HULOT2016

Humains Unis pour une Législature Ouverte sur la Transition en 2016

Nous citoyens français de sensibilité écologiste et pragmatiques

refusons un second tour Droite – Extrême Droite qu’entrainerait une multiplicité de candidatures au premier tour de la présidentielle et voulons participer à la Primaire de la Belle Alliance Populaire pour faire émerger des candidats uniques mais représentatifs de la diversité d’une Gauche et des Ecologistes Majoritaires en 2017 à la présidentielle et aux législatives.

voulons utiliser cette primaire comme un Référendum grandeur nature sur des grands projets inutiles imposés comme l’aéroport NDDL,

proposons une candidature collective citoyenne pour permettre
à tous les citoyens de s’exprimer
sans avoir à tomber dans le culte de la personnalité
à tous les réseaux mobilisés pour une transition écologique solidaire de se compter à l’échelle de leur engagement (local, régional ou national)
une représentation législative conforme au poids que ces réseaux obtiendront dans cette primaire : par exemple forts de l’expérience de la consultation départementale sur NDDL en juin dernier, nous pensons que nous pourrions être majoritaires sur le département de Loire Atlantique et donc revendiquer la majorité des candidatures législatives sur ce département. charge à chacun des réseaux qui s’impliqueraient dans un soutien à cette candidature collective citoyenne de gérer sa campagne électorale et négocier ensuite localement les candidatures législatives avec les partis soutenant cette primaire.

Cette candidature collective citoyenne se veut un outil au service des réseaux engagés dans une Transition Ecologiste Solidaire avec

1 une volonté montrer qu’une écologie positive prônant l’autonomie contractuelle (affirmer l’autonomie de l’écologie et la volonté de construire une majorité) peut
1a faire mieux que l’écologie partidaire (soit plus que les 15000 votants d’EELV)
1b être une candidature charnière entre les deux candidats du second tour de la primaire et donc imposer la prise en compte d’enjeux écologistes forts

2 une ouverture à tous les réseaux mobilisés sur des enjeux écologiques (nucléaire, transition énergétiques, NDDL, Grands projets inutiles, agriculture bio … : cette candidature collective citoyenne est un outil pour tous ces réseaux pour se compter face au PS et à ses alliés

3 une méthode : la répartition proportionnelle des candidatures aux législatives sur la base du rapport de forces du premier tour de la primaire.
– > Au plan national 10% des voix = 10% des circonscriptions actuellement détenues par un député élu de la majorité de 2012 (avec une répartition par strate de 100 en fonction du résultat de 2012) + 10% des autres circonscriptions
– > Au plan départemental ou régional : 50% sur un département = 50% des candidatures : je pense à la Loire Atlantique où avec le projet NDDL à condition de motiver les réseaux mobilisés pour faire campagne je pense qu’il est possible qu’une candidature s’affichant clairement comme l’expression du refus de ce projet et non comme une candidature politicienne classique soit majoritaire au sortir du premier tour de la primaire.

4 une ambition donner un prolongement économique à cette candidature en faisant campagne pour les trans@cteurs : le réseau économique et social des acteurs d’une transition écologiste solidaire.
http://www.cyberacteurs.org/blog/?p=2345

Des Ego-systèmes aux Eco-systèmes : une candidature collective citoyenne pour une Gauche et des Ecologistes Majoritaires en 2017 GEM2017

Bilan de la Candidature Collective Citoyenne GEM2012 : Notre candidature collective avait été refusée parce que nous n’avions pas d’accord avec le PS pas parce qu’elle était collective.

Partagez cet article !

2 réflexions au sujet de « HULOT2016 »

  1. Bien afficher le divorce rédhibitoire avec le PS et toutes les formes de partis politiques qui ont tous fait leurs preuves. En un mot affirmer qu’ils sont tous nos ennemis.

  2. Aucune discussion avec le PS, ce n’est pas un partenaire fiable : la politique du gouvernement actuel a démontré qu’il faisait peu de cas des accords signés avec d’autres formations politiques, qu’il se fichait des promesses de campagne et qu’il était au service des grandes entreprises, que l’on retrouve parmi les principaux pollueurs.
    Personnellement, je ne voterai plus pour un candidat soutenu par le PS dès le premier tour, même s’il n’est pas issu de ses rangs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *