image vide cyberacteurs
image vide 2 cyberacteurs

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : sortons du chauffage nucléaire

Alors que le rapport de la Cour des comptes relance le débat sur le nucléaire, la vague de froid qui sévit actuellement relance le débat sur l'anomalie française du développement du chauffage électrique qui fragilise la sécurité d'approvisionnement électrique.

Bilan de la cyberaction :

5798 participants

Présentation de la cyberaction :

Quand le sage montre la lune l'idiot regarde le doigt.

Plutôt que de construire des centrales à gaz pour pour pallier les pointes de consommations liées à l'effet de surchauffe du au chauffage électrique, mieux vaudrait sortir du chauffage électrique.

En cette période de campagne présidentielle, nous vous proposons de vous mobiliser sur cette cyber @ction pour interpeller vos députés et alerter les différents candidats à la présidentielle qui seront officiellement en lice à partir du dépôt des 500 signatures et obtenir leur réponse sur ce sujet central.

Vous pouvez aussi joindre à votre message les adresses des différents candidats aux législatives de votre circonscription et les inviter à faire état de leur position sur ce sujet dans les commentaires de la cyber @ction.

Alain Uguen
Association Cyber @cteurs

Agir pour l'Environnement -Communiqué de presse daté du 02 février 2012-

Pointe de consommation électrique : Un mal français dû au chauffage électrique !

Après avoir mis en lumière la fragilité économique de la filière nucléaire, c'est au tour de l'hiver de démontrer l'extrême fiabilité du système électrique hexagonal, incapable de répondre à la multiplication des pointes de consommation. Chaque année, la France semble être prise en défaut par un évènement aussi incroyable que soudain : En hiver. il fait froid !

Le couple infernal « chauffage électrique/nucléaire » solidarise la consommation électrique avec la courbe des températures. Ceci ayant pour conséquence d'engendrer des pics de consommation nombreux dont l'amplitude est sans commune mesure avec ce que connaissent nos voisins européens.

A titre de comparaison, la pointe de consommation électrique est, en France, de 96 GW alors qu'elle n'est que de 80 GW en Allemagne pour une population de 17 millions d'habitants en plus. Economiquement, cette situation a pour conséquence l'obligation de développer des capacités de pointe et un réseau électrique totalement surdimensionné et ne fonctionnant que quelques jours par an.

En période de grand froid, la supposée « indépendance énergétique » de la France est mise à mal puisque notre pays est dans l'obligation d'importer massivement du courant d'Allemagne, de Suisse et d'Italie. Le risque de coupure n'est donc que la conséquence de choix énergétiques irrationnels
faisant la part belle au nucléaire et au chauffage électrique censé écouler le surplus d'électricité produite.

La transition énergétique passe désormais par une interdiction ciblée du chauffage électrique pour les constructions neuves, inefficace énergétiquement et coûteux pour l'usager et par son remplacement progressif pour les bâtiments anciens.

La lettre qui a été envoyée :


aux députés et candidats aux législatives

Madame, Monsieur,

En période de grand froid, la supposée « indépendance énergétique » de la France est mise à mal puisque notre pays est dans l'obligation d'importer massivement du courant d'Allemagne, de Suisse et d'Italie. Le risque de coupure n'est donc que la conséquence de choix énergétiques irrationnels faisant la part belle au nucléaire et au chauffage électrique censé écouler le surplus d'électricité produite.

La transition énergétique passe désormais par une interdiction ciblée du chauffage électrique pour les constructions neuves, inefficace énergétiquement et coûteux pour l'usager et par son remplacement progressif pour les bâtiments anciens. Une telle politique rendrait de plus inutile la construction de centrales à gaz destinées à répondre aux pics de consommation liés au chauffage électrique.

En cette période électorale, nous vous invitons à utiliser les commentaires de la cyber @ction pour faire connaître aux électeurs vos engagements sur ce sujet.

http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/sortons-chauffage-nucleaire-424.html

Veuillez agréer, Madame, Monsieur, mes salutations de citoyen attentif à votre réponse.

 

23 commentaires

credible


Réponse du député Michel Ménard (44)

Madame, Monsieur,

J'ai bien pris connaissance de votre message aux termes duquel vous avez souhaité appeler mon attention sur les incohérences de la politique énergétique menée par le gouvernement.

Sachez que je partage entièrement votre constat. Notre système électrique est au bord de la catastrophe à chaque période de grand froid. Pour assurer l'équilibre du réseau, la France a d'ailleurs été contrainte une nouvelle fois d'importer de l'électricité, vendue par nos voisins à hauteur de 1900 euros/MWh. Les records historiques de consommation atteints cette semaine illustrent bien les défaillances de la politique du gouvernement en matière énergétique: rien n'a été fait pour limiter les pics de consommation, améliorer l'efficacité énergétique de l'habitat ou protéger les ménages touchés par la précarité.

Loin de tenir compte de la hausse constante des prix de l'énergie (hausse de 6% pour les tarifs d'électricité, 10% pour le gaz, 16% pour le gazole), le gouvernement a d'ailleurs fait adopter la Loi de réforme des marchés (NOME) en 2010, qui prévoit une augmentation de 30% des tarifs réglementés d'électricité d'ici 2015. Contrairement aux promesses qui ont été faites en 2008, lors du Grenelle de l'environnement, le gouvernement prolonge sa stratégie du “tout-nucléaire” dans laquelle la droite s’est enfermée, et néglige la nécessité absolue d’ériger la sobriété et l’efficacité énergétiques en grande cause nationale, comme le préconise le rapport de la Commission Énergies 2050.

Face à cette politique incohérente, François Hollande s'est engagé à rééquilibrer le mix énergétique en réduisant la part du nucléaire de 75% à 50% dans la production d'électricité. Il souhaite également mettre en place une politique volontariste de lutte contre le gaspillage énergétique en proposant un grand plan d'économie d'énergie, notamment par la rénovation des logements. Il propose en effet d'appuyer la politique énergétique sur un programme ambitieux de rénovation de l'habitat en proposant un plan de travaux aussi bien dans le neuf que dans l'ancien, visant à doter les logements d'isolation thermique de qualité et à réduire la facture énergétique de leur occupants. Une tarification progressive de l'eau, du gaz et de l'électricité sera mise en place pour contenir les charges qui pèsent plus fortement sur les familles précaires. Ce programme en faveur de la sobriété et de l'efficacité énergétique permettra d'aider tous les foyers à réduire leur consommation à confort constant, et à lutter contre l'insalubrité.

Restant à votre écoute, je vous prie de croire, Madame, Monsieur, à ma sincère considération.





Michel Ménard,

Député de Loire-Atlantique

Posté par Mo
Le 17/02/2012 à 19:51:57

 

En réponse à TOUSSAINT:

attention l'habit vert ne fait pas l'écolo:

Sauvons le climat est une association créée par 4 retraités (dont le site est de couleur bleue d'ailleurs). Extrait:
"Leur situation de retraités leur permet de s'exprimer en toute indépendance.
Sauvons le Climat est soutenu par l'Association des Retraités du C.E.A. (ARCEA), l'Association des Ecologistes Pour le Nucléaire (AEPN), le Mouvement National de Lutte pour l'Environnement (MLNE), la SFP et le GR21 précités."

Quand on a travaillé toute sa vie dans le nucléaire, sans avoir développé son petit cancer, on sort d'un moule qui vous utilise encore pour sa propagande et vous a conditionné pour croire en la toute puissance de la technologie. Au mépris des lois de la probabilité et dans le plus grand mépris des générations futures.

Il faut lire la revue des retraités du CEA pour le croire: dans le dernier numéro, dans le comparatif des énergies, Fukushima est ramené à "quelques cas de cancers dans 30 ans" !!! Nos amis japonais apprécieront ?

Posté par Lionel
Le 12/02/2012 à 17:45:51

 

je ne comprends pas toutes ces critiques car théoriquement, nous sommes tous adultes et libre d'agir comme on veut; j'ai mis un poele chez moi et je limite le petit electromenager electrique au strict minimum et personne ne m'oblige à consommer plus alors agissez au lieu de remettre toujours les fautes sur les autres......

Posté par mouton
Le 10/02/2012 à 13:50:57

 

Bonjour,

Plus d'infos sur les offres d'électricité verte sur mon blog http://jarretelenucleaire.fr  

A Bientôt,

Posté par Jarretelenucleaire
Le 09/02/2012 à 17:14:37

 

d'accord avec Christian et la plupart des commentateurs, merci à eux... Vive enercoop et les hommes libres et responsables à terme de leur choix de vie !
La raison l'emportera-t-elle?
Réponse sous peu, probablement....Je ne pense pas aux échéances 2012
Imposons un moratoire sur le nucléaire, civil ou militaire, les gaz de schiste ,les ogm et la vente d'armes ou de rafales, rien que ça!

Posté par daniéla
Le 08/02/2012 à 19:44:58

 

Je viens de tomber sur ce site. Je vous ai fait une copie de l'article qui apporte un autre éclairage (sans mauvais jeu de mot).
A vous de voir...

http://www.sauvonsleclimat.org/  

Solar kraft ? Nein danke !

Détails
Publié le Mardi, 07 Février 2012 21:03
Écrit par SLC
Les Allemands commençant à dire « Solar kraft : Nein Danke ! » (Energie solaire : non merci !) : comment est-ce possible ?
 
SLC - 7 février 2012
L’Allemagne est LE modèle, on nous en rebat les oreilles sans que, souvent, nous ayons la possibilité d’en juger sur pièces. Dans le domaine de l’énergie et du climat, on sait l’Allemagne, comme la France, dépourvue de pétrole. Du moins les Allemands ont-ils des idées (et … du lignite) et la verdeur de leurs convictions, bien connue, s’est incarnée dans un mix énergétique faisant la part belle aux énergies renouvelables.
En sait-on bien l’importance ? Jugeons en, au 31 décembre 2011 :
- Eole souffle sur plus de 20.000 aérogénérateurs dont la puissance nominale - c’est-à-dire maximale - atteint 29.075 MW (dont 2.007 MW ont été mis en service l’an dernier)[1] ;
- Hélios darde ses rayons sur plus d’un million d’installations photovoltaïques - appartenant à des industriels ou à des particuliers propriétaires de leur pavillon - cumulant une « puissance de crête » de l’ordre[2] de 24.700 MWc.
Ainsi, les 4 réseaux allemands (Elia, EnBW-Netz, RWE-Netz et Tennet) transitant, du nord au sud et d’est en ouest, les flux d’électricité requis par une consommation annuelle voisine de la nôtre (de l’ordre de 520 TWh) sont tenus[3] de bénéficier d’énergies dites « gratuites » (car sans combustible fossile ou nucléaire) à hauteur de ~54 GW. Or ces énergies sont intermittentes : en moyenne, sur les 8.760 heures que compte chaque année, l’éolien ne donne sa pleine puissance que pendant 1.600 heures[4], le solaire encore moins, de l’ordre de 800 heures. Au total, ces deux énergies ne sont susceptibles de produire que 63 TWh/an (pertes en ligne à déduire), à peine 11% des besoins de nos voisins. Et elles sont « fatales », produisant quand Eole et Hélios peuvent, et non pas quand Egon et Hermann le souhaiteraient !
 
La réalité des lois physiques commence à percer, de part et d’autre du Rhin. En Allemagne[5], « le développement de cette énergie [éolienne] inquiète certains acteurs du marché » et Thorsten Herdan, un responsable de la fédération des machines-outils VDMA avertit qu’« une poursuite des installations éoliennes sans transformation en parallèle de l’infrastructure, qu’il s’agisse des réseaux électriques ou de capacités de stockage, serait une mascarade » . Or ni les réseaux, ni les stockages ne sont disponibles, et ils ne le seront pas avant longtemps, le temps de tirer quelques milliers de km de lignes THT et d’industrialiser d’hypothétiques solutions-miracles pour stocker l’énergie …
D’autres prennent moins de gants, tels le grand hebdomadaire allemand « Der Spiegel » qui, sur 3 pages bien documentées[6], dénonce la « foi aveugle des Allemands dans le solaire », sous tous les points de vue : financier (on aurait dépassé les 100 milliards de subvention), environnemental (« Pour éviter une tonne de CO2, on peut dépenser 5 € dans l’isolation d’un toit existant, investir 20 € dans une centrale à gaz neuve ou gaspiller 500 € dans une nouvelle installation solaire ») et même industriel. Sans parler d’esthétique …
 
Alors, méditant aussi sur les spectaculaires revirements auxquels procèd(èr)ent d’autres voisins européens :      
                - tout récent moratoire espagnol sur toutes les énergies renouvelables[7],
                - coupes (autour de -50% …) dans les tarifs solaires britanniques annoncées pour avril prochain[8],
                - révision italienne au travers de l’imminent quatrième « conto energia 2013-2015 »[9],
                - taxation des revenus solaires, suite à « l’embrasement du marché tchèque »[10]
                - « adaptation » des tarifs solaire et éolien suisses au 1er mars 2012, à la baisse[11].

Posté par TOUSSAINT
Le 08/02/2012 à 10:06:43

 

Bonsoir à tous,
Ben moi, j'ai fait exprès ce soir de consommer un max d'électricité rien que pour les embêter, les irresponsables qui nous ont fourgué le nucléaire et le chauffage électrique, bien fait pour eux, yark yark !!!

Posté par Hélène Nivoix
Le 06/02/2012 à 20:35:55

 

PAS d'accord avec cette pétition.

Non pas pour dire que le chauffage électrique est une aberration, on est d'accord sur ce point.
Non, pas d'accord pour la cible de l'action.

Des gens ont choisi en toute connaissance de cause de favoriser ce mécanisme afin de justifier le nucléaire et faire faire des profits à la filière.
C'est ce fait : pousser à la consommation, nous mener dans une impasse : le nucléaire dont on ne sait plus que faire, dont on ne peut plus se débarrasser avant des millénaires. C'est cela qu'il faut dénoncer.
Nous, les écolos de l'époque avions annoncé cette situation : EdF construit TROP de centrales. En réalité le but était de faire surconsommer les français pour vendre vendre et vendre.

C'est criminel d'imposer à des générations d'avoir à gérer ce poison, c'est criminel d'avoir fait une politique purement marchande de l'électricité en particulier et de l'énergie en général, sans se préoccuper de l'après.

Cette attitude irresponsable, sinon pour un profit immédiat pour les rentiers est criminelle.

Je trouve que demander de simplement de ne plus chauffer électrique masque la réalité d'une clique, d'un lobby (lequel a autant arrosé à droite qu'à gauche, tout comme pour l'eau par exemple).

Posté par boule de neige
Le 04/02/2012 à 19:30:42

 

Le chauffage solaire ou au bois ma paraissent les meilleurs solution. C’est ce qu'il faudrait imposer dans toutes les nouvelles construction, ainsi qu'un bilan énergétique parfait. Imposer également aux propriétaires une bonne isolation des leurs appartements ou maisons.

Posté par Florence
Le 04/02/2012 à 18:38:47

 

Je ne soutiens pas "Agir Pour l'Environnement".
Ces salariés bac+5 d'ONG veulent une "transition énergétique" en lieu et place de l'arrêt des réacteurs nucléaires.
Explications là :
http://www.coordination-stopnucleaire.org/spip.php?article15  
Or, la catastrophe majeure est inévitable : qui oserait dire le contraire ?
Il n'y a rien de pire.

Posté par fred.boutet@wanadoo.fr
Le 04/02/2012 à 13:40:37

 

l'aberration est que la facture du chauffage électrique est particulièrement élevée malgré l'isolation alors qu'elle est 83 % d'origine nucléaire
elle devrait être modérée puisque nucléaire ,ce n'est pas le cas . j'ai saisi le Médiateur pour les factures EDF sans suite bien entendu ...
cela prouve que le nucléaire revient cher et n'est pas économique et que le système profite à un lobby .
il faut donc sortir du nucléaire en développant les énergies renouvelables vu les factures et le risque .
salutations antinucléaires
H.C.

Posté par Henri C
Le 03/02/2012 à 16:19:43

 

Tous les jours et semaines , des appels d'offre pour des équipements commandés par des collectivités, maitres d'ouvrages privés, donneurs d’ordres institutionnels ou non, et qui comportent des équipements de chauffages électriques, des incohérences au cahier des charges, ou quand ce n'est pas de la multiplication de domotique pour du confort délirant, ( volets roulants automatisés, jouets et sophistication inutile ...)Pompes à chaleur dont personne n'y comprend rien en annonce de Coefficient COP , le miraculeux électro propagande annoncés par des fabricants , sous des conditions toutes aussi différentes les unes que les autres ....Et quand il est question par certains techniciens soucieux de faire correctement leur métier et de proposer des solutions ou variantes, le risque de subir des pressions , quand ce n'est pas du harcèlement, à défaire les pré études de certains réseaux trop bien installés... Si le chauffage électrique est désormais bien identifié, comme étant une hérésie , ce qu'il sera le plus dur à mettre en place, c'est bien une filière professionnelles renouvelées dans son ensemble... Le bâtiment, est ce que l'on appel , une niche à fric, pour les vendeurs d'électricité !


De la déperdition énergétique , à la déperdition de matière grise ! ....30 ans dans ce clan , ça use ... ça use ...




Posté par patrick.kemener@orange.fr
Le 03/02/2012 à 13:11:22

 

En tant qu'architecte, je n'ai cessé dans toute mon activité professionnelle de considérer que l'utilisation de l'énergie électrique pour le chauffage des bâtiments est une véritable hérésie, et une malhonnêteté vis à vis des utilisateurs. On ne dira jamais assez que moins de 20% de l'énergie consommée pour produire l'électricité reste disponible pour l'utilisateur final (après les pertes de transformation et de transport). Cette énergie est irremplaçable pour tous les autres usages, il est stupide de la gaspiller dans des radiateurs dont le seul intérêt est un coût d'investissement moins élevé pour les promoteurs.

Posté par Jean-Claude B
Le 03/02/2012 à 11:13:13

 

Bien sur, qu'il existe des alternatives.
Faites comme nous, consommez moins, c'est déjà un bon début, mais 100% de votre énergie peut renouvelable avec ENERCOOP !
Je vous conseille de regarde de plus près ce fournisseur...pas comme les autres !
http://www.enercoop.fr/L-offre-d-Enercoop_551.html  
Un client coopérateur satisfait.

Posté par Christian C.
Le 03/02/2012 à 10:54:09

 

Pour répondre à Schmoll

Dans les années 70-80 internet n'existait pas et l'association Cyber @cteurs non plus. Mais à cette époque j'ai participé à la lutte contre la centrale nucléaire de Plogoff avec le succès que l'on sait, créé le Groupement Anti Gaspillage qui prônait les collectes sélectives depuis mises en place un peu partout, les déchetteries (il y en a aujourd'hui une dans chaque canton), proné les économies d'eau, participé à la fondation des Verts dont j'ai été l'élu pendant 18 ans...
Alors si tu passes par Quimper , je suis prêt à te montrer toutes mes archives pour obtenir de ta part une révision de ton procès ... d'intention ;o))
Tu peux aussi consulter mon site
http://alain.uguen.pagesperso-orange.fr/cv.htm  

Cordialement

Alain Uguen

Posté par Alain Uguen
Le 03/02/2012 à 09:05:38

 

bonjour,

votre argumentaire m'ayant paru incomplet, j'ai ajouté mes arguments, peaufinés de longue date, un peu réactualisés
je vous les joins, okazou :

Aux député-e-s et candidat-e-s aux législatives

Madame, Monsieur,

En période de grand froid, la supposée « indépendance énergétique » de la France est mise à mal puisque notre pays est dans l'obligation d'importer massivement du courant d'Allemagne, de Suisse et d'Italie. Le risque de coupure n'est donc que la conséquence de choix énergétiques irrationnels faisant la part belle au nucléaire et au chauffage électrique censé écouler le surplus d'électricité produite.

De plus, le nucléaire n’assure jamais notre indépendance énergétique puisque notre uranium est importé à 100 %, essentiellement du Niger où il est extrait dans des conditions scandaleuses pour les travailleurs et les populations locales. À moins que le Niger soit une colonie française ?

Le nucléaire ne crée pas d’emplois : EDF fait de plus en plus appel à des intérimaires qui se surnomment eux-mêmes "viande à rems", ce qui en dit long sur leurs conditions de travail...

Le nucléaire est une énergie non renouvelable, l’uranium étant un métal, élément naturel dont les gisements ne seront pas éternels.

Le nucléaire manque de souplesse et il faut recourir aux énergies fossiles en période de pointe (centrales à gaz ou importation).

Le nucléaire ne résout pas les problèmes liés à l’effet de serre : l’énergie nucléaire ne représente que 5 à 6 % de la consommation mondiale d’énergie (et 17 % de l’électricité). Les gaz à effet de serre sont produits en majorité par les usages non électriques de l’énergie : transports, industrie, bâtiment, agriculture.

De surcroît, nucléariser ne serait-ce que 80 % de la production mondiale d’électricité nécessiterait de construire 2 000 réacteurs supplémentaires (il y en a actuellement 440), et dans des délais très courts, ce qui n’est absolument pas réaliste.

Le nucléaire est coûteux : des milliards d’euros sont pris sur les fonds publics pour la recherche nucléaire au détriment des autres sources d’énergie et des autres secteurs de la recherche. Que dire du coût exorbitant de la construction et du fonctionnement, du démantèlement et de la "gestion des déchets" pendant des milliers d’années ! Et en cas d’accident majeur ? À titre d'exemple, le coût des conséquences de l’explosion d’AZF à Toulouse est estimé à plus d’1,5 milliards d’euros... et c'est une catastrophe mineure, au regard d'accidents de type Tchernobyl ou Fukushima.

Le nucléaire est polluant : il n’y a aucune possibilité d’éliminer les "déchets" radioactifs pour des siècles et des siècles... amen ? Les centrales ne sont pas étanches (fuites radioactives dans l’eau, l’air) et des proliférations microbiennes et autres sont constatées dans les eaux devenues trop chaudes en aval des centrales. Même les pêcheurs s’inquiétent !
Que dire des pollutions liées aux transports (combustible, déchets...) et de celles liés aux chantiers pharaoniques de la construction de nouvelles centrales ?

Le nucléaire est dangereux pour la santé : il s’ajoute aux autres sources de radioactivité déjà nombreuses (naturelle, retombées des essais militaires, rejets et traitements médicaux, irradiation des aliments...) On sait maintenant qu’aucune dose n’est anodine. Pourquoi ne pas dépenser l’argent des contribuables (notre argent !) plutôt à limiter ces pollutions radioactives qu’à en rajouter ? Quant à l’accident... on admet maintenant qu’il est possible... Il est même de plus en plus probable, compte tenu du vieillissement du parc nucléaire et de l’allongement artificiel de la longévité des centrales pour des raisons purement comptables. Les incidents se multiplient et même la CGT, réputée pro-nucléaire, tire la sonnette d’alarme ! Sans compter bien sûr les risques d’attentats et de malveillances, d’accidents lors des transports, ou liés aux aléas climatiques. Des déchets radioactifs traversent la France en camion et en train deux à trois fois par semaine ! Une catastrophe majeure style Tchernobyl ou Fukushima, c’est des victimes innombrables, des régions entières inhabitables, des conséquences sanitaires gravissimes (cancers, malformations congénitales...) et ce, pendant des milliers d’années.

Le nucléaire est dangereux pour la démocratie : depuis l’été 2003, toute information concernant le nucléaire même civil est maintenant classée "secret défense". La gestion d’une catastrophe nucléaire serait donc militaire... et quelle gestion ? Les Toulousains n’ont pas oublié celle de l’explosion d’AZF... Il est peut-être utile aussi de rappeler que plus de 60 % des Français sont contre le nucléaire... Que dire de la gestion de la catastrophe de Fukushima ? les Japonais sont plus stupides que les Français ? Allons donc...

Le nucléaire est dangereux pour la paix. La plupart des pays développés l’abandonnent, seuls les pays en développement y recourent (une partie des matières radioactives produites dans les centrales peut servir à des fins militaires...) La France serait donc un pays en voie de développement ?

Il faut sortir immédiatement du nucléaire, ou nous n’en sortirons jamais... et c’est possible !

Bien sûr, en France, 75 % de l’électricité est d’origine nucléaire et les renouvelables ne peuvent pas prendre le relais immédiatement (actuellement, il faudrait 200 000 éoliennes !)

Mais l’équivalent de 12 réacteurs est envoyé à l’exportation, or rien ne nous oblige à accepter de produire de l’électricité nucléaire pour les pays qui se vantent de ne plus le faire !

L’équivalent de 9 réacteurs sert pour l’autoconsommation des centrales (uranium enrichi, retraitement, etc.) et le transport du courant (lignes haute tension et transformateurs), 17 sont arrêtés en permanence pour réparation... en fait, seule une vingtaine de réacteurs sert vraiment à notre consommation !

Une sortie immédiate peut donc s’envisager avec, en période de transition :

1) des mesures d’économies d’électricité, possibles sans perte de confort (logements correctement isolés, interdiction du chauffage électrique, appareils classe A, suppression des veilles, limitation des éclairages nocturnes publics, dans les vitrines et les bureaux...) et rapidement mises en œuvre grâce à des mesures politiques d’incitation, à l’instar de ce qui fut fait pour renouveler le parc automobile. Prenons exemple sur les Japonais ! Depuis Fukushima, ils ont drastiquement diminué leur consommation électrique.

Douze réacteurs servent à la production d’eau chaude sanitaire et au chauffage électrique, ce qui est une aberration ! L'eau chaude sanitaire peut être produite avec le solaire, le chauffage peut être assuré de nombreuses façons, et est même quasi inutile dans des logements correctement conçus (Label Minergie par exemple).

2) l’utilisation de toute la puissance déjà installée des centrales hydrauliques et des centrales thermiques à énergies fossiles (charbon). Ces dernières sont actuellement utilisées à 10 % de leurs capacités, pour les seules périodes de pointe.
Le réchauffement climatique est souvent utilisé comme contre-argument à cette solution. Il faut savoir que le CO2 n’est pas le seul gaz à effet de serre ! Il y a aussi la vapeur d’eau (et les centrales nucléaires en produisent beaucoup), le méthane, le N2O et surtout les HFC et PFC (refroidissement dans l’industrie, les transports...) qui ont un potentiel de réchauffement global 10 à 15 000 fois plus élevé que le CO2. Limiter les transports serait plus efficace pour limiter la production de GES que de continuer à nucléariser la France. La production d’énergie électrique française ne représente que 1 % de la production d’énergie mondiale... autant dire vraiment pas grand chose.

De plus, le béton avec lequel sont construites les centrales nucléaires dégage des quantités de CO2 lors de sa production.

Il est possible, et indispensable, de :

- développer la cogénération (une centrale produit 2/3 de chaleur pour 1/3 d’électricité), développer les renouvelables (solaire, éolien, biomasse...), la méthanisation...

- développer l’éco-construction et l’habitat bioclimatique,

- décentraliser la production d’énergie et adapter les solutions aux situations locales,

Enfin, sortir du nucléaire créera des emplois ! Autrement plus nombreux, sains et valorisants que ceux du nucléaire.

Le chauffage électrique est inefficace énergétiquement et coûteux pour l'usager. La transition énergétique passe désormais par une interdiction ciblée du chauffage électrique pour les constructions neuves et par son remplacement progressif pour les bâtiments anciens. Une telle politique rendrait de plus inutile la constructions de centrales à gaz destinées à répondre aux pics de consommation liés au chauffage électrique.

En cette période électorale, nous vous invitons à utiliser ces commentaires pour faire connaître aux électeurs vos engagements sur ce sujet.

Veuillez agréer, Madame, Monsieur, mes salutations de citoyen attentif à votre réponse.

Posté par Catherine R
Le 03/02/2012 à 08:44:17

 

D'accord pour se chauffer autrement, sauf que le fuel et le gaz amènent une autre dépendance énergétique, les soi disant pompes à chaleur et autre aérothermie sont dévoreuses de kilowatt au démarrage, il reste le bois... une ressource locale à gérer avec intelligence car elle n'est pas si abondante que ça. L'isolation étant le meilleur des non chauffages, on est d'accord .....

Posté par mary
Le 02/02/2012 à 22:48:32

 

Curieux, mais je ne me souviens pas de vous avoir vu ou entendu protester lors des campagnes forcenées d'EDF en faveur du "tout électrique" dans les années 70-80...ni après...sans doute trouviez-vous aussi que c'était intéressant pour faire baisser les coûts de l'immobilier ? que c'était "propre", prenait moins de place, moderne, ...etc...?

Posté par schmoll
Le 02/02/2012 à 22:40:48

 

Petite coquille dans votre lettre: vous écrivez d'extrême fiabilité du réseau français alors que vous devez vouloir dire extrême fragilité!!!

Posté par pinkies73
Le 02/02/2012 à 19:34:08

 

bravo pour cette action anti chauffage électrique; je n'ai jamais compris pourquoi tant d'immeubles français dont la plupart des immeubles publics étaient chauffés électriquement. Cela fait pourtant très longtemps que l'on sait que le chauffage électrique est par essence celui dont le rendement énergétique est le plus mauvais;ceci en plus du problème de la difficulté de stockage de l'électricité.

Posté par andré
Le 02/02/2012 à 19:32:45

 

nous avons quitté edf pour un fournisseur vert, recommandé par Greenpeace, réduit de moitié notre consommation électrique, nous ne voterons plus jamais pour un candidat, à quelque élection que ce soit, qui ne se soi prononcé clairement pour la sortie du nucléaire, nous ne pouvons plus que subir le choix non pas de la majorité du peuple français, jamais consulté, mais de la majorité des élus français, exceptions mondiales en ce omaine...

Posté par pére vert
Le 02/02/2012 à 18:51:20

 

Faite comme moi, quitter EDF-NUCLEAIRE et abonnez-vous chez

http://www.enercoop.fr/  

ou

http://www.alterna-energie.fr/Idea-Vert-100-d-energies-renouvelables.htm 

Posté par PHILIPPE H
Le 02/02/2012 à 16:35:45

 

Bravo, un bon cru, vous êtes génial.

Pour le chauffage comme pour les énergies renuovelables, le problème est que la majorité des particuliers en France a surtout des dettes, notamment immobilière, ou est fauchée par des loyers et charges fortes.
résultat: pas d'argent pour la transition.
le peu de pouvoir d'achat sert à des renouv de portables ou ordi ou ordinateurs en permanence obsolètes.

Nous sommes dans une impasse de civilisation.
Ne parlons pas de l'agriculture à malbouffe non durable aussi et de la condition faite aux animaux de rente.

D'où une pétition d'intéret national pour revenir à des prix de logements décents , en location comme en vente, plutôt que des hausses de salaire impossibles dans le contexte international. A vous cette suggestion.

bien à vous !
alain c

Posté par Alain C
Le 02/02/2012 à 16:16:31

 

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Super actions
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Forum
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page facebook flux rss cyberactions et pétitions retrouvez-nous sur tweeter

traits de séparation
| CYBERACTEURS | 7, rue Aristide Briand 29000 Quimper 02 98 90 05 94 | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |

CSS Valide !