Comment mettre la Transition Ecologique Solidaire au cœur du débat de 2017 ?

Les sept candidats à la primaire de la droite et du centre ont débattu pendant 570 minutes à la télévision et ils n’ont consacré que sept minutes de leur temps de parole à l’écologie.
Le candidat du parti Les Républicains (LR) à la présidentielle compte revenir sur la loi de Transition énergétique votée par la gauche en août 2015. François Fillon est un grand supporter du nucléaire et veut revenir sur le principe de précaution qui s’applique en cas de doute sur la dangerosité d’un projet. Nucléaire et principe de précaution ont d’ailleurs été dans le domaine de l’écologie les deux seuls points abordés lors des débats.
http://www.wedemain.fr/Sur-570-minutes-de-debat-a-la-primaire-de-droite-7-ont-ete-consacrees-a-l-ecologie-_a2320.html

Il aura fallu l’épisode d’anticyclone pour qu’on parle enfin d’écologie.

Paradoxe : alors que nous avons été précurseur sur l’idée de primaire nous ne sommes pas parvenus ni à imposer l’idée que cette primaire devait être législative et non présidentielle ni l’idée de candidature collective citoyenne pour renouveler les pratiques politiques.

Notre propos a toujours été de proposer une approche pluraliste de l’implication citoyenne pour mettre à la fois le citoyen et l’écologie au centre du débat politique à tous les niveaux.

Pour répondre à cet aspect de notre implication citoyenne, nous proposons à tous nos adhérents à jour de cotisation qui soutiennent une démarche visant à mettre la transition écologique solidaire au centre du débat politique de la séquence présidentielle-législatives de proposer cette démarche au soutien de nos abonnés. Même si nous utilisons les mêmes outils en proposant aux abonnés de signer, ce ne seront ni des pétitions ni des cyberactions juste un signe pour dire « dans le débat actuel je souscrit à cette démarche ». Chacun-e peut d’ailleurs soutenir plusieurs démarches dans la mesure où il ne s’agit pas de votes mais de contributions au débat qui peuvent éclairer les électeurs que nous sommes au moment du vote.
Notre rôle à cyberacteurs dans cette affaire c’est de créer à notre petit niveau les conditions du débat citoyen entre nous.
Chers cyber-amis, comme à d’autres moment de la vie de notre association nous vous proposons de décider si cette idée vous sied ou pas en participant à la consultation. Seule la dernière question concerne cette consultation. Les autres restent en ligne pour l’histoire de l’association et aider ceux qui ne nous suivent pas depuis longtemps à voir le cheminement.
http://www.cyberacteurs.org/sondages/index.php
Merci par avance de votre participation nécessaire pour valider ou refuser cette proposition.

Partagez cet article !

29 réflexions au sujet de « Comment mettre la Transition Ecologique Solidaire au cœur du débat de 2017 ? »

  1. Les candidats quels qu’ils soient sont pour que leur personne soit au pouvoir. La plupart uniquement pour le pouvoir et quelques uns (les écolos par exemple) parce qu’ils pensent être les seuls à pouvoir faire quelque chose de positif. Comme il n’y en a qu’un qui propose de changer de mode d’emploi – et il serait grand temps – je propose que tous les écolos soutiennent la candidature le Jean-Luc Mélenchon, le seul en pointe véritablement sur les sujets environnementaux et qui a su quitter le PS au lieu de s’enferrer comme les verts avec des gens qui sont plus des ennemis que des alliés. En dehors de la droite et du PS (qui est à droite) il ne reste que les verts (discrédités) et JLM ou l’extrême gauche. Le choix est vite fait, d’autant que Méluche organise une constituante et donc quitte les lieux aussitôt. Personnellement je ne me déplacerai plus pour voter entre la droite et la droite déguisée, même en présence de l’extrême doite.

    • Attention de ne pas appeler à l’abstention par cette remarque. Chacun vote en son âme et conscience…toutefois je pense avoir été trahi par Hollande! Changeons vraiment! Je vous encourage à regarder les 15 propositions pour une France solidaire dans le monde en 2017, sur le site d’Oxfam France

    • Tout à fait d’accord avec Michel. JLM et les insoumis ont mis la transition écologique solidaire au coeur d’un programme, élaboré collectivement. Il faudrait soutenir cette démarche et y participer. JLM est le seul qui puisse créer une dynamique gagnante. Pour moi le vote Mélenchon ce n’est pas un plébiscite de la personne mais un mot de passe vers la sixième république et vers une société écologique et solidaire. Les Verts sont discrédités et affaiblis. Ils devraient se rallier aux insoumis. Dans les questions posés, ne figure pas cette option de se rallier aux insoumis. Simple oubli ?

  2. Je ne comprends pas bien la question, et je ne comprends pas ses implications, si bien que j’ai du mal à me prononcer.
    Pouvez-vous en dire un peu plus.

  3. Le seul problème qui se pointe pour répondre à tout, c’est la définition droite gauche… Evidemment, quand je vois socialiste et gauche mis ensemble, je pense que là on est face à la vraie contradiction. Quoique ça nous fasse grand deuil, les socialos sont libéraux de droite et ont fait passer tout ce que même l’agité du bocal n’a pas pu faire passer. Le président normal a mis la vaseline, et après, en avant mes fanfans la tulipe ou pas c’est pareil, on y va comme un seul homme. Cette contamination perverse empêche d’être d’accord avec toutes vos propositions. Ce n’est pas la proposition en elle-même qui gêne, c’est le parti politique qui y sert de repère alors qu’il n’en est plus un depuis bien longtemps. Nous souhaitons évidemment que Fillon ne passe pas, mais si le choix c’est extrême droite, droite extrême et droite dure déguisée en rose pâle, reconnaissez qu’on a du mal à voter. Alors je suis archi-pour le vote blanc comptabilisé, vous vous doutez bien.

  4. Je n’avais même pas entendu le mot « écologie » dans cette primaire-là.
    M’étais-je endormi ? ou avais-je coupé la télé ?
    Je ne m’attendais pas non plus à des révélations de leur part !

    Par contre, les quatre candidat-e-s à la primaire de l’Ecologie en ont parlé
    et fait des propositions reposant sur des compétences et de l’expérience citoyenne et d’élu-e-s.

    Yannick Jadot en a été l’élu, sans que les trois candidates Karima Delli, Cécile Dufflot et Michèle Rivasi n’aient démérité.

    Les candidat-e-s ont surmonté la compétition pour se respecter.

    Au salon de l’Alerte et du livre, l’écologie était très bien représentée.

    A Orléans, nous avons fait des séances
    sur « l’accaparement des terres » : le film argentin « El Impenetrable »
    sur « La fille de Brest » qui a osé faire connaître les ravages du Médiator dans ses propres malades et dans ceux et celles de ses confrères
    une autres devrait avoir lieu sur Tchernobyl en Janvier « la supplication » avec intervention de Michèle Rivasi co fondatrice de la CRIIRAD;
    Amitiés
    Michel

  5. Je doute que notre association puisse être autre chose qu’un outil de sensibilisation et de protestation.

    Le domaine politique est un champ de mines dans lequel il est dangereux d’entrer de plain pied.

    En revanche, elle doit être un observateur impartial des débats et jouer le rôle d’alerte ou, au contraire, d’annonce de bonnes nouvelles, comme elle le fait régulièrement.

    A propos de bonne nouvelle, je crois que l’association n’a pas attiré l’attention sur le fait que le mouvement de la France insoumise mettait l’écologie au centre de son action.
    Il n’est qu’à écouter JLM (son candidat) dans ses prises de parole (en particulier son discours de Bordeaux).

    Je ne suis pas 100% pour JLM mais je suis stupéfait de voir comment son combat politique est peu discuté par les défenseurs de la planète.
    Ne va-t-il pas jusqu’à proposer d’inscrire dans la constitution un article disant qu’il ne faut pas tirer de la planète plus que celle-ci peut donner ? C’est peut-être une proposition illusoire dans ses effets, mais elle semble positionner le mouvement d’une façon intéressante non ?

    Par ailleurs, je suis scandalisé par un récent message reçu de Greenpeace, qui prétend s’immiscer dans la campagne en informant ses donateurs par une petite vidéo pour ridiculiser 3 candidats, dont JLM, en le faisant passer pour un ridicule révolutionnaire déguisé en super man.

    Avez-vous pris connaissance de cette vidéo ? Si oui, ne pensez-vous pas qu’elle est presque infamante ?

    Pour ma part, j’ai écrit à Greenpeace pour faire part de mon indignation… et menacer de cesser mon soutien.

    En résumé, j’attends de Cyberacteur d’être aidé à m’y retrouver dans l’aspect « écologie et humanisme » des campagnes politiques et je suis disposé à signer des actions d’encouragement ou de protestation, mais sans l’accompagner trop loin dans un combat politique.

    Je termine en souhaitant à toute l’équipe de très bonnes fêtes de fin d’année.
    Bien cordial salut
    GH

    • Gérard,

      Je mets tes propos dans les commentaires sur le blog. En te précisant que cette proposition fait suite à une demande de soutiens de JLM de dire aux euro-députés verts de rejoindre les insoumis.

      Bien à toi

      Alain
      Retraité depuis janvier et toujours actif

  6. Votre sondage d’aujourdhui est complètement amateur et brasse du vent, les questions ne sont pas claires, des sigles incompréhensibles (gem2017???)certaines datent de 2012,bref, beaucoup trop de temps passé devant l’écran pour devoir répondre « abstention » parce que la question est sibylline , alors que nous avons tant de choses à faire…
    Depuis qu’Alain s’est désengagé, cyberacteurs veut trop en faire peut-être? en tout cas devient brouillon, des pétitions bâclées ou faisant double ou triple emploi avec celles des associations d’origine, ou en mauvais français.
    Parfois je me pose la question de l’utilité réelle…D’accord pour signer, mais l’action et l’information des gens sur le terrain est essentielle.
    bien cordialement, EC

    • Je suis surpris de recevoir ce sondage comportant des questions qui datent. Je me suis souvent abstenu car l’énoncé même lu 2 fois était confus ou incompréhensible avec des références que j’ignore bien que fidèle lecteur des différentes actions. Suis je largué ou bien déjà « out »? Ceci m’inquiète. Devrait on me retirer mon droit de vote pour incompétence?
      Cordialement
      H. F

  7. Une déclaration d’intention générale ne suffira pas à influencer le cours des choses, surtout à si peu de mois de la présidentielle. Un programme commun doit se préparer bien longtemps à l’avance. Et qui ensuite l’incarnera ?
    Pas assez de souci de l’écologie dans les divers partis. Pas assez de discours clair
    chez les écolos. La façon dont l’éco taxe a été balayée est révélatrice. Il y avait des écolos au gouvernement à ce moment – là ? Si la population dans sa grande majorité ne défend pas de telles décisions, que peuvent les politiques ? Des décisions ont été prises à la COP 21. Demandons déjà à chaque parti, à chaque candidat de les appliquer.

  8. Cette démocratie soit disant représentative n’est pas adaptée au monde actuel. Elle est le jouet des multinationales et des égos de nos « représentants ». J’ai donc la quasi impossibilité de répondre à vos questions qui admettent le maintien de ce système de façon implicite. C’est en inventant et proposant une autre organisation de vie que nous avancerons. Pour commencer il convient d’exiger la reconnaissance du vote blanc et mener campagne pour une forte participation avec bulletins blancs. Tout en travaillant à des propositions pour cette autre façon de nous organiser.

  9. Moi aussi je pense que le programme de la France insoumise est 100% écologiste. Non seulement il institue la « règle verte », indique comment il sera possible de se débarrasser des centrales nucléaires, nous invite à réviser nos habitudes alimentaires, mais quand il semble se soucier d’autre chose, il indique des moyens pour avoir le pouvoir de réaliser.
    Les autres ne promettent que des résultats, qu’en général ils ne risquent pas de pouvoir réaliser (comparez le programme de Hollande à ce qu’il a obtenu). Car on n’a le pouvoir politique que si on reprend le pouvoir économique y compris sur la monnaie, soit au niveau de l’Europe (c’est le plan A), soit au niveau de la seule France (C’est le plan B), qui alors pourrait bien être un exemple pour toute l’Humanité.
    Oui, tous les écologistes qui veulent modifier notre monde et ne pas se satisfaire de critiquer les pesticides ou autres pratiques évidemment nuisibles à l’homme, mais indispensables aux calculs des financiers, seraient à leur place dans la France insoumise.
    Celle-ci d’ailleurs ne se réduit pas au seul Mélenchon. Son programme, (vous pouvez, pour 3€, l’acheter dans n’importe quelle librairie), a été préparé pendant de longs mois grâce aux réflexions de nombreux groupes de citoyen(ne)s, animés par Charlotte Girard, juriste, et Jacques Généreux, économiste. Et tout citoyen(ne) peut y apporter son soutien, comme l’ont déjà fait plusieurs associations.
    La France insoumise travaille aussi à présenter des candidats à la Législative dans toutes les circonscriptions. Mais bien sûr, pour assurer la transition pacifique entre la 5e et la 6e République, il est nécessaire d’élire JLM président de la 5e République
    Aucune voix écologique ne devrait manquer.
    GHC

  10. Cher Alain,

    Tout d’abord, la logique serait de définir ce que tu veux dire par Écologie « solidaire ».

    Ensuite, comme j’ai essayé, à plusieurs reprises, informer ceux qui lisent ces messages, la question de l’écologie a toujours existé dans le programme de la France Insoumise et son candidat JL Mélenchon. En effet, à part les discours de ce dernier, où il consacre une grande partie à l’écologie, le programme de la FI ‘Avenir en Commun’, qui vient de sortir, contient un chapitre entier à la planification écologique composée des thématiques suivantes: 1. La transition écologique, enjeu central 2.100% d’énergies renouvelable en 2050 3. plan de rénovation écologique de tout le bâti 4. Développer les transports publics écologiques et repenser la mobilité individuelle 5. Pénaliser les transports sur longue distance pour relocaliser les productions 6. consommer autrement 7.Une France « 0 déchet » 8. Sauver l’écosystème et la biodiversité 8. Pour une agriculture bio et paysanne 9. Organiser et aménager le territoire par la démocratie et les services publics 10. Exploiter durablement la forêt Française. Je t’invite et tou(te)s les lecteurs(trices) à le lire.

    Il est important de savoir qu’une politique écologique ne peut pas être une chose abstraite. Sa mise en place est conditionnée par et en parallèle avec, des politiques économiques, sociales, éducatives et humanitaires associées. C’est justement ce que les chefs de l’EELV ont du mal à comprendre : qu’on ne peut pas entreprendre une politique écologique en restant par exemple, dans le carcan d’une UE ultra-libérale au service de l’oligarchie financière et les multinationales puissantes telle que Monsanto !

    Et comme je subodore de ton texte, au lieu de soutenir le programme de la FI, tu préfères continuer à regarder ailleurs et accrocher ton espoir au PS et sa « Belle Alliance » (tellement « belle » qu’ils viennent de virer la « Nouvelle donne », le MRC et le MDP sans oublier l’EELV et MRG qui ont déjà fait leur primaires, autant pour « la politique comme rapport des forces » que tu prône) !!

    Mais sérieusement, qu’attends-tu de ce qui reste ? Montebourg le productiviste pro-nucléaire notoire ? Filoche pleurant devant la porte ? Hamon et son programme « écologique » rabougri et vague (l’histoire d’être dans l’air du temps) ? Ou bien le Vals dont l’amour de l’écologie ne manque pas d’exemple ?!!

    Merci donc de nous éclaircir car tu risques de nous faire penser que Cyber@ctors est devenu une succursale Bretonne de Solferino !!
    Bien à toi.

    • Cher Armand,
      Tu écris « Tout d’abord, la logique serait de définir ce que tu veux dire par Écologie « solidaire ». »

      Ben non, nous avons clairement 2 visions différentes de la logique ;o))
      Ce qui est proposé c’est au contraire que chacun puisse dire : en fonction de ma vision de ce qu’est la « transition écologique solidaire », je vous propose de participer à…, de voter untel…. »

      Nous avons aussi 2 visions différentes de la démocratie qui consiste pour moi à constituer des majorités de gestion et donc à faire des compromis avec des partenaires qui n’ont pas la même vision que nous.

      Enfin d’un point de vue stratégique je ne pense pas pertinent pour convaincre de la capacité à obtenir la majorité de traiter de tous les noms d’oiseaux ceux qui pourraient demain permettre de constituer cette majorité
      ni de classer comme suppôt de la BAP celui qui propose justement que les supporteurs de JLM puissent exprimer leurs propositions.

      Ce n’est qu’un début continuons le …débat
      Alain

      • Cher Alain,
        Tu ne définis toujours pas ce qu’est ‘l’écologie solidaire’. Je n’ai pas une vision de l’écologie solidaire car je ne sais pas ce que c’est!

        Ensuite, constituer une majorité de gestion n’est pas de fouler ses principes sous les pied, cher ami. Cela s’appelle de la magouille électorale!

        Pour ton info, nous à la FI nous préparons à présent, pour les élections législatives. Ce mouvement n’étant point un parti, tout le monde peut se proposer candidat mais il y a un socle: Un candidat(e) devra signer la charte de la FI qui l’engage à appliquer le programme ‘Avenir en commun’, de rendre des compte au mouvement et de signer la charte de ‘Anticor’. La FI ne peut pas, par exemple, s’allier avec ceux qui considère le nucléaire comme avenir énergétique de la France ou ceux qui trouve l’austérité et la politique de l’offre sont des bonnes politiques !
        A.

  11. Quelques réflexions et questions qui me viennent à l’esprit en ce lundi 21 novembre 2016…

    Et si l’on ouvrait l’élection présidentielle française du printemps 2017 aux Belges, aux Italiens, aux Espagnols, aux Allemands, aux Grecs, aux Polonais, aux Bulgares, aux Lettons (si, si ça existe les Lettons.)… ?
    Stupide ,scandaleux n’importe quoi ?
    Ah bon ?
    On ouvre bien la désignation du candidat de la droite aux électeurs du FN et à ceux de gauche non ?
    (ces derniers ayant sans doute largement participé à faire la peau à Sarko).
    Et demain on va ouvrir la primaire de la gauche (pardon ! Du parti socialiste, ce qui est un tant soi peu différent) à tous les centristes et électeurs de toutes les droites.

    Les primaires ne seraient-elles pas un piège ?
    Aujourd’hui, les électeurs parasitent la primaire adverse pour y éliminer celui qu’ils détestent le plus.
    Demain la stratégie consistera à aller favoriser parmi les candidats d’en face celui qui sera le moins compétent pour plus tard affronter son propre champion.
    Résultat possible de ces « primaires détournées » : d’ici quelques années, on aura comme finalistes pour la présidentielle les moins capables de chacune des primaires !

    Autre aléa du système : les primaires n’ encouragent pas vraiment à participer à la vie d’un parti politique, puisqu’on peut le faire (en payant 1 ou 2€) à l’occasion de l’une des décisions essentielles : la désignation du candidat à la magistrature suprême (et bientôt d’autres scrutions ?)
    Or, n’en déplaise à nos journaleux béats, on peut dire ce qu’on veut des partis politiques, c’est quand même bien là que des citoyens motivés, de tous horizons et de toutes conditions, (pas que des pourris et des ambitieux, loin s’en faut) prennent du temps pour se réunir, donner leur avis, trouver des idées pour élaborer des projets afin de – peut-être – tous mieux vivre ensemble. Il est bien plus facile de sortir quelques euros tous les 5 ans, que de passer tant de soirées à débattre sur « Comment refaire le monde ».

    Mais bon, les primaires, ça vient des  » States  » alors…
    Les States… Etes-vous si certains, aujourd’hui, que ce soit vraiment le modèle à suivre ?
    Parce qu’à ce jeu là, un jour prochain, on va finir par se (faire) trumper lourdement.

    Autre sujet : Mélenchon et le Front de gauche.
    J’y ai la plupart de mes anciens amis syndicalistes à Sud-Solidaires. Alors dans un premier temps je dirais oui…
    Oui MAIS…
    Le candidat légitime de l’écologie sociale, pour moi c’est celui d’EELV, Luc JADOT, surtout depuis que le ménage a été fait pour écarter certains opportunistes.
    Accrocher une fois encore la cause écolo à la remorque d’une autre gauche c’est une erreur stratégique majeure, même si cela n’a rien de scandaleux quand on regarde les projets.
    Le FN a jailli parce qu’il a su se démarquer de tout.
    Les Verts ont coulé parce pour des raisons diverses et parfois peu glorieuses, ils ne sont jamais apparus aux yeux des électeurs comme une alternative nouvelle.
    Alors que faire ?
    Réfléchir déjà à cette problématique. Parce que l’écologie de Mélenchon, imaginons le élu, ne résistera pas bien longtemps aux priorités sociales ou économiques.
    JP C

    • Cher JP,

      Il me semble que vous n’êtes pas au courant: Mais le Front de Gauche n’existes plus!

      Notre mouvement s’appelle France Insoumise et son programme ‘Avenir en commun’ que je vous invite à consulter.

      Contrairement à ce que vous dites, la mise en place d’une politique écologique nécessite d’aborder en parallèle les question sociaux et économiques. Dans ‘Avenir en Commun’, vous avez un chapitre sur planification écologique qui explique le lien inéluctable entre ces questions. Je pose la question que j’ai déjà posé : comment M. Jadot compte aborder un programme écologique tout en défendant une UE dominée par les lobbies puissants des financiers et les multinationales ? Savez vous que les commissaires Européens viennent de sortir une directive Européenne sur ‘Secret d’affaires’, dictée par ces lobbies, selon laquelle, par exemple, les industries agrochimiques comme Bayer et Monsanto sont désormais épargnés de présenter aux ONG et d’autres instances les données d’étude sur leurs substances chimiques ? Et Que les lanceurs d’alerte seront condamné de 5 ans de prison+ des lourdes amandes pour toute révélation sur la malfaisance des multinationales?

      Comment voulez-vous donc mettre en route une politique d’agriculture paysanne et bio, alors que la FNSEA, à force de son lobbying, règne sur la politique agricole de ce pays et qui partage les aides Européennes parmi ses affidés?!

      Pour nous, il est claire que l’écologie n’est pas une chose abstraite: Pour se débarrasser des usines de mille vaches de M. Xavier Beulin (chef capitaliste de la FNSEA) ainsi que sa campagne de pesticide, nous devrons interdire le lobbying au sein de l’assemblée et quitter le carcan des traités Européens.
      Armand

  12. Il devient difficile de vous suivre sur ce terrain par le biais du vote, que dis-je, des votes, tant le nombre de questions posées est innombrable !
    Personnellement je n’ai pas les connaissances et les aptitudes pour tout comprendre à vos questions et donc de voter de manière assez réfléchie

    Voilà plutôt en q.q. lignes mon sentiment
    Personnellement je ne suis pas favorable à l’idée que les écologistes se rallient sous la houlette de Jean-Luc Mélanchon.

    Il me semble que la conscience écologiste a maintenant fait du chemin dans les esprits et les initiatives, et que le candidat choisi par les écologistes, s’il est porteur d’arguments et de propositions pour un ralliement sur des valeurs réalistes porteuses de solidarité, d’humanité, de qualité de vie, en rupture avec la sempiternelle croissance qui asphyxie les ¾ de la population, s’il fait une campagne axée sur le positif (toutes les idées et évidences contenues dans le livre-film DEMAIN par exemple), je veux croire qu’il a toutes chances d’être entendu, de susciter les réflexes de lucidité en sommeil, et de rassembler bien des égarés et déçus de gauche, et + sans doute.
    Salut à la ronde et en toute cordialité
    Paulette C

  13. Bonjour,
    Mélenchon, Pari de gauche, on connaît.
    Mélenchon, Front de gauche, on connaît.
    C’est lequel dont vous parlez ?

    Jean-Luc Mélenchon.. chef du Parti de Gauche se présente à l’élection 2017 ? Je n’en savais rien.

    Perplexe ….
    Pascale

  14. Chers Cyber@cteur et Alain, bonjour

    J’ai pris connaissance de votre proposition de « propulser » aux présidentielles le débat sur la transition énergétique.
    C’est effectivement sans conteste un problème important, mais ce n’est pas le seul, car quand nous marchons sur la tête, les thèmes et débats qui devraient avoir lieu ne manquent pas.
    On a bien évidemment le nucléaire, mais aussi l’urgence d’une réforme de l’agriculture, l’empoisonnement par les plastiques, l’importance de mener une décroissance de notre empreinte écologique etc,….

    Je suis défavorable à cette initiative, et je m’en explique.
    La situation de l’habitabilté de notre terre est telle, que nous ne pouvons plus mener tous les combats de front,
    et qu’au contraire ses gravité et urgence nous obligent à aller à l’essentiel, c’est à dire alerter la population de la gravité de la situation, et tenter de construire un front commun et large pour la défense de la vie, sous peine, de ne plus pouvoir enrayer son déclin.

    A cette fin, je t’invite à lire le compte rendu de la COP 22 que je te mets en pièce jointe – 1seule page !- où je développe ces concepts.
    Je tente depuis des années de faire avancer ces idées dans la communauté écolo, sans succès à ce jour.
    Tout comme les « folles de Mai » qui manifestaient lors de la junte militaire en Argentine, ainsi que d’autres combattants de la non violence qu’on prenait pour des fous
    nous poursuivrons à tenir notre cercle de bruit Dunkerquois et à faire notre travail de petit colibri.

    bien à toi
    Alain V
    Synthèse et analyse de la COP 22 (COnférence des Parties) de Marrakech -2016 –
    http://www.cyberacteurs.org/blog/?p=2777

    • Alain

      Bravo pour ton travail de colibri dunkerquois

      Merci de ton commentaire
      et ton texte
      http://www.cyberacteurs.org/blog/?p=2777

      Amicalement je respecte ton choix mais je pense que tu votes contre ton intérêt
      1 parce que la transition écologique solidaire va bien au-delà de la seule transition énergétique (le nucléaire, mais aussi l’urgence d’une réforme de l’agriculture, l’empoisonnement par les plastiques, l’importance de mener une décroissance de notre empreinte écologique etc,…. )
      2 parce que la démarche proposée serait justement l’occasion de défendre ton point de vue qui est le recto ou verso du mien : c’est la même pièce sauf que je pense qu’il faut mobiliser les gens en positif en mettant en avant ce qui avance et ce qu’ils peuvent faire eux-mêmes pour tenter d’améliorer les choses (mobiliser leur souris, leur bulletin de vote et surtout leur porte-monnaie – projet transacteurs ) alors que tu penses qu’on peut mobiliser l’opinion publique en alertant de la gravité de la situation (ce que je fais pour ma part depuis presque 40 ans )

      Bien à toi

      Alain

  15. Bonjour Alain,

    J’aime cette idée de Transition Écologique Solidaire.

    Il est certes primordial de mettre le respect actif de notre environnement au centre de la gestion politique de notre pays. Mille fois d’accord.
    Je me pose cependant la question de la signification du terme « Transition énergétique » — un concept que n’importe quel être sensé ne peut que soutenir — telle que bringuebalée par notre élite-élue-politicienne-et-gesticulante, qu’elle soit de gauche ou de droite.

    En effet, confronté depuis plusieurs mois à la problématique des compteurs communicants (qui ne sont qu’un exemple de la tartufferie qu’est devenue la Transition énergétique dans les doigts crochus de nos dirigeants), on se rend compte que cette belle idée a été rachetée — entre autre — par les lobbys de l’énergie qui en ont profité pour faire main-basse sur l’ADEME, la CNIL après avoir phagocyté l’ANFR, l’ANSES, la CRE, l’AMF (Association des Maires de France), l’Assemblée Nationale, allant même jusqu’à proposer des kits « pédagogiques » dans les écoles pour « verdir » leurs mise en place de systèmes de violation de la vie privée. Le Big Data s’installe partout sous couvert d’économiser l’énergie.
    Pour les avoir longuement rencontrés dans le cadre de 4 réunions municipales à Tulle en Corrèze et de plusieurs débats publics, nous avons pu voir comment ces grands « promoteurs de la Transition énergétique », couverts du manteau de la directive européenne n° 2006/32 du 5 avril 2006 sur l’énergie, manient sans vergogne le mensonge. Et plus celui-ci est gros, moins le public n’ose croire à une telle félonie.
    Nous nous sommes heurtés aussi au fameux « Principe de précaution »… qui ne s’applique « que s’il ne nuit pas à la liberté d’entreprendre » ! Cherchez le gag…

    Républicains ou Socialistes sont l’un et l’autre les collabos du Marché. Certains sont juste plus agressifs que d’autres.

    Au final, un grand appel au vote blanc massif et reconnu — à défaut d’une candidature de Pierre Rabhi ou quelqu’un de cette envergure — me semble aujourd’hui la seule position signifiante à défaut d’être stratégique.
    Car je suis dans le doute devant tant de « trumpisation » de la société.

    Amicalement,

    Jean-Louis L

    • la transition écologique solidaire va bien au-delà de la seule transition énergétique (le nucléaire, mais aussi l’urgence d’une réforme de l’agriculture, l’empoisonnement par les plastiques, l’importance de mener une décroissance de notre empreinte écologique etc,…. )
      La démarche proposée serait justement l’occasion de défendre ton point de vue dans ce qui a vocation à devenir le carrefour de débat incontournable pour tout présidentiable qui veut récupérer l’électorat écolo dans sa vision la plus large.

  16. Certes Mélenchon a évolué en ce qui concerne l’écologie mais je refuse de soutenir cet « ami » de Poutine qui massacre le peuple syrien !

    Il y a vraiment des incompatibilités de fond.

    Bien à vous

    françoise

    • Cher François,

      Vous écoutez trop les média mainstream et leur manipulations, au lieu d’écouter directement celui dont vous accusez gratuitement d’être un ‘ami de Poutine’ !
      Mélenchon n’est pas un ami de Poutine, cher Monsieur! Si vous ne le sachez pas, il y a actuellement des prisonniers politiques russes de la même ligne politique que lui, de Die Linke et de Podemos, etc., qui périssent dans les prisons de Poutine.
      L’histoire de ce mensonge que vous répétez ici sans aucune source, a commencé le jour où JL Mélenchon a défendu l’attaque aérienne des Russes contre les convois pétroliers de Daesh à travers la Turquie, la source importante de financement de ces terroristes. C’est donc cette histoire qui est devenue la source de toutes les distorsions et des mensonges des média aux ordres que vous prenez pour la vérité sans aucune vérification.
      Deuxième point: Si Mélenchon critique les provocations de l’OTAN, le soutien de l’UE du régime néonazi de l’Ukraine et nous alerte sur la préparation d’une guerre, par l’UE, avec la Russie, il est totalement insensé d’interpréter cela comme amitié pour Poutine, au lieu d’amitié pour la paix !
      Je vous invite pour vous éclairer, cher François, de regarder le dernier intervention du 11 Décembre de JL Mélenchon sur France Inter-France Télévision <> où il aborde cette question d’une manière précise.
      Cordialement
      Armand

  17. Je viens d’assister à une projection collective du film « Demain ».
    Initiatives citoyennes, tirage au sort des représentants, …
    Très inspirant, beaucoup plus que l’action vers les « politiques » à propos de l’écologie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *