Stop TAFTA/CETA

Samedi 15 novembre - Occupe ton rond-point !  Une action facile et visuelle à faire près de chez vous pour refuser la prolongation des vieux réacteurs

Monnaies Locales complémentaires : interview de Philippe Derruder dans nos locaux

L\'énergie un fruit défendu ? Une conférence (un peu) gesticulée

PROCÈS 1000 VACHES À AMIENS LE 28 OCTOBRE

TESTET : Appel pour le 25 octobre : enracinons la résistance !

Kokopelli a gagné !

Ce top Modèle a un message pour vous !


Cette pétition est maintenant terminée

Bilan de la pétition : ITER, enquête publique : c'est le moment de dire NON !

Voici les propos du.Prix Nobel de physique japonais Masatoshi Koshiba : « ITER est extrêmement dangereux du point de vue de la sûreté et de la contamination environnementale.(...) Le tritium est hautement toxique avec une dose mortelle de 1mg ». Les 2 kg de tritium présents dans ITER « pourraient tuer 2 millions de personnes.(...) Le flux radioactif de 2kg de tritium est à peu près du même niveau que celui produit par l'accident de Tchernobyl ». Aujourd'hui dans les documents d'ITER organization, on peut lire que 4 kg de tritium, combustible d'ITER, seront présents en permanence sur le site.

Bilan de la pétition :

11064 participants

Présentation de la pétition :

Le tritium est un gaz radioactif, très toxique en cas d'inhalation. Il retombe sur la terre avec les précipitations sous forme d'eau tritiée. Les atomes de tritium peuvent remplacer les atomes d'hydrogène (environ la moitié des atomes du corps humain sont composés d'hydrogène), ainsi sous forme d'eau tritiée, cet isotope de l'hydrogène peut rentrer dans la chaîne alimentaire et se fixer dans l'organisme, conduire à des lésions et des mutations dans l'ADN. L'ASN ,dans son « Livre blanc du tritium » publié le 8/07/2010, a révélé qu'on avait sous-estimé les conséquences possibles de ce radioélément sur l'environnement et les organismes vivants, que l'estimation du risque était incorrecte, que des recherches complémentaires étaient nécessaires. Les auteurs de ce livre blanc concluent que « la réévaluation de la toxicité du tritium impose de revisiter les pratiques concernant les rejets et le stockage des déchets tritiés », donnant ainsi raison aux mises en garde déjà anciennes de la Commission de Recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité CRIIRAD. Les études concernant le confinement du tritium et son relâchement par ITER n'ont pas été suffisamment menées alors que la construction d'ITER est déjà en cours ! Ce constat est inacceptable, les études doivent être menées en priorité avant toute poursuite du projet.

L'ensemble de l'installation sera à terme un déchet nucléaire : plus de 30 000 tonnes hautement radioactives durant 400 à 800 ans qui resteront sur place après l'arrêt du programme de recherches. Le fait de présenter le projet ITER comme une solution à l'ingérable gestion des déchets de l'industrie nucléaire qui s'accumulent depuis 40 ans est un argument fallacieux. Depuis les années 1970 et le début du programme nucléaire français, le problème des déchets nucléaires n'a jamais trouvé de solution. Toute nouvelle production et stockage de déchets radioactifs est inacceptable.

Le système de production du tritium (combustible radioactif indispensable à l'expérience) du réacteur à fusion décrit sur le site du CEA comprend une couverture génératrice de tritium en lithium, potentiellement extrêmement dangereuse. Le réacteur sera composé d'éléments très toxiques et cancérigènes (béryllium, tritium, plomb), en cas d'explosion il y aurait dispersion de ces éléments dans l'environnement, pouvant rendre toute une région inhabitable. Tout risque de ce genre est ahurissant et inacceptable.

Ce projet comporte beaucoup de flou, d'incertitudes technico-scientifiques, beaucoup d'obstacles à franchir qui s'apparentent à des impossibilités, notamment en ce qui concerne la résistance des matériaux. Il est totalement irresponsable de construire un "banc d'essai à 15 milliards d'euros", les tests auraient dû être faits avant la construction de la machine, sur le JET par exemple, déjà construit.

Au sein d'ITER, la température du plasma devrait dépasser les cent millions de degrés. Pour la paroi de l'enceinte, le choix s’est porté sur le béryllium, un métal qui fond à 1287°C. Ce plasma est certes canalisé, mais en cas de pannes des aimants, la paroi serait volatilisée, or le béryllium est notoirement toxique et cancérigène. Le laboratoire IFMIF (International Fusion Material Irradiation Facility) prévu au Japon, devait étudier le comportement de tels matériaux sous forte irradiation afin de les qualifier pour ITER. Cette installation n'a pas encore vu le jour. Il est aberrant de prétendre construire ITER alors que les matériaux le constituant n'ont pas encore été définis et testés.

Le grand aimant supraconducteur de ITER devra être refroidi constamment à la température de l'Hélium liquide (-270°C). Durant son fonctionnement, une très grande quantité d'énergie sera stockée sous forme électrique au sein de l'aimant. Dans l'enceinte de l'aimant où se produiront les réactions de fusion, la température devrait atteindre 150 millions de degrés. Le risque est très grand de voir les matériaux de la paroi de séparation, déjà fragilisés par l'irradiation intense due aux neutrons de haute énergie, se rompre sous l'effet des chocs thermiques.

En outre l'accident de supraconductivité survenu au CERN en 2008 montre qu'un tel accident pourrait se produire à ITER. Dans un tel cas, le relâchement brutal de l'énergie contenue dans l'aimant et le plasma serait à même de provoquer la destruction de ITER, avec une quasi-certitude de relâchement de produits radioactifs dans l'environnement (Tritium, éléments de construction de ITER….). Même si l'éventualité d'un accident de supraconductivité comme celui du CERN a été considéré (l'a t-il été?), des études nouvelles (taille d'aimant, matériaux,...) doivent être engagées avant que puisse être donnée une autorisation de création.

Ce projet de réacteur à fusion, laboratoire de recherche utilisant des produits dangereux, constitué de matériaux radioactifs, s'installe dans une zone à sismicité avérée, sur une faille. Les normes (qui les a établies ?) pourront être respectées (qui va constater la réalisation ?) mais elles ne prévoient que ce qui est économiquement viable, c'est le propre de toute norme. Le simple bon sens rend inacceptable cette prise de risque.

Lors de la venue des eurodéputés à Cadarache en mai dernier, les réponses d'ITER Organization quant à la responsabilités des entreprises et partenaires en cas de catastrophes naturelles n'ont pas été satisfaisantes. Il est essentiel qu'ITER Organization se prononce désormais clairement sur ce point.

De même, les tentatives d'explication d'ITER Organization à propos de l'augmentation prodigieuse du budget n'ont pas été satisfaisantes et laissent présager que le budget ne se limitera pas au montant actuel. Nous demandons à ce qu'ITER Organization se prononce clairement sur les raisons de cette augmentation et garantisse qu'il n'y aura plus de « rallonge » demandée.

Suite à la Catastrophe de Fukushima, et sans parler des « stress-tests » européens, à la demande du premier ministre, l’Autorité de Sureté Nucléaire française doit « réévaluer la sûreté des installations nucléaires » à partir de rapports des exploitants eux-mêmes. Le centre de Cadarache est concerné. Il a été annoncé, en mai 2011, que pour ITER, Iter organization a jusqu’à l’automne 2012 pour rendre son rapport, qui devra donc être ensuite évalué par l’Autorité de Sureté: en attendant pourquoi les travaux continuent-ils? Nous demandons que la réévalutation de la sécurité du projet ITER soit effectuée avant que la commission d'enquête émette son avis.

Nous dénonçons la gestion non démocratique de cette enquête publique basée sur un dossier de 3500 pages (sans compter les données techniques) et qui se déroule en période de vacances estivales. Nous demandons que cette enquête soit prolongée au minimum jusqu'à la mi septembre.

"...l'aboutissement éventuel, c'est à dire la démonstration de la faisabilité scientifique accompagnée de quelques éléments de faisabilité technique, puis la faisabilité industrielle d'un réacteur thermonucléaire producteur d'énergie, est hors de toute prévision humaine." Extrait de " Quelles énergies pour demain? » 2004, Robert Dautrey, ancien haut commissaire à l'énergie atomique
Ce projet «ITER» n'a pour réelles conséquences que de retarder la mise en œuvre d'énergies sûres, rentables éprouvées et renouvelables.

Pour ces multiples raisons, et notamment celles concernant la dangerosité avérée du projet, nous demandons que la commission d'enquête publique émette un avis négatif.

Aix-en-Provence, le 29 juin 2011

vidéo d'une conférence sur ITER avec Michèle Rivasi et JM Brom (physicien) en mai, comme appui de la pétition ?
http://www.youtube.com/user/carobioJRI?blend=9&ob=5#p/u/5/EQe7v6uabIQ  

Texte de la pétition :


Monsieur le Président,

Je m'associe à l'opposition du collectif STOP ITER concernant l'autorisation de création de l'Installation Nucléaire de Base ITER.

Je m'oppose formellement à l’implantation d’ITER en Provence, ou dans d’autres lieux, pour sa dangerosité avérée, pour les risques de rejets importants de tritium dans l'atmosphère, pour la présence de produits hautement toxiques et cancérigènes, pour les 30 000 tonnes minimum de déchets hautement radioactifs prévus à terme (tandis que d’autres machines doivent suivre avant l’éventualité d’une production industrielle), pour son installation sur une faille sismique, pour son coût pharaonique, et pour toutes les incertitudes ou impossibilités technico-scientifiques liées au projet, notamment sur la résistance des métaux.

Toutes ces raisons me font vous demander d'émettre un avis négatif à la création de cette installation.

Veuillez agréer , Monsieur le Président, mes salutations respectueuses

 

9 commentaires

credible


sciences sans conscience n'est que ruine de l'âme. Pour moi le nucléaire et les OGM sont à mettre dans le même panier, les gouvernements et les grosses entreprises font des essais sur leur population. On lance des projets sans savoir ce qu'il va se passer, sans savoir comment se débarasser des déchets...
Heureusement que du temps des égyptiens ils n'avaient pas le nucléaire, car ils ont oublié comment les pyramides ont été construite les générations futures devront subir le poids du nucléaire sur leurs épaules. Sans compté la pollution que ça a engendré, car toutes les pierres qui n'étaient pas assez nucléaires (dites "stériles" ) ont été éparpillé en France pour la construction de routes, pour la construction de parking, vu que c'était donné aux gens il y en a même qui les ont utilisé dans leur fondation lors de la construction de leur maison !
Un pro nucléaire m'a dit une fois "mais c'était il y a vingt ans" j'ai répondu et les conséquences se sont arrêtées ? Il m'a dit "maintenant ce n'est plus en France que ça se passe ? J'ai répondu, Ben si c'est de l'autre côté du monde, on s'en fout on n'est pas concerné !
Et un truc qu'il faut savoir sur le nucléaire c'est qu'on n'a plus le droit de déverser de bateau les déchets. Donc il y a de gros tuyaux qui partent des centrales et qui déversent directement dans la mer ! C'est top ces lois qui ne nous protègent de rien.
J'ai vu un reportage sur le nucléaire "Arté - Déchets, le cauchemar Du Nucléaire" qui est disponible sur u-torrents qui est sensationnel. Même mon copain a halluciné lui qui travaille dans le nucléaire ! Plein de choses qu'il ne savait pas. Et comme je lui dis toujours, tu feras des tests d'étanchéïté dans l'énergie renouvelable ou sinon tu feras une formation. Et je pense que tous les emplois qu'offrent le nucléaire (d'après tout ce que je lis...) seront offerts par les énergies renouvelables. On nous a autant menti sur le nucléaire que sur la vache folle ou que sur le nuage de Tchernobile qui ne nous avait pas survolé.
SLTS.

Posté par moi0130
Le 06/12/2011 à 15:37:41

 

Comme le prix nobel Georges Sharpak, je suis contre ITER, non pas parce que je suis anti nucléaire, mais parce que :
- des obstacles théoriques rendent vains l'énorme investissement de ITER ce qui serait un gâchi monumental amplifié par le fait que la France, comme la grenouille se faisant plus grosse que le boeuf, à voulu à TOUT PRIX avaler cette pilule qui devait être miraculeuse et ne sera que gâchis si nous n'y renonçons pas.
- Enfin, parce que ce projet engloutit tous les budgets européens de recherche, ce qui est une seconde catastrophe annoncée.

Donc, par réalisme et sagesse, écoutons SHARPAK, renonçons à ITER, rendons VRAIMENT indépendants les contrôles de toute la filière physique et nucléaire française pour garantir la sûreté à tous les citoyens, relançons la recherche pour trouver comment on pourrait résoudre au mieux le problème des déchets nucléaires en produisant de l'énergie sans prendre de risques inconsidérés.

C'est parce que c'est difficile qu'il faut s'y mettre dès maintenant sans gâcher le moindre euro dans dans des projets vains parce que prématurés.

Tant que TOUTES les chances de succès ne sont pas remplies, laissons la fusion au soleil et mettons TOUT en oeuvre pour produire de l'énergie par ses bienfaits sur terre : vent, vagues, rayons lumineux, biomasse qui ne concurrence pas l'agriculture.

Donc, poussons le nucléaire propre et sûr pour recycler les déchets de l'atome sâle que nous avons sur les bras à cause des choix des générations passées et développons énergies renouvelables et négawatts (économies d'énergie).

Posté par ind1ju
Le 06/10/2011 à 13:13:49

 

Bonjour,

Quelques réponses à nono04 (sur les points qui valent la peine d'apporter un commentaire).

Concernant les alternatives, vous trouvez justement en bas de la page : http://groupes.sortirdunucleaire.org/Enquete-publique-sur-le-reacteur  une lettre ouverte de 4 scientifiques sur le projet ITER. Sur les 30 pages de ce document, la moitié est consacré à la présentation de solutions alternatives (pages 16 à 30).
Un résumé est disponible ici : http://groupes.sortirdunucleaire.org/Lettre-ouverte-internationale-des  
Le lien direct pour le télécharger : http://groupes.sortirdunucleaire.org/IMG/pdf/Lettre_Enquete_Publique_juillet_2011.pdf  

Concernant Tore Supra, il a permis d'étudier le confinement magnétique d'un plasma à l'aide d'un aimant supra-conducteur, puis l'extraction de l'énergie du plasma. Mais avec Tore Supra le plasma n'était pas encore assez chaud. Il n'a pas pu atteindre la température nécessaire pour enclencher la fusion deutérium-tritium. Voir la page : http://www.laradioactivite.com/fr/site/pages/ProjetIter.htm  

Avec Iter, la fusion devrait se produire. Mais avec tous les problèmes que cela va comporter pour la paroi de l'installation, puisqu'elle va être soumise à un intense bombardement de neutrons créés lors de la fusion. (Voir la première moitié de la lettre ouverte citée ci-dessus.)

Concernant le bilan économique, au lieu d'investir ces dizaines de milliards dans un projet hautement incertain et en outre dangereux, il est certainement plus rentable de les investir dans des projets réalisables, qui pourront effectivement déboucher sur des filières de production d'énergies renouvelables.

Concernant les destinataires de la pétition, jusqu'à preuve du contraire le site d'ITER n'a pas été dé-territorialisé et se trouve toujours en France. Quant aux populations les plus menacées par les risques nucléaires et chimiques de l'installation ITER, donc les premières concernées, elles se trouvent bien ... en France. À ce propos, si vous avez l'adresse du "gouvernement international" responsable du projet, merci de bien vouloir la transmettre aux auteurs de la pétition.

Amicalement,

Posté par canopy
Le 31/08/2011 à 22:42:12

 

Merci à toutes ces personnes qui veulent sortir du nucléaire sans pour autant renoncer à leur ordinateur, LCD, internet...
Car avant de critiquer une technologie qui maintient notre économie à flot depuis plus de 10 ans, commencez par proposer une alternative...
Oui le nucléaire est dangereux, mais pas plus que la biotechnologie ou que l'industrie pétrochimique !
Pour en revenir à ITER, sachez que la technologie qui y sera utilisée (la fusion) fonctionne déjà depuis 10 ans dans le réacteur Torr-SUPRA du CEA Cadaraches (à une échelle réduite certes). L’arrêt de ce projet serai une catastrophe économique et sociale pour la région PACA. De plus ITER étant un projet international, je doute qu'une pétition à l'attention du gouvernement français puisse changer quoi que ce soit...
Je vous pose la question : Si ITER était prévu aux USA et non en France, auriez vous été autant choqués et vindicatifs ?
Bien cordialement

Posté par nono04
Le 30/08/2011 à 09:36:12

 

bonjour
merci à Ceux qui réfléchissent à " long " terme et qui se remuent en conséquence ,compte tenu de la gravité de la situation générale !... , à " hauteur " de l' irresponsabilité politiquement entretenue tous azimuts par la grâce de nos " élites " et " édiles " , oligarchiques et carriéristes , tous autres " munichois " , indifférents et/ou néo-fascisants ..., à la remorque des lobbies de toutes sortes réunis, mafieux et banksters y compris !...
A toutes fins informationnelles utiles et nécessaires, afin d'éviter toute banalisation et tout simplisme qui guettent chacun d'entre nous , je me permets de recommander en passant ,et entre autres , les dossiers concernant nucléaire et énergies renouvelables sur le site de Jean Pierre Petit ( jppetit.org ) , ceux concernant le(s) climat(s) sur le site de Jacques Duran ( pensée unique .fr ) , ceux sur la très grave crise sociétale et économique en cours et sur les mesures fondamentales et urgentes à prendre ,sur les sites de Pierre Larrouturou , des " économistes atterrés " , de Myret Zaki , le blog de Jean-luc Mélenchon , etc.
Bref , il y a de quoi débattre et faire , en n'oubliant pas de s'informer ,paradoxes aidant aidant , aussi , parfois et/ou souvent , hors des sentiers formatés , rabattus ou non , à modes diverses ou pas !...

Amitiés citoyennes


Posté par z-machine
Le 30/07/2011 à 11:25:31

 



Il y a en plus dans ce projet une dilapidation des métaux rares . Ils sont totalement irresponsables . Comment peut-on être aussi intelligent et stupide à la fois .Avis aux amateurs de recherches .

Posté par Sylva
Le 28/07/2011 à 10:23:47

 

http://www.jp-petit.org/sauver_la_Terre/ITER/experience_quinze_milliards.htm 

Posté par reveric
Le 15/07/2011 à 15:16:08

 

Regardez cette vidéo sur ITER :
http://www.youtube.com/watch?v=EQe7v6uabIQ 

Posté par journaliste
Le 14/07/2011 à 00:44:31

 

Pour sortir du nucléaire
votons à la primaire
le bulletin GEM2012
le 9 octobre prochain

Alain Uguen
http://gem2012.fr 

Posté par un anonyme
Le 13/07/2011 à 07:06:13

 

Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Super actions
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Forum
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page facebook flux rss cyberactions et pétitions retrouvez-nous sur tweeter

| CYBERACTEURS | 7, rue Aristide Briand 29000 Quimper 02 98 90 05 94 | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |

CSS Valide !