchée par tout forçage génétique proposé avant son approbation.”

À la dernière minute, un texte fut adopté en compromis pour remplacer celui-ci. Ce nouveau texte, plus succinct et se référant à une décision antérieure, insistait tout de même sur la précaution et la nécessité d’évaluer les risques et sur la réglementation du forçage génétique.

L’appel en faveur d’un moratoire, qui fut signé par plus de 170 organisations du monde entier, s’est avéré déterminant dans notre capacité à amener le sujet du forçage génétique à la table de négociation et à fournir aux gouvernements l’élan politique nécessaire pour désigner expressément le forçage génétique dans le texte. Il est évident que le forçage génétique sera dorénavant un sujet de préoccupation croissant mais, il s’avère aussi que l’industrie de la biotechnologie est prête à se battre pour que les systèmes d’entraînement de gènes progressent et qu’ils soit libérés dans la nature. Nous devrons persister et continuer à travailler ensemble si nous voulons arrêter cette dangereuse technologie!

Le communiqué de presse sur la biologie synthétique, incluant le forçage génétique, à COP 13 est disponible ici: “Gouvernance mondiale de la biologie synthétique: Quatre pas en avant, un en arrière” (en anglais)

Le communiqué de presse annonçant le moratorium à COP 13 est disponible ici:

L’Appel en faveur d’un moratoire et une liste de ses signataires est disponible ici:

Partagez cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *